Mont Outheran, 1676 m.

la partie principale du chaînon le plus occidental de la Chartreuse septentrionale

Plutôt qu'un sommet, le Mont Outheran est un étroit plateau, allongé sur plusieurs kilomètres dans le sens nord-sud et entouré de falaises presque de tous côtés. Cet entablement d'Urgonien a sur sa plus grande longueur un pendage sub-horizontal, ce qui correspond au fait qu'il a été découpé par l'érosion dans la voûte de l'anticlinal médian : c'est en définitive une "butte-témoin" (qui représente tout le contraire d'un synclinal perché).

image sensible au survol et au clic

La vallée de Couz, le chaînon de l'Outheran et la partie nord de la dépression d'Entremont le Vieux, vus du sud, d'avion, depuis l'aplomb du Roc de Thivelet (Corbel)

f.cM = faille du col du Mollard ; f.N = faille du Nantet ; d.C = décrochement de la Cochette ; f.J = faille du Joigny ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.
Le plongement axial de l'anticlinal médian fait "plonger" sa voûte vers le nord, en arrière du Corbeley, sous la plaine alluviale de Chambéry. Le chevauchement de la Chartreuse orientale s'y poursuit, au pied du Revard par le chevauchement frontal des Bauges.

 L'éperon méridional de l'Outheran (Croix du Pas du Cuert) vu du sud, depuis le col du Grapillon (cf. coupe ci-après).

Le col (prairies à épilobes) est ouvert à la limite supérieure des calcaires du Fontanil

Le talus hauterivien, qui forme le soubassement de la proue de bateau urgonienne, est garni d'épicéas. La frange herbeuse du pied de falaises correspond au Barrémien inférieur.
Sous cet angle la forme de butte témoin découpée dans des couches horizontales apparaît de façon frappante.

La manière dont l'association de l'érosion avec la tectonique a abouti à l'isolement de l'Urgonien sommital de cette montagne est différente selon le versant et l'endroit de celui-ci où l'on se trouve :

- du côté occidental, l'Urgonien du flanc ouest du pli est éventré par l'érosion, à l'endroit où il était le plus exposé à cela, c'est-à-dire le long de la charnière en genou de l'anticlinal médian, tout au long du versant oriental de la vallée de Couz. À mi-hauteur de ce versant boisé, les calcaires du Fontanil inférieurs ("coralligènes") forment une ligne de ressauts (coupe B ci-dessous). En contrebas ces couches affleurent avec un très fort pendage jusqu'à faible distance des calcaires urgoniens qui forment la partie inférieur des escarpements : le faible espace entre les deux paraît insuffisant pour que , sous les éboulis, l'Hauterivien et les calcaires du Fontanil supérieurs y soient représentés : Cela porte à conclure que la surface de chevauchement de la Chartreuse médiane s'y prolonge, du moins jusqu'à l'aplomb du sommet nord (1629) de l'Outheran (où ces couches intermédiaires réapparaissent).

image sensible au survol et au clic

Panorama du versant occidental de la montagne de l'Outheran, vu de la rive gauche de la vallée de Couz, depuis les abords du village de La Valletaz.

Le flanc ouest de l'anticlinal médian (a.M) est rompu par le chevauchement de la Chartreuse médiane (Ø2), de sorte que les calcaires du Fontanil, sub-verticaux, du pied des falaises moyennes reposent sur l'Urgonien, également vertical, qui forme les falaises inférieures du versant. Du fait de la réduction progressive, puis de l'annulation, vers le nord du rejet du chevauchement l'Hauterivien affleure de nouveau en bas du versant, au nord des Gros Louis, dans la partie basse de la gorge du Planet.
Les falaises inférieures sont interrompues par deux zones d'épandage d'éboulis, qui correspondent sans doute à d'anciens éboulements (elles sont repérées par un semis de points blancs).
Les tirets jaunes correspondent à la surface de transgression de la molasse miocène, partout masquée ici sous une jupe d'éboulis.


- du côté oriental, l'Urgonien des falaises sommitales est ceinturé par un talus hauterivien, mais celui-ci domine des basses pentes où affleurent des marno-calcaires sénoniens. Ces couches, qui se poursuivent plus bas par le Sénonien du soubassement des prairies de la station du Désert d'Entremont, affleurent dans cette position parce qu'elles sont abaissées de plus de 300 m par la grande faille du col du Mollard (elles en représentent le compartiment oriental).Dans la partie sud de la montagne le tracé, presque N-S, de cette cassure court à flanc de pente, à peu près à l'altitude atteinte par les plus hautes clairières. Le Sénonien ainsi abaissé est celui du flanc est de l'anticlinal médian et en masque l'Urgonien entre le Col de la Cluse et le col du Mollard.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon de l'Outheran et le col du Mollard, vus du sud-est, depuis l'échine du Cucheron (est du col de la Cluse).
f.CM = faille du col du Mollard ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.


Mais l'azimut de cette faille est en fait oblique à celui de la voûte de l'anticlinal et son tracé s'en écarte progressivement du sud vers le nord. De ce fait elle tranche la dalle urgonienne de plus en plus loin de la voûte du pli, c'est-à-dire plus bas sur son flanc oriental, Ce fait apparaît déjà assez clairement à la latitude du Col du Mollard, où l'on voit apparaître un peu d'Urgonien sous le Tertiaire, en contrebas de la falaise orientale de la montagne (mais ces affleurements disparaissent vers le nord, sous la zone d'éboulement du Bois des Fontanettes).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité sud du chaînon de l'Outheran, vu presque d'enfilade, du sud, depuis le sommet du Petit Som.
f.cM = faille du col du Mollard ; f.N = faille du Nantet ; d.C = décrochement de la Cochette
Le plongement axial de l'anticlinal médian (a.M) fait "remonter" devant l'Outheran l'avant-plan constitué par la cime de la Cochette : en avant (au sud) la voûte du pli est éventrée par l'érosion qui a ouvert la combe anticlinale du vallon de Corbel.




