Dent de l'Ours, Crête du Cernay

l'extrémité septentrionale du chaînon du Grand Som

Le chaînon du Grand Som se prolonge assez longuement au nord du col de Bovinant, jusqu'à l'aplomb sud du village du Château du Gouvernement, en restant bordé tout du long par le vallon des Éparres, sur son côté ouest. En cours de route cette longue crête boisée culmine d'abord à la Dent de l'Ours (1820 m), puis à la crête du Cernay (rocher 1750).

image sensible au survol et au clic

Le vallon des Éparres et la partie septentrionale du chaînon du Grand Som, vus du N-NW, d'avion, de l'aplomb du Planey (rive gauche des gorges du Guiers Vif).
a.P = anticlinal de Perquelin ; s.S = synclinal du Sappey ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.N = synclinal du Néron ; a.gS = anticlinal du Grand Som
d.Ep = décrochement des Éparres.
Les décrochements du secteur Dent de l'Ours - col de Bovinant ont été omis pour ne pas surcharger la figure ; ce sont eux cependant (en plus de la perspective un peu oblique) qui sont responsables du fait que s.N et a.gS semblent se profiler dans le prolongement des plis, en réalité plus orientaux, que l'on voit, en arrière-plan, sur la transversale de La Scia.


La crête est constituée globalement par une large bande d'Urgonien dont les strates sont dans l'ensemble très redressées, même à la verticale dans une grande partie des abrupts de son versant ouest. Elle est limitée du côté ouest par le chevauchement de la Chartreuse orientale qui la sectionne, à sa base, tout du long du vallon des Éparres (ce chevauchement se poursuit plus au nord jusqu'au Guiers Vif et au delà).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du chaînon du Grand Som, vue du nord (azimut N 10) depuis le village des Cruz (vallon de Corbel).
s.N = synclinal du Néron ; a.GS = anticlinal du Grand Som ; f.C = faille extensive de la crête du Cernay, d'orientation à peu près N-S ; d.E = décrochement des Éparres : il tranche en biais les plis et décale le tracé Ø3 du chevauchement de la Chartreuse orientale ; il traverse la crête des Éparres très au sud du point 1402 (hors du champ du cliché).
Un examen rapide donne l'impression que les abrupts nord de la Dent de l'Ours tranchent un synclinal à flancs verticaux : ce n'est qu'une illusion ...


En fait l'Urgonien y présente divers contournements qu'il est assez difficile d'analyser dans le détail en raison de la mauvaise visibilité et de la difficulté d'accès de ces abrupts très boisés. Mais il apparaît que l'on retrouve, sur les transversales successives de la crête, un même enchaînement d'au moins deux plis : on ne peut qu'y reconnaître les prolongements septentrionaux de l'anticlinal du Grand Som et du synclinal du Néron, bien que la forme et l'attitude de ces plis soit assez modifiée par rapport à celles qu'ils présentent plus au sud.

 En particulier vers l'extrémité nord de la crête du Cernay, un peu au sud du point coté 1529, une ravine de son versant ouest met à nu la charnière de l'anticlinal du Grand Som, qui est d'ailleurs rompue par la faille de la crête du Cernay (voir sa situation au cliché ci-dessus). L'axe de ce pli passe du versant est au versant ouest de la crête, ceci en raison de son orientation, presque exactement N-S, qui est plus méridienne que celle de la crête en ce point.


Le ravin du versant ouest de la crête du Cernay
qui crève la charnière de l'anticlinal du Grand Som,
vu du nord depuis l'altitude d'environ 1100 dans le vallon des Éparres.

a.GS = anticlinal du Grand Som ; f.C = faille extensive de la crête du Cernay, d'orientation à peu près N-S, peu oblique à l'axe du pli.

Il n'y a qu'en ce point que l'on voit apparaître, presque sur cette crête, des terrains d'âge plus ancien que l'Urgonien.
On lit le dessin de la charnière dans les couches de l'Hauterivien, mais le flanc oriental du pli est rompu du côté est, à faible distance de cette charnière, par f.C (qui est probablement une faille extensive antérieure au plissement).


figure plus grande

Structure de la partie du chaînon du Grand Som située au nord du col de Bovinant.
Les replis (de gauche à droite : synclinal du Néron et anticlinal du Grand Som) et les imbrications du Grand Som se poursuivent vers le nord, mais ces accidents sont décalés par des cassures transverses :
DDO = décrochement de la Dent de l'Ours ; DF = décrochement du col du Fret et décrochement de Bovinant (non distingués et regroupés en un seul, par simplification).
a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.N = synclinal du Néron ; a.gS = anticlinal du Grand Som
f.E = faille extensive du haut vallon des Éparres ; 2 et 3 = imbrications secondaires de l'arête nord du Grand Som.
Le détail de la structure de l'Urgonien du revers est (gauche) de la crête du Cernay est représentée de façon très schématisée, dans le but de montrer ses rapports avec les secteurs plus méridionaux du chaînon (Dent de l'Ours et Grand Som). En fait l'anticlinal du Grand Som y est plus pincé et sa retombée orientale pend plus fortement vers l'est ; elle y est en outre affectée de cassures secondaires.


