Massif des Bornes :
Aperçus structuraux et tectonique


voir aussi : Principaux types de structures tectoniques
l'origine des déformations des chaînes subalpines septentrionales

Les différents aspects de la structure du massif, dans son ensemble ou pour ses parties constituantes, qui méritent d'être explicités sont abordés dans les parties suivantes de la présente page :

1/ L'organisation cartographique d'ensemble des accidents tectoniques ;
2/ les Rapports structuraux avec le massif des Bauges ;
3/ les caractères tectoniques propres aux 3 ensembles, occidental, médian et oriental ;
4/ le "méga-collapse" du domaine sud-oriental
5/ Résumé de l'histoire tectonique.

1/ Schéma structural :

a) La virgation* des Bornes est un trait majeur de l'organisation cartographique des plis de ce massif et elle le singularise par rapport aux autres massifs subalpins septentrionaux. Elle consiste en une incurvation des axes de plis, qui dessinent un arc à concavité vers le SE (dont l'axe de symétrie entre ses deux extrémités est orienté NW-SE).

Il s'agit d'une virgation forcée, analogue à celle du Jura, ce qui veut dire que la couverture sédimentaire qui migrait vers l'ouest en se plissant a réussi à s'insinuer entre deux obstacles localisés respectivement au nord d'une ligne Bonneville-Cluses et au sud-ouest qui correspond à l'allongement du lac d'Annecy.

 

 Carte structurale schématique des Bornes
montrant ses rapports avec le massif des Bauges

aperçu réduit : chargez cette carte à sa taille normale, pour la consulter confortablement et disposer de sa légende.

pour plus de détails sur les phases tectoniques distinguées voir, ci-après, l'histoire tectonique...

La branche orientale de cette virgation a une direction voisine de N60, très différente de celle (N20) des plis des massifs subalpins plus méridionaux. Elle se poursuit longuement par les chaînons du massif de Sixt, après un abaissement axial qui fait que toutes les voûtes de plis s'abaissent en dessous du niveau de la plaine alluviale à la traversée de la vallée de l'Arve avant de remonter en rive droite du Giffre (à l'est de Samoëns). Il y a là une ligne d'ensellement*, presque N-S, qui a probablement guidé les portions N-S du tracé de ces deux vallées (en effet l'abaissement maximal des axes de plis se situe sur une ligne située à peu près à égale distance entre elles deux)
La branche sud-occidentale de cette virgation correspond aux chaînons situés immédiatement à l'est du lac d'Annecy. Elle correspond, par rapport aux plis des Bauges et des Bornes nord-orientales, à une zone d'inflexion sénestre des axes de plis : tant par ce caractère que par sa situation elle prolonge clairement le mouvement décrochant de la faille du Vuache et montre qu'il y a un lien entre ce dernier accident et la virgation des Bornes.

b) Un second trait majeur est l'existence du synclinal de Serraval (du nom de la localité de Serraval au sud-est du massif): c'est un vaste pli très ouvert, qui s'avère tardif par rapport aux autres plis, de moindre ampleur, car il les intersecte obliquement. En particulier, du côté nord, ce synclinal recoupe au niveau de la vallée de l'Arve, entre Arâches et les Gets, les plis de la branche nord-orientale de la virgation des Bornes. Il contribue à accentuer fortement l'ensellement de ce secteur en infléchissant transversalement (mais en biais) les axes SW-NE de ces plis : les parties des plis situées au NW de son axe ont été basculées avec son flanc nord-occidental et plongent donc vers le NE ; celles situées au SE de son axe, basculées avec son flanc sud-oriental plongent vers le SW.

  image sensible au survol et au clic

L'extrémité nord-orientale du massif des Bornes - Aravis, vue d'avion, du NE depuis l'aplomb de Rivière-Enverse (vallée du Giffre).
ØM = surface de chevauchement de la nappe des Préalpes Médianes ; s.S = synclinal de Serraval - Le Reposoir (il ploie la surface précédente ØM) ; a.B = anticlinal du Bargy.
ØA = chevauchement d'Areu ; ØMa = chevauchement de Magland ; ØB = chevauchement de Balme ; f.R = faille de Romme ; f.C = faille longitudinale de La Colombière ; f.B = faille longitudinale des Bécus (Elle se dédouble vers le NE, à partir de Nançy-sur-Cluses, en un petit graben).