Coupe de l'anticlinal médian de la Chartreuse, au niveau du Désert.
FCM = faille du col du Mollard ; FN = faille du Nantet (ces deux failles délimitent un petit graben* effondré qui accidente le flanc est de l'anticlinal médian) ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.
Observer la forme d'ample voûte en genou de l'anticlinal médian (à l'est de la faille du col du Mollard le pendage de son flanc oriental n'excède pas 30°)
N.B. : On a figuré les quatre subdivisions qui peuvent être distinguées dans les calcaires du Fontanil ; elles sont notées de haut en bas : cFs = calcaires bruns à silex ; cFr = calcaires roux supérieurs ; cFCo = calcaires massifs subrécifaux ; cFi = calcaires lités inférieurs, relativement argileux.
(les mêmes subdivisions, mais avec d'autres notations sont utilisées sur la carte géologique au 1/50.000° Montmélian) .

 Concernant la faille du Col du Mollard il faut ajouter que du côté ouest de la cassure principale on voit se greffer , à angle aigu pointant vers le sud, plusieurs failles mineures extensives à lèvre orientale abaissée. Il semble que leur trace puisse se suivre sur le plateau sommital de l'Outheran selon un azimut presque exactement N-S (c'est sans doute le cas pour la faille immédiatement à l'ouest du piton coté 1529 qui semble se poursuivre, jalonnée par des couloirs de brèche à ciment rouge pour déboucher du côté oriental au nord du point coté 1552 (voir la page "col du Mollard"). C'est en outre à cette famille qu'il y a lieu de rattacher la faille de La Combe qui prend naissance du côté oriental de la montagne au col du Planey (voir la page "Corbeley"). Elle est dotée d'un rejet assez important pour se manifester au niveau du dessin des contours cartographiques.

Plus au nord, à l'extrémité septentrionale de la montagne de l'Outheran proprement dite, la faille tranche le flanc oriental de l'anticlinal à l'est du Planet en déterminant le rebord par lequel celui-ci domine le fond du vallon qui descend du col du Mollard. Mais elle passe là tellement plus loin de l'axe du pli qu'à cet endroit le pendage de la dalle urgonienne de sa lèvre occidentale s'est accru jusqu'à plus de 45° et que son toit s'abaisse suffisamment vers le vallon pour que l'érosion ait dégagé et corrodé la partie supérieure de cette dalle sans la crever.

  image sensible au survol et au clic

La crête septentrionale de l'Outheran, vue du nord depuis le sommet du Corbeley.
a.M = charnière de l'anticlinal visible dans les couches de calcaires du Fontanil inférieurs. La falaise urgonienne qui s'abaisse jusqu' au col du Planet dessine l'inflexion progressive du pendage du flanc oriental : les failles secondaires (f.s) qui rompent ce flanc n'ont pas ici un rejet suffisant pour provoquer là l'isolement d'un chapeau sommital ; f.C =faille de La Combe (voir la page "Corbeley"). Quant à la faille principale, du col du Mollard (f.cM), elle passe ici à l'est du col du Planet et coupe l'Urgonien assez loin de la charnière anticlinale, beaucoup plus bas par rapport à l'Urgonien du flanc est de l'anticlinal.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; a.M = anticlinal médian ; s.Cz = synclinal de Couz ; Mm = molasse miocène ; Ol = brèches à ciment rouge oligocènes.

La profonde entaille transversale du col du Planet recoupe l'Urgonien de cette partie orientale du pli selon une falaise oblique à son axe mais qui s'abaisse presque régulièrement jusqu'au col en montrant l'inflexion progressive de son pendage. Par contre, au nord de cette entaille, il s'avère que le niveau d'érosion de la voûte du pli s'abaisse au point que l'Urgonien est de nouveau isolé en une butte témoin encore plus réduite, le Rocher du Corbeley (voir la page "Corbeley"), ceci d'ailleurs à la faveur du surhaussement occasionné par le passage de la faille de La Combe : celle-ci est la cassure satellite immédiatement plus occidentale de la faille principale du col du Mollard, qui s'en détache en déterminant le col du Planet lui-même (en fait le tracé de cette faille n'y est pas orthogonal à la direction de la crête mais assez faiblement oblique, avec un azimut de l'ordre de N150, comme pour les autres failles satellites).

   Il faut aller bien plus au nord, au delà du Corbeley, aux environs de La Combe donc tout-à-fait à l'extrémité septentrionale du chaînon, pour voir la carapace urgonienne de la voûte de l'anticlinal médian, totalement respectée par l'érosion, dessiner un "mont"* anticlinal (d'ailleurs fracturé). Mais elle y disparaît très vite, en plongeant vers le nord sous la plaine de Chambéry.


légende des couleurs et des figurés



Pour plus de détails sur ce secteur, voir l'excursion décrite au fascicule n°1 J
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

(Vimines)

Le Corbeley

Crêtes Pellaz-Joigny
Vallée de Couz LOCALITÉS VOISINES col du Mollard

Les Échelles

La Cochette

Col de la Cluse

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 18/04/17