Les Infournas, Le Cuchon

bordure orientale du Champsaur au sud de la Séveraissette

Le Cuchon est le dernier sommet, le plus nord-occidental, de la crête du Pic Queyrel , avant qu'elle se termine, tranchée à son extrémité NW par la vallée de la Séveraissette. Au sud-est du débouché de cette vallée à la Motte-en-Champsaur le pied des crêtes qui dominent le Champsaur est longé par le vallon des Infournas, que draine le torrent du Merdaret, affluent de rive droite de la Séveraissette.

image sensible au survol et au clic

Le Champsaur méridional vu du nord-ouest, depuis le col du Noyer.
"Tr+L" , "Aal.+Bj"= succession normale (Trias, Lias, Aalénien, Bajocien) de la couverture stratigraphique du socle cristallin ; "all.fl.-gl." = alluvions fluvio-glaciaires quaternaires ; en rouge la surface de la pénéplaine anté-triasique (passant vers la droite au chevauchement du Chaillol) ; en jaune la surface de transgression (discordante*) du Nummulitique.


L'alignement des buttes de rive gauche de ce vallon (qui le séparent du reste du Champsaur) est formé par les alternances de calcaires argileux et de calcschistes du Bajocien inférieur. Le vallon lui-même suit la combe de marnes aaléniennes ; ses pentes de rive droite (orientale) sont raides et ravinées mais garnies de végétation. Leur soubassement est formé de terrains sédimentaires, allant du Trias au Jurassique moyen. La partie supérieure de ces pentes qui est beaucoup plus rocheuse, est constituée par le socle cristallin qui représente leur soubassement normal : leur surface de contact (ancienne surface de la pénéplaine anté-triasique) est donc elle aussi renversée.

Cette disposition est celle que l'on observe au nord des Infournas, dans le versant sud-ouest du Thunou, où le Trias est assez épais et comporte plusieurs coulées de spilites* superposées. Elle poursuit simplement vers le sud celle du flanc occidental de l'anticlinal du Petit Chaillol, qui ploie la bordure du socle cristallin en la déversant par dessus le sillon subalpin (voir les pages "Chauffayer" et "Saint-Firmin").

image sensible au survol et au clic

Les pentes occidentales de la crête septentrionale du Cuchon, en rive droite du Torrent du Merdarel, au nord des Infournas Bas, vues du sud-ouest, depuis la route D123 menant à l'Auberie.
La limite socle - couverture sédimentaire (tirets rouges) ne se manifeste pratiquement pas dans le relief mais elle est cependant soulignée par un changement de végétation. Tout indique qu'il s'agit d'un simple contact stratigraphique renversé, à la différence de ce qui se passe plus au sud (cf cliché suivant).
La bande d'amphibolites du Thunou est éventuellement interptétable comme le cœur d'un anticlinal couché affectant le socle cristallin.


Par contre, au sud de cette localité, les affleurements de Trias deviennent plus minces, puis s'alignent en un chapelet discontinu à flanc de pente. Dans les ravins du versant du Cuchon qui descend vers les Infournas Hauts la succession sédimentaire se rebrousse en un anticlinal des Infournas, dont le plan axial plonge fortement vers l'est ; d'autre part son flanc oriental est rompu en un pli-faille renversé (en ce sens que la surface de cassure s'enfonce vers l'est en faisant reposer l'Aalénien sur le Lias).

image sensible au survol et au clic

Les pentes occidentales du Cuchon, en rive droite du Torrent du Merdarel, au niveau des Infournas Hauts.
a.i = anticlinal des Infournas : ce pli est rompu en un pli-faille qui devait être originellement déversé vers le sud (vers la droite) avant le basculement d'ensemble de la couverture sédimentaire, vers le sud-ouest, qui renverse toute la succession des couches au nord-ouest (à gauche) du Cuchon.
Au sud-est (à droite) du Cuchon le socle repose sur sa couverture sédimentaire par un contact franchement tectonique qui met les micaschistes du Cuchon directement sur les Terres Noires : il s'agit de l'extrémité septentrionale du chevauchement du Chaillol (ØC). Le point d'interrogation désigne l'emplacement, masqué, où ce chevauchement semble se raccorder avec la surface de rupture du flanc est de l'anticlinal des Infournas.


Le flanc actuellement supérieur de ce pli (ancien flanc inverse), formé par ces mêmes couches disposées à l'endroit, s'engage sous le socle cristallin des hautes pentes, de sorte que, à l'aplomb sud du Cuchon le cristallin repose sur les Terres Noires. À cet endroit l'interface cristallin - sédimentaire prend donc indubitablement un caractère de contact "anormal", tectonique, et elle le conserve en direction du sud-est, sous le col du Cendrié et au-delà. On assiste donc, à cette latitude du versant oriental du Champsaur, à la naissance progressive d'une cassure assez importante, le chevauchement du Chaillol, dont le rejet s'amplifie du nord vers le sud (voir la page "Queyrel").

La cartographie des lieux suggère même que la surface de chevauchement, renversée, de l'anticlinal des Infournas n'est que le prolongement, dans la couverture sédimentaire, de celle du Chaillol, mais ceci au prix d'un raccord par torsion assez énigmatique, que les éboulis empèchent malheureusement de mieux analyser. Voir en outre les remarques complémentaires en fin de page **.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional de la montagne du Cuchon, vu de l'est depuis les abords du col de l'Escalier (pentes occidentales du Pic Queyrel). a.i = anticlinal des Infournas : son axe plonge très fortement vers le sud (en direction de l'observateur) ; ØC = chevauchement du Chaillol : il se termine vers la gauche en s'amortissant dans le flanc oriental de l'anticlinal des Infournas.