 


A l'opposé le synclinal de Serraval est tranché par la trouée de Faverges - Ugine mais se prolonge loin vers le sud, dans les Bauges jusqu'à affecter, au col d'Arclusaz, l'Urgonien du rebord subalpin ; mais dans ce massif il est moins évident de l'y suivre (voir la page "Seythenex"), parce que l'érosion l'y a disséqué beaucoup plus profondément (en y enlevant notamment tout son coeur de Tertiaire).

  image sensible au survol et au clic

L'extrémité méridionale de la cuvette structurale de Thônes, coupée par la trouée de Faverges vue du sud-ouest, d'avion depuis l'aplomb de la Sambuy
s.S = synclinal de Serraval ; f.A = faille d'Arcalod (cassure principale) ; f.S = faille de Serraval ; f.sR = faille de Saint-Ruph ; d.B = décrochement de Bouchasse; d.M = décrochement de Marlens ; d.cB = décrochement de Crêt Brulé (voir page "Cons nord")) .
ØM = surface de chevauchement des nappes médianes ; ØH = surface de chevauchement des unités ultrahelvétiques.
Cette perspective montre d'enfilade, dans son axe, le synclinal de Serraval, mais on n'a pas détaillé les complications variées de son contenu et de ses flancs (à ce sujet voir les pages Montmin, Arclosan, Serraval, Sulens, et Mont Charvin).

2/ Rapports structuraux des Bornes avec les Bauges

Au SE du Grand Lac d'Annecy (Petit La et Trouée de Faverges) on n'éprouve guère de difficulté à voir la plupart des plis des Bauges orientales se prolonger dans les Bornes orientales. Par contre on doit constater qu'il n'y pas de continuité Bauges - Bornes de part et d'autre de la partie septentrionale du lac d'Annecy (voir la carte structurale schématique ci-après) :

Rapports structuraux entre les Bauges et les Bornes
de part et d'autre du lac

(figure agrandissable)

 

voir aussi
carte géologique des Bauges
carte structurale schématique
des confins Bauges - Bornes

NB. : "ant. Frettes" = anticlinal de Tête Ronde ; "s.Glières" = synclinal du Lindion

a) Les plis les plus occidentaux des Bauges ne s'y poursuivent pas :
- L'anticlinal du Semnoz s'enfonce à Annecy sous les terrains tertiaires du sillon molassique périalpin. Il ne réapparaît pas au NE du lac.
- Le Tertiaire du synclinal de Leschaux réapparaît au bas des pentes de la rive orientale du lac septentrional mais s'y enfonce sous le chevauchement du Veyrier.
- Les chaînons du Margériaz et du Grand Colombier-Entrevernes se poursuivent vraisemblablement par les plis que l'on trouve, dans la direction de leurs axes, sur la rive opposée. À l'anticlinal du Roc des Boeufs correspond en effet celui du Mont Veyrier et au synclinal d'Entrevernes celui du col des Contrebandiers.
Toutefois certains préfèrent voir dans ce dernier le prolongement du synclinal du Trélod. L'incertitude vient de ce que les connections entre ces plis sont rompues par l'érosion et du fait que le synclinal d'Entrevernes (qui semble plonger sous le lac) est en fait sectionné par le décrochement dextre de Duingt. Mais il n'est guère douteux que l'anticlinal de Doucy se poursuive, du côté oriental du lac méridional par celui d'Angon, du col de Bluffy et du Parmelan.

b) Ces plis sont probablement décalés dans le sens sénestre (c'est-à-dire vers l'ouest pour la rive NE) par le décrochement du Vuache (qui passe, au NW d'Annecy, entre la Montagne d'Age et celle de Mandallaz et se prolonge sans doute sous les eaux du lac septentrional). Il est probable que ce décrochement se connecte à Talloires avec celui de Duingt, avec lequel il a dû former un couple de failles conjuguées*. Mais au delà il est vraisemblable que le cisaillement sénestre lié au décrochement du Vuache se fait encore sentir au sud-est de Talloires (chaînons de la Tournette) par l'incurvation en S qu'y subissent les axes des plis.

