Sillingy, montagne de Mandallaz

Les collines de rive droite du Fier, au nord-ouest d'Annecy.

Au nord-ouest d'Annecy les collines qui occupent l'espace séparant les Bornes du Jura ont presque toutes un substratum de molasses tertiaires appartenant au remplissage de l'ancien sillon péri-alpin (elles sont tapissées en outre par un important drapage d'alluvions glaciaires).

image sensible au survol et au clic

Annecy et les collines de l'Albanais, vus de l'est depuis le Mont Baron.


Toutefois il en émerge un petit chaînon plus saillant et plus boisé, allongé NE-SW, qui est formé de matériel calcaire d'âge jurassique et crétacé. À la latitude de La-Balme-de-Sillingy ce chaînon est partagé en deux tronçons : la Montagne de Mandallaz au nord et la Montagne d'Age (plus basse) au sud. Ils sont décalés, dans le sens sénestre, l'un par rapport à l'autre, ce qui est bien visible sur la carte (voir la carte schématique ci-dessous).
Cela correspond à un décrochement qui est, en fait, le prolongement sud-oriental de la "faille du Vuache", importante cassure orientée NW-SE qui se prolonge vraisemblablement plus au SE jusqu'à Annecy et sous l'eau du Lac d'Annecy septentrional.

Situation structurale des environs de Sillingy par rapport aux massifs des Bauges et des Bornes et au Lac d'Annecy.

 

 

NB. : "ant. Frettes" = anticlinal de Tête Ronde ; "s.Glières" = synclinal du Lindion

Ce chaînon a une structure anticlinale et une orientation presque NNE-SSW, c'est-à-dire grossièrement paralléle à celle des plis des massifs des Bornes et des Bauges, qui sont ses voisins les plus proches, du côté oriental.

image sensible au survol et au clic

Les collines des environs de Sillingy, vues de l'ouest depuis le Grand Colombier, par dessus la crête du Gros Foug.
a.M = anticlinal de Mandallaz : son axe est très oblique (environ 45°) au regard de l'observateur ; f.V = faille du Vuache : son tracé suit la vallée de La Balme de Sillingy (orientée NW-SE) et il est, comme elle, totalement masqué par les collines d'avant-plan.


L'anticlinal de Mandallaz est très certainement le prolongement méridional de celui du Salève, de même direction axiale, par rapport auquel il est simplement décalé, également dans le sens sénestre, par un autre décrochement, plus septentrional, celui de Cruseilles.

Cet anticlinal de Mandallaz a une forme de voûte très ouverte, qui est bien visible grace à l'entaille naturelle, presque orthogonale à son axe, que donne de son extrémité méridionale (sommet de La Tête) les escarpements de La-Balme-de-Sillingy, dont le pied forme une falaise presque continue.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité sud-occidentale de la Montagne de Mandallaz
, vue de l'W-NW depuis le coteau des Fraises Sauvages, à La-Balme-de-Sillingy.
a.M = anticlinal de Mandallaz (son axe est orienté vers l'arrière gauche) ; f.t = faille extensive, délimitant un paquet sans doute tassé ; Val = Valanginien (calcaires roux massifs) ; Be = calcaires clairs massifs ("Marbre bâtard") du Berriasien ; Pu = calcaires lités du Purbeckien.
La faille du Vuache est masquée, au pied des falaises, par des éboulis et par les alluvions sablo-caillouteuses fluvio-glaciaires des collines de La Petite Balme.


L'existence de cette falaise est due précisément à ce que ce pli est tranché ici, presque orthogonalement à son axe, par le décrochement du Vuache, dont le tracé, masqué sous les alluvions, doit sensiblement suivre le tracé du pied des falaises, car celui-ci est presque rectiligne (voir carte de détail en fin de page).

image sensible au survol et au clic

Les escarpements de l'extrémité sud-occidentale de la montagne de Mandalaz, vus du SW depuis les abords de Sillingy (cliché original obligeamment communiqué par Mr. L.Gidon).
En rouge les tracés des failles parallèles à celle de la carrière de la Petite Balme : ils sont peu obliques au versant et, sauf dans les abrupts, traversent donc celui-ci en biais (leur localisation au niveau de l'Urgonien est très incertaine). F1 est la faille de la carrière ; la faille F4 est hypothétique, seulement déduite de l'examen du cliché...


