La Chambotte - Brison

le chaînon de bordure orientale de la partie nord du Lac du Bourget

À la latitude de La Chambotte le chaînon anticlinal du Gros Foug - Corsuet n'est pas un typique "mont" jurassien* car l'Urgonien de la carapace extérieure du pli anticlinal n'est conservé que sur son flanc est et aux abords orientaux de sa voûte. Ailleurs, c'est-à-dire sur l'essentiel du flanc ouest, l'érosion qui a percé la carapace urgonienne a affouillé jusqu'à mettre à nu son cœur de calcaires jurassiques mais sans creuser assez dans l'Hauterivien-Valanginien pour y ouvrir des combes entourant un mont dérivé de Jurassique (sauf au Mont Clergeon et à l'est de Grésine, où ces combes ne sont cependant qu'ébauchées, à peine déprimées). Depuis la latitude de Chindrieux jusqu'à Brison la retombée de l'Urgonien de ce flanc ouest a été déblayée par l'érosion au point qu'il faudrait aller sous l'eau du lac pour en observer les couches. Il n'est conservé qu'à Brison et s'effile rapidement plus au sud, jusqu'à se réduire à ses seules couches basales (Barrémien inférieur) à partir de Grésine.

voir l'aperçu d'ensemble sur le Lac du Bourget

images sensibles au survol et au clic



La rive orientale du Lac du Bourget au nord d'Aix-les-Bains
, vue de l'ouest depuis le belvédère de Gremeau (commune d'Ontex), en rive ouest du lac (deux demi-panoramas raccordables).
s.Ch = synclinal de Chindrieux ; a.gF = anticlinal du Gros Foug ; s.Br = synclinal de Brison ; a.Co = anticlinal du Corsuet.
Le longs tirets gras cernés de gris correspondent aux traces d'intersection des surfaces axiales de plis avec la surface du sol.


Un trait assez remarquable de ce chaînon est qu'il présente, au niveau du village de La Chambotte, un abaissement sensible de sa crête. Cet ensellement* topographique est dû à ce que, à cet endroit, l'échine sommitale de la montagne cesse d'appartenir à la voûte de l'anticlinal du Gros Foug pour se rattacher, plus au sud, à celle de l'anticlinal du Corsuet. Ce dernier pli prend naissance dans le flanc est du précédent et vient le relayer, du côté sud-est ; il en est séparé par un synclinal (très ouvert au niveau de la crête urgonienne mais plus refermé en pied du versant ouest), le synclinal de Brison.

 Il est difficile de déterminer si ce relais de plis s'est fait originellement ou en deux étapes, l'anticlinal du Corsuet re-déformant le flanc oriental de celui du Gros Foug. Quoi qu'il en soit cette structure aboutit à une inflexion sigmoïde du chaînon qui est très perceptible si l'on en observe le versant oriental : à une concavité ouverte vers l'est au niveau de Cessens fait suite, au sud de la Chambotte et au niveau de la Biolle une convexité en direction de l'est : cela peut également se décrire comme un enchaînement de deux torsions dextres aux dépens d'un pli initialement rectiligne, la première au niveau de Ruffieux et de la partie sud du Mont Clergeon, la seconde au niveau de Brison et de la partie nord du Mont de Corsuet.


image sensible au survol et au clic

L'ensemble du chaînon du Corsuet - Gros Foug, vu du sommet du Revard (Bauges).
Sous cet angle perspectif on voit que le versant oriental du chaînon Chambotte- Corsuet décrit une sinuosité en S : elle correspond au synclinal de Brison qui assure le relais entre les deux plis anticlinaux qui en constituent l'ossature, l'anticlinal du Corsuet au sud de La Chambotte et l'anticlinal du Gros Foug au nord.
Immédiatement au nord d'Aix-les-Bains, l'Urgonien de la voûte de l'anticlinal du Corsuet s'ennoie "périclinalement*" vers le sud, sous la molasse du sillon molassique périalpin (qui forme la colline de Tresserve : voir la page "Aix"; mais l'Urgonien réapparaît dans les pentes supérieures d'Aix, à la faveur de l'anticlinal de la Roche du Roi, lui aussi décalé, en relais, par rapport au précédent.


