Tectonique de la région briançonnaise


N.B. : voir aussi les pages complémentaires, relatives aux différents secteurs du Briançonnais au sens géographique :
- le Briançonnais septentrional entre Guisane et Clarée - le Briançonnais septentrional en rive orientale de la Clarée - le Briançonnais à l'ouest de Briançon - le Briançonnais méridional à l'ouest de la Durance - le Briançonnais méridional à l'est de la Durance - Le secteur, plus oriental, du Queyras

Plan de ce chapitre :

A/ Vue d'ensemble

1 - Zone subbriançonnaise
2 - Zone briançonnaise
3 - Zone piémontaise
B/ Nomenclature des nappes briançonnaises Les nappes briançonnaises
Les "écailles intermédiaires"
 C/ Autres accidents tectoniques 1 - Plis
2 - Failles

A/ Vue d'ensemble

1 - Zone subbriançonnaise

Les terrains rapportés à cette zone affleurent selon une bande qui s'intercale entre le placage de flysch nummulitique qui tapisse les revers orientaux du gros dôme anticlinal dessiné par le socle cristallin du massif du Pelvoux et la surface de chevauchement frontale du Briançonnais.
Entre le col du Lautaret et Vallouise la structure de cette bande d'affleurements est assez simple car elle est formée de deux unités tectoniques imbriquées (dites "écailles subbriançonnaises") qui sont plaquées en accordance sur les couches du flysch autochtone. Leur constitution est assez semblable car chacune comporte une semelle de calcaires du Jurassique moyen surmontée de calcschistes d'âge callovo-oxfordien à néocrétacé. Au niveau de la Guisane, à l'ouest du Monêtier l'écaille inférieure repose sur l'autochtone par l'intermédiaire d'un coussinet gypseux épais d'une centaine de mètres. Entre la Guisane et Vallouise la semelle de l'unité supérieure se réduit à un chapelet de copeaux de Jurassique puis disparaît sous les paquets glissés de la rive gauche de la Gyronde à la latitude de Vallouise.
Au sud de Vallouise, à partir des Vigneaux, la zone subbriançonnaise occupe sur la carte une place beaucoup plus large, car elle affleure là sous les unités briançonnaises, sur les deux rives de la Durance, au coeur d'un anticlinal de nappes d'axe N-S, dans la fenêtre de l'Argentière.

On peut essentiellement distinguer dans la zone subbriançonnaise, des abords du Galibier à ceux de Guillestre, deux unités superposées :
- une unité supérieure, à laquelle on doit sans doute rattacher les affleurements de la fenêtre de l'Argentière. Elle se caractérise au plan stratigraphique par sa succession qui est, du Jurassique moyen au Crétacé supérieur, continue, épaisse et riche en niveaux marneux ou marno-calcaires. Elle caractérise au niveau du Galibier une "digitation de Roche Olvera", et l'on doit sans doute lui rattacher les affleurements de la fenêtre de l'Argentière.
- une unité inférieure, où la barre du Dogger calcaire ne supporte que peu de niveaux marneux d'âge jurassique supérieur, ceux-ci étant remplacés par des brèches ("brèche du télégraphe"), voire par une simple lacune sous les calcschistes ("marbres en plaquettes") du Crétacé supérieur. Cette unité est représentée par des unités disjointes (souvent qualifiées d'"écailles" qui les ont étudiées) peut-être plus par les conditions d'affleurement que par une dislocation tectonique. Ce sont, du nord au sud, les unités des Sestrières, du Fontanil, des Neyzets, de Vallouise et des Têtes d'Oréac et de la Lauzière.

2 - Zone briançonnaise

Ce sont les terrains de la zone briançonnaise qui occupent - de loin - la plus grande superficie de la région de Briançon.

a) La tectonique de la région briançonnaise est dominée, aux environs de Briançon comme plus au nord et plus au sud, par une disposition des couches qui a de longue date été décrite comme un anticlinorium* dissymétrique, rendu célèbre par son double déversement, longtemps dit "en éventail".
En effet, à l'ouest de la ville de Briançon, depuis la vallée de la Guisane au nord jusqu'au massif de Peyre Haute au sud, les couches ont globalement un pendage modéré vers le nord-est ; leurs plis et leurs imbrications par chevauchement sont déversés vers le sud-ouest. Au contraire, à l'est d'une ligne passant par le col des Ayes, la ville de Briançon, le col du Granon et la vallée de la Clarée (en amont de Névache) il est presque la règle d'observer des successions stratigraphiques renversées, à fort pendage vers le sud-ouest, l'ensemble des structures manifestant là un déversement vers l'Italie (vers le nord-est)
.

