Rocher du Corbeley, La Combe

l'extrémité septentrionale du chaînon le plus occidental de la Chartreuse

Le Rocher du Corbeley (1419 m) est le plus septentrional des sommets qui s'alignent, depuis le Guiers Vif jusqu'à la latitude de Chambéry le long du chaînon de l'Outheran. Ce dernier chaînon, bien que le plus occidental de la Chartreuse septentrionale, n'appartient pourtant pas, du point de vue tectonique, à la Chartreuse occidentale mais est armé par l'anticlinal médian de la Chartreuse (en effet le domaine chartreux occidental disparaît vers le nord à la latitude de Saint-Thibaud de Couz, en se fondant dans le synclinal de Couz).

image sensible au survol et au clic

La montagne du Corbeley par rapport à l'extrémité nord de la Chartreuse, vu du nord, depuis les alpages du Sire (crête Nivolet - Revard, massif des Bauges).
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; f.cM = faille du col du Mollard ; f.C = faille de la Combe ; a.M = anticlinal médian : on a représenté sa charnière orientale et celle occidentale (noter leur plongement axial vers l'avant droit, dont le pendage apparent est d'ailleurs accru par la perspective).
Le minuscule ergot urgonien du rocher du Corbeley est séparé de l'Outheran septentrional par l'entaille transversale du Col du Planet. Il fait saillie sur la voûte boisée de sa montagne, qui s'avance en promontoire vers la dépression alluviale de Chambéry pour plonger sous le substratum molassique miocène de celle-ci, qui affleure en rive gauche de l'Hyère.
Cette voûte correspond à un relief presque conforme (proche d'un "mont" jurassien*), si ce n'est que la carapace urgonienne a été enlevée le long de la charnière occidentale : là c'est le toît, décapé, des calcaires du Fontanil coralligènes qui dessine la voûte.


Le sommet du Corbeley se fait remarquer par son isolement en un piton rocheux. L'Urgonien, d'ailleurs limité aux quelques dizaines de mètres de ses niveaux tout-à-fait inférieurs, n'y forme en effet qu'une étroite crête rocheuse longue de 400 m : c'est une typique "butte témoin" qui semble comme posée sur la molle échine boisée que détermine son substrat marneux hauterivien. En outre les couches n'y présentent qu'un pendage très faible vers l'est, ce qui correspond au fait que le Corbeley se situe du point de vue tectonique à la voûte même de l'anticlinal médian. Sa situation structurale est donc sensiblement la même que celle de l'Outheran méridional (dont il représente en somme le modèle réduit).

image sensible au survol et au clic

Le versant est du Corbeley, vu du sud-est, depuis les crêtes, entre le col des Fontanettes et le Mont Pellaz.
Les prairies du col du Planet sont installées sur les calcaires du Fontanil supérieurs de la voûte de l'anticlinal médian : ces couches butent du côté est contre l'épaulement d'Urgonien du col lui-même, par la faille de La Combe (f.C), qui se connecte à la faille du Col du Mollard au sud du col du Planet.
Les symboles de charnière désigne l'incurvation des couches par laquelle on passe de la voûte de l'anticlinal médian à son flanc oriental (la charnière occidentale du pli n'est pas visible ici, car elle se situe sur le versant opposé de la montagne).

Ce large déblaiement de la carapace urgonienne cesse toutefois rapidement 1 km plus au nord du sommet : en effet à partir de la bosse 1268 jusqu'à la plaine, la dalle urgonienne garnit le reste de l'échine montagneuse aussi bien que son versant oriental (mais pas son versant occidental). On la retrouve également 200 m en contrebas est du sommet où elle arme le fort épaulement du Plan du Bouc (point 1298) et l'échine qui en descend jusqu'au col du Planet. Cette situation résulte de ce que la vôute du pli est abaissée par la faille de la Combe, sub-verticale et à peine oblique à l'axe anticlinal, qui passe à l'ouest de l'alignement de ces épaules rocheuses.

 Cette faille extensive, à lèvre orientale abaissée, représente en fait la branche la plus septentrionale du faisceau de cassures associé à la grande faille du col du Mollard. Elle se suit vers le nord jusqu'à l'ultime extrémité des affleurements calcaires du chaînon (au nord du village de la Combe) ; au sud du col du Planet elle traverse les pentes orientales de l'échine nord de l'Outheran pour aller se raccorder, sous les éboulis du vallon des Fontanettes, à la faille principale aux abords du col du Mollard (voir la page "Col du mollard") : en fait on peut sans doute la considérer comme presque aussi importante que cette dernière, surtout au nord du col du Planet.

Le col du Planet, qui sépare la montagne du Corbeley de celle de l'Outheran, est déterminé par cette faille, bien que le tracé de cette dernière n'y coupe pas la barre urgonienne orthogonalement mais très obliquement. Il est à la naissance d'une cluse* tout-à-fait sèche qui s'ouvre vers l'ouest mais qui est suspendue vers l'est au dessus du vallon de Lélia - Fontanettes. Ce vallon des prairies du Planet traverse en pente douce les couches supérieures des calcaires du Fontanil de la voûte de l'anticlinal, remontées par la faille de La Combe, puis son tracé se prolonge vers l'ouest par une profonde gorge morte qui en descend vers Saint-Thibaud de Couz : elle donne un coupe du flanc ouest de l'anticlinal où l'on voit sans ambiguité qu'il n'y a aucune discontinuité tectonique séparant des deux rives et que son origine n'est donc pas structurale.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest du Corbeley et la vallée de Couz, vus du sud-ouest, depuis le village de la Ratière (versant ouest de la vallée de Couz).
a.M = anticlinal médian de la Chartreuse ; s.C = synclinal de Couz
Sur le bord droit du cliché on a indiqué les derniers affleurements d'urgonien jalonnant la charnière de l'anticlinal des Égaux a.occ. au dernier endroit où l'on peut encore l'observer (près du village des Gros Louis).
Plus haut dans la pente la charnière de l'anticlinal médian est sans doute rompue par le chevauchement Ø2, mais celui -ci, masqué par les éboulis, ne saurait plus avoir là qu'une flèche très modeste.


