Nibles, Les Moulières, Châteaufort

vallée du Sasse en aval du confluent du Riou d'Entraix

La vallée du Sasse s'élargit, en aval du confluent du Riou d'Entraix, après avoir franchi le rétrécissement du Serre de la Vache, pour former la plaine de Nibles. Celle-ci est occupée, dans sa partie située en amont du village, par une terrasse fluviatile dominant le lit du Sasse, abandonnée par cette rivière à la fin de l'épisode glaciaire du Würmien.

image sensible au survol et au clic

d'après une image extraite de "google-earth"
Les pentes de rive gauche du Sasse vues du sud, à peu près depuis l'aplomb de la Montagne de Gache.
f.V = faille de Vermeil ; f.H = faille de Hongrie ; ØV = chevauchement de l'écaille de Valavoire ; a.S = anticlinal de Sigoyer.


image sensible au survol et au clic

L'extrémité amont de la plaine de Nibles vue du sud-ouest, depuis les abords nord du village.
f.V = faille de Vermeil (elle passe en arrière du Serre de la Vache, pour couper sa crête presque perpendiculairement, à l'est du champ de la photo : voir les clichés suivants)
noter le dessin en chevrons des tranches de bancs (soulignées de tirets), qui miment des plis (ce sont de splendides "V topographiques*"). Ce dessin est dû à ce que, sur ce versant de la crête, la pente n'est qu'un peu moins forte que le pendage des couches vers le sud.


Le Serre de la Vache est formé par les bancs relativement calcaires du Dogger du flanc sud de l'anticlinal E-W de Sigoyer. Il constitue, de ce fait, le flanc nord du synclinal de Nibles, également d'axe E-W (ce pli est d'ailleurs accidenté de quelques ondulations secondaires).

image sensible au survol et au clic

Nibles et son environnement oriental vu de l'ouest, depuis les abords méridionaux du village.
f.V = faille de Vermeil
On voit, en arrière du village les Terres Noires de la partie orientale de la crête du Serre de la Vache : elles contiennent des blocs de Lias et de dolomies triasiques, qui sont des olistolites éboulés au Jurassique moyen depuis le bloc surélevé des Moulières.
par rapport à ce cliché le précédent montre la suite du panorama vers la gauche et le suivant sa suite vers la droite.


image sensible au survol et au clic

Vue détaillée du versant ouest du sommet des Moulières (agrandissement du cliché ci-dessus)
f.V = faille de Vermeil ; f.M = faille des Moulières : cet accident qui limite, du côté est, le bloc surélevé (horst*) des Moulières est d'âge jurassique car des lames de gypses issues apparemment de sa lèvre ouest sont interstratifiées, à son voisinage, dans les Terres Noires de sa lèvre orientale.

La plaine de Nibles est intallée sur les Terres Noires du coeur de ce pli. Pourtant elle vient buter du côté oriental (rive gauche du Sasse) contre la crête boisée des Rochers du Grand Font et de Saint-Laurent qui sont, au contraire, armées respectivement par une barre de Tithonique et par une barre de Lias orientées l'une et l'autre presque N-S.

image sensible au survol et au clic

La fermeture sud-orientale de la dépression de Nibles vue du nord-ouest, depuis les abords de Nibles
f.V = faille de Vermeil (branche sud, passant à la faille de Hongrie).


Le contact entre ces deux groupes de terrains, évidemment anormal, correspond à l'aboutissement méridional de la faille de Vermeil (voir la page Clamensane). Il est jalonné de gypses triasiques, auxquels s'ajoutent des affleurements de Trias inférieur et moyen et même de Houiller, qui forment le sommet des Moulières.

La vallée du Sasse se rétrécit, en aval de la plaine de Nibles pour franchir l'éperon nord-oriental de la montagne de Hongrie par une gorge que surplombe le village de Châteaufort. On y voit affleurer le Dogger et le Lias du flanc sud du synclinal de Nibles, qui se biseautent vers l'est, contre la faille de Vermeil, dans l'éperon rocheux sur lequel est bâti le village de Châteaufort.

L'extrémité méridionale de la crête du Rocher Saint-Laurent forme une ligne de reliefs qui passe en retrait du village vers le sud. Elle est formée par une barre de Lias orientée presque NW-SE dont le haut de la série se trouve du côté sud-est et qui se renverse dans ce sens. On y observe très clairement un système de faille extensives ("normales") cachetées par le Bajocien (les surfaces de cassures sont horizontales, car elles ont été basculées avec les couches).

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est des Rochers Saint-Laurent

schéma interprétatif ci-dessous (sur la photo les pendages des couches sont un peu faussés par la perspective).
La ligne de tirets bordés de gris, au sein du Bajocien inférieur souligne le fait que les trates de ce niveau ne sont pas affectées par les cassures du Lias.

 



La barre du Lias-Dogger se biseaute du sud vers le nord, entre Châteaufort, où elle représentée au complet, et les Moulières où les Terres Noires s'appuient directement, du côté est contre les terrains triasiques. Ceci est expliqué par le schéma ci-après qui montre qu'aux Moulières on se trouvait plus haut qu'à Châteaufort, dans le dispositif structural originel.


Schéma interprétatif de la structure des crêtes entre Nibles et Châteaufort
Il s'agit là d'une coupe schématique, transversale à la faille de Vermeil.
La moitié haute correspond à la transversale Serre de la Vache - Moulières (cliché ci-dessus) et la moitié basse à celle de Châteaufort - Rocher Saint-Laurent.
Noter le cachetage* général des cassures, qui montre que leur jeu originel s'est terminé, selon les points, au Bajocien ou à l'Oxfordien (cas de l'accident principal).


On est là dans le secteur le plus méridional où soit observable la faille de Vermeil. C'est un secteur situé au sud du point (Entraix) où le chevauchement de l'écaille de Valavoire s'embranche sur cette faille, de sorte qu'ici la faille n'a pas rejoué au Tertiaire (lors du mouvement de charriage de l'écaille de Valavoire) et qu'elle n'affecte donc pas les terrains supérieurs à l'Oxfordien.
L'ancien horst* de Houiller et de Trias qui jalonnait la faille (pointillés = grès du Buntsandstein ; hachures verticales = dolomies du Muschelkalk) a été néanmoins étranglé et réduit à une cicatrice gypseuse, à mi hauteur de la coupe, par ces mouvements tectoniques.


Carte structurale schématique des confins de la faille de Vermeil (cours inférieur du Sasse)


Carte géologique simplifiée des environs de Clamensane
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des autres cartes de la section Gap-Digne

consulter aussi la carte structurale des chaînons au NE de Sisteron
cartes géologiques à 1/50.000° à consulter : feuille Laragne

Sigoyer

Motte du Caire

Clamensane

Hongrie

LOCALITÉS VOISINES

Valavoire

.

Sisteron

Saint-Geniez
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section GAP-DIGNE

retour au début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/11/16