Gières, Montagne de Combeloup, Seiglières

Les collines bordières de Belledonne entre le cours du Doménon et celui du Sonnant

Page abandonnée

Contenu reporté à la page nouvelle

Revel

Au NE d'une ligne allant de Gières à Saint-Martin d'Uriage, les collines bordières de Belledonne qui sont comprises entre la vallée du Doménon et celle du Sonnant culminent à la montagne de Combeloup, avant de former une large zone de collines mamelonnées, peu déclives et garnies de prairies, qui s'étend jusqu'au pied des pentes boisées des Seiglières.

Ces deux vallées donnent l'une et l'autre une coupe naturelle sensiblement orthogonale aux structures, mais les observations y sont très limitées à l'ouest par l'importante couverture boisée et à l'est par l'importance des placages de matériel morainique.

image sensible au survol et au clic
../_photos_bord-Belld/020311_StMartinUriage-dVilneuve_5.jpg
La rive droite de la vallée du Sonnant, en aval d'Uriage, vue du SW depuis les pentes inférieure des Quatre-Seigneurs.
f.B = faille dela Boutières (prolongement présumé) ; f.pA = faille du Pré de l'Arc ; a.mB = accident médian de Belledonne ; Mw1 = moraine du premier stade de retrait de Würm.


C'est dans la basse vallée du Doménon, où les affleurements sont plus largement accessibles grâce à des routes qui courent à flanc de versant, qu'ont été récoltés quelques uns des rares fossiles qui ont permis de dater les couches et de s'apercevoir que ces "collines liasiques", comme on les dénommait anciennement, étaient en réalité d'âge jurassique moyen (voir la page "collines bordières") ...

image sensible au survol et au clic

La montagne de Combeloup et la dépression de Revel, vues d'avion, de l'ouest, depuis l'aplomb de Venon.
Ø1 = surface de chevauchement de l'hypothétique redoublement du Bajocien inférieur ; ØSA = chevauchement de Sainte-Agnès ; a.R = anticlinal de Revel ; f.B = faille de la Boutière ; f.PA = faille du Pré de l'Arc.


La montagne de Combeloup toute entière, jusqu'à la vallée de l'Isère, est en effet formée par des couches bajociennes, qui atteignent à elles seules une épaisseur de l'ordre de 1000 m. Cette épaisse succession d'alternances de lits marneux et de bancs pluri-décimétriques de calcaires argileux plus ou moins calcarénitiques ("sableux" selon le terme peu approprié utilisé sur la carte géologique). Elle débute par un niveau plutôt marneux, qui forme le versant occidentale de la combe des argilites aaléniennes de Saint-Nizier et du Pinet d'Uriage, et se poursuit par un niveau calcaire inférieur qui détermine un crêt* émoussé, à regard sud-est, qui culmine avec la crête Combeloup.

 L'épaisseur considérable et les répétitions de faciès au sein de cette succession ont conduit en outre à se poser la question de savoir si elle ne serait pas redoublée par un chevauchement (voir plus de détails à la page "collines bordières" et/ou se reporter à l'article correspondant).

Les couches y ont partout un pendage incliné vers l'ouest mais la valeur de celui-ci varie en dessinant deux ondulations, l'anticlinal de Domène et le synclinal de Combeloup, lesquelles sont toutefois insuffisamment accentuées pour que les couches y basculent jusqu'à atteindre un pendage vers l'est.


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Coupe en rive droite de la vallée du Sonnant
Ø3
= faille de Romage ; Ø1 = surface de chevauchement de l'hypothétique redoublement du Bajocien inférieur calcaire
Bjc.s = Bajocien inférieur calcaire (zone à Humphriesianum), barre supérieure ; Bjms = niveaux marneux intermédiaires du Bajocien inférieur (âge précis incertain) ; Bjc. = Bajocien inférieur calcaire (zone à Humphriesianum) ; Bjm = Bajocien basal marneux (zones à Sauzei et à Sowerbyi) ; Aal. = Aalénien supérieur et moyen ; Ls = "Lias schisteux" (Aalénien inférieur (?) Toarcien et Domérien) ; Lc = "Lias calcaire" (Carixien à Hettangien) ; Tr = Trias ; Tr.+Perm. = Trias et Grès d'Allevard, là où ces derniers sont stratigraphiquement présents

Il est intéressant d'observer que les axes de ces plis ne sont pas parallèles, mais obliques par rapport à la bordure de la plaine alluviale du Grésivaudan (leur direction est plus proche de N-S). Par exemple l'anticlinal de Domène passe au nord à moins d'un kilomètre de cette bordure dans la gorge du Doménon, alors qu'au sud il passe à l'est de Venon et traverse la gorge du Sonnant près de 3 km au SE de Gières.

Il en résulte que, contrairement à ce que l'on pourrait croire, les alignements de collines, à peu près parallèles, au flanc de la vallée de l'Isère que l'on y décèle n'ont pas une origine structurale : ils ne correspondent pas à des "monts" jurassiens dégagés par l'érosion, mais à des niveaux étagés d'érosion glaciaire au flanc du Grésivaudan.

 


Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Domène et Vizille


Carte géologique simplifiée des environs de Combeloup

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Carte schématique de la bordure occidentale de la chaîne de Belledonne entre Saint-Martin d'Uriage et Sainte-Agnès (extrait de Barféty et Gidon, 1996)

1 = surface de chevauchement probable redoublant le Bajocien inférieur (chevauchement précoce, enroulé par les plis) au sein de l'Unité inférieure. 2a = surface de chevauchement de Sainte-Agnès ("Unité supérieure") ; 3 = accident de Romage.
Noter la rectilinéarité du tracé cartographique de la faille du Pré de l'Arc et le fait qu'il est pratiquement dépourvu de V topographiques, ce qui témoigne du très fort pendage vers l'est de la cassure. Observer, au niveau de Freydière, l'indépendance du tracé de cette faille vis-à-vis de celui de l'Accident Médian.
Les "écailles du Clos" ont été fortement schématisées. Elles constituent deux lames imbriquées de couverture sédimentaire, ayant pour semelle des lames de micaschistes.


Page d'introduction générale à la géologie des collines bordières de Belledonne
Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
C'est en grande partie sur le travail d'exploration cartographique fine effectué par J.C. Barféty dans les collines bordières de Belledonne que se fondent les exposés qui concernent ce secteur dans les pages de Geol-Alp.
(Saint- Eynard) Mont Morel, Revel Grand Pic de Belledonne

(Grésivaudan)

LOCALITÉS VOISINES

La Pra, Doménon

Grenoble Quatre Seigneurs Chamrousse
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 20/07/16