Pic de Peyre Eyraute, Haut Mouriare, Alpavin

le nœud d'arêtes de la partie septentrionale du massif de Peyre Haute

Le Pic de Peyre Eyraute, point culminant (2903) de la partie nord du massif de ce nom, a été longtemps dénommé "Peyre Haute" sur les cartes, ce qui explique l'orthographe du nom donné à la nappe à laquelle appartient sa crête sommitale.

image sensible au survol et au clic

La vallée de la Durance et le massif de Peyre Eyraute, vus du nord depuis le Rocher Blanc de Serre Chevalier.
Les terrains de la zone houillère sont affectés de plis qui n'affectent guère la couverture "carbonatée", quant à elle formée de nappes imbriquées et/ou superposées : u.rM = unités à Trias moyen (principalement unité de Roche Motte) ; u.pH = unités à Trias supérieur (nappe de Peyre Haute)
a.Ayes
= anticlinal des Ayes (fortement déversé vers l'est) ; a.sS = anticlinal du vallon de Saint-Sébastien ; s.rB = synclinal de Roche Baron (ces deux derniers plis déversés vers l'ouest).
pour une analyse plus détailée de ce panorama voir les pages "Mélezin" et "Oriols".


Il n'est pas situé au véritable point de rencontre des crêtes séparant les vallons divergents de cette partie nord du massif, lequel se trouve à l'Aiguille des Pénitents, mais 2 km plus au nord de cette dernière sur la crête qui ssépare les vallons de Saint-Sébastien à l'ouest et de l'Orceyrette à l'est.
L'essentiel des crêtes situées au sud de ce sommet et une large partie de leurs versants sont constituées par des marbres en plaquettes du Crétacé supérieur appartenant à la nappe de Peyre Haute.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes méridionales de la montagne de Peyre Eyraute, vues du sud-est, d'avion, de l'aplomb de Clapeyto.
f.M = faille de Maravoise ; pour l'essentiel les terrains visibles sur ce cliché appartiennent à la nappe de Peyre Haute mais se répartissent entre les deux flancs du synclinal qui la replie : la crête de Maravoise - Roche Noire en représente le flanc inverse, alors que le flanc normal affleure du Pic du Haut Mouriare jusqu'au Pic de Peyre Eyraute.


Sur les versants occidentaux le talus de ces marbres en plaquettes couronne une barrière de falaises formées par les dolomies litées du Norien (Trias supérieur). Le contact entre ces deux terrains est en général bien visible car souligné par une falaise d'une petite centaine de mètres de haut, courant à flanc de pentes, qui est formée par les calcaires du Dogger et/ou du Malm (à faciès "marbre de Guillestre").

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la crête nord de Peyre Eyraute, vu par dessus la crête du Testas, depuis le pentes à l'est du col de La Pousterle (Puy Saint-Vincent).
n.PH = nappe de Peyre Haute (ØPH = sa surface de chevauchement) ; u.rM = unité de Roche Motte ; f.O = faille NNE-SSW des Oriols.
En avant plan les deux échines boisées sont formées par les quartzites triasiques des deux flancs du synclinal de Roche Baron.


image sensible au survol et au clic

La pyramide sommitale du Pic de Peyre Eyraute, vu du nord-ouest, depuis la crête de Côte Rousse.
ØPH = sa surface de chevauchement de la nappe de Peyre Haute ; dN = calcaires (carniens ?) à la base des dolomies noriennes.


Plus bas dans ces versants le soubassement de la nappe de Peyre Haute est parcouru, en contrebas de sa surface de chevauchement (et selon un tracé N-S, presque parallèle à ce dernier) par la grande faille des Oriols : elle met en contact de juxtaposition les calcaires triasiques de l'unité de roche Motte avec le matériel siliceux de la zone axiale briançonnaise en coupant presque orthogonalement les plis de cette dernière.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Pic de Peyre Eyraute, vu du nord, dans l'enfilade de ses abrupts, depuis la crête de Côte Rousse (suite vers la droite du cliché précédent).
n.PH = nappe de Peyre Haute (ØPH = sa surface de chevauchement) ; u.rM = unité de Roche Motte ; f.O = faille NNE-SSW des Oriols.
A droite les deux échines boisées sont formées par les quartzites triasiques des deux flancs du synclinal de Roche Baron.