C'est sur ce tracé que se situe le village de La Petite Balme ; il présente la particularité de jouxter une carrière abandonnée dont le front de taille, ouvert dans les couches du passage entre Jurassique supérieur et Crétacé inférieur, s'est arrêté de progresser après avoir dégagé un splendide miroir de faille*.

En fait un examen d'ensemble des abrupts (cliché ci-dessus) montre que cette cassure n'est pas seule à affecter ces couches et que l'on peut au moins en repérer quatre, toutes similaires (qui se prolongent peut-être plus haut jusque dans l'Urgonien).

image sensible au survol et au clic

Détail du secteur de la carrière de la Petite Balme, vu du SW (agrandissement du cliché ci-dessus) (cliché original obligeamment communiqué par Mr. L.Gidon).


En outre il s'avère que, de part et d'autre de la cassure on n'observe qu'un faible décalage des niveaux repères qui permettent de repérer les limites entre les formations superposées (vires, bancs massifs etc...) : ce rejet*, très modeste (de l'ordre de moins de 10 m) consiste en un léger abaissement de la lèvre sud-orientale (lèvre droite, sur les clichés).
Il est en fait logique que ce rejet vertical soit faible car il s'avère (voir ci-après) que le déplacement occasionné par la jeu de la faille a été essentiellement horizontal : comme le pendage des couches est lui même faible la composante verticale de ce déplacement ne pouvait pas être importante (la valeur du rejet horizontal est sans doute plus élevée, mais difficile à préciser).

image sensible au survol et au clic

La carrière de la Petite Balme de Sillingy, vue du NW, depuis la crête occidentale du merlon de protection récemment aménagé.
En premier plan la surface de cassure, vue presque d'enfilade, est dégagée en un abrupt à peine retouché par l'érosion (le miroir est mieux conservé en arrière des peupliers : cliché suivant). En arrière-plan on voit la faille s'engager au sein de la masse rocheuse : noter son rejet vertical qui correspond à un abaissement de la lèvre droite, de l'ordre de 5 m (abaissement qui a d'ailleurs induit une torsion des couches en crochon) .


L'examen de ce front de taille est très instructif et il faut louer la municipalité de Sillingy pour en avoir protégé et aménagé le site, ainsi que pour y avoir placé de pertinents panneaux explicatifs (même si celui concernant la succession stratigraphique me semble un peu erroné). Un examen rapproché (ou celui de l'échantillon reproduit sur un panneau) permet d'y voir les différents indices du mouvement sur cette faille (cannelure, enduits calcitiques garnis de stries), tels qu'on les trouvera décrits à la page "lèvres de failles". Ils caractèrisent clairement un décrochement sénestre, avec une direction de mouvement faiblement pentée vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Détails des abords du miroir de faille de La Petite Balme, vus de l'ouest : la lévre gauche correspond au compartiment nord-oriental (cliché original obligeamment communiqué par M. Daniel Fournier).
En réalité la faille comporte deux surfaces de cassure, F1et F2, délimitant un compartiment intercalaire (d'ailleurs porteur d'un fragment de miroir secondaire).
Le caractère décrochant de la cassure (indiqué par les demi-flèches du bas de figure) est clairement indiqué par la disposition, proche de l'horizontale (mais inclinée vers l'ouest), des cannelures de friction et des stries* ; l'observation rapprochée de ces dernières confirme le rejet sénestre (qui s'accorde d'ailleurs avec le contexte régional relatif à la faille du Vuache).
Les couches de la lèvre droite sont rebroussées en un crochon synclinal : ce dernier est dû à la composante d'abaissement de la lèvre droite (qui est induite par l'inclinaison, vers l'avant-gauche, de la direction de mouvements indiquée par les stries et cannelures de friction).


