Aiguilles d'Arves : leur versant Arvan

La partie occidentale de la crête de partage des eaux entre Arvan et Valloirette

Les trois sommets des Aiguilles d'Arves sont emblématiques de la Maurienne méridionale car, grâce à leur altitude (3514 m. à l'Aiguille méridionale) et à leur relatif isolement, ils pointent à l'horizon dès que l'on s'élève sur les pentes des vallées environnantes. Ils appartienent en fait au long crêt* des couches nummulitiques qui ferme du côté est la dépression des Arves en s'élevant vers le sud depuis la vallée de l'Arc ; mais ils s'en détachent par le fait que les conglomérats de la base Nummulitique, dans lesquels ils sont sculptés atteignent à cette latitude une énorme épaisseur (près de 300m) et sont particulièrement massifs.


Les Aiguilles d'Arves (versant occidental) vues du sud-ouest, d'avion, l'hiver


En outre cette énorme dalle rocheuse tranche par sa résistance à l'érosion avec son soubassement constitué par les couches en prédominance marneuses du Jurassique supérieur et moyen de la zone ultradauphinoise (pentes couvertes de neige sur le cliché ci-dessus), sur lequel elle repose donc transgressivement*.

Il y a là une énorme lacune stratigraphique, qui correspond à l'ablation, par une érosion intervenue sans doute au début du Nummulitique, de plusieurs milliers de mètres de couches allant de celles du Crétacé supérieur à celles du Jurassique terminal et même, par places du Dogger ; la reprise de sédimentation est intervenue ici au Nummulitique moyen, comme en témoignent la présence de grandes Nummulites (caractéristiques de cette époque) en certains points des conglomérats.

image sensible au survol et au clic

Les abrupts occidentaux des Aiguilles d'Arves vus du nord-ouest depuis les pentes septentrionales de la Basse du Gerbier (cliché original aimablement communiqué par Mme Flore Gidon).
Dn = surface de transgression du Nummulitique sur le Jurassique (noter l'angle de discordance bien visible sous l'Aiguille septentrionale, qui explique l'épaisseur plus grande de Terres Noires sous l'Aiguille centrale) ; f.pJ = faille N-S de Petit Jean ; f.gJ = faille presque E-W de Gros Jean : l'une comme l'autre décale fortement Dn et sont donc post-nummulitiques.
La rupture de pente brutale qui sépare les falaises de conglomérats nummulitiques et le talus des schistes noirs jurassiques sur lesquels ils reposent correspond assez exactement avec le tracé de la surface de transgression nummulitique car ce talus n'est pas trop garni d'éboulis, du fait sans doute de sa raideur.
Le contraste entre la forte pente de ce talus et la moindre déclivité des pentes d'alpages du premier plan ne peut être mise sur le compte d'une différence de résistance des roches (ici peu substantielle) : elle résulte de l'érosion glaciaire et traduit l'opposition entre fond et flancs d'une vallée "en auge".


La surface basale des conglomérats correspond en outre à une discordance* des couches nummulitiques par rapport à celles du Jurassique. En effet dans les multiples ravins du pied occidental de la crête, où ces derniers terrains affleurent de façon bien visible un examen attentif permet de constater qu'ils sont affectés de plis qui n'affectent pas le Nummulitique surincombant. En outre ces plis anté-nummulitiques ont une direction d'axe plutôt E-W, très différente de celle, plutôt N-S, des plis qui affectent dans ce secteur les couches nummulitiques.

image sensible au survol et au clic

La partie méridionale du chaînon des Aiguilles d'Arves vue de l'ouest, depuis les pentes orientales de la crête des lacs de Saint-Sorlin.
D = surface de transgression du Nummulitique de la zone ultradauphinoise, qui repose ici en discordance* sur le Jurassique supérieur (à droite) ou moyen (à gauche).
a.F = anticlinal du Mont Falcon (pli anté-nummulitique, d'axe presque E-W) ; f.Pf = faille de Pierre Fendue ; f.pJ = faille de Petit Jean ; f.gJ = faille de Grand Jean.
Les croupes de premier plan montrent des couches renversés, orientées à peu près N-S, qui appartiennent à la zone dauphinoise. Elles affleurent en avant de la surface de chevauchement de la zone ultradauphinoise (ØUD) et la masquent : leur disposition est due à une torsion en crochon sous ce chevauchement (le compartiment ultradauphinois, chevauchant, se déplaçait en direction de l'observateur).