Le miroir d'une cassure satellite de la faille du Vuache est bien dégagé aux abords de Sillingy (extrémité sud de la montagne de Mandallaz)

3/ Caractères des déformations tectoniques

Comme on l'a vu dans la présentation générale, le massif se partage, du NW vers le SE en trois ensembles assez différents :

a) La partie occidentale, ou Bornes proprement dites est un vaste bombement anticlinorial* dont la carapace urgonienne est assez largement conservée. Il est constitué de trois anticlinaux majeurs, affectés d'ondulations mineures de leurs flancs orientaux et séparés par de profonds synclinaux. Les flancs occidentaux de ces anticlinaux sont fortement déversés et tendent même à se coucher (pour les plus occidentaux d'entre eux). Leurs voûtes sont au contraire larges ou ondulées, de style "jurassien". Tous plongent progressivement vers le NE pour s'enfoncer sous la vallée de l'Arve.

image sensible au survol et au clic

La rive droite du Fier en aval de La Balme de Thuy (= partie aval), vue du sud-ouest, d'avion (selon l'axe des plis).
a.P = anticlinal du Parmelan ; a.T = anticlinal du Mont Téret (prolongement méridional atténué de l'anticlinal des Frêtes) ; s.A = synclinal d'Ablon ; a.TR = anticlinal de Tête Ronde ; s.G = synclinal des Glières.
Noter les failles tordues de la Tête à Turpin (f.TT) et du col du Pertuis (f.P) et l'inclinaison subverticale de celle de la Balme de Thuy (prolongement septentrional de la faille de Lancrenaz du chaînon du Lindion), presque déversée à l'est. Toutes ces failles, tracées en rouge, sont antérieures au plissement.
Pour la suite vers la gauche de la coupe (anticlinal du Veyrier) voir la page "Veyrier".


Ce sont d'ouest en est :
- L'anticlinal de Veyrier : Il représente le prolongement de l'anticlinal de La-Motte en Bauges (dont le flanc oriental forme la crête du Roc des Boeufs). Il affecte une succession crétacée qui repose sur un Nummulitique autochtone par le chevauchement du Mont Veyrier. Ce dernier peut être suivi jusqu'à Talloires, où il se connecte avec le chevauchement du Margériaz (qui limite le chaînon d'Entrevernes du côté ouest) par l'intermédiaire du décrochement de Duingt
(en fait le tracé de cet accident entre Menthon et Talloires suggère qu'il soit fortement dévié par le décrochement du Vuache, voire même qu'il y interfère avec lui).
- L'anticlinal du Parmelan : il prolonge l'anticlinal de Doucy, des Bauges, et les multiples ondulations de son flanc oriental correspondent à celles de l'anticlinorium de Chérel. L'entaille de la vallée de la Fillière révèle que la succession crétacée du coeur de l'anticlinal repose sur du Nummulitique par l'intermédiaire du "chevauchement de la Fillière", qui est reployé par ce pli. Il est probable qu'il s'agit du prolongement oriental du chevauchement du Mont Veyrier. Plusieurs replis, liés à des failles orientées selon son axe, ondulent son flanc oriental.
- L'anticlinal du Bargy, de forme très cylindrique au niveau de l'Urgonien, est, à la différence des autres, profondément crevé par l'érosion sur sa plus grande longueur. Il représente le prolongement de l'anticlinal d'Orchair ; il est séparé du précédent par le synclinal des Glières - Lindion, qui se perd, au sud de Talloires, dans le flanc oriental de l'anticlinorium de Chérel et y est alors relayé par celui d'Arclosan, prolongement de celui du Pécloz.