Ce qui vient d'être dit montre à l'évidence que ce miroir de faille n'est pas celui de la faille du Vuache elle-même : le tracé de cette dernière est en fait caché sous la végétation qui couvre les talutages de pied de falaise. Ce miroir n'est que celui d'une faille secondaire, à plus faible rejet, branchée à 30° environ sur la faille principale (voir la carte ci-après) : malgré cet angle un peu fort on peut sans doute y voir une faille de Riedel induite par le fonctionnement du décrochement majeur.

On trouvera ci-après un schéma cartographique de l'extrémité sud-occidentale de la montagne de Mandallaz, montrant le contexte géologique général du secteur concerné :

La flèche bleue indique l'extrémité occidentale du miroir de faille dénudé de la Petite Balme.

Sur cette carte le tracé (masqué) de la faille du Vuache (en brun-rouge) suit la ligne d'éboulis qui frange le pied des escarpements inférieurs.
On constate, au NW de la flèche bleue, qu'il s'aligne parfaitement avec l'accident qui est tracé, sur carte Seyssel du BRGM, au flanc SW de la montagne de Vuache, aux abords de Chaumont. Du côté SE il s'aligne avec la rive du lac d'Annecy le long de laquelle l'extrémité nord de l'anticlinal du Semnoz plonge dans le lac (quartier de la Poya) avant d'être vraisemblablement tranchée par la faille.

On constate que ces deux tracés se raccordent au prix d'un coude d'environ 20° à l'endroit même où se branche la faille de la Petite Balme


Cet environnement géologique suggère les remarques complémentaires suivantes :

a) Selon une ligne virtuelle, parallèle au tracé de la faille principale et passant environ 1 km plus au NE par Lesvaux - Sur les Fartoz - Chez les Roux, la voûte anticlinale, qui est doucement plongeante vers le SW plus au nord, subit une inflexion : du côté de la faille (au SW de la ligne précitée) ses couches acquièrent un pendage vers le NE, de sorte que ce sont des couches plus anciennes (celles de l'Urgonien inférieur) qui forment l'échine culminante de la montagne et le sommet de La Tête : ce basculement synforme transverse à l'axe du pli vient certainement de ce que ces couches ont a été rebroussées vers le haut par le jeu de la faille ;

b) au SW de cette ligne, les couches du flanc SE du pli anticlinal manifestent une nette torsion, concave vers l'est : ceci suggère fortement que le pli a été tordu en un crochon* sénestre par le jeu de la faille (le déplacement le long de la faille de la Petite Balme a d'ailleurs pu contribuer à créer cette torsion).

Ces deux dernières particularités suggèrent que la surface de cassure a fait l'objet, au niveau de la traversée de l'anticlinal de Mandallaz, d'un effort de serrage particulier qui a tordu à la fois vers le haut et dans le sens sénestre le bord de sa lèvre nord-orientale : on peut y voir une relation avec la déviation de son tracé, qui semble contourner là l'obstacle, saillant vers le SW, qu'ont dû constituer les couches jurassico-crétacées de l'anticlinal.

c) La source de Bromines doit (à l'évidence) son caractère sulfureux à ce que ses eaux ont dû circuler en profondeur au niveau du Trias gypsifère ; sa venue au jour en un point où passe la surface de cassure indique qu'elles sont remontées en utilisant cette dernière. Mais encore fallait-il qu'elles trouvent là, pour remonter, une zone où des roches soient fissurées et ne subissent qu'une compression relativement faible. Or ces conditions paraissent réunies, en ce point, sur la lèvre NE de la faille, car on se trouve là à l'aval de l'obstacle que contourne le tracé de la faille, ce qui justifie qu'il puisse n'y régner que des pressions relativement atténuées ; d'autre part la cassure y affecte les calcaires urgoniens du flanc sud-oriental du pli, qui sont éminemment fracturables et dont la puissante couche s'élève depuis la profondeur avec une forte pente.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Seyssel
.
Carte géologique très simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Montagne du Vuache

Mont Salève

La-Roche- sur-Foron
Seyssel

LOCALITÉS VOISINES

(Parmelan)

Mont Clergeon

Rumilly Albanais

(Annecy)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Avant-Pays

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 11/03/16