Mont Lachat, Thônes, Montagne de Cotagne

le versant occidental de la cuvette structurale de Thônes

Les deux vallées du Fier et du Nom, qui convergent à Thônes, suivent respectivement les bordures occidentale et nord-occidentale de la grande zone à relief mou et boisé qui sépare les Bornes proprement dites du chaînon des Aravis. Cette zone correspond au contenu tertiaire (essentiellement molasses rouges et flysch à grès de Taveyannaz) de la cuvette structurale de Thônes(voir la page "Manigod").

La localité de Thônes commande l'entrée d'une cluse percée par le Fier à travers l'anticlinal du Bargy, dont le flanc sud-oriental limite la dépression tertiaire du côté nord-occidental (voir la page "Tête Ronde"). La ville est logée plus précisément dans les couches inférieures du flysch nummulitique, au flanc ouest du premier des plis mineurs du synclinorium (le synclinal de Thônes sensu stricto).

1 - Au nord de Thônes, le Mont Lachat est un crêt tout à fait typique formé par la dalle urgonienne du flanc nord-ouest du synclinorium de Thônes.

image sensible au survol et au clic

Le flanc nord-occidental de la dépression de Thônes, vu du sud, depuis la Tournette
a.B = anticlinal du Bargy ; f.L = faille de Lachat ; f.Mi = faille des Millières ; f.M = faille du Mont ; f.C = faille de Ceriset ; f.A = faille d'Auferrand.


Le crêt du Mont Lachat est surtout traversé, en oblique aigu par rapport à sa ligne de crête, par une cassure d'orientation voisine de N60, la faille de Lachat, dont le compartiment sud-est est effondré ; diverses raisons incitent à penser que ce rejet vertical résulte d'un décrochement dextre.

 Cette faille a sensiblement la même orientation et le même sens de rejet que celles de la Colombière et d'Auferrand, plus au NE (voir la page "Colombière") et semble même se placer dans leur prolongement (bien que la trace de ces diverses cassures soit peu évidente à la traversée de la vallée du Borne).
Vers le sud, au delà de la vallée du Fier où le manque d'affleurements empèche d'en repérer le tracé, elle semble se poursuivre par la faille de Montremont, dont le rejet décrochant dextre est manifeste à la traversée du synclinal du Lindion (voir la page "Dent du Cruet").

A l'ouest de cette faille la crête du Mont Lachat montre la grande simplicité de sa structure en crêt. Toutefois quelques failles de modeste rejet affectent sa dalle urgonienne : elles viennent rompre, d'une façon parfois peu facile à analyser, la continuité de la dalle structurale urgonienne du versant sud-est de la montagne.

image sensible au survol et au clic

Le versant nord de la crête du Mont Lachat de Thônes, vu du nord depuis le col de l'Ovine.
La subdivision de l'Hauterivien en deux niveaux correspond à un changement purement lithologique : le niveau supérieur détermine des pentes moins abruptes ("que l'on peut traverser") car il est formé de véritables marnes à miches (les niveaux inférieurs sont plus riches en lits calcaires plus ou moins siliceux). La base des "calcaires gréseux à miches" du niveau inférieur, est formée de niveaux plus marneux qui affleurent au col de la Buffaz : ils font, ici, transition aux marnes valanginiennes sous-jacentes qui affleurent de part et d'autre du col, dans les ravins de l'Overan et de Thuy.


En définitive elles se répartissent en deux familles qui s'entrecroisent :

- l'une, principale, orientée NW-SE (N140), est subverticale et montre un abaissement de sa lèvre sud-occidentale : compte tenu du pendage des couches il s'agit probablement de décrochements dextres ;
- l'autre, plus modestement représentée, orientée NE-SW (N30), montre un abaissement de la lèvre sud-orientale et pourrait correspondre à un décrochement sénestre.
L'angle de 70° entre ces deux familles et leurs sens de rejet sont tout-à-fait compatible avec une interprétation en décrochements conjugués formés lors d'un compression pratiquement N-S : c'est dire qu'elles ne peuvent pas être contemporaines de la formation des plis, dont l'axe est orienté N45 dans ce secteur (ce qui implique une compression N135) : elles sont donc tardives par rapport au plissement.

 image sensible au survol et au clic

Détails du versant nord de la crête du Mont Lachat de Thônes, vus du nord depuis le col de l'Ovine.
f.C : faille de Ceriset, orientée N140 (presque orthogonale à la crête) ; f.O = faille oblique, orientée N30 (coupée très en biseau par la falaise sous la crête).
c.O = niveau-repère, lité (vraisemblablement couches à Orbitolines)



2 - En rive gauche du Fier (côté sud) le crêt urgonien du flanc oriental de l'anticlinal du Bargy s'élève en direction de la Tournette en passant par la crête du Cotagne. C'est ici, immédiatement au sud de l'agglomération de Thônes, que les couches de la bordure anté nummulitique de la dépression de Thônes, orientées N35 plus au nord, s'infléchissent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, pour prendre une direction N160 : cette torsion peut se décrire comme un synclinal de Rosairy, dont l'axe plonge vers l'est (en direction de Manigod) plus fortement que la pente topographique. Elle fait passer de la branche septentrionale à la branche méridionale de la virgation des Bornes (voir la page "tectonique des Bornes").

image sensible au survol et au clic

Le flanc occidental de la dépression de Thônes, vu du nord, depuis les pentes du Mont Lachat (au dessus du hameau de La Mare).
ØV = chevauchement des Vorets ; s.Ro = synclinal de Rosairy ; f.To = faille de La Tournette ; f.Co = faille du Cotagne ; a.B = anticlinal du Bargy ; s.Th = repli synclinal de Thônes. On a indiqué l'inflexion que décrit l'axe de ce petit pli, tordu par le grand synclinal de Serraval : il passe d'une direction N170, au sud, dans la vallée du Fier, à N50, au nord-est de Thônes, dans la vallée du Nom.


L'urgonien du flanc nord de ce synclinal fait fortement saillie en constituant la montagne du Cotagne dont l'arête rocheuse se dirige vers Thônes : cela vient de ce que cet Urgonien y est redoublé par la faille du Cotagne. Cette cassure coupe en biseau la dalle urgonienne, dont les couches ont là un azimut proche de N30, avec un rejet cartographique sénestre, puis se perd vers le NE dans le flysch nummulitique des abords de la ville de Thônes. Le contexte des pentes plus occidentales est capital pour en comprendre la signification : dit en peu de mots il s'agit du prolongement de la faille de La Tournette décalé par le jeu du chevauchement des Vorets (voir la page "Tournette est").

 


-
Carte géologique très simplifiée des environs de Thônes
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Carte géologique à consulter : feuille Annecy-Ugine

Tête Ronde

Glières

Entremont
Veyrier LOCALITÉS VOISINES La Clusaz

Dt du Cruet

Tournette orientale

Manigod
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/03/17