Le Petit Frou

les gorges du Guiers Vif en aval de Saint-Pierre-d'Entremont

En aval de Saint-Pierre-d'Entremont la vallée du Guiers Vif coupe orthogonalement les lignes structurales. Dans son trajet avant d'atteindre le Pas du Petit Frou la route D520c, qui suit sa rive gauche en encorbellement, offre une coupe naturelle que le versant opposé ne permet pas d'observer en raison des alluvions qui la masquent.

On peut suivre la description du parcours suivi par la route sur la carte schématique détaillée fournie en fin de page ; la coupe ci-après résume très schématiquement la succession rencontrée (trajet de la gauche vers la droite).


coupe très schématique le long du Guiers Vif aux abords de Saint-Pierre-d'Entremont

1/ Entre Saint-Pierre-d'Entremont et le petit ravin du tournant creux coté 662 (élargissement avec un banc, 1 km à l'ouest du carrefour du village) la route coupe en biseau la voûte de l'anticlinal de l'Écoutoux affectant les couches supérieures du Berriasien marno-calcaire ; elle montre en outre que le flanc ouest de ce pli bascule à la verticale par une charnière déversée vers l'ouest : cette dernière représente le crochon de rebroussement du front du chevauchement de la Chartreuse orientale.


Coupe de l'anticlinal de l'Écoutoux par la D 520c, vue du nord-ouest, depuis le tournant saillant situé 50 m à l'est du point coté 662 (situé 1 km à l'ouest de Saint-Pierre-d'Entremont).
En cartouche en haut à gauche : vue un peu agrandie de la charnière principale du pli (visible d'enfilade en arrière-plan) et (en rouge) son plan axial vertical.
À droite le plan axial, déversé vers la droite (vers l'ouest), du cochon de chevauchement.
Le pli affecte ici les alternances marno-calcaires du Berriasien supérieur ; en effet les bancs pluri-métriques de l’extrémité droite de l'affleurement sont ceux qui annoncent le passage aux marnes de Narbonne (celles-ci affleurent à droite des limites du cliché mais elles y sont presque totalement masquées par la végétation).


2/ Plus à l'ouest (150 m au delà), la route décrit un nouveau tournant saillant. Elle y franchit une lame d'Urgonien presque verticale : Il s'agit d'un des copeaux de la lame tectonique qui jalonne de façon discontinue le chevauchement de la Chartreuse orientale (et que l'on voit se poursuivre sur l'autre rive, depuis le Frou).

 La roche formant cette lame est d'ailleurs fortement disloquée, au point que la stratification des couches y est pratiquement indiscernable. Les multiples plans de clivage que l'on y observe correspondent surtout à la fracturation de la roche par des cassures, plus faiblement inclinées vers l'est que les épontes de la lame rocheuse : elles sont vraisemblablement à interpréter comme des failles mineures, de Riedel*, de l'accident majeur.

Au delà, et jusqu'à l'entrée du tunnel du Frou, la route traverse la zone d'éboulis où affleurait le Sénonien qui constitue la couverture stratigraphique normale du flanc oriental de l'anticlinal médian et plus précisément de l'Urgonien du Petit Frou.

3/ Le Petit Frou est une profonde étroiture dans laquelle le cours du Guiers Vif s'engage un kilomètre et demi en aval de Saint-Pierre-d'Entremont. Cette gorge entaille essentiellement l'Urgonien du flanc oriental de l'anticlinal médian. Depuis l'amorce de l'ancien encorbellement routier de sa rive gauche (fermé maintenant à tout accès par des barrières, sauf aux deux extrémités) la vue sur la gorge est impressionnante :

En rive droite (septentrionale) du Guiers Vif, la falaise du Petit Frou se poursuit pour former le socle de la Roche Veyrand. On peut suivre du regard, dans les basses pentes boisées de rive droite, le tracé du chevauchement de la Chartreuse orientale (repérable par la lame d'Urgonien étirée qui le jalonne). Mais à mi-versant ce dispositif se fait sectionner transversalement par un faisceau de décrochements dextres qui résulte de l'éclatement en gerbe du décrochement de l'Alpette (voir la page "Roche Veyrand").

image sensible au survol et au clic

Les escarpements de rive droite du Petit Frou, vus du sud-ouest depuis l'ancien encorbellement routier de la D.520c (voir avec une meilleure perspective le haut de ce versant à la page "Roche Veyrand").
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; d.A1 et d.A2 = décrochement de l'Alpette (branches NW et SE) ; d.S = décrochement sénestre de l'entrée orientale du tunnel (voir clichés rapprochés ci-dessous et en fin de page). 
On distingue en fond de gorge, sans en voir le coude, l'étroite route (empruntée par le GR.9) qui permet de rejoindre Corbel (du côté gauche) depuis Saint-Pierre-d'Entremont (côté droit).

