Rochers Rissiou

gorges de l'Eau d'Olle en aval du barrage de Grand-Maison

Le petit massif des Rochers Rissiou est géographiquement très bien individualisé mais il appartient géologiquement au massif de Belledonne, même s'il en est séparé par la profonde gorge de l'Eau d'Olle, qui s'engage vers l'ouest, dans le socle cristallin, immédiatement en aval du barrage de Grand Maison.

Ce tracé hydrographique est assez paradoxal car l'Eau d'Olle aurait dû, plus logiquement, suivre la limite entre socle cristallin et couverture sédimentaire, qui coupe droit entre Grand Maison et Allemont. Faut-il penser qu'elle a suivi le cours d'une très ancienne vallée descendant directement vers le Grésivaudan par l'actuel pas de La Coche, lorsque les cours d'eaux qui descendaient orthogonalement au faîte de la chaîne alpine, encore peu encaissés, ne faisaient qu'égratigner la surface des blocs de socle cristallin ?.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale des Rochers Rissiou et l'entrée amont des gorges de l'Eau d'Olle vues de l'est, depuis la Croix de Picheu (partie nord du massif des Grandes Rousses).
f.BE = faille bordière orientale de Belledonne (prolongement septentrional vraisemblable de la faille du col d'Ornon). Elle est vue ici en oblique par rapport à sa direction de sa surface de cassure (d'où les ondulations de son tracé).

L'entaille de la rivière pénètre profondément dans le granite des Sept Laux mais ce dernier n'affleure cependant pas sur la crête principale, qui est formée par les gneiss du flanc oriental du pluton* : l'analogie est frappante avec le relief du chaînon du Rocher Blanc des Sept Laux puisque, ici encore, le granite s'efface au profit des gneiss pour armer les crêtes de la montagne.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche de l'Eau d'Olle en aval du Rivier d'Allemont vue du nord-ouest, depuis la Pointe du Scialet (crête de Ferrouillet).
f.BE = faille bordière orientale de Belledonne ; a.bE = accident de la Belle Étoile ; gn.biot. = gneiss micacés, à biotite,du complexe d'Allemont et du Rocher Blanc.
La perspective masque le passage, derrière la Tête de Monvoisin et l'arête qui s'en élève vers le sommet du Rissiou, de la bande de gneiss leptynitiques qui flanque, du côté est, le pluton* granitique des Sept Laux. Le contact (diffus dans le détail) entre gneiss et granite est marqué par une ligne de tirets pourpres.


L'éboulement du Maupas, en rive droite des gorges de l'Eau d'Olle, vu du nord-ouest, depuis les abords orientaux du col de la Coche (pentes de la Pointe du Sifflet)

Cet éboulement date des années 1980. Il a emporté et recouvert la route, que l'on a dû retracer en rive gauche de l'Eau d'Olle (droite du cliché).
Il s'est formé aux dépens du granite du pluton* des Sept Laux et résulte de l'arrachement d'un panneau rocheux dans la partie la plus abrupte des flancs de l'auge glaciaire aménagée par les glaciers qui ont emprunté la vallée.

On remarque que, en dépit de cette origine glaciaire, la morphologie de cette vallée (d'ailleurs semblable en cela à celles de la plupart des Alpes) n'est pas vraiment celle, classique, de la vallée en U, à fond plat.
En effet on voit sans ambiguïté que son fond a un profil en V : ce dernier résulte de la rencontre des jupes d'éboulis qui descendent des deux flancs rocheux et qui masquent le modelé glaciaire originel du fond du bedrock*.

autre vue, montrant la localisation de ce site


À partir du Rivier d'Allemont la vallée reprend brutalement un cours N-S car elle est alors guidée par le grand accident de la Belle-Étoile, qui limite le pluton* du côté ouest. Elle ne suit cependant le tracé de cet accident qu'avec un décalage de quelques centaines de mètres plus à l'ouest, à l'évidence parce que c'est de ce côté que se trouvent les terrains les moins résistants vis-à-vis de l'action mécanique des eaux.

image sensible au survol et au clic

Les Rochers Rissiou vus du sud, depuis les pentes de l'Alpette d'Oz.
f.BE (tirets roses) = faille de la bordure orientale de Belledonne (des lambeaux de Trias, avec un peu de Lias, en série réduite, sont collés sur le socle de sa lèvre occidentale).
Les chloritoschistes de Vaujany se poursuivent vers le nord jusqu'au col du Sabot. Ils se rattachent là au bloc cristallin secondaire qui s'y individualise en se séparant de celui des Grandes Rousses.
Les tirets rouges jalonnent le tracé (souvent masqué ici) du contact des terrains sédimentaires sur le socle cristallin, au flanc ouest du Bloc des Grandes Rousses.


