Mont Clergeon, Serrières, Chindrieux

Le chaînon du Gros Foug à la latitude de la Chautagne


C'est peu au nord de la latitude de Serrières que le mont* anticlinal du chaînon du Gros Foug - Corsuet atteint son altitude maximale, qui dépasse 1000 m. Cela coïncide avec une culmination de l'axe de l'anticlinal du Gros Foug, dont le gain en altitude est encore plus important. Il en résulte que c'est ici que l'érosion a le plus profondément décapé la voûte du pli, ce qui se traduit par le fait que la carapace d'Urgonien n'est plus conservée que sur les flancs ouest et est du chaînon et que le sommet de la montagne est constitué par la dalle sommitale des calcaires massifs, récifaux, du Kimméridgien supérieur.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Gros Foug dans son secteur culminant, à la latitude de Serrières-en-Chautagne, vu depuis le sommet du Grand Colombier.
La voûte de la montagne est affaissée, du côté nord, à la transversale de Chez Thévenoud, par une crevasse transversale (elle décale visiblement la surface topographique, qui correspond ici à la dalle structurale du sommet du Kimméridgien supérieur).


Au niveau de cette culmination la dalle sommitale des calcaires kimméridgiens se montre affectée de profondes crevasses ; certaines se sont clairement ouvertes par le détachement de blocs effondrés au flanc ouest de la montagne et sont donc dues à l'érosion : d'autres, plus énigmatiques, paraissent être d'origine tectonique et correspondre à une extension longitudinale du chaînon, associée à un petit affaissement du compartiment septentrional.

Ces affleurements ont été signalés et décrits par Paul GIDON. Ce dernier auteur tirait, de l'analyse de la forme des blocs isolés par les cassures, la conclusion que le calcaire massif s'y était déformé plastiquement sous son propre poids (c'est toutefois là une appréciation qu'il paraît difficile de contrôler par des méthodes rigoureuses).
Voir : GIDON P. (1952). - Observations sur la plasticité des roches calcaires. 77ème Congrès des Sté savantes, Grenoble, 1952, p.169-177. /n°25 et GIDON P. (1954). - Tectonique et plasticité des roches calcaires. Bull. Sté. Hist. Nat. Savoie, 1954. /n°36, p.85-98)


Détails du versant ouest du sommet du Gros Foug (depuis le sommet du Grand Colombier)
On voit plus clairement le tracé et les rejets des cassures :
- ouverture d'une crevasse comblée d'éboulis à droite (tassement superficiel) ;
- découpage en blocs, simplement dénivelés, à gauche (jeu d'une faille tranchant verticalement la montagne).
Les failles "d'extension"dont le tracé est incliné vers la gauche peuvent être considérées comme des cassures secondaires de la faille principale, laquelle est pratiquement orthogonale à l'allongement de la montagne et affaisse sa partie gauche (septentrionale).


Il est à remarquer que ces accidents sont d'une part très localisés et d'autre part d'âge quaternaire, puisqu'ils affectent la surface topographique du chaînon. On peut donc se demander s'ils ne pourraient pas être dus à la poursuite, sub-actuelle, d'un phénomène occasionnant le soulèvement de la voûte anticlinale du chaînon à cette latitude (la formation de ces crevasses pourrait en ce cas avoir été liée à une éventuelle sismicité historique qu'il serait intéressant de rechercher ...).

Dès la latitude de Ruffieux la crête, dénommée alors Mont Clergeon, recommence à posséder un chapeau de Crétacé inférieur, bien que son altitude ne se soit pas accrue : cela traduit le fait qu'à cet endroit s'amorce le plongement d'axe du pli vers le sud qui va se poursuivre jusqu'à La Chambotte (et qui est symétrique de celui qui se manifestait vers le nord à la latitude de Seyssel).

image sensible au survol et au clic

Le Mont Clergeon (devant le massif des Bauges), vu du NW depuis le col du Grand Colombier.
(le sommet de "Sur les routes" est situé environ 3 km au sud du point 1033 des clichés précédents)
a.gF = anticlinal du Gros Foug (son axe est presque parallèle au versant de la montagne et le dessin de sa charnière sur la surface topographique est donc déformé dans le sens d'un étirement horizontal) ; s.Ch = repli synclinal de Châtillon.


 

Une autre petite complication structurale est introduite au niveau du Mont Clergeon par le fait que la voûte anticlinale tend à s'y aplatir passagèrement, ce qui occasionne un élargissement de la zone culminante du mont anticlinal au nord du col du Sapenay. Cela se traduit par une très grande largeur d'affleurement de la dalle structurale des marbres bâtards, sur laquelle sont tracés les lacets de la route qui monte depuis Ruffieux vers le col du Sapenay (celle menant, plus au nord, au sommet du mont Clergeon suit au contraire la combe hauterivienne, au revers de l'Urgonien du flanc ouest du pli).