b) La partie médiane est constituée par la cuvette structurale de Thônes et du Grand Bornand, laquelle correspond au cœur, à remplissage de terrains tertiaires, du synclinal de Serraval. Cette cuvette est en fait un synclinorium* car son coeur est traversé, d'ailleurs en oblique, par des plis plus mineurs, le synclinal de Thônes - Grand Bornand et l'anticlinal du Mont Durand (La Clusaz), plis qui sont le plus souvent peu apparents car la carapace urgonienne y est noyée sous l'épaisse chape marno-gréseuse des terrains nummulitiques.

  image sensible au survol et au clic

La partie septentrionale de la cuvette structurale de Thônes, vue du sud-ouest, d'avion, depuis l'aplomb du sommet de la Tournette.
s.S = synclinal de Serraval ; en bleu la surface de chevauchement de la klippe des Annes (nappe des Préalpes médian.

D'autre part le synclinorium de Serraval héberge, reposant sur les couches tertiaires de son coeur, des paquets de roches de provenance lointaine, qui appartiennent à l'ensemble plus vaste des des Préalpes*. Ce sont les témoins les plus méridionaux d'un empilement de nappes de charriage* qui provenaient des domaines dits internes* des Alpes. Il ne s'agit toutefois que de lambeaux épargnés par l'érosion (des "klippes"*), qui sont au nombre de deux, celui des Annes (au nord) et celui de Sulens (au sud). Ces témoins se développent plus largement en Chablais et dans les Préalpes vaudoises, fribourgeoises et bernoises de Suisse. Dans les Bornes l'érosion n'a laissé que la partie inférieure (nappes ultrahelvétiques*) et moyenne (nappes médianes*) de cet empilement tectonique.

La mise en place de ces nappes s'est faite avant le ploiement du synclinal de Serraval et les klippes doivent leur conservation au fait qu'elles correspondent aux parties qui se trouvaient au plus creux de ce synclinal. Les plis formés par froissement dans la tranche inférieure (ultrahelvétique), lors de l'avancée des nappes médianes ont ainsi été basculés lors de la formation du synclinal de Serraval (ce n'est là qu'un schéma grossier qui ne reflète pas toute la complexité du processus).


(figure plus grande)
Schéma de la mise en place des klippes préalpines dans le synclinal de Serraval
1 - état au Nummulitique, avant le début des mouvements compressifs
2 - Détachement du complexe ultrahelvétique, par entraînement sous l'arrivée des nappes médianes, venant de plus à l'est que le massif du Mont-Blanc
3 - avancée des médianes et de leur coussinet basal ultrahelvétique sur les Bornes - Aravis
4 - ploiement d'ensemble (synclinal de Serraval), lié au soulèvement de Belledonne, puis érosion des parties les plus portées en saillie. 

On trouvera une bonne illustration de ce schéma à la page "Charvin-ouest".

plus de détails sur la notion d'ultrahelvétique

Enfin le synclinal de Serraval est en outre traversé en diagonale, du sud-ouest au nord-est, par un faisceau de cassures qui passe aux abords sud de Manigod et prolonge le faisceau de cassures de la faille d'Arcalod (voir plus loin).

 image sensible au survol et au clic

La cuvette structurale de Thônes vue du sud-ouest, d'avion depuis l'aplomb des pentes sud-orientales de la Tournette.
f.A = faille de l'Arcalod ; f.S = faille de Serraval ; a.pB = anticlinal de Plan Bois ; s.Su = synclinal de Sulens.
Ngt = grès de Taveyannaz (Nummulitique) ; Nol = olistostrome nummulitique ; Nbr = brèches de base du Nummulitique.

c) La partie orientale est constituée par la chaîne des Aravis qui représente le flanc oriental du synclinal de Serraval (pli sur lequel se connecte à Faverges le synclinal de Tamié, qui est le pli le plus nord-oriental des Bauges). Cette longue crête est partagée longitudinalement par l'entaille du col des Aravis (chaînons de la Pointe Percée au nord et du Charvin au sud) mais cette coupure ne correspond pas à un accident transversal majeur car il y a continuité tectonique parfaite de part et d'autre.
L'apparente simplicité structurale des crêtes des Aravis, tout du long formées de couches uniformément pentées vers le nord-ouest (voir notamment la page "Aravis nord") masque pourtant diverses complications.