Du côté sud-est les Rochers Rissiou tombent assez brutalement sur la vallée de Vaujany : cet abrupt est clairement déterminé par le passage de la faille de la bordure orientale de Belledonne, qui en traverse le versant à mi-hauteur. Il s'agit là assez clairement du prolongement nord-oriental de la faille du col d'Ornon, car on y observe les mêmes caractéristiques de faille extensive à fort rejet, amenant en contact direct avec le cristallin le Lias supérieur ou même l'Aalénien. On y observe cependant en plusieurs points la présence de copeaux triasiques et même de Lias inférieur, plaqués contre la lèvre supérieure de la cassure : ils représentent sans doute le garnissage sédimentaire, d'épaisseur très réduite, du socle cristallin surélevé (appartenant au bloc de Belledonne).

À l'extrémité méridionale de la crête des Rochers Rissiou (au nord du Verney) la faille de la bordure orientale de Belledonne rencontre le tracé - plus méridien - de l'accident de la Belle Étoile, que suit le cours de l'Eau d'Olle depuis le Rivier jusqu'à ce point. Or on constate là que des terrains sédimentaires de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans s'engagent là vers le nord en dessinant sur la carte une apophyse bordant du côté ouest cet accident : cela pourrait donc suggérer que l'accident de la Belle Étoile soit le véritable prolongement septentrional de la faille du col d'Ornon et que cette dernière ne se prolongerait donc pas par la faille de la bordure orientale de Belledonne.

image sensible au survol et au clic

Le débouché des gorges de l'Eau d'Olle à Allemond vu du sud, depuis la route de Villard Reculas (lacets supérieurs)
s.vR = synclinal de Villard-Reculas ; a.bE = accident de la Belle Étoile ; f.BE = faille orientale de Belledonne.
On remarque que la tracé de cette dernière faille est décalé dans le sens dextre par l'accident de la Belle Étoile, qui a donc dû fonctionner lors de la tectonique alpine (même s'il est éventuellement apparu lors de la tectonique hercynienne).


Mais il ne faut pas perdre de vue que, entre Rochetaillée et Allemont, le tracé de la faille du col d'Ornon s'infléchit dans le sens horaire et prend ainsi une direction azimutale N40, ce qui l'écarte de l'azimut, plus N-S, de l'accident de la Belle Étoile et qui est conforme, par contre, avec un prolongement au revers oriental de Rochers Rissiou. En fait, à cette brève indentation près, le tracé de la limite socle - terrains sédimentaires semble bien se poursuivre, sans déviation d'azimut et avec ses caractéristiques, de part et d'autre de la vallée de l'Eau d'Olle : cela témoigne en faveur du caractère secondaire et parasite, de l'accident de la Belle Étoile, vis-à-vis de la limite occidentale de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans.
Pour expliquer l'indentation de la limite entre cristallin et sédimentaire qu'il détermine là on doit donc plutôt envisager que l'accident de la Belle Étoile ait joué lui aussi en extension au Jurassique, en marge et latéralement par rapport à la faille de la bordure orientale de Belledonne, ou qu'il ait joué plus tardivement dans le sens dextre en recoupant cette dernière.


N.B. le terme "gneiss biotitiques" désigne les gneiss micacés anciens, à deux micas, qui constituent l'encaissant du pluton* des Sept Laux (ex "série brune").

Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le massif d'Allevard - Sept Laux

Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Domène et Vizille.


Carte géologique simplifiée des environs des Rochers Rissiou

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud



Ferrouillet Sept Laux Grand Maison

Grand Pic de Belledonne

LOCALITÉS VOISINES

(col du Sabot)

Grande Lance d'Allemont Allemont (Vaujany)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/06/16