Revel, Freydière, Mont Morel, Combeloup

Les "collines bordières" de part et d'autre de la vallée du Doménon

Les collines situées autour de Revel sont entaillées, du côté sud, par la gorge du Doménon mais celle-ci ne donne une coupe montrant de bons affleurements que pour la partie basse de leur structure. C'est dans cette basse vallée du Doménon, où les affleurements sont plus largement accessibles grâce à des routes qui courent à flanc de versant, qu'ont été récoltés quelques uns des rares fossiles qui ont permis de dater les couches et de s'apercevoir que ces "collines liasiques", comme on les dénommait anciennement, étaient en réalité d'âge jurassique moyen (voir la page "collines bordières"). Le reste des pentes plus orientales, largement couvert de prairies et de bois ne montre que de rares affleurements dispersés à l'aide desquels il est difficile de mettre en évidence l'organisation tectonique des couches.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de l'extrémité sud de la chaîne de Belledonne (montagnes de Chamrousse), vues du nord depuis le sommet de la Dent de Crolles.
Oph = ensemble ophiolitique (rameau interne méridional) ; gn = gneiss du complexe plutono-volcanique ;f.LP= accident de La Pra ; ac.M = accident médian (branche de Chamrousse) ; mcs = micaschistes du Rameau externe.
f.PA = faille du Pré de l'Arc ; f.B = faille de la Boutière ; ØsA = chevauchement de Sainte-Agnès ; a.R = anticlinal de Revel.


La Combe de Lancey s'élève depuis le village de ce nom, en passant par celui de Mas Julien, jusqu'au pied des escarpements boisés du cirque des Trois Ruisseaux, lesquels supportent au sud le lac du Crozet (voir la page "Grand Colon") et au nord le Lac de la Sitre (voir la page "Grande Lance de Domène").

image sensible au survol et au clic

Les pentes occidentales des crêtes de Belledonne, au nord de la vallée du Doménon, vues du SW depuis le Pic Saint-Michel (en Vercors). Le vallon du Muret correspond à la frontière géographique entre les massifs de Belledonne et des Sept Laux.
Oph = ensemble ophiolitique ; gnL = gneiss (leptynitiques) du complexe plutono-volcanique ; f.LP = accident de La Pra.
f.PA = faille du Pré de l'Arc ; f.B = faille de la Boutière ; ØC = chevauchement du Clos

Elle est bordée du côté NE par la crête essentiellement boisée qui s'élève, depuis la bosse de la Greppa, par le Col de Pré Long, la Tête du Clos, le Pré du Mollard jusqu'au Mont Saint-Mury.


Coupe passant approximativement par le vallon de la Combe de Lancey (coupe 5 de la carte en fin de page) ;
1 = surface de chevauchement du probable redoublement du Bajocien inférieur calcaire ; ØsA = chevauchement de Sainte-Agnès
Bjc.s = Bajocien inférieur calcaire (zone à Humphriesianum), barre supérieure ; Bjms = niveaux marneux intermédiaires du Bajocien inférieur (âge précis incertain) ; Bjc. = Bajocien inférieur calcaire (zone à Humphriesianum) ; Bjm = Bajocien basal marneux (zones à Sauzei et à Sowerbyi) ; Aal. = Aalénien supérieur et moyen ; Ls = "Lias schisteux" (Aalénien inférieur (?) Toarcien et Domérien) ; Lc = "Lias calcaire" (Carixien à Hettangien) ; Tr = Trias ; Tr.+Perm. = Trias et Grès d'Allevard, là où ces derniers sont stratigraphiquement présents.


Du côté SW elle est séparée la vallée du Doménon par la crête également boisée de Mont Morel, Freydière et Pré Raymond.


Coupe en rive droite de la vallée du Doménon (coupe 6 de la carte en fin de page)
1
= surface de chevauchement du probable redoublement du Bajocien inférieur calcaire ; 2a = chevauchement de Sainte-Agnès.
Bjc.s = Bajocien inférieur calcaire (zone à Humphriesianum), barre supérieure ; Bjms = niveaux marneux intermédiaires du Bajocien inférieur (âge précis incertain) ; Bjc. = Bajocien inférieur calcaire (zone à Humphriesianum) ; Bjm = Bajocien basal marneux (zones à Sauzei et à Sowerbyi) ; Aal. = Aalénien supérieur et moyen ; Ls = "Lias schisteux" (Aalénien inférieur (?) Toarcien et Domérien) ; Lc = "Lias calcaire" (Carixien à Hettangien) ; Tr = Trias ; Tr.+Perm. = Trias et Grès d'Allevard, là où ces derniers sont stratigraphiquement présents.