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Mont Clergeon à la latitude de Chindrieux, vu du sud-ouest depuis les pentes de Conjux (rive ouest du Lac du Bourget.
L'anticlinal du Gros Foug (a.gF) est coupé très en biseau par la surface topographique : cela lui donne l'aspect d'un pli couché, alors que son flanc ouest (bas des pentes) est seulement vertical et que sa forme globale celle d'un pli en genou.
Il est littéralement disséqué par l'érosion qui a ciselé, pour chacun des niveaux stratigraphiques successifs, le dessin de sa charnière.
La succession du Rocher de Châtillon qui se profile en avant-plan est celle du flanc ouest du synclinal de Châtillon (repli oriental du synclinal du lac du Bourget).


Au sud de Groisin (hameau le plus méridional de Chindrieux) jusqu'à La Chambotte, le versant occidental de la montagne se singularise par l'absence de tout affleurement appartenant au flanc ouest de l'anticlinal du Gros Foug : ceux-ci ont en effet été enlevés par l'érosion glaciaire qui a excavé la cuvette du lac.
En revanche l'érosion a respecté, au même niveau, les couches d'âge crétacé qui forment le Rocher de Châtillon (lequel devait constituer une sorte de "nunatak" sous le glacier). Or le pendage (d'ailleurs modeste) de ces couches est dirigé vers l'est : cette butte représente donc un fragment du flanc occidental d'un étroit repli synclinal de Châtillon succédant vers l'ouest à l'anticlinal du Gros Foug.


L'extrémité septentrionale du chaînon du Mont du Chat et du Lac du Bourget, vue du sud-est depuis le Belvédère de la Chambotte.
s.B = synclinal occidental (hypothétique) du Lac du Bourget ; a.C = anticlinal (hypothétique) de Châtillon ; f.P = faille (décrochement ?) de Portout.


La présence de ce flanc de pli démontre que le grand synclinal du Lac du Bourget doit être affecté, immédiatement plus à l'ouest, par un dispositif tectonique provoquant le redoublement de la succession du crétacé inférieur entre Châtillon et Portout, où le flanc oriental de l'anticlinal du Mont du Chat plonge sous les eaux : il peut s'agir aussi bien d'une faille de chevauchement que d'une succession de deux replis, un "anticlinal de Châtillon" suivi d'un "synclinal du Bourget occidental". C'est cette dernière hypothèse que suggère l'ébauche de charnière anticlinale que l'on observe dans les marbres bâtards de l'extrémité nord-ouest des affleurements de Châtillon (mais ce peut n'être qu'un crochon* de chevauchement). Quoi qu'il en soit, ces accidents restent hypothétiques puisqu'ils sont masqués sous les eaux et, plus au nord, sous les alluvions lacustres ...

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du chaînon du Gros Foug, entre le Mont Clergeon et La Chambotte, vu de l'ouest, depuis le village de Conjux.
a.Ch = anticlinal de Châtillon (flanc oriental seul visible) ; a.gF = anticlinal du Gros Foug (branche occidentale) ; d.Cs = décrochement (dextre) de Cessens ; d.Ch = décrochement (sénestre) de La Chambotte.


En ce qui concerne l'anticlinal du Gros Foug, trois faits supplémentaires se manifestent à cette latitude :
- l'axe du pli y est quelque peu décalé vers l'ouest par le jeu d'un petit décrochement de Cessens, ce qui a repoussé d'autant le flanc ouest du pli et donc aidé à son érosion ;
- au sud du plan de fracture, cet axe manifeste une incurvation azimutale qui lui fait passer de N 10 au nord de Chindrieux à N150 au sud (cette direction est celle du la rive du lac) ;
- la voûte du pli s'abaisse progressivement, au point que son cœur jurassique s'enfonce sous les eaux du lac au lieu-dit Le Grand Rocher (où la charnière du pli est d'ailleurs visible) et que, plus au sud, sa voûte urgonienne plonge définitivement sous les eaux, à Brison (voir la page "La Chambotte").

voir l'aperçu d'ensemble sur le Lac du Bourget




Carte géologique très simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
.
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Rumilly


Grand Colombier

Seyssel Gros Foug

Mandallaz, Sillingy
Culoz

LOCALITÉS VOISINES

Rumilly - Albanais

La Charvaz

La Chambotte

(Saint-Offenge)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Avant-Pays

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 11/09/16