Le Tour, col de Balme

extrémité nord-orientale de la vallée de Chamonix

La vallée de Chamonix occupe une étroite bande N-S de terrains sédimentaires où ceux-ci n'affleurent que très parcimonieusement car ils sont le plus souvent cachés par les alluvions de l'Arve ou les cônes de déjections des torrents qui dévalent des flancs de la vallée. Elle représente le contenu de la partie basse d'un ancien hémigraben jurassique, délimité du côté ouest par une paléo-faille* - la faille de Chamonix - qui a été cachetée par l'appui des couches sédimentaire en onlap* sur sa surface de cassure.

Au nord du village du Tour le fond de vallée s'élève rapidement en direction du col de Balme, de sorte que l'affouillement de ce fossé sédimentaire devient de moins en moins profond. Son contenu affleure alors de plus en plus largement, ce qui traduit le fait que ses deux bords sont convergents vers le bas et qu'il a la forme d'un sillon en V (schéma en fin de page).

image sensible au survol et au clic

Les pentes du versant sud-ouest (français) du col de Balme, vues du sud depuis le Bec de Lachat (extrémité occidentale de l'arête ouest du Chardonnet) (cliché original obligeamment communiqué par M. Matthieu PETETIN) .
Pe = grès permiens, pris en cœur d'un synclinal hercynien, à contenu essentiellement formé de schistes et pélites du Houiller ; f.C = faille de Chamonix, sur laquelle s'appuient les calcaires du Tithonique ; spa = surface de la pénéplaine anté-triasique (elle est vue presque d'enfilade, ce qui permet de constater son pendage modéré, inférieur ici à 45°, en direction de l'ouest)


Au nord du col de Balme, sur le versant suisse, les affleurements de cet hémigraben se prolongent jusqu'au delà du col de Forclaz en direction de Martigny. Ils s'y rétrécissent de nouveau dans les secteurs de moindre altitude, notamment à la traversée de la vallée de Trient. Auparavant ils s'épanouissent tout particulièrement au niveau de la Croix de Fer, où les calcaires bioclastiques du Jurassique moyen occupent une assez large surface. Or cela est dû au fait qu'ils y dessinent des replis à axe vertical (voir les travaux de Ayrton), particularité qui témoigne de ce que l'écrasement du contenu de l'hémigraben s'est combiné avec l'intervention d'un jeu coulissant, affectant ce dernier entre le socle du bloc du Mont Blanc et celui du bloc des Aiguilles Rouges, lors des déformations compressives alpines.

Ce dispositif structural est, en définitive, interprétable de façon tout à fait conforme au schéma général ci-après (où toutefois l'orientation transversale ne permet pas de faire figurer le jeu en coulissement) :


figure agrandissable / version plus grande de cette image
Schéma interprétatif général de la déformation des hémigrabens des massifs cristallins externes
Spécialement inspiré par les exemples des "synclinaux" du massif de l'Oisans ce schéma s'applique parfaitement au Val de Chamonix (toutefois le cristallin chevauchant du bord droit du schéma 3 ne s'observe pas sur la transversale du col de Balme). Par contre ce sont bien des plis serrés ressemblant à ceux qui, sur ce schéma, affectent le contenu de l'hémigraben que l'on voit affecter le Jurassique moyen et supérieur des abords septentrionaux du col de Balme


page à compléter !




Carte géologique simplifiée

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Chamonix

Vallorcine

Châtelard ; Cx de Fer

Trient
Aig. du Belvédère LOCALITÉS VOISINES Aig. du Tour

Chamonix

Mer de Glace

Glacier d'Argentière
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 30/10/16