- Un premier groupe de celles-ci apparaît à la faveur de l'entaille de leur versant est car elles affectent, partout du nord au sud, les niveaux inférieurs à l'Urgonien :
- au niveau du Crétacé et du Jurassique supérieur il s'agit de chevauchements à surface sub-horizontale, déversés vers le NW, qui recoupent les failles extensives synsédimentaires ;
- au niveau du Lias et Jurassique moyen il s'agit de plis couchés déversés vers le NW ; mais ces derniers sont l'expression plus profonde, en domaine de déformation synschisteuse, du même mouvement de cisaillement de la pile des couches.
Ces accidents, sont antérieurs à la formation du synclinal de Serraval qui les a basculés vers l'ouest en donnat un pendage dans cette direction aux surface de chevauchement et aux plans axiaux des plis. Ils sont d'âge oligocène inférieur, car ils sont cachetés par les grès nummulitiques du massif de Platé.

- Un second groupe concerne presque uniquement les Aravis méridionales. Il s'agit de failles à peu près transversales à la crête du chaînon, qui témoignent d'un épisode d'extension, grossièrement N-S. En effet elles déterminent une succession de blocs effondrés en un escalier s'abaissant vers le sud. Toutes semblent s'amortir vers le bas au sein des Terres Noires car elles n'affectent pas le Jurassique moyen. On peut désigner cet ensemble du nom de faisceau de failles du Mont Charvin car il apparaît que ces cassures doivent en fait se connecter à tour de rôle sur un accident coulissant sénestre extensif qui coupe toute la succession : au niveau de la Trouée d'Ugine, aux alentours du village du Mont, on voit effectivement que les Terres Noires viennent en contact direct avec les termes successifs du Crétacé inférieur des pentes du Charvin par une cassure que l'on eut considérer comme la branche principale, profonde, de cette gerbe de cassures.
Ce dispositif semble bien se poursuivre au sud de la trouée d'Ugine jusqu'à Gilly-sur-Isère (voire même traverser la Combe de Savoie pour se prolonger au sud de Saint-Hélène-sur-Isère) : en effet on y voit une la faille de l'Alpette, extensive à lèvre sud effondrée, se brancher sur une faille du ravin du Chiriac qui semble être le prolongement méridional de la faille principale du faisceau du Charvin.

Cartes géologiques du massif des Bornes et des Aravis
Coupes structurales du massif des Bornes et des Aravis

plus de détails sur

  la structure des Aravis septentrionales   la structure des Aravis méridionales


4/ le "méga-collapse" des montagnes des sources du Fier

Les montagnes situées au sud du cours amont de la vallée du Fier et à l'est du chaînon de la Tournette présentent en définitive une particularité d'organisation tectonique tout-à-fait originale. Il s'agit d'un dispositif qui met principalement en jeu deux groupes de cassures, les unes, orientales, franchement extensives, appartenant au faisceau de failles du Charvin, les autres, occidentales, constituées par la faille coulissante de l'Arcalod (qui se poursuit au sud par un long tracé au sein du massif des Bauges) et par ses failles satellites.

image sensible au survol et au clic

La zone d'arrachement du méga-collapse des sources du Fier, vue du nord (vue pseudo-aérienne obtenue au moyen de "PLANS par Apple")
Les demi-flèches indiquent le mouvements de coulissement horizontal (du côté du Charvin il se produit au sein des Terres Noires). Les grosses flèches montrent le mouvement de tassement, par tranches superposées, en direction du sud.
En bleu sombre la base de la klippe de sulens ; en bleu clair la base des unités ultrahelvétiques.
image encore en gestation !