On parle de "rétro-déversement" pour exprimer le fait que cette disposition va à l'encontre de ce qui se passe sur la plus grande partie du versant français des Alpes (lui-même le plus étendu de la chaîne) où le déversement est presque systématiquement dirigé vers l'ouest.

En fait l'interprétation par un éventail de plis, résultant d'observations trop superficielles et datant d'une époque où les charriages de nappes étaient méconnus, est erronée parce que les structures déversées vers l'ouest et celles déversées vers l'est ne sont ni de même nature ni de même âge.

Les anciens auteurs ont longtemps cherché à localiser un "axe de l'éventail briançonnais", en partant du principe (erroné) que cet "éventail" correspondait à un anticlinorium formé en une seule et même étape. Ce n'est pas le cas, de sorte que l'on posait là un faux problème, qu'il faut remplacer, si l'on veut accéder à une vue globale de l'organisation de la zone briançonnaise, par une recherche des charnières majeures datant de la seconde étape de déformation.

On constate alors que le Briançonnais est parcouru par deux charnières rétrodéversées majeures :
- une charnière orientale (ou "anticlinal de la Grande Montagne") qui emprunte, au sud du Thabor, la rive ouest de la Vallée Étroite et la basse vallée de la Clarée en aval de Plampinet. Elle ne fait apparaître le Houiller qu'au nord du col des Thures mais plus au sud elle affecte les terrains secondaires dont elle replisse les nappes empilées. Son flanc oriental, renversé, suit la rive gauche de Vallée Étroite puis de la Basse Clarée, par le chaînon des Rois Mages et par les Acles, pour aboutir à Clavière par le versant ouest du Chaberton (vallon des Baisses - Rio Secco). Mais la charnière elle même est recoupée par le système de cassures longitudinales de la faille de la Clarée, ce qui gène pour en avoir une vision claire.
Plus au sud son tracé est encore moins bien reconnu, car masqué sous la chape des schistes lustrés, mais il paraît probable qu'il aboutisse à la charnière du col Longet, aux sources de l'Ubaye et, en Italie (Haute Maira) à celle de l'anticlinal d'Acceglio.
- une charnière occidentale, connue de longue date sous le nom d'anticlinal des Ayes. Elle passe par la haute vallée de la Clarée en amont de Névache, par le col du Granon et par la ville de Briançon.
Elle se poursuit plus au sud, par le col des Ayes, jusqu'à rejoindre la charnière du flanc oriental de l'anticlinal du Guil et, en Ubaye, le flanc oriental de l'anticlinal de Marinet.

Dans la littérature (notamment dans la notice de la feuille Briançon de la carte géologique au 1/50.000°) les auteurs ont en général partagé les unités imbriquées (nappes élémentaires) en deux groupes, celui des unités occidentales (dites aussi externes) et celui des unités orientales (dites aussi internes), selon qu'elles se situent à l'ouest ou à l'est de l'anticlinal des Ayes. C'est là une simple commodité de nomenclature, qui ne reflète aucune différence, de quelque nature que ce soit, qui puisse caractériser ces deux groupes l'un par rapport à l'autre (voir ci-après).
On doit d'ailleurs préciser que les deux charnières majeures de rétrodéversement ont une orientation plus méridienne que l'orientation des surfaces de chevauchement et que celle des axes des plis associés à ces chevauchements, de sorte qu'elles sont susceptibles d'en intersecter certains à angle aigu.

b) Ce dispositif, apparemment anticlinorial, masque en effet un second trait, aussi important mais moins évident, qui est l'existence d'un système de chevauchements, à flèches kilométriques, qui intéresse la zone briançonnaise sur toute sa largeur.
Ces accidents, qui sont connus sous le nom de nappes briançonnaises, ont été initialement créés dans un contexte de cisaillement à vergence ouest mais ont été ultérieurement tordues et "enroulées" par des plis plus tardifs, rétrodéversés. De ce fait les surfaces de charriage de ces nappes élémentaires pendent modérément vers le nord-est dans la partie occidentale de la zone briançonnaise ; par contre dans sa partie orientale ces surfaces de charriage sont soit verticales soit renversées avec un fort pendage vers le sud-ouest.
La structure du massif du Thabor, à l'extrême marge nord des montagnes du Briançonnais, illustre bien ce schéma fondamental (voir aussi la page "Guil aval" ):


version plus grande de cette image
Coupes schématiques du massif du Thabor - Crête des Sarrasins
État actuel (2) et antérieur aux mouvements de rétrodéversement (1)
a.GM = anticlinal de la Grande Montagne (= charnière orientale de rétrodéversement du Briançonnais)
jTh, ØRR, ØC; ØTu = chevauchements à vergence ouest.