Du côté oriental, le long de la crête qui se détache du Pic de Jean Rey vers le NE et qui mène au Petit Puy du Mélézin la nappe de Peyre Haute ne forme que la partie sommitale de l'arête et repose sur de larges affleurements de marbres en plaquettes appartenant à l'unité du Mélézin, sous-jacente. Mais le promontoire avançant vers le nord, que dessine ainsi le contour de la surface de chevauchement de la nappe, se termine abruptement en butant contre la faille du Petit Puy, sub-verticale et orientée NW-SE, qui détermine une profonde brèche.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud- oriental du Pic de Peyre Eyraute, vu depuis le sommet du Pic de Maravoise.
ØPH = surface de chevauchement de la nappe de Peyre Haute ; f.pP = faille du Petit Puy (extensive à lèvre NE, droite, surélevée)


Cette importante cassure limite du côté septentrional les affleurements de la nappe de Peyre Haute et se prolonge en rive droite du vallon de l'Orceyrette en mettant cette nappe en contact latéral avec les terrains siliceux portés en altitude par l'anticlinal des Ayes (page "Ayes").

Carte géologique simplifiée des montagnes des deux rives de la Durance à la latitude de l'Argentière
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais


N.B : Sur ce schéma l'unité de la Grande Maye n'a pas été distinguée de celle de la crête des Granges (u.G)

Carte structurale schématique des
Confins orientaux du Briançonnais au sud-est de Briançon

En brun rouge les failles extensives du grand linéament du Briançonnais oriental : f.L = faille de Lenlon - col des Ayes ; f.Cl = faille des Ourdeis = prolongement méridional de la faille de la Clarée ; f.A = faille de l'Aup du Pied, du Laus et des Oules = prolongement méridional de la faille des Acles.
d.Ce = décrochement de Cervières (plus précisément de Roche Moutte).

Unités briançonnaises à l'ouest de la faille de la Clarée : u.PH = unité de Peyre Haute ; u.cB = unité de la Croix de Bretagne (= de Roche Gautier) ; u.G = unité de la Crête des Granges ; u.bM = unité du Bois de Maratra (prolongement méridional probable de l'unité de Lenlon) ; u.TR = unité de Terre Rouge (prolongement méridional de l'unité du bas Granon ??)
Unités briançonnaises à l'est de la faille de la Clarée : u.iL = unité inférieure de la Lausette (prolongement méridional de l'unité de l'Échelle ?) ; u.P = unité des Peygus et unité supérieure de la Lausette (prolongement méridional de l'unité de Pécé inférieure ?) ; u.bL = unité du Bois des Loubatières (prolongement méridional de l'unité des Sette Fontane ??) ; u.cB = unité de Côte Belle - Arpelin ; unité de Clot la Cime (prolongements méridionaux de l'unité de Pécé supérieure ??);
Unités piémontaises : u.R = unité piémontaise externe occidentale de Rochebrune (principalement Trias supérieur) ; u.bC = unité piémontaise externe du Bois des Coins (principalement Jurassique - Crétacé) ; u.LN = unité piémontaise ligure du Lago Nero et des Gondrans ; u.PL = unités piémontaises ligures non différenciées ; oph. = massif ophiolitique du Chenaillet.

 

voir la carte structurale du Briançonnais méridional.


Voir l'aperçu général sur la tectonique du Briançonnais et plus précisément celui sur les chaînons au sud-est de la Durance.
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Briançon et Guillestre.


Prelles

Roche Motte ; Mélézin

Grande Maye
Queyrières

LOCALITÉS VOISINES

Ayes ; Beaudouis

Oriols ; Tome

Lac de l'Ascension

Maravoise
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16