 La charnière du grand anticlinal du Mt Falcon est tranchée en biais par le versant est du vallon du torrent des Aiguilles (voir la page "Mont Falcon") et le talus du pied de ces dernières. Dans ces pentes le tracé de son plan axial se suit sur la surface topographique, d'un niveau stratigraphique au suivant, depuis le NW (Trias du cœur du pli) jusqu'au SE (Dogger du soubassement des Aiguilles). Mais l'orientation de ce tracé n'a rien à voir avec celle de l'axe du pli, qui est presque perpendiculaire au versant et d'orientation proche de E-W.

image sensible au survol et au clic

Détails structuraux des ravins du versant ouest des Aiguilles d'Arves vus du nord-ouest, depuis le col de la Croix de Fer
D = discordance* du Nummulitique ; d.GJ = décrochement du col de Gros Jean.
On remarque que les plis anté-nummulitiques du Jurassique (probablement des plis parasites du flanc supérieur de l'anticlinal du Mont Falcon) sont déversés vers la droite c'est-à-dire vers le sud-ouest.


Il est à remarquer que l'amas de conglomérats qui forme les Aiguilles d'Arves n'est vraiment épais que sur une largeur qui n'excède guère 2 kilomètres et se réduit rapidement au nord comme au sud (sans disparaître totalement cependant). De sorte que l'on peut penser qu'il s'agit d'une accumulation locale, due à ce que l'on recoupe là l'épandage d'un éboulement. Celui-ci s'inscrit dans le cadre d'un épisode d'érosion de reliefs qui n'étaient certainement pas très proches, car les couches mises à nu ici à cette époque sont principalement marneuses, donc peu propices à une érosion de ce type et ne se retrouvent pas dans les conglomérats.

 Les matériaux de ces conglomérats ne proviennent pas non plus de la zone dauphinoise car on y trouve des éléments (notamment des schistes permiens) qui n'y sont pas connus. Ils ont donc été arrachés à un domaine plutôt oriental, que l'on a qualifié de "chaîne arvinche" mais dont la position reste imprécise. On peut penser qu'il correspondait à un secteur de culmination de la bande plissée d'orientation E-W que la surface de transgression recoupe déjà ici, en mettant à nu jusqu'au Lias les coeurs anticlinaux. C'est toutefois plus au nord, en rive droite de l'Arc (à la latitude de Montpascal) que l'on voit apparaître le soubassement permo-houiller dénudé, sous la transgression nummulitique, par une érosion qui est donc susceptible, là, d'avoir alimenté les conglomérats des Arves.

Au nord des Aiguilles d'Arves les conglomérats nummulitiques ne forment plus l'arête faitière mais affleurent seulement au pied des abrupts du versant occidental de la crête, où ils dominent en général une puissant jupe d'éboulis qui masque le plus souvent les terrains mésozoïques sous-jacents à la surface de discordance* du Nummulitique. Ce versant de la crête de partage des eaux reste relativement rectiligne et correspond, somme toute, à l'abrupt d'un puissant crêt*.

image sensible au survol et au clic

Panorama du versant occidental du chaînon des Aiguilles d'Arves
, immédiatement au nord de ces dernières, vu du sud-ouest depuis le col de la Baisse de Gerbier (clichés originaux obligeamment communiqués par M. Serge Gidon).
DN = surface de discordance de la transgression nummulitique ; f.pF = faille (extensive) de Pierre Fendue ; s.M = synclinal (anté-Nummulitique) de Montrond.


aperçu général sur la Maurienne .. // .. aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille La Grave


Carte géologique simplifiée des environs

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud

Arvan ; Albiez

Casse Massion

Valloire
Mont Falcon

LOCALITÉS VOISINES

Arves : versant est

Aiguilles de la Saussaz

(Trois Évêchés)

Col du Galibier
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 31/10/16