jTh = chevauchement du Thabor ; ØRR = chevauchement du Roc Rouge ; ØC = chevauchement du Clos ; ØTu = chevauchement de la Turra
a.M = anticlinal du Mounioz (il affecte toutes les unités imbriquées de ce versant) ; a.Tu = anticlinal de la Turra : ce pli semble correspondre au crochon frontal du chevauchement de la Turra (et doit donc être de formation antérieure à celle de l'anticlinal du Mounioz).
NB. L'anticlinal du Mounioz doit être considéré comme un repli de flanc inverse de l'anticlinal du Thabor, créé postérieurement aux chevauchements. On pourrait envisager de l'interpréter comme un pli d'entraînement, dû originellement à l'avancée de l'unité de la Turra sur l'unité du Roc Rouge, par l'intermédiaire du chevauchement du Clos ; mais cela n'est pas possible, car on voit que ce dernier chevauchement est lui même tordu par le pli (qui est donc plus tardif).
Légende des couleurs (cf. schéma 1) conforme à la carte géologique de la Maurienne


En bordure ouest de l'anticlinorium briançonnais, les nappes élémentaires débordent par dessus les domaines plus externes (subbriançonnais et même autochtone ultradauphinois) : c'est même seulement là que l'on voit ces derniers être recouverts par le matériel briançonnais. Ces nappes s'y sont avancé en se décollant de leur substratum houiller, car ce dernier n'est que peu ou pas présent à leur semelle. Cette disposition "flottante" ne concerne que les unités qui affleurent à l'ouest du faisceau de failles N-S de la bordure ouest de la zone houillère (failles de la Durance, de Trancoulette et de la Ponsonnière, cf. plus loin), ensemble que l'on pourrait donc désigner du nom de "frange briançonnaise occidentale".

Les caractères de leur dispositif tectonique suggèrent que cette frange d'unités occidentales a dû se mettre en place en débordant à partir de la voûte anticlinoriale de la zone houillère, par dessus les failles qui la bordent, puis qu'elles ont été désolidarisées de leur secteur d'origine par la poursuite du fonctionnement de ces failles : cette frange chevauchante occidentale ne représente en quelque sorte qu'une "bavure" latérale, accessoire, de la zone briançonnaise, dont le corps principal n'affecte pas la forme d'un prisme chevauchant s'effilant vers l'ouest mais plutôt celle d'une large tranche de matériel limitée par des cassures à très fort pendage.

Cette interprétation amène à imaginer une cinématique de mise en place qui est peu conforme aux manières habituelles d'envisager la tectogénèse de ces domaines : elle consiste à considérer que la zone houillère briançonnaise a été, concurremment et/ou successivement, le siège de compressions transverses et de coulissements longitudinaux le long de ses limites (les premières ayant créé plis et nappes et les seconds ayant créé et utilisé les faisceaux de cassures subverticales des limites de la zone).
La conjugaison de ces actions permet en outre de rendre compte de diverses autres particularités (telles que la vergence vers le sud de l'empilement des unités au sein de la zone briançonnaise) alors que le simple jeu de raccourcissements transversaux, fussent-ils complexes dans leur chronologie ne permet pas de les expliquer.

On trouvera des compléments non dépourvus de rapports avec ces idées aux pages consacrées au linéament briançonnais oriental et à la "structure du briançonnais méridional".

La succession de ces unités imbriquées (nappes élémentaires du Briançonnais) est touffue et se modifie quelque peu selon les transversales, du nord au sud. Elle est plus simple au nord où, du fait de la montée des axes de plis vers le nord, l'érosion est la plus profonde et dégage plus largement le soubassement houiller. Elle est particulièrement complexe sur la transversale de Briançon, au sud de laquelle le soubassement houiller tend à se masquer complètement sous sa couverture mésozoïque, qui révèle donc plus complètement la manière dont elle est imbriquée.

pour plus de détails sur ces unités et leur nomenclature voir plus loin dans cette page
les cartes structurales sectorielles montrent l'extension et la répartition cartographique des unités


3 - Zone piémontaise

Les terrains rapportés à cette zone affleurent se répartissent en deux groupes d'unités :

- les unités piémontaises externes, qui affleurent presque uniquement le long de la frontière. Elles sont dotées d'une puissante semelle de dolomies du Trias supérieur recouverte par un Lias calcaire assez puissant. Leur série stratigraphique se poursuit par des termes jurassiques et crétacés, (ce qui les avait fait ranger dans l'ensemble des "schistes lustrés").
Elles sont dans l'ensemble disposées à l'endroit et reposent sur les unités ligures par un contact à faible pendage qui n'est bien visible qu'au sud de Cervières et, localement, aux abords sud de Bardonecchia (versant nord du chaînon de Charra).
Entre ce dernier point et Montgenèvre le piémontais externe bute contre le matériel ligure par l'intermédiaire d'une cassure très redressée dont la lèvre occidentale est abaissée.
Du côté ouest (au nord de Montgenèvre) le piémontais externe vient également en contact avec les unités briançonnaises par des failles à fort pendage, comme celle, injectée de cargneules, qui détermine l'alignement du col des Acles, du col de Dormillouse et du Pas de la Fanfare. Dans ce secteur les dolomies noriennes du piémontais externe reposent sur une semelle qui est formée par des "écailles intermédiaires" et l'on ne les voit nulle part reposer sur les unités ligures.