En rive gauche la route D.520c traverse par un tunnel les couches de l'Urgonien de la haute falaise du Grand Rocher, qui prolongent celles de la falaise de rive droite. Ce tunnel évite désormais l'essentiel du parcours des anciens encorbellements à flanc, dont le tracé reste néanmoins repérable sur les clichés de la présente page ; son entrée orientale est creusée dans un mur naturel, partiellement mis à nu lors des travaux, qui s'avère être un beau miroir de faille. Le prolongement de cette cassure est par ailleurs visible sur l'autre rive du Guiers (voir plus loin).

Le miroir de la faille de l'ouverture orientale du "tunnel du Grand Rocher" (faille d.S de la carte et des clichés), vu du nord-est, depuis l'encorbellement de l'ancienne route.
Le Sénonien de la lèvre est de la faille, à gauche du porche, est désormais caché par un enduit de béton. Sa présence témoigne du sens de rejet vertical de la cassure.
Le miroir porte de larges cannelures horizontales, témoignant de son jeu coulissant, mais le pendage du plan de faille porte a se demander si la cassure n'a pas subi aussi un basculement avec les couches qu'elle affecte, lors du plissement.

4/ Après les falaises du Grand Rocher le lit du Guiers s'échappe de la gorge du Petit Frou. On constate alors que la succession des couches y est fortement perturbée : en effet le talweg traverse là le prolongement du faisceau de décrochements SW-NE qui tranche la barre urgonienne un peu plus haut en rive droite (voir ci-dessus). Globalement ces cassures ont pour effet de surhausser leur lèvre NW, constituée là par le prolongement septentrional de la barre des calcaires du Fontanil qui forme en rive gauche la crête du Pas Dinay par rapport à l'Urgonien du Petit Frou.

image sensible au survol et au clic

Les gorges du Guiers Vif en aval du Petit Frou, vues du nord-ouest, depuis le village de Corbel.
d.A1 = décrochement de l'Alpette : faille nord de La Ruchère (des Sermes- Reverdys ) ; d.A2 = décrochement sud de La Ruchère (du Grand Village) ; d.D = décrochement du Pas Dinay ; d.s = faille de l'entrée orientale du tunnel.


Cela se voit bien en rive droite, où l'examen de la barre de falaises inférieure de la Roche Veyrand révèle que l'on y trouve, disposées bout à bout (de façon apparemment continue) une falaise valanginienne (à gauche sous le sommet de la Roche Veyrand) et une autre urgonienne (à droite, dans la gorge du Frou). La cassure qui juxtapose ces deux tronçons de la barre rocheuse est la branche septentrionale de l'importante faille de décrochement de l'Alpette, qui se prolonge vers le SW jusqu'à La Ruchère (voir aussi la page "La Ruchère").

image sensible au survol et au clic

même fenêtre < image muette > nouvelle fenêtre
Les pentes sud occidentales du chaînon de la Roche Veyrand vues de la rive gauche du Guiers Vif, depuis Les Sermes.
f.cM = faille du Col du Mollard.
Système des failles de décrochement associées au décrochement de l'Alpette : dA1 = décrochement de l'Alpette, branche septentrionale (principale) Sermes - La Ruchère ; dA2 = décrochement de l'Alpette, branche secondaire méridionale ; dS2 = décrochement supérieur de Sous-la-Roche ; dP = décrochement du Pin.
dT = décrochement de la Tournette.
(pour la nomenclature utilisée sur ce cliché, voir aussi le revers est de la montagne, notamment à la page La Fracette

Noter le décalage et l'obliquité entre le tracé la gorge du Petit Frou et le celui de la branche principale du décrochement de l'Alpette


Cette disposition topographique, par laquelle deux barres rocheuses de nature différente sont mises bout à bout, résulte des effets combinés des décalages induits par les failles de décrochement et du recul des falaises sous l'effet de l'érosion. Le schéma ci-après permet de mieux visualiser la géométrie qui permet ce dispositif, dans lequel un déplacement horizontal s'exprime finalement, dans le paysage, par un décalage vertical apparent. Il n'explique toutefois pas pourquoi il y a coïncidence d'altitude entre les deux falaises juxtaposées (pour plus de commentaires voir l'article "failles inapparentes" de la page "reliefs de failles").

