Monte Giordano, vallon de Servagno

montagnes de rive gauche de la Stura au niveau des Barricate

En venant de l'ouest le long de la crête qui domine la vallée de la Stura, le Monte Giordano est le premier sommet à ne plus appartenir à la zone briançonnaise mais à la zone subbriançonnaise. En effet les terrains qui le constituent présentent les successions stratigraphiques typiques de cette dernière zone, c'est-à-dire pour l'essentiel dépourvues de couches antérieures au Trias terminal et relativement riches en niveaux marneux jurassico-crétacés (voir détails en fin de page).
Les unités subbriançonnaises émergent là à la faveur du fait que l'érosion y perce la chape des unités briançonnaises, sous laquelle on les voit s'enfoncer vers le nord-ouest à la faveur de l'entaille du ravin de Servagno.

Plus au nord-ouest il faut aller jusqu'à Guillestre (dans la vallée de la Durance), pour voir de nouveau affleurer les terrains subbriançonnais, jalonnant comme ici le contact tectonique entre le domaine briançonnais et le soubassement autochtone.

image sensible au survol et au clic

Le haut vallon de Servagno vu d'avion, de l'ouest, depuis l'aplomb de Preinardo.
C'est en rive gauche du vallon de Servagno que se produit l'émergence des unités sub-briançonnaises. On voit de près, sur ce cliché, comment l'unité subbriançonnaise la plus élevée (celle du Giordano) s'enfonce vers la gauche sous l'unité briançonnaise la plus basse (celle de Rocca Peroni).
n.Ro = nappe du Rouchouse; n.RP = nappe de Rocca Peroni ; ØB = chevauchement des unités briançonnaises sur les unités sub-briançonnaises ; sB = unités sub-briançonnaises (sans distinctions) ; u.Gi : unité subbriançonnaise du Giordano ; u.S : unité subbriançonnaise de Servagno - Piconiera.
f.Be = faille de Bernoir (prolongement sud-oriental présumé de la faille du Ruburent), cf page "Gardetta".
En arrière-plan les crêtes des confins du domaine briançonnais et de celui des schistes lustrés piémontais.


Le Monte Giordano présente de façon très exemplaire un caractère tectonique qui est commun à la plupart des unités de la zone subbriançonnaise et qui les oppose aux unités de la zone briançonnaise, savoir celui d'être affecté d'un intense plissement de ses couches jurassiques et crétacées. Celles-ci dessinent un véritable accordéon de plis couchés à déversement vers le sud-ouest, de sorte qu'elles affleurent en bandes parallèles répétées qui traversent obliquement les versants de la montagne.

L'entaille de la rive gauche (orientale) du ravin de Servagno donne une excellente coupe de ce dispositif.

image sensible au survol et au clic


version de plus grande taille de cette figure (extrait de la publication n° 059).
Le versant SW du Monte Giordano vu d'ouest en est, depuis le point coté 2446, sur l'arête sud de la Bassa Terra Rossa.
L'allure de monticule schisteux contraste avec les paysages déchiquetés des sommets calcaires du Briançonnais.
On discerne sous cet angle le style fortement isoclinal et le plongement, très marqué, des plis vers le N ; ce versant montre 3 charnières anticlinales qui sont figurées sur le croquis : les deux charnières notées Al appartiennent à la même voûte anticlinale mais sont décalées par la faille de Servagno ainsi que par des torsions de leur axe (les 3 charnières ont un axe sensiblement N-S).
On a désigné par Sla, Slb, Slc, par S2a, S2b, S2c, les lames de schistes crétacés qui matérialisent des replis par écaillage au cur des grands synclinaux Sl et S2 : du fait de ces écaillages la série stratigraphique est répétée 7 fois sur le versant visible ici.
La lecture de la disposition structurale est encore embrouillée par des failles appartenant à la famille N 45 et dont les plans sont assez fortement rabattus vers l'W.
Sur le cliché on distingue, en outre, à l'extrême gauche, les calcaires triasiques des Costiglioni (Nappe de Rocca Peroni).

Colonne stratigraphique de l'unité du Giordano : succession typiquement subbriançonnaise "de sillon" (sans lacunes), mais ne débutant qu'au Jurassique moyen ("Dogger"), pour cause de décollement tectonique.