- les unités ligures (à ophiolites surmontées de schistes lustrés) qui se cantonnent en général sur le revers italien du Briançonnais et s'enfoncent sous les unités précédentes, en direction du territoire français. Cela leur permet d'y réapparaître ponctuellement dans des fenêtres d'érosion, par exemple dans le vallon des Acles et dans celui de la vallée Étroite (au nord de Montgenèvre) ainsi que dans le vallon de Cervières (au sud de Montgenèvre). Il est à remarquer que l'on ne trouve pas trace, dans ces fenêtres, du matériel des unités piémontaises externes

Au sud du col de Montgenèvre, le secteur du Chenaillet-Gondran se singularise par la largeur des affleurements des roches plutoniques et volcaniques du matériel ligure (Chenaillet), qui est juxtaposé et localement superposé au matériel piémontais externe (Janus, Gondran). La qualité de ses affleurements en a fait une localité classique pour l'étude de l'ancien fond océanique alpin. Ce secteur apparaît sur les cartes comme un coin saillant limité par des failles transversales d'une orientation proche d'E-W, les décrochements de Montgenèvre et de Cervières.

De part et d'autre de ce coin la structure des unités piémontaises externes n'est pas identique :
- au nord l'unité du Chaberton est ployée en S par un enchaînement de plis déversés vers l'est, l'anticlinal du Rio Secco et le synclinal du versant oriental du Chaberton, qui affectent également les écailles intermédiaires.
- au sud le matériel piémontais externe forme principalement une dalle sub-horizontale de dolomies du Trias supérieur, coiffée d'un chapeau de Lias (donc disposée à l'endroit), qui culmine au sommet de Rochebrune. Au sud de ce sommet, en Queyras, cette unité de Rochebrune repose directement sur les séries ligures. Mais au nord de ce sommet elle le fait par l'intermédiaire de lames tectoniques, formées de matériel jurassique, les écailles de Prafauchier et du Bois des Coins.

Les rapports structuraux entre les unités briançonnaises et piémontaises et entre les unités piémontaises elles-mêmes sont donc loin d'être simples et peuvent donc prêter à controverse en ce qui concerne leur disposition originelle avent charriage.


B/ Nomenclature des nappes briançonnaises

Dans la partie septentrionale, à la latitude de Névache une coupe transversale donne un inventaire assez représentatif des unités qui se succèdent.


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Coupe synthétique, très schématique, du Briançonnais septentrional (aux environs de la latitude de Névache).

ØSB = chevauchement de la zone subbriançonnaise ; ØB = chevauchement de la zone briançonnaise (base de l'unité du Galibier) ; f.P = faille de la Ponsonnière (voir remarques à la page "Roche Colombe") ; ØG = chevauchement de l'unité de la crête des Granges ; ØE = chevauchement de l'unité de l'Enlon ; ØPci = chevauchement de l'unité inférieure de Pécé ; ØCh = chevauchement de l'unité du Chaberton (domaine piémontais externe) ; ØS.L. = contact tectonique entre la zone piémontaise externe et le domaine des schistes lustrés ligures (ancien chevauchement, renversé et repris par des failles à fort pendage).
L'emplacement de la faille de la Clarée est indiqué par un double tireté, mais pour simplifier le schéma son rejet n'a pas été pris en compte. Pour la même raison les autres failles N-S du Briançonnais oriental ont été délibérément omises.
Détail de la constitution de la colonne stratigraphique des unités briançonnaises


La succession du bord occidental de la zone y est toutefois particulièrement simple car elle montre seulement une unité, celle du Galibier qui est charriée sur l'extérieur de la zone, presque sans entraîner de houiller à sa semelle. Sa surface de chevauchement plonge régulièrement vers l'est, parallèlement aux couches de l'autochtone du revers est du massif du Pelvoux.

Sur la transversale de Briançon cette partie occidentale de la zone briançonnaise montre un empilement et une géométrie plus complexe car les nappes y sont reployées en un double pli (synclinal de Prelles puis anticlinal de l'Argentière) et sont hachées par une multitude de cassures. D'autre part le hiatus d'affleurements de la vallée de la Guisane, qui coupe obliquement les lignes structurales, ne permet pas de coordonner avec certitude les nappes du Galibier et des Cerces, affleurant au nord-est avec celles affleurant au sud-ouest, aux environs du Serre Chevalier et dans le chaînon de Montbrison.