Ces deux crêtes offrent des coupes naturelles assez analogues où l'on voit tout d'abord que la couverture mésozoïque est presque privée de ses termes de base (Lias calcaire), peut-être parce que ces derniers sont stratigraphiquement réduits mais surtout parce qu'ils s'appuient du côté NE contre une faille qui les biseaute en portant en saillie par rapport à eux des grès et schistes houiller : il s'agit là du prolongement de la faille de la Boutière (voir la page "Saint-Mury") qui limite du côté occidental la bande intercalaire entre gneiss du Rameau interne et micaschistes du Rameau externe (voir la page "Prapoutel").

Cette bande houillère intermédiaire affleure surtout en fond de vallon car elle est coiffée sur la crêtes par deux chapeaux de couverture mésozoïque, celui du Clos sur la crête septentrionale et celui du Bois de Freydière (en amont du hameau de ce nom) sur la crête méridionale. Tous deux s'adossent du côté SE contre des micaschistes (qui se rattachent donc au rameau externe) par l'intermédiaire du prolongement de la faille du Pré de l'Arc. Ces deux chapeaux mésozoïques sont en outre coiffés par des cargneules emballant des lames de spilites.

 C'est à cette latitude que la faille du Pré de l'Arc se sépare de l'accident médian, ce dernier prenant un tracé plus méridien qui l'éloigne progressivement du nord vers le sud pour passer au pied des escarpements du Mont Colon, alors que la bande de cargneules, bordée de houiller du côté ouest, qui jalonne la faille du Pré de l'Arc passe nettement plus en contrebas ouest, dans le bas du ravin du Ruiseau du Colon (voir le cliché ci-après). La lame de micaschistes qui s'intercale entre le Rameau interne et le houiller s'effile là tectoniquement pour se terminer en direction du nord dans la butte du Clos du Pré du Mollard. Elle s'élargit au contraire au sud de Freydière pour former, jusqu'à Vizille, l'essentiel des affleurements du socle cristallin du rameau externe


image sensible au survol et au clic

La rive droite (nord) de la vallée du Doménon vue de l'ouest, d'avion, de l'aplomb des Seiglières.
en tirets bleus la voûte du socle hercynien de Belledonne (base des schistes et grès houillers ; en tirets rouges le tracé supposé (non observé) de la surface de la pénéplaine anté-triasique (spa).
a.mB = accident médian de Belledonne ; f.pA = faille du Pré de l'Arc.


La vallée du Doménon est ouverte aux alentours de Revel dans les marnes du Bajocien basal qui affleurent au coeur de l'anticlinal de Revel (l'Aalénien qui affleure en rive gauche au cœur du pli disparaît en rive droite en raison du plongement axial vers le nord de ce pli qui le conduit à s'enfoncer dans cette direction). Le Bajocien calcaire, sub-horizontal, du flanc oriental de ce pli affleure plus haut dans le versant, au niveau du Rousset. A l'est de ce village il disparaît sous les marnes du Bajocien basal du Mont Morel, vraisemblablement à la faveur du prolongement méridional du chevauchement de Sainte-Agnès (dont on perd là la trace, bien à l'ouest du tracé de la faille de la Boutière, avec laquelle il ne saurait donc être en rapport).

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la dépression de Revel, vu d'avion, de l'ouest, depuis l'aplomb de Venon, par dessus la montagne de Combeloup.
s.C = synclinal de combeloup ; Ø1 = surface de chevauchement de l'hypothétique redoublement du Bajocien inférieur ; ØSA = chevauchement de Sainte-Agnès ; a.R = anticlinal de Revel ; f.B = faille de la Boutière ; f.PA = faille du Pré de l'Arc.
La crête sommtale de la montagnede Combeloup est arquée car elle suit l'inflexion synclinale, à axe plongeant vers la gauche, qui affecte les couches "Bjc", les plus calcaires de la succession bajocienne.


En aval de Revel la succession des couches traversée par le Doménon est uniformément à pendage ouest mais la valeur de celui-ci varie en dessinant deux ondulations que sont l'anticlinal de Domène et le synclinal de Combeloup, lesquelles sont toutefois insuffisamment accentuées pour que les couches y basculent jusqu'à atteindre un pendage vers l'est.