À la Dent de l'Ours ce dispositif plissé est en outre tranché par plusieurs failles de décrochement parallèles dont les deux plus méridionales (notamment celle du Fret) sont les prolongements orientaux du faisceau de failles de Bovinant (voir la carte de ce secteur) : il est patent que ces cassures contribuent fortement à isoler ce sommet, notamment en déterminant le col du Fret (et son couloir "des cent lacets" au revers est de la crête).

On y observe en outre, dans les abrupts occidentaux inférieurs, un redoublement de la barre urgonienne supérieure par une cassure N-S à faible pendage vers l'est. Bien que sa situation semble lui faire prolonger les imbrications de la crête nord du Grand Som, son rejet est de sens inverse : il s'agit donc d'un accident très différent, vraisemblablement d'une ancienne faille extensive qui a été basculée avec le flanc ouest de l'anticlinal du Grand Som.

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest de la Dent de l'Ours, vu depuis les Roches Rousses des Éparres.
d.dO = décrochement nord de la Dent de l'Ours ; d", d' = failles secondaires (décrochements) de la Dent de l'Ours ; d.F = décrochement du col du Fret ; d.Bo = décrochement de Bovinant.
s.N = synclinal du Néron ; f.E = faille N-S extensive du versant est du vallon des Éparres.
Ces cassures affectent essentiellement les couches urgoniennes du flanc ouest de l'anticlinal du Grand Som (dans l'ensemble fortement redressées et localement renversées vers l'ouest).

Dans les abrupts du versant oriental du chaînon de la Dent de l'Ours l'Urgonien pend dans l'ensemble vers l'est, parfois en dalles structurales. Ses couches représentent là le flanc oriental de l'anticlinal du Grand Som, décalé vers l'est (par rapport à sa position au sud du col du Fret) par les décrochements qui traversent la crête au sud et au nord de la Dent de l'Ours.

image sensible au survol et au clic

La partie septentrionale du Chaînon du Grand Som, vue du NE depuis le sommet du Pinet.
s.S = synclinal du Sappey ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.N = synclinal du Néron ; a.gS = anticlinal du Grand Som.
ØC = chevauchement du Cernay ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale (branche occidentale, principale).
dCi = décrochement de la cheminée inférieure de Bovinant (se connectant à l'accident du Cernay ?) ; d.Bo = décrochement de Bovinant (et du Fret, non distingués) ; d.dO = décrochement de la Dent de l'Ours ; d.E = décrochement des Éparres.
voir à la page "Château du Gouvernement" un cliché complémentaire, pris dans l'axe des structures.



Ce versant, assez difficilement accessible, est en outre très boisé de sorte que sa structure n'est pas parfaitement connue.

 En fait il se montre partagé entre une partie supérieure, laissant assez bien affleurer l'Urgonien (flanc oriental de l'anticlinal du Grand Som), et une partie inférieure qui ne montre, en sous bois, que des affleurements de calcaires du Fontanil ; les variations de pendage de ces derniers montrent cependant qu'ils représentent le flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux.

Mais entre les deux il ne semble pas y avoir assez de place pour que puisse s'y dessiner complètement, avec un flanc est complet, la charnière du synclinal du Néron (une ébauche incomplète de cette dernière s'observe cependant localement, notamment à la latitude du Villard en rive gauche du ravin du Rafour et à l'extrémité septentrionale de la crête, dans les abrupts urgoniens qui tombent sur le village du château du Gouvernement).
Il est donc vraisemblable que la continuité des couches, entre synclinal du Néron et anticlinal de l'Écoutoux, est rompue par un accident du Cernay plus ou moins chevauchant : sa situation semble le faire se prolonger par la surface de chevauchement qui passe au nord du Château du Gouvernement, entre l'anticlinal frontal de la Chartreuse orientale (ici l'anticlinal de l'Écoutoux) et la lame urgonienne qui s'y effile le long du chevauchement.