Dans ce secteur on a encore parfois recours à une vieille nomenclature datant des études qu'avait effectué P. Termier, au début du XXe siècle. Cet auteur distinguait quatre unités, nommées "écailles" qu'il avait numérotées de bas en haut.
a) Les "première écaille" (nappe de Roche Charnière), la "deuxième écaille" (nappe de Champcella) et la "troisième écaille" (nappe de La Condamine) sont des imbrications n'affectant pratiquement que la couverture carbonatée de la zone briançonnaise, à l'ouest de la "zone houillère" (où cette couverture est largement décapée au nord de Briançon). Elles ne diffèrent que par des détails de constitution de leur succession stratigraphique post-triasique : série jurassique réduite pour la première, plus riche en marnes du Jurassique moyen et supérieur pour la deuxième et limitée à une unique barre de calcaires du Dogger et du Malm pour la troisième. Elles sont elles-mêmes subdivisées en sous-unités dont les relations originelles ne sont pas toujours très claires.
b) Le terme de "Quatrième écaille" est encore assez largement utilisé de nos jours car il désignait un ensemble (qui affleure surtout au Sommet de l'Eychauda et au Serre Chevalier) dont l'identité, en termes de constitution lithologique, est particulièrement affirmée : elle se caractérise notamment par la présence de forts niveaux de brèches et d'olistolites à matériel de schistes permien et de micaschistes. Mais les dernières recherches portent à voir, dans ce matériel, des olistolites mis en place pendant le dépôt du "flysch noir" nummulitique plutôt qu'une unité tectonique imbriquée par charriage.

A l'est de Briançon les unités qui forment les crêtes dominant la vallée de la Guisane (crête de Peyrolle) et, au sud de la ville, la Croix de Bretagne sont de constitution très similaire à la nappe de La Condamine. Ces unités de carbonates briançonnais ne constituent que la couverture du flanc oriental du gros anticlinorium à coeur de houiller ("zone houillère") que la Durance traverse entre Briançon et Prelles.
C'est également à la nappe de La Condamine que l'on doit sans aucun doute rattacher l'unité du Mélezin, qui forme à l'évidence la couverture de la voûte anticlinale de la zone houillère, dans le massif de Peyre Haute, en rive gauche de la Durance.

L'unité de la crête des Granges, qui affleure dans les gorges de la Durance en amont de Briançon et dans celles de la basse Cerveyrette, se singularise par sa puissante semelle de dolomies du Trias supérieur, dont le soubassement (Trias moyen et inférieur) n'est visible nulle part. Elle se rapproche par ce trait des unités piémontaises externes (Chaberton, Rochebrune). Mais les termes jurassiques et crétacés qui recouvrent ce Trias ne se distinguent toutefois pas de ceux de autres unités briançonnaises (ils diffèrent par contre nettement de ceux des unités piémontaises externes, qui sont constitués de calcschistes assez monotones, très différents des faciès briançonnais de même âge et formant une série quasi continue sans lacunes).
Cette unité affleure presque toujours en position renversée (basculée vers l'est) selon une bande N-S qui court depuis le sud, où elle apparaît à Ceillac (elle y a été appelée nappe de la Clapière), en traversant les gorges du Guil puis en passant à flanc du versant occidental de la vallée d'Arvieux pour rejoindre la crête des Granges. Elle se poursuit au nord de la Durance par le versant oriental de la Crête de Peyrolle puis se termine en s'effilant avant d'atteindre le village de Granon. Elle est globalement disposée en série renversée mais accidentée de replis assez serrés. C'est très vraisemblablement son prolongement occidental, dont elle est complètement séparée par un hiatus d'affleurements, qui constitue la nappe de Peyre Haute, laquelle repose presque horizontalement sur le prolongement de l'unité de la Condamine en rive sud-est de la Durance et se prolonge vers le sud au delà du Guil, jusqu'aux environs de Vars.

Les unités briançonnaises les plus orientales (qui affleurent à l'est de celle de la crête des Granges) sont par contre dotées d'une ossature de calcaires et dolomies du Trias moyen, comme les unités plus occidentales. Elles sont globalement ployées en un anticlinal couché vers l'est qui se renverse, au nord-est de Névache, sur les unités piémontaises qui affleurent plus à l'est (le plan axial de cet anticlinal "de la Grande Montagne" sépare le chaînon du Thabor (flanc normal à l'endroit) et celui des Rois Mages (flanc inverse). Au sud de Névache ce pli est moins facile a observer car il est sectionné par des cassures longitudinales qui juxtaposent les unités briançonnaises internes aux unités piémontaises.

