Sommets de Serre Chevalier et de l'Eychauda

coeur du domaine skiable de Serre Chevalier, en rive droite de la Guisane

La montagne du Serre Chevalier, qui a donné son nom à la plus célèbre station des Alpes du Sud, n'est qu'une grosse butte assez molle, au milieu d'alpages dont elle n'est même pas le point culminant (celui-ci est le sommet de l'Eychauda) ...
Pour les géologues la célébrité de cette montagne est liée à ce qu'elle est formée d'affleurements énigmatiques de micaschistes, qui ont été considérés pendant de longues années comme une klippe*. À la fin du XIXe siècle leur découvreur, Pierre Termier, en avait fait sa "4° écaille", c'est-à-dire l'unité la plus haute de l'édifice des nappes briançonnaises de ce massif.

image sensible au survol et au clic

Le versant Guisane de la montagne de Serre Chevalier
, vu du nord-est, depuis les pentes à l'ouest du col du Granon (cliché original obligeamment communiqué par M. Pierre Gidon).
u.rB = unité du Rocher Blanc ; u.cB = unité de la Crête de la Balme (toutes deux rapportées à la nappe de la Condamine) ; 4° éc. = chapeau de la "quatrième écaille", couronnant la succession de la nappe de la Condamine.
f.R
= faille de la Ricelle (prolongement probable de la faille du col de la Pisse) ; f.M = faille de Méa ; f.T = faille de Trancoulette (en grande partie masquée par la crête Serre-Chevalier - Chatelas) ; f.C = faille du Châtelas (elle abaisse la nappe de la Condamine par rapport à son soubassement siliceux, au sud de l'échine de quartzites du Châtelas).
Ce versant de la montagne doit ses pentes, douces en moyenne mais coupées de ressauts, à une morphologie de terrains glissés par petits paquets : les contacts entre les unités y sont largement masqués par ces phénomènes.
On constate néanmoins que (comme sur le versant sud du Prorel) les niveaux carbonatés du Trias Moyen (tc-d) de l'unité du Rocher Blanc (u.rB) reposent directement, ou par l'intermédiaire d'une lame de Permo-Trias quartzitique (tq-V) peu épaisse, sur les grès houillers.


On a reconnu bien plus tard [M. Lemoine, dans les années 1960] que le matériel de cette "4° écaille" était en réalité une brèche de micaschistes (des "micaschistes reconstitués"). Plus récemment (dans les années 1990) Barféty et Tricart ont montré que cette brèche faisait en réalité partie d'un olistostrome* inclus dans le flysch noir du sommet de la succession de la nappe de la Condamine.
Le terme de "4° écaille", encore assez souvent usité par tradition, ne désigne donc pas une entité tectonique mais une formation stratigraphique d'âge éocène.

Cette interprétation s'accorde bien avec le fait que l'on observe, en nombre d'autres points, dans le flysch noir de la zone subbriançonnaise et de la zone briançonnaise, la présence d'éléments exotiques plus ou moins volumineux (mais dans des proportions moindres qu'ici).

image sensible au survol et au clic

Le versant sud des montagnes de Serre Chevalier
vu du sud-est, depuis les pentes méridionales du Rocher Blanc..
n.Co = nappe de la Condamine ; u.T = unité des Tenailles de Montbrison (rapportée à la nappe de Champcella) ; u.rB = unité du Rocher Blanc (rapportée à la nappe de la Condamine) ; 4° éc. = chapeau de la "quatrième écaille", couronnant la succession de la nappe de la Condamine.
f.T = faille de Trancoulette (elle se partage en deux branches parallèles) ; f.P = faille du col de la Pisse ; f.R = faille de la Ricelle (prolongement éventuel de la précédente, dans le compartiment est de la faille de Trancoulette : voir aussi la page "Prorel").


Du point de vue structural les affleurements de la "4° écaille" se situent en contrebas nord des affleurements de Trias et de Jurassique de la nappe de la Condamine, qui forment le groupe montagneux de la Condamine et du Rocher Bouchard. Ceci est dû au jeu extensif de l'importante faille E-W du col de la Pisse, qui détermine l'abrupt par lequel l'extrémité de la crête de la Coste Groselière tombe sur les pâturages de Serre Chevalier (vallon Mélivrin). Cette cassure semble bien se poursuivre vers l'est par la faille qui limite du côté nord les affleurements triasico-jurassiques du Rocher Blanc, bien qu'entre les deux passe la faille N-S de Trancoulette, qui introduit un décalage dans le sens dextre.
Du côté nord des affleurements de la "4° écaille", le matériel triasico-jurassique de la nappe de la Condamine est ramené au jour, dans la crête de la Balme et de Roche Gauthier, à la faveur d'une autre cassure (orientée SW-NE), la faille du col de Méa.
En définitive les reliefs du Serre Chevalier et du Sommet de l'Eychauda correspondent donc - un peu paradoxalement, compte tenu de leurs situation saillante - à un panneau effondré, où se trouve exceptionnellement conservé, grâce à cette circonstance, la partie tout-à-fait supérieure de la succession de la nappe de la Condamine (partie que l'érosion à enlevée partout ailleurs).

image sensible au survol et au clic

Les confins du chaînon de Montbrison et des montagnes de Serre Chevalier
vus d'avion, de l'est, depuis l'aplomb du Prorel.
u.cA = unité de la crête d'Aquila ; n.Co = nappe de la Condamine ; u.T = unité des Tenailles de Montbrison (rapportée à la nappe de Champcella) ; u.cB = unité de la crête de la Balme (rapportée à la même nappe) ; u.rB = unité du Rocher Blanc (surface de chevauchement en blanc cerné de noir) ; 4° éc. = chapeau de la "quatrième écaille", disjoint par les failles et par l'érosion en 3 affleurements, couronnant la succession de la nappe de la Condamine.
f.T (en jaune) = faille de Trancoulette ; f.PF = faille de la Peyre du Fey ; f.rJ = faille du Rocher Jaune ; f.P = faille de la Pisse ; f.R = faille de la Ricelle (prolongement éventuel de la précédente, dans le compartiment est de la faille de Trancoulette : voir aussi la page "Prorel") ; f.M = faille de Méa.



Aperçu général sur le chaînon de Montbrison
Aperçu général sur la tectonique du Briançonnais
Aperçu général sur la bordure orientale du Massif du Pelvoux


légende agrandissable dans une nouvelle fenêtre
Carte géologique simplifiée des montagnes de la moyenne Guisane.
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Briançon


(Rocher de l'Yret)

Cucumelle ; Gd Pré

Chantemerle ; La Salle
(Chambran)

LOCALITÉS VOISINES

Peyrolle

Condamine

Trancoulette ; Aquila

Prorel
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16