Dans les basses collines de rive gauche du vallon des Infournas, au nord et au sud du Serre du Moulin, le Jurassique moyen et les Terres Noires de la voûte de l'anticlinal des Infournas s'accidentent en outre de replis dysharmoniques* secondaires qui font que la barre du Dogger se répète plusieurs fois avant de disparaître vers l'est par ennoiement dans les Terres Noires de Barbeyroux.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité méridionale des pentes des Infournas vue du nord-ouest, depuis le collet dominant le creux de l'Aiguillache (au sud-est des Infournas Hauts).
Le chevauchement du Chaillol (ØC) disparaît là car il est recoupé par la surface de discordance (D , en tirets jaunes) des bancs de la base de la transgression* nummulitique, qui le cachettent.


Il faut noter à ce propos que, plus au sud sur le versant oriental du Champsaur, notamment sous le Pic Queyrel ce chevauchement n'est plus visible, du fait qu'il y est cacheté, à partir du col de l'Escalier, par les couches très peu pentées du Nummulitique.

De ce fait on a donc, dans tout le secteur à l'est de Saint-Bonnet (page "Barbeyroux"), l'impression fallacieuse que le Nummulitique repose sur des termes stratigraphiques qui seraient en succession normale, simplement affectés par une importante lacune du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur. En fait cette lacune masque les traces de deux dislocations tectoniques, le chevauchement du Chaillol et le déversement de la bordure du cristallin du Pelvoux sur le sédimentaire du Champsaur, que cachète le Nummulitique discordant, presque non déformé.

La part, dans ces déformations, de celles anté-sénoniennes qui affectent le Dévoluy voisin, est difficile à déteminer : on peut penser qu'il faut leur rattacher le chevauchement du Chaillol, en raison du fait qu'il correspond lui aussi à un serrage orienté N-S. Le déversement de la bordure du Pelvoux, étant dirigé vers l'ouest, est probablement sans rapport avec cette phase tectonique : il est plutôt lié à une surrection post-sénonienne du socle cristallin du massif du Pelvoux qui se manifeste par de grands plis ouverts, également presque N-S, dans le Dévoluy.


La rive droite du Champsaur au NE de Saint-Bonnet, vue des pentes du col Bayard. Extrait du Guide Rouge "Alpes du Dauphiné" (Masson, 1983) : dessin de J. DEBELMAS, d'après M.GIDON (retouché).


Le secteur des Infournas se révèle en définitive d'un intérêt tout particulier pour analyser les phases les plus précoces de la tectogénése alpine. Hélas, les conclusions auxquelles mène son étude n'ont pas la clarté ni la netteté que l'on pourrait souhaiter.

**

1- Les rapports entre la structure du socle cristallin et la disparition de la surface de chevauchement du Chaillol, à l'ouest des Infournas, sont assez conjecturaux.
En effet, à l'est du Cuchon, le socle qui recouvre par chevauchement le sédimentaire est formé de micaschistes qui reposent, immédiatement plus au nord-ouest, sur des gneiss formés d'alternances de leptynites et d'amphibolites. Ceci correspond à la succession cristallophyllienne habituelle du domaine "cortical" et indique que cette succession y est disposée à l'endroit, comme plus à l'intérieur du massif (page "Molines"). Mais à l'ouest du Cuchon, où l'interface socle - couverture se montre renversée, la succession du socle cristallin ne change pas de polarité (l'on n'y voit pas réapparaître les micaschistes sous les gneiss leptyno-amphiboliques) : cela voudrait-il dire que le renversement a remis à l'endroit une succession cristallophyllienne qui avait déjà été renversée antérieurement ?.

2- La façon dont le chevauchement du Chaillol se poursuivait dans la couverture sédimentaire, avant le Nummulitique, au delà des limites ouest de l'extension actuelle des affleurements du socle cristallin, reste également conjecturale.
En fait les rapports entre la surface de chevauchement et celle de rupture du flanc oriental de l'anticlinal des Infournas (qui semble la prolonger) ne sont ni clairs ni aisément compréhensibles d'un point de vue simplement géométrique.
D'autre part on peut penser que ce chevauchement a dû induire des structures tectoniques (failles inverses ou plis) déversées vers le sud dans son autochtone chevauché, c'est-à-dire dans le Jurassique moyen et supérieur du sillon subalpin du Champsaur en amont de Saint-Bonnet : il est de fait que certaines structures de redoublement de succession que l'on y rencontre entre Bajocien et Terres Noires (secteur de Poligny notamment) pourraient être dus à de tels chevauchements, postérieurement basculés vers l'ouest ; mais les conditions d'analyse (couverture quaternaire et manque de niveaux repères dans les Terres Noires) rendent vaines les hypothèses que l'on peut faire à ce sujet.

Ce secteur a fait l'objet de l'étude suivante : FORD Mary (1996). - Kinematics and geometry of early Alpine, basement-involved folds, SW Pelvoux Massif, SE France. Eclogae geol. Helv. 89/1: 269-295 (1996)


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille "Saint-Bonnet"

Carte géologique simplifiée du Champsaur médian
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

Chauffayer

Petit Chaillol

(Molines en Champsaur)
(col du Noyer)

LOCALITÉS VOISINES
(Vieux Chaillol)

Saint- Bonnet

Barbeyroux ; Chaillol-1600

(Pic Queyrel)

 accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Page d'accueil générale du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/06/16