Les "écailles intermédiaires" sont des lames tectoniques discontinues, d'épaisseur souvent réduite, qui s'intercalent sous les unités piémontaises qui coiffent, du côté oriental, l'édifice briançonnais. Elles s'observent selon une bande d'affleurements discontinus à peu près NW-SE qui passe par Montgenèvre et longe la rive est de la basse Clarée. Elles sont caractérisées par des séries très réduites, de type "ultra-briançonnais" (proches de celles bien représentées en Haute Ubaye et surtout en Haute Maira), où le soubassement siliceux permo-houiller et même le socle cristallin ont été mis à nu dans un bloc surélevé au cours du secondaire. On peut penser que la "4° écaille" est un élément issu de ce domaine, détaché par l'érosion au cours du Nummulitique.

Le chapelet des écailles intermédiaires se prolonge très loin au sud-est à travers les vallées du Guil et de l'Ubaye. Dans le secteur italien de la Haute Maira elles se rattachent à un ensemble d'unités qui ont conservé une épaisse semelle siliceuse et affleurent largement, sous les nappes de schistes lustrés, à la faveur de l'anticlinal de nappes d'Acceglio (les unités affectées par ce pli s'enfoncent axialement, vers le nord, au nord des sources de l'Ubaye)

voir la carte d'ensemble du Briançonnais

C/ Autres accidents tectoniques

1 - Plis
Des plis distincts de ceux de rétrodéversement et de plus faible ampleur sont associés au système de chevauchements. Certains de ce plis représentent des crochons de cisaillement, d'autres des plis ancrés sur des paléofailles. Seuls ceux actuellement situés sur le flanc ouest, à l'endroit, des charnières de rétrodéversement, se manifestent clairement dans le paysage car l'érosion qui a dénudé la zone houillère a abouti à une inversion de relief* en n'y conservant la couverture mésozoïque que sous forme de synclinaux perchés (voir l'exemple du Grand Aréa et de Roche Noire).
Les plis de cette famille qui sont maintenant situés dans les flancs est des charnières de rétrodéversement sont plus ou moins renversés vers l'est par le second plissement. Mais ils ne sont observables que dans les entailles transversales les plus profondes, car ailleurs le Mésozoïque semble seulement former des lames subverticales juxtaposées.

2 - Failles
Un dernier trait de la tectonique du Briançonnais est la présence d'un réseau de fractures assez nombreuses, dont beaucoup ont longtemps été confondues avec des surfaces de charriage. La plupart de ces failles, dont on trouvera le tracé cartographique sur les cartes structurales, peuvent être réparties entre trois catégories principales :

- Des failles extensives anciennes, d'âge jurassique ou Crétacé supérieur, pour la plupart. Beaucoup sont longitudinales (parallèles à l'allongement de la zone briançonnaise) mais elles semblent connectées par failles est-ouest. Les mieux caractérisées sont la faille du Lac Rouge, dans le chaînon des Cerces et la faille orientale de Roche Colombe, dans le chaînon du Grand Galibier.
Dans le soubassement Permo-houiller la partie nord-ouest de la région briançonnaise (haute Clarée) est parcourue par une importante cassure l'accident des Drayères. Les travaux récents de Daniel Mercier montrent que cet accident se poursuit sur le versant mauriennais en traversant la zone briançonnaise en diagonale pour rejoindre sa marge orientale.

L'interprétation de cette grande cassure est un peu énigmatique car il paraît difficile d'y voir un grand chevauchement d'âge alpin. Pour l'auteur de ce site il semble plus séduisant de la considérer comme une ancienne faille extensive fini-hercynienne.

- Des failles longitudinales tardives qui recoupent les nappes et les plis de rétrodéversement. Elles sont parallèles à l'allongement de la zone briançonnaise, donc à ses plis et à ses surfaces de chevauchement. Ces failles ont un rejet surtout extensif et paraissent particulièrement récentes.

a) Un premier groupe, occidental, est constitué par le faisceau de failles de la Durance, dont le tracé a dirigé le cours de la vallée de la Durance en aval de L'Argentière. Bien défini dans la région de Guillestre ce faisceau de failles se poursuit vers le nord en se partageant au moins en deux branches :