Ces deux systèmes de cassures se raccordent du côté nord, par un accident d'azimut NE-SW qui prolonge au prix d'une légère torsion en sens horaire la faille de l'Arcalod et qui délimite, dans la vallée du Fier entre Manigod au nord et Sulens au sud, les affleurements de flysch ultrahelvétique à olistolites. Cette cassure courbe, qui se connecte à la faille de Merdassier (la plus septentrionale des failles majeures du faisceau du Charvin) représente la bordure nord d'une bande large de plus de 6 km (et qui se prolonge vers le SSW sur une trentaine de km), selon laquelle le terrain s'est affaissé par le jeu de ces failles, qui lui ont permis de glisser par tranches vers le SSW.
Cet énorme arrachement de terrain, que limitent donc latéralement les deux déchirures coulissantes parallèles et symétriques des failles du Charvin et de l'Arcalod, est constitué par une bande de terrain large de 7 à 8 km que l'on peut suivre vers le sud jusqu'au sillon subalpin à Saint-Pierre d'Albigny en rive droite et au moins Sainte-Hélène-sur-Isère en rive gauche, soit sur près de 35 km. Il représente, selon toutes apparences, un exemple de collapse à l'échelle crustale ; mais son origine est encore très énigmatique même si son moteur le plus plausible semble être un décapage gravitaire qui semble intéresser toute la couverture sédimentaire.


figure plus grande

Carte tectonique des Bauges orientales et de leurs rapports avec les Bornes méridionales.

Les axes de plis représentés sont en général ceux de l'interface Urgonien - Sénonien. Pour les anticlinaux de la bordure du sillon subalpin ils correspondent à des niveaux stratigraphiques plus profonds (Berriasien - Tithonique à La Roche Torse, Bathonien - Callovien à La Giettaz). Afin de mieux souligner les correspondances entre les plis, de part et d'autre du faisceau de failles de l'Arcalod, le synclinal d'Arclosan et son équivalent, celui du Pécloz ont été tracés avec un figuré spécial de petites croix bleues très serrées.

Les principales cassures sont désignées par des lettres cerclées ; dans l'ordre alphabétique :
A = extrémité septentrionale du tracé repérable de la faille occidentale de l'Arcalod ; B = décrochements de la Bouchasse et de Cons ; C = faille du Collet de l'Alpette ; E = faille de l'Étale ; F = accident du col de la Forclaz et du Roc Lancrenaz ; G = faille de la Goenne ; M = faille de Merdassier ; R = décrochement de Saint-Ruph ; S = décrochement de Sainte-Reine.
Les failles délimitant le collapse Arclusaz-Charvin sont tracées en rouge)
(extrait de la publication n°181, retouché)



Schéma perspectif très simplifié des Aravis méridionales, au sud du Charvin
montrant, très schématiquement, leurs rapports avec les secteurs voisins.
Les hauteurs sont un peu exagérées, pour mieux schématiser les contrastes de pente entre les différents secteurs, et les terrains des nappes d'origine interne ne sont pas représentés.
Les deux faisceaux de failles, de l'Arcalod et du Charvin se connectent en arc de cercle (correspondant à leur torsion par le synclinal de Serraval), dans le secteur de Manigod, situé plus au nord que les limites de ce bloc (voir ci-après).
N.B. : Les tirets suggérant un raccord entre la surface basale du paquet rocheux des Aravis sud et la branche occidentale de l'accident médian de Belledonne expriment une interprétation relativement hasardeuse ...


La géométrie tectonique de la zone de détachement septentrionale de ce collapse suggère impérieusement que les failles extensives qui ont permis son arrachement se sont formées avant la formation du synclinal de Serraval et ont été, ensuite seulement, tordues autour de l'axe de ce dernier. Il est clair d'autre part que les terrains charriés ultrahelvétiques et des nappes médianes sont intéressés par le tassement au même titre que leur substratum autochtone.

 

 Bloc perspectif très schématique des terrains autochtones du synclinal des Serraval, aux confins Bornes - Bauges
figure agrandissable

montrant la géométrie du raccord, dans le secteur de Manigod, entre les faisceaux de failles de l'Arcalod et du Charvin.
(à part le synclinal de Serraval aucun détail structural, ni pli ni faille, n'est représenté)

L'orientation des surfaces de cassures est symbolisée, pour chaque faisceau, par celle d'un double feuillet, censé représenter le couloir de faille.
Le changement d'azimut et de pendage des surfaces de cassure s'explique par une torsion résultant de la formation du synclinal de Serraval.

