montagne du Taillefer : versant sud

les crêtes et éperons rocheux de la rive droite du torrent de la Vaunoire

Le versant sud des crêtes du Taillefer tombe sur la vallée de Lavaldens (plus précisément son affluent, la Vaunoire) par une succession de ravins qui entaillent profondément le socle cristallin et qui y découpent de grands arc-boutants. Ce socle n'est pourtant constitué que par les formations "corticales"* du massif du Pelvoux, mais ici celles-ci sont particulièrement riches en anciens conglomérats métamorphisés (formation du Taillefer).

image sensible au survol et au clic

Le versant sud du Taillefer vu du sud-ouest, depuis le sommet du Tabor (suite vers la droite du cliché ci-dessus).
s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique (traits rouges = affleurements de Trias) ; traits noirs = failles.
Noter la morphologie d'origine typiquement glaciaire de la Combe de l'Emay : elle est caractérisée par un fond rocheux presque plat, en contraste avec les ravins qui l'encadrent à droite comme à gauche, qui sont nettement incisés en V par une entaille torrentielle.
L'ancienne langue glaciaire qui a creusé ce vallon a utilisé pour ce faire une zone où les gneiss leptyno-amphiboliques sont entrelardés de bandes hectométriques micaschisteuses.


Le sommet même du Taillefer est formé par une bande N-S de gneiss leptyno-amphiboliques. Elle est bordée du côté est par les micaschistes à conglomérats de la "formation du Taillefer", dans laquelle est ouvert le plateau suspendu qui la sépare du sommet de la Pyramide.
Du côté ouest la crête sommitale est séparée de celle du Rocher Culasson par le large col du Grand Van. Celui-ci recèle deux affleurements de dolomies triasiques, qui représentent les restes du remplissage sédimentaire d'un graben* dont le fond a été effondré par rapport aux crêtes voisines par le jeu de deux failles presque N-S qui l'encadrent.

image sensible au survol et au clic

Le sommet du Taillefer vu d'avion, du sud (cliché original obligeamment communiqué par M. Serge Gidon)
f.eC = faille est du Rocher Culasson ; f.CV = faille du col du Grand Van


L'arête sud de la Pyramide du Taillefer (crête des Mayes) présente un semis d'affleurements triasiques, qui se disposent en jalonnant une surface qui s'abaisse doucement vers le sud jusqu'à Plan-col. Ils y ont été d'autant mieux épargnés par l'érosion qu'ils sont en général coincés dans des petits compartiments effondrés (des grabens*) d'allongement N-S.

image sensible au survol et au clic

La crête méridionale de la Pyramide du Taillefer et le plateau oriental, vus du sommet du Taillefer.
Les affleurements triasiques de la crête de la Pyramide sont situés sur son revers est, en contrebas du sommet de Côte Belle ; l'affleurement le plus élevé de ce versant est visible ici, au pied est du sommet, où il cachète les contacts entre schistes noirs et conglomérats métamorphiques.


carte des affleurements sédimentaires des abords septentrionaux de l'Armet.


Ces grabens semblent avoir fonctionné originellement au cours du Trias et du Lias car les failles qui les limitent se montrent par places garnies de brèches qui passent latéralement aux sédiments normalement lités.

Coupe des affleurements de l'épaule de l'Orsière (arête nord de l'Armet)

affleurements situés peu au nord du chevauchement de la faille de l'Armet, montrant que les dolomies triasiques passent à des brèches qui s'appuient en onlap* sur la surface de cassure. La faille N-S visible ici a donc déjà fonctionné au Trias.


Ces grabens ont en outre été refermés par les serrages alpins orientés E-W qui ont basculé vers l'ouest la partie haute de leur lèvre surélevée, en lui donnant une disposition chevauchante.

Le graben du versant sud de la Tête des Mayes
(A sur la carte), vu du sud
Coupe d'ensemble des deux petits grabens du Clot Beaumont
B
(à gauche) et C (à droite) sur la carte (voir ci-après l'agrandissement de la partie droite)


Le graben oriental du Clot Beaumont (C sur la carte de détail), vu du sud
La faille qui limite le graben du côté oriental () a un pendage vers l'est, conforme à celui de la foliation cristallophyllienne, et un, rejet compressif. Les autres (F), bien que le pendage similaire, ont un rejet de sens opposé (extensif).
Sans doute cela peut-il résulter de ce que cette faille est une faille jurassique qui était inclinée vers l'ouest qui a été basculée lors des serrages du Tertiaire. Mais il se peut également qu'il s'agisse d'une cassure formée au Tertiaire, qui a joué en chevauchement en réutilisant une surface de foliation et en recoupant la faille extensive originelle de ce bord de graben, comme cela est suggéré par le dispositif du point B (voir le schéma précédent)



Carte géologique simplifiée des environs du Taillefer
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le chaînon du Taillefer
Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Vizille

(Chamrousse)

Taillefer nord

Grand Galbert
Poursollet ; La Morte

LOCALITÉS VOISINES

(Ornon)

Tabor

Armet

(Malsanne)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/06/16