- La branche occidentale, presque N-S (N160 à N170) est la faille de Trancoulette, qui traverse le revers oriental des montagnes du massif de Montbrison et de Serre Chevalier. Elle se prolonge vers le nord, en rive gauche (est) de la Guisane, par la faille de la Ponsonnière (laquelle se poursuit encore au delà par la vallée de la Valloirette). Du côté sud son prolongement est plus difficile à suivre : il est douteux qu'elle se connecte directement avec la faille principale de la Durance aux environs orientaux de l'Argentière ; par contre la connexion est beaucoup mieux établie, par Queyrières et les pentes occidentale du Puy des Aiguillons, par l'intermédiaire de la faille de la Roche-de-Rame.
- La branche orientale, ou faille des Oriols, s'embranche sur la faille principale de la Durance plus au sud, à Saint-Crépin (où son rejet n'est pas encore considérable). Elle traverse les vallons affluents de la rive gauche de la Durance dans les pentes dominant La Roche-de-Rame (où elle n'avait pas été reconnue comme telle et confondue avec des chevauchements ou imbrications secondaires). Son tracé, d'abord N-S, s'infléchit pour devenir N20 aux approches de Briançon, localité qu'elle doit rejoindre sous les alluvions de la Durance (en butant contre le système des failles plus orientales, ci-après). En général presque verticale, son rejet présente néanmoins une composante d'abaissement de sa lèvre orientale.

b) Un second groupe affecte la partie orientale de la zone briançonnaise. La plus marquante en est la faille de la Clarée. Il s'agit d'un couloir fracturé, orienté presque N-S, qui est large souvent d'une ou plusieurs centaines de mètres et parfois accompagné de failles satellites.

Deux autres failles, comparables et à peu près parallèles à la faille de la Clarée, se suivent également du nord au sud du Briançonnais oriental ; ce sont à l'ouest la faille de Lenlon et à l'est la faille des Acles. Ce faisceau de cassures peut être globalement désigné du nom de "linéament du Briançonnais oriental".

voir l'exposé spécial consacré au "linéament briançonnais oriental"

c) Une cassure de situation intermédiaire est constituée par l'accident du Pansier-Lauzet. Celui-ci affecte seulement le massif de Peyre Eyraute, qu'il traverse légèrement en biais selon un azimut N-S : il y correspond au tracé de la limite orientale des affleurements de la nappe de Peyre Haute, depuis le secteur du col des Ayes, où il semble se brancher obliquement sur le faisceau du linéament oriental jusqu'au sud du col du Lauzet, où il finit par se confondre avec l'accident qui limite la fenêtre aval du Guil du côté oriental.

Cet accident ne peut pas être considéré comme la surface de charriage de la nappe de Peyre Haute car il sectionne en biseau le synclinal couché qui affecte cette dernière. Il avait été considéré jusque à maintenant comme la surface de charriage d'une nappe "de l'Agnelil-Pategou" car, dans le secteur du Pic du Grand Vallon, les marbres en plaquettes et le flysch noir des unités appartenant à sa lèvre orientale débordent vers l'ouest, en venant chevauche les calcaires triasiques de sa lèvre occidentale. Mais en fait la surface de cassure a une attitude sub-verticale dans ses parties plus basses et cette disposition correspond donc à une sorte de "bavure latérale".
D'autre part cette cassure a, comme la faille des Oriols, un tracé arqué, à concavité vers l'est (passant, du nord au sud, de N20 à N160).

- Des failles de décrochement, transverses aux plis et chevauchements. Ce sont en général les cassures le plus faciles à déceler et à suivre, ce qui peut se faire pour certaines jusque dans l'autochtone du massif du Pelvoux. Ces décrochements sont principalement sénestres et d'orientation proche de NW-SE (en moyenne N110) au nord du promontoire que font vers l'est les reliefs cristallins du massif du Pelvoux ; ils sont principalement dextres et d'orientation proche de SW-NE (en moyenne N50) au sud.

Il est assez clair que la répartition de ces cassures traduit un effet d'emboutissage du bloc de socle saillant du massif du Pelvoux en direction de l'E-NE : il a donc formé un poinçon sur lequel ont dû se mouler les unités charriées lors de leur ultime avancée vers l'W-SW.
D'autre part l'étirement N-S de la zone briançonnaise, dont témoignent ces décrochements, est certainement antérieur à l'extension E-W qui à créé les failles N-S de la famille des failles de la Durance et de la Clarée car les tracés de ces dernières recoupent les décrochements sans subir de déviation.

En Briançonnais occidental deux décrochements sont particulièrement importants et continus : au nord le décrochement du Chardonnet, que l'on suit depuis le versant sud du col du Galibier jusqu'aux abords méridionaux de Névache et surtout le décrochement du Lautaret - col de Buffère, qui semble bien se poursuivre, par le col du Granon, jusqu'à la vallée de la Clarée (au niveau du Rosier).