Noter le rejet à la fois extensif et coulissant du système (le compartiment sud-est est à la fois abaissé et décalé vers le sud, comme l'indiquent les lignes de trajectoire tracées sur la surface de cassure).


5/ Histoire tectonique

Un élément essentiel pour comprendre la structure du massif des Bornes - Aravis est de prendre en compte le caractère "polyphasé" de son édification tectonique. En effet la géométrie actuellement observable résulte de la superposition des effets d'au moins 5 étapes de déformation.


Schémas récapitulant les caractéristiques des déformations
successivement enregistrées dans le massif des Bornes - Aravis.
 

- 1 - Formation de failles extensives, orientées sensiblement selon la direction des futurs plis (plusieurs étapes, échelonnées depuis l'Hauterivien jusqu'au Nummulitique) ;
- 2 - Torsion de ces failles par des cisaillements diffus (glissements couches sur couches) et/ou des chevauchements à déversement vers l'ouest (associés à des plis-couchés, dans les niveaux inférieurs de la succession stratigraphique). Cette étape ("phase P1"), est sans doute associée à l'arrivée des nappes préalpines, expulsées des domaines internes des Alpes ;
- 3 - Plissement généralisé ("phase P2") : à cette occasion la localisation des plis est souvent contrôlée par celle des anciennes failles. Cette étape est sans doute associée à l'arrivée de l'onde de compression qui avait causé précédemment le départ des nappes dans les domaines internes.

À ces étapes, qui se ressentent dans tout le massif, s'en ajoutent deux autres, plus tardives, qui ont surtout des conséquences en ce qui concerne les rapports entre Bornes occidentales et Aravis :
- 4 - Effondrement et coulissement vers le sud-est de l'extrémité sud-orientale du massif, par le jeu d'un système de failles d'extension (failles du Charvin) combinées à la faille de l'Arcalod, coulissante ;
- 5 - Formation d'une vaste ondulation d'ensemble ("phase P3"), orientée obliquement aux plis précédemment formés. Elle consiste en un large synclinal de Serraval encadré du côté SE par le gros bombement anticlinal de la chaîne de Belledonne et, du côté NW, par le bombement anticlinal, plus modeste, des Bornes occidentales (auquel fait suite la dépression synclinale du sillon périalpin).

Il est à remarquer que les effets de ces étapes, s'ils sont particulièrement évidents dans le massif des Bornes, sont également ressentis dans tous les massifs subalpins septentrionaux.



Déformations subies par les failles du massif des Bornes
au cours des phases tectoniques successives (de bas en haut)

FA et FB représentent les failles extensives (pour la plupart apparues au Nummulitique), (A) étant la famille à regard vers l'est et (B) la famille conjuguée, à regard vers l'ouest.
- à la première famille (A) appartiennent les failles du Roc Lancrenaz - col de la Forclaz, du col des Contrebandiers, de la Balme de Thuy, de la Tête de Turpin (qui se poursuit vers le nord par le revers est des Rochers de Leschaux, dans le synclinal de Cenise) et du col du Pertuis (Parmelan) ;
- à la seconde famille (B) se rattachent notamment celle du versant ouest des Rochers de Leschaux (flanc est du synclinal de Solaison) et celles de la coupe de l'Arve (notamment de l'Arbaron - Pointe d'Areu).

On a désigné par Ø1 les chevauchements qui paraissent attribuables à l'effet du cisaillement de la phase P1, tels ceux de la Fillière, du versant est de la Tournette (Cotagne) ou celui des Avoudrues et du Grenier de Commune dans le massif de Sixt. En effet tous ces chevauchements sont indépendants des plis P2, synschisteux dans ce secteur, et ne les recoupent pas.
On a noté "Phase 2 / 3" l'étape de formation de la faille d'Arcalod.


Pour en savoir plus sur l'édification tectonique des Bornes consulter les publications n° 181 et 185
Aperçu stratigraphique
 exploration du massif selon un plan géographique

Retour au début de la page
page d'accueil BORNES
Page d'accueil générale du site

Dernières retouches apportées à cette page le 12/03/17