Armentier, La Garde

Les abrupts inférieurs des Grandes Rousses en face de Bourg-d'Oisans

Les basses pentes de l'Alpe-d'Huez présentent, avant de rejoindre la plaine de Bourg-d'Oisans, un ressaut important. Il est dû à ce que la vallée de la Romanche y entaille de nouveau le socle cristallin en amont de Bourg-d'Oisans (l'interface socle / couverture s'élève en effet vers l'est tandis que la vallée est orientée nord-ouest - sud-est).

image sensible au survol et au clic

Vue d'ensemble des pentes de la rive droite de la Romanche depuis les crêtes des Grandes Rousses jusqu'à la plaine de Bourg-d'Oisans (d'avion, du SW, depuis l'aplomb de Villard Notre-Dame).
Les tirets rouges suivent la base (triasique) de la succession sédimentaire de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans, qui repose sur le socle par l'intermédiaire de la surface de la pénéplaine anté-triasique (s.pa).
On trouvera plus de commentaires tectoniques à la page "Alpe-d'Huez".



La coupe naturelle de ce versant permet d'y observer presque en continu le contact socle / sédimentaire, qui est notamment recoupé à plusieurs reprises par les lacets de la route D.211 en contrebas de La Garde. La route D.211a, qui part de ce village puis passe à l'Armentier suit assez précisément, au delà, ce contact en empruntant la corniche qui couronne le ressaut. Ce faisant elle recoupe plusieurs failles d'extension qui décale cette surface de la pénéplaine anté-triasique : il s'avère que ces cassures, orientées NE-SW et dont la lèvre sud-orientale est abaissée,
sont des failles synsédimentaires.

image sensible au survol et au clic

Vue d'ensemble du versant ouest de la Crête des Sures (dominant la plaine de Bourg d'Oisans)
Noter les plis (fortement déverses vers l'ouest) qui affectent la partie haute de la succession des couches du Lias calcaire. Or, ni ces plis, ni les couches affleurant immédiatement dessous, ne sont coupés par des failles prolongeant celles visibles à l'interface socle - couverture (s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique).
Le caractère synsédimentaire de ces failles est attesté par ce cachetage vers le haut ; il l'est aussi par les onlaps des couches sur les surfaces de failles (ainsi que sur le flanc nord, basculé, des blocs qu'elles séparent) : voir le cliché suivant.


Vue de détail de la faille 1 du cliché précédent
sur la route D211, 1 km en amont de l'Armentier

(téléphoto prise depuis la route de Villard-Notre-Dame)

Schéma interprétatif résumant les observations pouvant être faites sur les lieux (M.GIDON 1982, inédit)
1 - enduit décimétrique à métrique de brèche à éléments cristallins (parfois arrondis)
2 - Pélites plus ou moins gréseuses et argilites dolomitiques à fragments de dolomie
3 - id.mais avec lits de galets , certains quartzeux.
4 - brèches dolomitiques à blocs de 10 à 50 cm.
5 - faisceau de bancs dolomitiques, devenant coalescents et se biseautant vers le SE
6 - discordance interne et effilement de bancs calcaires liasiques
7 - trace probable d'une fracture mais de rejet très faible (quelques mètres seulement)

image sensible au survol et au clic

Le débouché des gorges amont de la Romanche dans la plaine de Bourg-d'Oisans
, vu de l'ouest depuis les pentes de la Croix du Carrelet (Villard Notre-Dame).
ac.H = accident de l'Herpie (bande N-S de houiller comprise entre deux failles).



cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Vizille

Bourg-d'Oisans

l'Alpe-d'Huez

Sarenne
Villard Notre-Dame

LOCALITÉS VOISINES
Auris

Rochail

Pied Moutet

Deux Alpes
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Oisans

retour au début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16