En Briançonnais oriental deux décrochements majeurs, le décrochement du Montgenèvre et le décrochement de Cervières délimitent les affleurements de croûte océanique du massif du Chenaillet. Ils ont une orientation presque E-W, donc assez différente de celle des précédents. La première de ces cassures ne semble pas, en dépit d'une certaine convergence de leur tracé, se connecter vers l'ouest avec le décrochement du Lautaret. La seconde ne se prolonge en tout cas absolument pas au delà du tracé de la faille de la Clarée : cette cassure majeure recoupe ces deux failles sans en être affectée, conformément au fait qu'il s'agit d'une cassure beaucoup plus récente.
En fait ces deux failles semblent délimiter un coin dont le déplacement vers l'ouest n'affecte que le domaine piémontais (c'est-à-dire le plus oriental de la région briançonnaise).
Il constitue un poinçon dirigé vers l'ouest qui apparaît en quelque sorte comme le symétrique de celui du massif du Pelvoux (saillant vers l'est), avec cette différence cependant que le poinçon du Chenaillet est de plus petite taille et qu'il n'est, semble-t-il, pas surhaussé mais effondré.

Certes, l'angle entre les failles qui limitent le poinçon du Chenaillet est plus fermé et la direction de raccourcissement ne semble pas identique (elle serait apparemment ici plutôt orientée vers le NE-SW, et non W-E). On peut donc mettre en doute l'idée que la formation de ces deux dispositifs soit contemporaine (en ce cas il y aurait eu deux étapes distinctes où la zone briançonnaise se serait trouvée subir un étirement dans le sens de son allongement). Néanmoins il est très séduisant d'envisager que l'effondrement du coin du Chenaillet représente un effet compensatoire du poinçonnement vers l'est du bloc pelvousien, car il a bien dû être induit par l'étirement N-S de la zone briançonnaise qui est résulté de ce poinçonnement.

En définitive l'analyse de la tectonique du Briançonnais consiste en grande partie à y démêler la part des plissements de diverses époques, la part des failles de chevauchement et la part des failles d'une autre origine.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles La Grave, Névache (à paraître), Saint-Christophe-en-Oisans et Briançon

Remarque :
Sur ces cartes, et notamment sur la feuille Briançon qui est la plus récemment parue, un certain nombre d'interprétations, que j'avais proposées dans des publications antérieures, n'ont pas été prises en compte.
Il en est ainsi pour
- le rôle des décrochements sénestres au sud-est du col du Lautaret (voir les pages Lauzet et connexes) ;
- le rôle des décrochements dextres, principalement aux abords ouest et nord-est de Vallouise ;
- le rôle très annexe des chevauchement post-nummulitiques, vis-à-vis de la structuration anté-nummulitique, dans la la couverture du massif du Pelvoux entre Le Monêtier et Vallouise (Croix de Cibouit et Rocher de l'Yret notamment).

En outre la place très importante occupée par les paquets tassés sur le versant occidental du chaînon de Montbrison (rive est de la vallée de Vallouise), notamment en ce qui concerne la Cime des Crousagnes et le Bois de Parapin, n'y est pas reconnue à sa juste valeur, selon moi.

La reconnaissance de ces traits tectoniques et géomorphologiques donne un éclairage complémentaire assez important sur plusieurs aspects de l'architecture des confins occidentaux du Briançonnais. Le fait que ces structures n'apparaissent pas dans le dessin de la carte elle-même peut être attribué à un souci d'objectivité. Par contre elles ne sont évoquées ni dans la notice ni dans le schéma structural, ce qui revient implicitement à nier leur existence.
Je déplore ces oublis, car je ne vois pas, dans les levers (par ailleurs excellents) de ces cartes, de faits qui contredisent mes interprétations.
Le visiteur attentif du site Geol-Alp ne s'étonnera donc pas d'y voir décrits et figurés des accidents tectoniques dont il ne trouvera pas trace sur les cartes géologiques correspondantes ...

Je renouvelle ici mes remerciements à l'auteur principal de ces cartes, M. Jean Claude BARFÉTY (décédé en 2011), qui m'a amicalement convié, à de nombreuses reprises (surtout dans les années 1970), à participer à ses campagnes de levers. Cette section du site doit beaucoup de sa substance à nos observations communes et à nos échanges de vues.


Stratigraphie - Tectonique - Relief de la région briançonnaise
voir aussi l'exposé plus approfondi qui est consacré à la zone briançonnaise au sud du Guil
voir aussi l'extrait de la notice de la feuille Aiguille de Chambeyron de la carte géologique


On trouvera des exposés complémentaires, plus détaillés, relatifs aux divers secteurs du Briançonnais, aux pages suivantes :
- le Briançonnais septentrional entre Guisane et Clarée
- le Briançonnais septentrional en rive orientale de la Clarée
- le Briançonnais dans le chaînon de Montbrison
- le Briançonnais méridional à l'ouest de la Durance
- le Briançonnais méridional à l'est de la Durance
- Le Queyras

 



FIN DE LA PAGE : retour au début de la page

Page d'
accueil Briançonnais
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16