Choranche, Rochers de Presles

vallée de la Bourne en aval de Choranche

Au niveau de Choranche la vallée de la Bourne est encore relativement étroite et fermée des deux côtés par un abrupt urgonien continu. Ce dernier est d'ailleurs à peu près horizontal car il correspond au fond plat du synclinal de Presles.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de la Bourne au niveau de Choranche, vue du sud, depuis le belvédère de la Petite Cornouze (sommet des falaises de rive gauche).

a.N = anticlinal du Nant ; f.P = faille de Presles ; f.C = faille de Choranche ; s.P = synclinal de Presles (charnière orientale) ; a.Co = anticlinal des Coulmes (flanc ouest).


A l'ouest de Choranche l'abrupt de rive gauche se termine en formant l'éperon de la Grande Cournouse et la vallée s'ouvre franchement. Le fait que la carapace urgonienne y soit beaucoup plus largement décapée, sur les deux rives est sans doute dû au passage de deux failles parallèles, la faille de Choranche et surtout la faille de Presles : en effet leurs rejets verticaux s'additionnent là pour surélever la carapace urgonienne en direction de l'ouest, ce qui a dû soumettre celle-ci à y être décapée lors de l'érosion par aplanissement qui s'est produite au quaternaire ancien dans tous les massifs subalpins.

Peu en aval de Choranche le lit de la rivière atteint les marnes de Narbonne à la faveur du surhaussement de ces couches par une importante cassure presque N-S, donc transverse à la vallée, la faille de Presles (on trouvera des compléments sur cette faille à la page "Presles").
Les couches de la lèvre ouest de cette faille (qui appartiennent au flanc ouest du synclinal de Presles) décrivent en outre un pli secondaire assez peu accusé, l'anticlinal des Chartreux, qui représente simplement le crochon de la faille de Presles, de sorte que ce sont de nouveau les calcaires du Fontanil qu'entaille la Bourne entre les Chartreux et le Pont Rouillard (où commence la cluse de Pont-en-Royans).

image sensible au survol et au clic

La rive droite de la Bourne en aval de Choranche vue du sud, depuis le col de Méselier (près de Chatelus).

a.N = anticlinal du Nant ; a.C = anticlinal des Chartreux ; f.P = faille de Presles.
La partie des rochers de Presles visible sur ce cliché (ponts 874 et 905) est formée par de l'Urgonien pratiquement horizontal qui appartient au très large fond du synclinal de Presles. La portion comprise entre le point 874 et le tracé de la faille est orientée N-S et représente l'abrupt de faille dégagé par l'érosion. L'inclinaison des couches qui s'y observe est celle qu'elles y présentent en direction du nord ; elle correspond au plongement axial du fond du synclinal de Presles.

Le bord gauche de ce cliché, pris dans l'axe de la combe de Chatelus, montre que cette dernière se prolonge sur l'autre rive de la Bourne par un vallonnement en direction du du Serre Cocu pour y rejoindre la combe qui éventre l'anticlinal du Nant. Cette disposition du relief se voit mieux sur le cliché précédent pris en sens opposé.

La faille est surtout bien visible dans les falaises urgoniennes du rebord méridional du plateau de Presles, où son passage dénivelle également la limite inférieure des abrupts urgoniens. Elle crée ainsi un défaut dans la continuité de la barrière urgonienne, défaut qui est utilisé par le tracé de la route D292 (au coude d'altitude 800, où elle s'engage en encorbellement).

image sensible au survol et au clic

Le rebord méridional du plateau de Presles vu de l'ouest, depuis le lacet occidental de la D292 (pied de la falaise école d'escalade des Rochers occidentaux)
f.P = faille de Presles. La falaise correspond au miroir de faille, à peine retouché par l'érosion. Les tirets rouges, repères de la base de l'Urgonien, permettent d'apprécier le rejet vertical de la faille. Noter le plongement des couches vers la gauche, c'est-à-dire vers le nord, qui correspond au plongement de l'axe du synclinal de Presles.
Hs = marno-calcaires à panopées, d'âge Hauterivien supérieur ; c.O = couches à Orbitolines (il s'agit des couches inférieures, d'âge aptien inférieur).
Il est à remarquer que la falaise urgonienne du compartiment gauche (portant les tunnels) n'atteint qu'une hauteur inférieure à 100 mètres, nettement plus faible que celle de la lèvre orientale : cette différence est due au décalage sénestre créé par le jeu anté-Miocène de la faille de Presles (la zone à Urgonien réduit se retrouve sur la lèvre orientale 4 km plus au nord, au village du Fâ).


La faille de Presles est un accident majeur, qui s'avère d'ailleurs avoir fonctionné avant le Miocène, en décrochement dans le sens sénestre. Ceci est attesté par le fait qu'elle décale dans ce sens la zone, en forme de bande orientée NE-SW, qui passe par le village du Fâ, où l'Urgonien est très aminci.

La suppression de la carapace urgonienne protectrice a permis là un large éventrement des flancs de la vallée, créant une combe grossièrement anticlinale, orientée NNW-SSE, qui établit une communication vers le sud, par le village de Chatelus, avec la vallée de la Vernaison

image sensible au survol et au clic

La vallée de la Bourne en amont de Pont-en-Royans vue du nord-ouest depuis le col de Toutes Aures
f.C = faille de Choranche ; f.P = faille de Presles ; f.pR = faille du Pont Rouillard ; a.N = anticlinal du Nant.

Le bord occidental de cette combe de Chatelus suit en réalité un système de failles à rejet globalement sénestre qui tranchent en biseau le synclinal de Presles ainsi que l'anticlinal du Nant (qui est le pli le plus occidental du Vercors sur cette transversale). La principale des cassures de ce faisceau peut être appelée faille du pont Rouillard, car c'est à l'emplacement de ce pont qu'elle traverse le lit de la Bourne.
Du fait de ce décrochement c'est directement l'Urgonien du flanc ouest de l'anticlinal du Nant qu'entaille, peu en aval de ce pont, le dernier défilé rocheux à la sortie duquel est construit Pont-en Royans.


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Coupe de la Bourne aval (par H. Arnaud)
(couleurs comme sur la carte d'ensemble du Vercors)



Carte géologique très simplifiée des gorges de la Bourne et de la Vernaison
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs



cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Romans et Vif

Royans septentrional

Presles

Rencurel , Romeyère
Pont en Royans LOCALITÉS VOISINES Gorges de la Bourne

Royans oriental

Basse Vernaison

Saint-Martin
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Vercors

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 21/07/16