image sensible au survol et au clic

La partie septentrionale du chaînon du Grand Som, vue du N, d'avion l'hiver, de l'aplomb du Château du Gouvernement.
a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; s.N = synclinal du Néron ; a.gS = anticlinal du Grand Som (on a simplifié en omettant de représenter la faille "de la crête du Cernay" qui coupe sa charnière longitudinalement à son axe).
d.F = décrochement du Fret ; d.dO = décrochement de la Dent de l'Ours ; d.Bo = décrochement de Bovinant.
L'effet des deux branches qui prolongent vers le NE le décrochement de Bovinant (décrochements d.F, le plus important, et d.dO, plus modeste) est très perceptible sur ce cliché. En effet, sur la transversale d'arrière-plan (col des Aures - Grand Som), la charnière de l'anticlinal du Grand Som se situe dans le versant ouest (masqué) du sommet du Grand Som. Or sur la transversale d'avant-plan (Rochers du Cernay), elle est décalée dans le sens dextre au point de se placer, dans le prolongement de l'axe de l'anticlinal de l'Écoutoux de l'arrière-plan.

Deux grands ravins y ménagent de profondes entailles dans les contreforts élevés de la crête du Cernay. La plus facile à observer est celle de la rive nord du ravin du Nant des Rey, qui aboutit 500 m au nord du pied du couloir qu'emprunte le sentier des cent lacets (lequel est déterminé par le décrochement du col du Fret). Cette coupe naturelle, orientée E-W, du flanc oriental de l'anticlinal du Grand Som montre deux détails notables :

- 1 - une cassure extensive N-S, que l'on peut appeler la faille de la crête du Cernay car elle traverse en un biseau aigu cette crête, entre le point coté 1593 et le point 1529, pour passer sur son versant ouest (voir plus haut).

Il est vraisemblable qu'il s'agit là d'une cassure ancienne, antérieure au plissement, de la même famille que celle qui passe à proximité du sommet du Grand Som (F1 sur le schéma) ; peut-être s'agit-il même du prolongement septentrional de cette dernière, décalé vers l'est par le faisceau de décrochements de Bovinant.

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du chaînon du Grand Som, vu du sud, depuis le col des Aures
Le décrochement de Bovinant (d.Bo) met presque dans le prolongement l'un de l'autre l'anticlinal de l'Écoutoux (a.E) et celui du Grand Som (a.GS).
N.B : Le couloir du sentiers des cent lacets, ainsi que le col du Fret, sont cachés par l'éperon rocheux qui borde le couloir de faille du côté sud. C'est dans les abrupts méridionaux de cet éperon que se lit, au niveau de l'Urgonien, le dessin de l'anticlinal de l'Écoutoux, alors même que le coeur d'Hauterivien de ce pli est largement masqué par des éboulis de pied de falaise.
f.C = faille N-S de la crête du Cernay ; s.N = synclinal du Néron

image sensible au survol et au clic

Les falaises du rebord nord du ravin du Nant
, vues du sud, depuis le col des Aures (détails de la partie centrale du cliché précédent)
f.C = faille N-S de la crête du Cernay. Le miroir de faille de cette cassure a servi d'amorce au détachement d'un important éboulement assez récent (il remonte approximativement à 1960 mais a subi des rafraîchissements plus récents).
L'astérisque indique la zone de départ des matériaux éboulés (dont le pierrier fait encore une saignée dans la végétation de pied de falaise). Le pli situé plus à droite (désigné par une grosse flèche blanche) est représenté en détail dans le cliché suivant.

- 2 - un repli secondaire assez remarquable qui affecte la partie basse de la masse inférieure urgonienne. Il s'agit d'un anticlinal anguleux, déversé vers l'ouest, qui présente la particularité notable de ne pas affecter les bancs formant le pied de la falaise. Ceci implique qu'il y a eu désolidarisation et glissement des bancs supérieurs, plissés par rapport à ceux, non déformés, du pied de falaise.

Ce pli doit donc être interprété comme un exemple de "pli de propagation", qualificatif que l'on attribue aux plis par lesquels s'effectue l'amortissement d'un chevauchement, au point extrême atteint par la propagation de la cassure. Ici la faille de chevauchement, notée F sur le schéma, s'est propagée d'est en ouest et le déplacement de la tranche supérieure est égal à la longueur du flanc ouest de l'anticlinal.

image sensible au survol et au clic

Le repli secondaire du versant oriental de la Dent de l'Ours,
vu du sud, depuis le versant ouest du vallon des Aures (sentier des cent lacets).


Carte géologique à consulter : feuille Montmélian
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Guiers Vif, Les Sermes

Château du Gouvernement

Saint-Pierre-d'Entremont
crête des Éparres

LOCALITÉS VOISINES
Colleret

col de Bovinant

Grand Som N

col du Cucheron

accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 26/02/17