Pourtant la profondeur de cette gorge est hors de proportion avec la taille du bassin hydrographique des abords du col du Planet, ce qui oblige à rechercher son origine dans le passage d'un ancien cours d'eau maintenant disparu. Sans doute s'agit-il d'un des émissaires des eaux de fonte du glacier qui occupait la dépression de Saint-Cassin - Montagnole à l'époque du maximum d'extension de la glaciation würmienne. En cela l'origine du col du Planet apparaît comparable à celle du col de la Cluse, situé plus au sud sur le même chaînon et dont l'altitude est un peu plus élevée.

 
image sensible au survol et au clic

Le versant nord-ouest du Corbeley, vu de l'ouest, depuis Vimines (hameau des Quidoz).
a.M = anticlinal médian de la Chartreuse (ici il représente le pli le plus occidental du massif). Le fait que sa charnière soit coupée par la surface topographique selon un biseau aigu en caricature la forme (il ne s'agit pas d'un pli couché) : cette charnière est seulement dissymétrique, en genou, avec un flanc ouest vertical.
f.C = faille de La Combe ; orientée presque N-S elle franchit la crête au point coté 1268, pour passer sur son versant oriental .
cFm désigne la masse principale des calcaires du Fontanil, ici formée de couches massives, à faciès périrécifaux évoquant de très près l'Urgonien, et cFi les calcaires du Fontanil inférieurs, à faciès bioclastique ordinaire.

Au niveau du hameau de La Combe les bandes d'Urgonien des deux flancs du pli finissent par se réunir en une carapace continue (bien qu'accidentée d'une cassure) en forme de voûte (un "mont" typique) qui s'enfonce sous la plaine alluviale au nord de Saint-Cassin.

 image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du chaînon du Corbeley, vue de l'ouest, depuis Vimines (hameau des Quidoz).
Le village de La Combe tire fort pertinemment son nom de ce qu'il est installé dans la combe hauterivienne, qui dessine ici un demi-cercle ouvert vers le sud (vers la droite).
a.M = anticlinal médian de la Chartreuse : ici sa charnière plonge nettement vers la gauche (nord).
f.C = faille de La Combe : cette cassure abaisse le flanc oriental de l'anticlinal qui débute ici aux ruines de Saint-Claude. Un peu plus au nord, dans les gorges du torrent du Merdarel au nord-ouest de Saint-Cassin (voir cliché en haut de page) , des couches oligocènes la cachettent, ce qui montre qu'elle a, pour l'essentiel, fonctionné au cours de leur dépôt. Cette faille se connecte vers le sud à la faille du col du Mollard, dont le tracé passe sur le revers est de la butte du château Saint-Claude).
cFm = masse principale des calcaires du Fontanil (ici l'on y trouve notamment des rudistes).

L'échine de la montagne du Corbeley s'abaisse de plus en plus vers le nord, jusqu'à s'effacer, à l'est de Vimines, dans les collines du pourtour de la dépression alluviale de Chambéry. Ceci traduit une disposition structurale, savoir le fait que, depuis l'Outheran jusqu'à Saint-Cassin, l'axe de l'anticlinal de la Chartreuse médiane plonge régulièrement vers le nord. Le relief étant "conforme", puisqu'il résulte de la mise à nu de la voûte urgonienne de ce pli il suit cette tendance à l'abaissement vers le nord. Si le chaînon disparaît finalement entre Vimines et Saint-Cassin ce n'est pas que le pli s'amortisse mais parce que sa voûte urgonienne s'y ennoie sous le remplissage miocène de la dépression synclinale du lac du Bourget. En effet cette dernière formation, constituée de molasses homogènes et plutôt tendres, ne présente pas de différenciations lithologiques résistantes susceptibles de traduire dans le relief le dessin du pli (qui affecte cependant ces molasses, comme on le voit dans la vallée de Couz).

 Il est donc illusoire de croire que l'anticlinal chartreux médian meurt à cet endroit, pour le seul motif que l'on ne le voit plus se manifester dans le relief plus au nord. De fait il semble bien que la voûte de ce pli se prolonge sous les molasses et le quaternaire et que c'est elle qui en resurgit, plus au nord, à Voglans. Là, en effet, le tracé de l'autoroute A41 se fraye un passage en entaille dans une carapace urgonienne dont les couches, presque horizontales, correspondent clairement à une voûte anticlinale. On peut même présumer que c'est le même pli qui resurgit de nouveau, au nord d'Aix, pour former la montagne du Corsuet et de la Chambotte.



Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

(Aiguebelette, L'Épine)

Chambéry

Montagnole
Vallée de Couz

LOCALITÉS VOISINES

Pellaz - Joigny

col des Égaux

Outheran

col du Mollard
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/04/17