(extrait de la publication059, M.GIDON 1972, présentation retouchée)


Abréviations : fn = Faciès « flysch noir »; cs = Faciès calcschistes du Crétacé supérieur et de l'Éocène (br : brèches de niveaux divers) ; cm = Crétacé moyen ; ci = Néocomien ; M = Faciès calcaire du sommet du Malm (sil. : niveaux à silex) ; Ar = Calcaires argileux « argoviens »; tn = Faciès « terres noires » (Oxfordien); Ca = « Callovien » (calcaires argileux lités) ; D = Barre calcaire du Dogger.

Les pentes du revers SE de Monte Giordano montrent la suite de cet empilement isoclinal jusqu'aux abords du Gias d'Agosto, où le soubassement rocheux disparaît assez largement sous des épandages torrentiels et des placages glaciaires.


version de plus grande taille de cette figure ( schéma extrait de la publication n° 059).
Le versant SE du Monte Giordano, vu de la Cima del Gias.
Cette vue, prise dans une direction presque axiale par rapport aux plis, offre une coupe naturelle des structures (schéma interprétatif du bas).
On discerne encore le style isoclinal à plongement vers le N, mais l'on voit en outre s'ébaucher le redressement des plis au voisinage de la faille du col Giordano-Bodoira ("F"). Les notations tectoniques sont les mêmes que dans la figure suivante.
Les abréviations stratigraphiques sont les suivantes : fn = Flysch noir de l'échine NW du Bodoira ; E-Cs = Calcschistes à brèches nummulitiques de l'unité de Servagno, olistolites de calcschistes de l'autochtone, cm Schistes noirs du crétacé moyen ; N = Néocomien ; Js = Jurassique supérieur (Barre tithonique et « argovien ») ; Oxf = Terres noires oxfordiennes ; D = Dogger, y compris les calcschistes « calloviens ».


Le col "Giordano - Bodoira", qui abaisse de façon assez marquée la crête entre ces deux sommets, correspond au passage d'une faille NW-SE sub-verticale. Elle abaisse son compartiment nord-oriental, dont les couches, peu pentées, butent contre les replis très redressés de sa lèvre sud-occidentale (voir la coupe ci-après). À cela près les deux compartiments qu'elle sépare ne sont pas de constitution sensiblement différente (voir la page "Bodoira").


Coupe passant par le sommet du Monte Giordano (extrait de la publication059, M.GIDON 1972, présentation retouchée)
Au = autochtone ; Pi = unité de Servagno (considérée comme le prolongement nord- occidental de l'unité de la Piconiera) ; Gi = unité du Giordano ; FB = faille du Bric Bernoir.
A1 à A4 ; S1 à S3 = replis anticlinaux et synclinaux de l'unité du Giordano.


version plus grande
légende générale des coupes des montagnes de rive gauche de la Haute Stura

(extrait de la publication059, M.GIDON 1972, présentation retouchée)


version plus grande de cette image
Carte structurale de l'unité du Giordano d'après les levés de l'auteur de ce site (extrait de la publication n° 059).
La trace topographique des plans axiaux des plis est figurée afin de montrer les corrélations structurales entre les diverses transversales ; pour les synclinaux à remplissage de crétacé moyen on a représenté les bandes d'affleurement de ce terrain (qui ont donc la même signification).
La nomenclature des accidents est la même que sur les figures 7 et 8 ; les écailles à semelle de Dogger ont été désignées par la lettre A, suivie du numéro correspondant au pli anticlinal homologue dans les niveaux supérieurs ; toutefois l'écaille A4 ne correspond à aucun pli connu et pourrait être totalement étrangère au dispositif plissé du Giordano, appartenant à une unité briançonnaise frontale (unité du Ruissas).
Les replis synclinaux ont été notés Sla, Slb, Slc, d'une part, S2a, S2b, S2c d'autre part, comme sur les figures 7 et 8 ; la coordination de ces replis est plus sujette à caution que celle des accidents principaux.
Les terrains quaternaires sont laissés en blanc (de même que ceux de l'unité de Servagno ou de l'Autochtone).
On notera principalement que la surface basale de l'unité du Giordano recoupe, par rabotage basal, des éléments tectoniques d'autant plus élevés que l'on va d'W en E.



page encore à finaliser !


Voir l'exposé sur les traits majeurs de la tectonique de la vallée de la Stura
consulter l'aperçu structural général sur les montagnes au SE de la Haute Ubaye

Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Larche

Gardetta

Margherina

valle Bandia
Monte Oserot

LOCALITÉS VOISINES

Monte Bodoira

Bersezio Servagno

Barricate Gias

Arpet Pietraporzio

accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/04/14