Documents tectoniques

Coupes structurales des massifs de la section Mont Blanc

1/ Secteur des Aiguilles Rouges - Mont-Blanc

version plus grande

Schéma interprétatif de la déformation des hémigrabens des massifs cristallins externes
spécialement inspiré par les exemples des "synclinaux" de Bourg-d'Oisans, de la Muzelle, de la Vaurze et de Morges (l'orientation est celle de ces deux derniers), mais également appliquable aux secteurs d'Arêches (le sédimentaire chevauchant du schéma 3 correspondant à l'unité de Roselend), du Val Montjoie (le cristallin chevauchant du schéma 3 pourrait figurer la "nappe" de Roselette) et de Chamonix.

N.B. : Si ce schéma paraît s'adapter à la plupart des exemples connus, il n'est pas certain que la chronologie soit la même dans tous les cas (c'est pourquoi aucun âge n'est indiqué). Les épisodes 2 et 3 correspondent à deux processus complémentaires, liés respectivement au raccourcissement (notamment du socle) et au déplacement relatif de la couverture (entrainée par les nappes internes) par rapport au socle. Ils peuvent s'être succédé en ordre inverse, ou même avoir été plus ou moins contemporains.



2/ Secteur de Megève - val Montjoie

image plus grande > nouvelle fenêtre

Coupe d'ensemble du chaînon du Mont-Joly et de ses abords
Cette coupe résume les conclusions de l'étude d'ensemble la plus récente sur les environs du Mont-Joly (son auteur se rallie à une interprétation par plis couchés très aplatis, voire étirés). (d'après J.L.Epard, 1990, légèrement retouché)

J.L.Epard distingue, sous une "unité du Mont-Joly", qui serait un anticlinorium couché, un "synclinal du Mont d'Arbois", à coeur de schistes du Toarcien et de l'Aalénien, puis une "unité du Sangle" formée de Lias calcaire en série renversée, qui serait le flanc inverse d'un pli-couché très aplati. Le tout reposerait, par une surface de chevauchement, sur une lame de carbonifère et de Trias, l'"unité de Vervex", elle même décollée et trainée sur le socle autochtone.
L'absence de Lias calcaire dans le flanc normal supposé du pli couché de l'unité du Sangle impose à J.L.Epard une explication complémentaire, qu'il propose de trouver dans une discordance synsédimentaire sur le flanc d'un bloc basculé.

J.L.Epard reconnait d'autre part 3 phases de déformation : la première aurait créé les grands plis-couchés, la seconde aurait vu leur reploiement par des plis à déversement vers l'ouest et la troisième aurait cintré la voûte du massif de Belledonne et créé une charnière, déversée vers l'est, entre le massif des Aiguilles rouges et la zone synclinale de Chamonix.

version plus grande

Coupe d'ensemble du chaînon du Mont-Joly et de ses abords
u.J = unité du Joly (les écailles imbriquées au sein de cette unité sont figurées mais pas désignées par leur nom) ; s.mA = synclinal du mont d'Arbois ; u.S = unité du Sangle (série liasique inférieure à l'ouest de Megève : son renversement pose un problème, souligné par le point d'interrogation) ; a.mB = prolongement hypothétique de l'accident médian de Belledonne ; f.C = prolongement méridional de la faille des Contamines - Chamonix ; f.G = faille de La Gorge ; f.cN = faille de Combe Noire (délimitant le "claveau" le plus occidental du rameau externe du Mont-Blanc).
Les blocs ("claveaux") juxtaposés de la partie occidentale du massif du Mont-Blanc se trouvent, par rapport au rameau interne de Belledonne, dans une situation plus orientale et ne peuvent prolonger que la partie la plus interne de ce dernier.
N.B. : on n'a pas suivi ici l'interprétation de J.L.Epard, selon qui il existe un vaste " synclinal du Mont d'Arbois" dont le flanc est se rebrousse suffisamment pour affleurer au pied ouest de l'unité du Joly.


version plus grande

Schéma des rapports entre les structures du val Monjoie et celles du revers oriental des Aravis

Ce schéma exprime l'interprétation selon laquelle le synclinal du Mont d'Arbois représente le prolongement du synclinal de Flumet de la rive nord-ouest de la vallée de l'Arly. Le chevauchement du Joly apparaît alors comme un accident similaire au chevauchement d'Areu, voire même comme son prolongement plus bas dans la succession stratigraphique, au niveau du Lias.
La "lame de Vervex"est formée de carbonifère intercalé au sommet des couches triasiques. Sa présence matérialise sans doute une surface de glissement tectonique qui séparerait la couverture, entraînée vers l'ouest par les charriages, de son socle autochtone.
ØA
= chevauchement d'Areu ; ØCB = chevauchement de Croise Baulet ; ØJ = chevauchement du Joly
u.J = unité du Joly ; u.mA = unité du Mont d'Arbois ; u.S = unité du Sangle (interprétation J.L. Epard) ; u.R = unité de Roselend - Roselette ; a.mB = accident médian de Belledonne.