Le village de La Chambotte est construit sur le versant oriental de la crête du chaînon, dans le très large ensellement de celle-ci qui correspond au secteur où se fait le relais entre les deux anticlinaux du Gros Foug et de Brison.
La route D.991b, qui s'échappe du village vers l'ouest, emprunte plus précisément une petite encoche de la barrière rocheuse urgonienne qui suit la crête de la montagne. Ce trait de relief correspond au passage d'une faille de décrochement sénestre, orientée NW-SE. Le miroir de cette cassure, dénudé par l'érosion, est bien visible du côté nord de la route, avant l'entrée du tunnel (ce dernier et le lacet de la route qui lui fait suite font partie du compartiment sud de la faille). Il ne s'agit toutefois que d'un accident très secondaire, à faible rejet.


Le miroir de faille du décrochement de la Chambotte, vu du sud-est, depuis le terre-plein au nord du tunnel.
À cet endroit le miroir de faille est orienté N110° et pend de 75° vers le sud (vers la gauche).
NB : sur la carte géologique, feuille Rumilly, le tracé de la cassure est erroné, décalé de 2 mm vers le nord au niveau du village. D'autre part, dans les pentes sud-orientales, il est prolongé d'une façon qui ne s'accorde pas avec le tracé des contours des formations...
L'examen des données de cette carte concernant le versant oriental de la montagne semble indiquer, par le décalage du niveau repère des couches marno-calcaires de l'Aptien inférieur (couches à Orbitolines), que le tracé de la faille s'infléchit à N135 au sud-est du village avant de reprendre un azimut N110° dans les pentes au sud de Saint-Germain.
Ce tracé sigmoïde correspond vraisemblablement à un dispositif de relais entre deux plans de cassure, par l'intermédiaire d'une faille "de Riedel"*.


À partir de La Chambotte vers le sud la coupe naturelle du versant occidental du chaînon, bien qu'elle soit presque orientée parallèlement à l'axe des plis, permet d'analyser la manière dont se fait l'enchaînement de ceux-ci et les rapports de cette géométrie avec celle de la surface topographique.
Le premier trait de cette organisation structurale est que l'anticlinal du Gros Foug s'enfonce vers le sud (par plongement axial), au point que sa voûte urgonienne disparaît à Brison, en plongeant sous la surface du Lac.

image sensible au survol et au clic

La rive orientale du lac du Bourget à la latitude de la Chambotte, vue de la rive ouest du lac, depuis le belvédère d'Ontex (hameau de Grumeau).
a.gF = anticlinal du Gros Foug (extrémité méridionale : plus au sud le pli disparaît sous les eaux du lac) ; d.C = faille de décrochement de la Chambotte ; s.B = synclinal de Brison ; f.B = faille de Brison ; a.C = anticlinal du Corsuet.
La charnière de l'anticlinal du Gros Foug est parfaitement visible, à 30 m de l'entrée sud du tunnel du grand Rocher (flèche rouge), dans les couches du Portlandien et du Kimméridgien tout-à-fait supérieur (voir cliché suivant).


Cet ennoiement méridional de la voûte jurassique de l'anticlinal du Gros Foug est observable, dans les différents niveaux des couches du cœur du pli, en bordure de la route D.991, entre Challière et l'entrée sud du tunnel SNCF "du Grand Rocher". La charnière de ce pli y affecte successivement, du sud vers le nord, les couches du Valanginien, du Portlandien et s'observe particulièrement bien dans celles du sommet des calcaires récifaux du Kimméridgien : elle a une forme en genou qui se ploie en un arc de quelques dizaines de mètres seulement et son axe, bien que très peu oblique au rivage, se dirige néanmoins plus vers l'intérieur que vers l'extérieur de la montagne, soit à peu près N160 : cela traduit une inflexion de cet axe par rapport à sa direction N180 au nord de la latitude de la Chambotte.