 Il faut observer que les axes de ces plis sont obliques par rapport à la bordure de la plaine alluviale du Grésivaudan (leur direction est plus proche de N-S), de sorte que le prolongement septentrional du synclinal de Combeloup rejoint cette bordure dès les abords de Lancey (de sorte que, au nord de cette localité, c'est l'anticlinal de Revel qui affecte les couches de la bordure du Grésivaudan).

image sensible au survol et au clic
patienter ...
Les collines de rive droite du Bas Doménon, vues d'avion, de l'ouest, depuis l'aplomb de la plaine de l'Isère à l'est de Meylan.
Ø1? = surface de chevauchement du probable redoublement** du Bajocien inférieur; ØsA = chevauchement de Sainte-Agnès ; a.D = anticlinal de Domène ; s.C = synclinal de Combeloup ; a.R = anticlinal de Revel ; f.B = faille de la Boutière ; f.PA = faille du Pré de l'Arc ; c.B = compartiment de la Boutière, pris entre les deux failles précédentes (souvent considéré, à tort, comme représentant l'accident médian de Belledonne).
Légende stratigraphique pour le Bajocien des collines bordières : voir la coupe ci-après.
** L'épaisseur considérable et les répétitions de faciès au sein de cette succession ont conduit à se poser la question de savoir si elle ne serait pas redoublée par un chevauchement (voir plus de détails à la page "collines bordières" et/ou se reporter à l'article correspondant).

La gorge par laquelle le thalweg rejoint la plaine alluviale de l'Isère est une typique "gorge de raccordement" d'origine glaciaire. Elle est entaillée dans les niveaux riches en bancs calcaires du Bajocien inférieur et dans le niveau des marnes intermédiaires ("Bjms"), qui y disparaît, semble-t-il par effilement vers l'aval.

En rive gauche de cette gorge la montagne de Combeloup se détache de façon plus marquante car elle a une structure synclinale en proue de bateau saillant vers l'amont du versant : cela lui donne un peu l'aspect d'un volcan à cratère égueulé ... (voir le cliché plus haut dans cette page). Elle est formée toute entière, jusqu'à la vallée de l'Isère par la succession des couches bajociennes, qui atteignent à elles seules une épaisseur de l'ordre de 1000 m. Cette épaisse répétition d'alternances de lits marneux et de bancs pluri-décimétriques de calcaires argileux plus ou moins calcarénitiques ("sableux" selon le terme peu approprié utilisé sur la carte géologique). débute par un niveau plutôt marneux, qui forme le versant occidentale de la combe des argilites aaléniennes de Saint-Nizier et du Pinet d'Uriage, et se poursuit par un niveau calcaire inférieur qui détermine un crêt* émoussé, à regard sud-est, qui culmine avec la crête Combeloup.

 L'épaisseur considérable et les répétitions de faciès au sein de cette succession bajocienne ont conduit en outre à se poser la question de savoir si elle ne serait pas redoublée par un chevauchement (voir plus de détails à la page "collines bordières" et/ou se reporter à l'article correspondant).




même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Carte structurale de la bordure occidentale de la chaîne de Belledonne entre Uriage et Sainte-Agnès.
Le Bajocien est représenté en bleu ; 1 = surface de chevauchement probable redoublant le Bajocien inférieur (chevauchement précoce, enroulé par les plis) au sein de l'Unité inférieure. 2a = surface de chevauchement de Sainte-Agnès ("Unité supérieure") ; 3 = accident de Romage.
Noter la rectilinéarité du tracé cartographique de la faille du Pré de l'Arc et le fait qu'il est pratiquement dépourvu de V topographiques, ce qui témoigne du très fort pendage vers l'est de la cassure. Observer la divergence, au sud du Clos, du tracé de cette faille vis-à-vis de celui de l'Accident Médian méridional.


Carte géologique simplifiée des environs septentrionaux d'Uriage

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud



C'est en grande partie sur le travail d'exploration cartographique fine effectué par J.C. Barféty dans les collines bordières de Belledonne que se fondent les exposés qui concernent ce secteur dans les pages de Geol-Alp.


Page d'introduction générale à la géologie des Collines bordières de Belledonne
Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.

Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Domène

Carte géologique simplifiée des collines bordières septentrionales au nord de Gières
Carte géologique simplifiée des collines bordières méridionales au sud de Gières


  Saint- Mury Grand Pic de Belledonne

(Grésivaudan)

LOCALITÉS VOISINES

La Pra, Doménon

Quatre-Seigneurs Uriage Chamrousse
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/08/16