3/ Secteur du Beaufortain

légende des couleurs de ces coupes


Coupe structurale du Beaufortain occidental au nord d'Arêches
amBW
= accident médian de Belledonne (branche ouest) ; amBE = accident médian de Belledonne (branche est) ; f.SW = faille occidentale du Sallestet ; f.SE = faille orientale du Sallestet
ØR = surface de chevauchement de l'Unité de Roselend ; ØG = surface de chevauchement de l'Unité de la crête des Gittes ; ØcA = surface de chevauchement de l'Unité du Cormet d'Arêches (première unité rattachée au domaine des nappes internes)
(coupe extraite de la notice de la carte géologique, feuille Bourg-Saint-Maurice, retouchée)

NB 1 : Le débitage en lames imbriquées du socle cristallin du rameau interne de Belledonne correspond à une interprétation qui se révèle peu en accord avec les faits d'observation : ceux-ci plaident plutôt en faveur d'un framgmentage du socle en blocs par des failles ayant des rejets extensifs et/ou coulissants.

NB 2 : L'unité de Roselend est la première unité chevauchante ("parautochtone") de l'autochtone dauphinois interne.
Dans la notice de la carte Bourg-Saint-Maurice elle est appelée "écaille de la Gitte". Mais ce terme prète à confusion avec l'"unité de la crête des Gittes" immédiatement plus interne.
L'unité de Roselend ainsi définie se prolonge plus au sud par l'"unité de la Roche Parstire - Roc Marchand" et rangée dans les "unités décollées" de la légende du schéma structural de la carte. Elle est distincte de l"unité de Roselend" de P.LANDRY (1976), pour qui ce terme désignait la couverture sédimentaire autochtone du rameau interne de Belledonne



Coupe du Beaufortain occidental (autochtone), au sud d'Arêches
s.gJ
= synforme de la Grande Journée ; amBW = accident de Beaufort ; amBE = accident médian de Belledonne ; f.gC = faille de la Grande Combe ; f.C = faille de Cuvy (prolongement sud de la faille occidentale du Sallestet) ; f.D = faille du Dard (prolongement sud de la faille orientale du Sallestet) ; f.L = faille de la Louze
ØR = surface de chevauchement de l'Unité de Roselend ; ØG = surface de chevauchement de l'Unité de la crête des Gittes.
(coupe extraite de la notice de la carte géologique, feuille Bourg-Saint-Maurice, modifiée)



Coupe du Beaufortain oriental à l'est d'Arêches
js
= Jurassique supérieur de l'Unité de Roselend ; jm = Jurassique moyen de l'Unité de la crête des Gittes ; tG = surfaces tectoniques jalonnées de trias gypsifère ; Tr = Trias carbonaté de la zone valaisanne; j = Lias et Dogger de la zone valaisanne ; cgl = conglomérats de base du flysch de Tarentaise ; flT = flysch de Tarentaise ; hr = grès et schistes houillers.
(coupe extraite de la notice de la carte géologique, feuille Bourg-Saint-Maurice, présentation fortement retouchée)


Abréviations utilisées pour désigner les principales cassures et surfaces de chevauchement :

Massifs septentrionaux (Aiguilles Rouges, Mont-Blanc, val Montjoie) :

u.J = unité du Joly ;
s.mA = synclinal du mont d'Arbois ;
u.S = unité du Sangle (série liasique inférieure de Megève) ;
f.C = faille de Chamonix ;
f.cN = faille de Combe Noire

Beaufortain occidental :

amBW = accident médian de Belledonne (branche ouest) ;
amBE
= accident médian de Belledonne (branche est) ;
f.gC = faille de la Grande Combe ;
f.C = faille de Cuvy ;
f.D = faille du Dard ;
f.L = faille de la Louze.

Beaufortain oriental :

ØR = surface de chevauchement de l'Unité de Roselend ;
ØG = surface de chevauchement de l'Unité de la crête des Gittes (u.G = u.cr.G) ;
ØcA = surface de chevauchement de l'Unité du Cormet d'Arêches ;
ØB = surface de chevauchement de l'Unité de la Bagnaz ;
ØQ = surface de chevauchement de l'Unité du Quermoz ;
ØM = surface de chevauchement de l'Unité de Moûtiers ;
ØR = surface de chevauchement de l'Unité du Roignais ;
ØrE = surface de chevauchement de l'Unité du Roc d'Enfer ;
ØhB = surface de chevauchement de la nappe du Houiller briançonnais.


 
Liste des localités de la section

 Page d'accueil de la section
MONT - BLANC
 
Page d'accueil du site

Dernières retouches apportées à cette page le 20/12/16