La charnière de l'anticlinal du Gros Foug

en bordure du lac du Bourget, à l'entrée méridionale du tunnel ferroviaire "du Grand Rocher"
vue du nord depuis l'entrée de la galerie routière.

Le dessin de la limite entre Portlandien et Kimméridgien inférieur pourrait donner l'illusion d'un pli couché.
La manière dont ce contour forme un saillant vers le sud résulte, en fait, de ce que la charnière est coupée en biseau aigu par la pente de la montagne.

Au nord de l'éboulement que traverse ce tunnel les couches des calcaires récifaux ne montrent plus qu'un pendage modeste, d'abord vers le sud-ouest puis vers l'est.

Cette disparition de la charnière du pli, du sud vers le nord, vient de ce que l'axe de l'anticlinal du Gros Foug est orienté ici à peu près N150, alors que la pente topographique a une orientation plus méridienne, proche de N170. Il en résulte que le pli est tranché par les pentes qui tombent dans le lac selon un biseau très aigu : en ce qui concerne l'interface Kimméridgien-Portlandien l'axe de la charnière passe à l'ouest de la falaise du Grand Rocher (formée par le Kimméridgien supérieur du flanc oriental) et rentre de plus en plus dans le versant de la montagne au sud du tunnel.

image sensible au survol et au clic

La rive orientale du lac du Bourget au nord de la baie de Grésine, vue de la rive ouest du lac, depuis le belvédère d'Ontex (hameau de Grumeau).
s.B = synclinal de Brison ; f.B = faille de Brison ; a.C = anticlinal du Corsuet.

Plus au sud la localité de Brison est blottie dans un petit val* en forme de gouttière inclinée vers le sud qui s'est creusé en évidant le coeur miocène du synclinal de Brison. Ce pli, très ouvert et déjeté vers l'ouest, a un axe N-S qui plonge nettement vers le sud, de sorte que l'Urgonien de son flanc ouest s'enfonce rapidement sous les eaux de la baie de Grésine. Son flanc oriental est constitué par l'escarpement urgonien du Rocher du Châtelard, qui dessine très visiblement le ploiement du flanc ouest de l'anticlinal du Corsuet. Il est accessoirement rompu, parallélement à son axe, par une faille mineure ("faille de Brison" des clichés) qui est subverticale et ne montre qu'un rejet modeste de soulèvement de son compartiment oriental. Elle s'est sans doute formée lors du plissement, vraisemblablement par rupture de la dalle urgonienne au voisinage de la charnière.

image sensible au survol et au clic

La rive orientale du lac du Bourget au nord de la baie de Grésine, vu du sud, depuis les maisons basses de Grésine
s.Br = synclinal de Brison ; f.B = faille de Brison ; a.C = anticlinal du Corsuet


Au sud du village de Brison le synclinal de Brison disparaît sous l'eau du lac et l'anticlinal du Corsuet prend de plus en plus d'ampleur en formant toute la montagne et culmine à la latitude de Grésine, où l'érosion l'éventre jusqu'à son coeur de Jurassique. Au sud de Grésine il subit à son tour un ensellement qui fait plonger l'Urgonien de sa voûte sous les faubourgs septentrionaux d'Aix-les-Bains)

image sensible au survol et au clic

La partie septentrionale de la montagne du Corsuet, vue du sud, depuis le village de Grésine.
s.Br = synclinal de Brison , a.C = anticlinal du Corsuet.
A l'intérieur de la boutonnière d'érosion qui a crevé la carapace urgonienne les couches du Valanginien dessinent, aux Granges de Brison, un bombement de terrain qui est l'ébauche d'un mont dérivé*.



.
Carte géologique très simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Rumilly


Culoz

Mont Clergeon

Rumilly - Albanais
Chanaz, Curtille

LOCALITÉS VOISINES

(Saint-Offenge)

Lac du Bourget

Aix-les-Bains

(Revard)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Avant-Pays

début de la page

sommaire de GEOL_ALP


Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 16/09/16