 Structure de la rive droite du Guiers Vif, au niveau du Petit Frou

Schéma interprétatif montrant comment le décrochement de l'Alpette induit, à l'emplacement de la ligne de falaise, un rejet vertical qui a pour résultat de juxtaposer les calcaires du Fontanil (au NW) à l'Urgonien (au SE).

NB. Pour simplifier on a représenté le décrochement comme s'il était orthogonal à l'axe du pli, alors qu'il fait avec lui un angle de 45°.

figure agrandissable

On peut signaler en outre que la petite route qui mène de Saint-Pierre-d'Entremont à Corbel en suivant le fond de ces gorges en rive droite permet d'observer, au niveau du talweg, le prolongement de la faille de l'entrée orientale du tunnel (voir plus haut) : son tracé, après avoir traversé la gorge en biais, se poursuit sur sa rive septentrionale en déterminant une petite falaise qui surplombe la route.


La faille sénestre (d.S) de la gorge du Frou vue du nord, en rive droite du Guiers (en bordure est de la route du fond de vallée, 50 m en amont de l'embranchement du chemin de la passerelle).
Les strates calcaires à joints marneux du Barrémien inférieur pendent vers l'arrière-plan, c'est-à-dire vers l'est, d'environ 30°. C'est en raison de ce pendage que le rejet coulissant sénestre de la faille confère à sa lèvre ouest (à droite) un rejet vertical de soulèvement.
La faille d.S est vue pratiquement d'enfilade au bord droit de l'affleurement du miroir de faille, où l'on voit donc son pendage, ici fortement incliné vers l'est (et non vers l'ouest comme à l'entrée du tunnel) : cette variation d'inclinaison est banale pour une surface de décrochement.


 

 


La carte ci-après montre les rapports entre les différentes fractures du secteur du Petit Frou :


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
carte de détail du secteur du Petit Frou(voir aussi la carte structurale de la page "Saint-Pierre-d'Entremont")
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; d.A1 et d.A2 = décrochement Sermes - La Ruchère (branches NW et SE); d.R1, d.R2, etc... = décrochements secondaires (voir la carte) ; d.D = décrochement du Pas Dinay ; d.S = décrochement sénestre de l'entrée amont du tunnel (voir clichés rapprochés ci-après) ; F = faille extensive N-S (compartiment ouest abaissé).
Le schéma encadré, dans l'angle supérieur gauche, rappelle les relations géométriques entre les failles conjuguées, respectivement dextres (D) et sénestres (S), et la direction (Z) du raccourcissement tectonique qu'elles impliquent ; ce dernier est perpendiculaire à l'orientation (P) de l'axe des plis. Les orientations adoptées sont celles observables dans le secteur du Petit Frou ; elles ne varient que peu, par rapport à ce schéma, dans le reste du massif.
N.B. : l'affleurement de molasse miocène indiqué dans l'angle supérieur droit de la carte a été mis au jour à l'occasion de travaux forestiers d'élargissement du chemin de La Coche. Il n'est pas indiqué sur la carte géologique et il est voué à redevenir invisible ! ... il a pourtant une grande signification, notamment en montrant qu'à cette latitude, comme plus au nord, le chevauchement de la Chartreuse orientale est un accident post-miocène.


 On remarquera que toutes les cassures inventoriées sur la carte ci-dessus sont très obliques au lit du torrent et passent nettement au nord de la gorge (y compris en ce qui concerne la faille plus mineure, NW-SE de l'entrée orientale du tunnel) : il en résulte que l'endroit qu'a choisi le Guiers pour entailler son cours ne correspond à aucun accident tectonique.

aperçu d'ensemble sur la vallée du Guiers Vif .


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Corbel

Roche Veyrand

La Fracette
Guiers Vif : Les Sermes

LOCALITÉS VOISINES

Saint-Pierre-d'Entremont

La Ruchère

Château du Gouvernement

vallée de l' Herbétan
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 10/09/18