Les Albiez

La rive droite de la vallée inférieure de l'Arvan

En aval du coude de Saint-Jean d'Arves le cours inférieur de l'Arvan devient N-S et presque rectiligne et s'encaisse en gorges au revers oriental du petit chaînon du Mont-Charvin.

image sensible au survol et au clic

Le "pays arvinche" (ensemble du bassin versant du torrent de l'Arvan) : la rive gauche de l'Arc sur la transversale de Saint-Jean de Maurienne, vue de la rive opposée, depuis l'arête ouest du Crêt Lognan (Montagne des Coins). En avant-plan les abrupts des deux rives de la vallée de l'Arc.

Sous cet angle la vallée inférieure de l'Arvan est vue d'enfilade, entre le crêt du Tertiaire ultra-dauphinois des Aiguilles d'Arves et de Casse Massion, à l'est (à gauche) et l'alignement des massifs cristallins des Grandes Rousses et du Grand Châtelard, appartenant au domaine dauphinois interne, à l'ouest (à droite).


Sa rive droite est alors modelée en une large zone de replats, sur laquelle se sont installés les villages des Albiez. Ce plateau des Albiez correspond à une combe monoclinale*, orientée N-S, qui avait été ouverte dans les couches à prédominance marneuse du Lias supérieur et surtout du Jurassique moyen. Elle est dominée du côté oriental par le puissant crêt de Casse Massion et de la Point d'Émy, constitué par les conglomérats et les grès du Nummulitique. Cette combe a été élargie et façonnée par l'érosion du glacier qui descendait vers le nord depuis les Aiguilles d'Arves, puis très largement colmatée par des alluvions glaciaires (ce qui est d'ailleurs la circonstance qui a permis son exploitation agricole).

Cette nappe alluviale a sans doute été alimentée en partie par les glaciers qui descendaient du chaînon des Aiguilles d'Arves et en partie par le glacier de la vallée de la Maurienne. Elle s'est accumulée dans les vallées affluentes de l'Arc à une époque où la vallée principale de cette rivière était occupé par ce glacier jusqu'à une altitude de l'ordre de 1600 à 1500 m. Elle se poursuit également plus en amont, dans la branche E-W du cours de l'Arvan, aux abords de Saint-Sorlin-d'Arves.

image sensible au survol et au clic

Le plateau suspendu des Albiez vu d'ensemble, du sud, depuis la Basse de Gerbier



On peut penser que c'est ce comblement de la combe aalénienne qui a été la cause de ce que le cours du torrent a été repoussé vers la marge ouest de cette dernière et l'a obligé ensuite à s'encaisser dans les terrains plus anciens, mais aussi plus durs qui en constituaient la bordure occidentale.

Dans la partie haute de la combe aalénienne, à la latitude du Chalmieu, l'érosion remontante du torrent de Pradin a largement entaillé la barrière des calcaires liasiques et a atteint le colmatage morainique qui a ainsi été sapé latéralement. Ceci a déclenché sa mise en mouvement par glissement de paquets successifs, déblayés à l'aval par le torrent, ce qui se traduit maintenant par le relief bosselé et capricieux des pentes d'alpage de Coulouvreuse.

Plus au sud encore (plus en amont), à la latitude du Mont Falcon, ce sont les schistes aaléniens du versant est de cette montagne qui ont été largement affouillés par les torrents affluents du Pradin, ce qui y a déclenché d'importants glissements en masse passant à des coulées boueuses.

image sensible au survol et au clic

Le haut vallon du Chalmieu et les pentes septentrionales des Aiguilles d'Arves vus d'aval, du nord, depuis les chalets des Chabottes (alt 1956).
La zone de matériel glissé, mélange de schistes argileux et de blocaille morainique, est indiquée par des figurés de lunules ;
a.F = anticlinal du Mont Falcon (sa voûte toarcienne s'enfonce sous les schistes aaléniens de la Basse du Gerbier).


Les matériaux de ces glissements obturent maintenant le fond de vallée, au lieu-dit "en Brunet" entre les pentes de schistes des Bourrelières, à l'ouest, et le matériel morainique qui affleure encore là sur le tracé du chemin de la Basse de Gerbier, à l'est. Ils y ont édifié une typique loupe de glissement, doucement bombée mais relativement peu déclive, dont les limites sont soulignées par les deux thalwegs, qui en drainent les marges (celui d'Outre-l'eau, à l'ouest et celui des Mulatières, à l'est). Cette énorme amas boueux est coupé de ressauts qui sont autant de crevasses de glissement et qui témoignent de ce que ses matériaux sont encore en mouvement.

image sensible au survol et au clic

La loupe de coulée boueuse d'En Brunet vue du sud (d'amont), depuis les lacets du chemin de la Basse du Gerbier
Les lunules émeraude indiquent la langue de matériel morainique qui a glissé (anciennement) dans le vallon, en direction du Chalmieu (cette localité est cachée derrière l'épaule des Bourrelières)


 

À l'ouest du plateau des Albiez les abrupts qui dominent les gorges de l'Arvan entaillent l'épaisse succession des calcaires liasiques du rebord occidental de la combe (qui culmine sur l'autre rive au Mont Charvin). Celle-ci est presque monoclinale avec des couches orientées presque N-S, depuis Saint-Jean de Maurienne jusqu'à Gévoudaz (voir la page Saint-Jean de Maurienne).

image sensible au survol et au clic

Les deux rives de la vallée de l'Arvan au niveau des Albiez
vu du sud-est, depuis Casse Massion

La vue est orientée de façon perpendiculaire à la direction des principales lignes structurales (ce qui est plutôt malencontreux...). L'accident le plus important est la surface de chevauchement de la zone ultradauphinoise (ØUD). Les gypses triasiques de la base de la succession ultradauphinoise apparaissent comme autant de taches blanches (la plus grande est celle de la carrière des Rossières).
f.C (faille de Cochemin) et f.R (faille du Rocheray) sont deux cassures synsédimentaires liasiques, qui se raccordent à angle droit pour limiter, du côté du sud, le bloc cristallin du Grand Châtelard.
Le tracé de la D.926 (en mauve), purement indicatif, est très approximatif.


Par contre, en amont de ce point, c'est-à-dire au sud de la latitude d'Albiez-le-Vieux, les gorges de l'Arvan traversent une succession de plis à axes E-W (voir la page Mont Charvin). Toutefois ces plis, énergiquement dessinés dans les calcaires liasiques prennent un dessin plus ouvert et s'amortissent vers l'est dans les couches plus élevées de la succession ,sous la partie méridionale du plateau des Albiez.

image sensible au survol et au clic

La vallée de l'Arvan à la latitude de son coude, en amont d'Albiez-le-vieux vue de l'est, depuis Casse Massion.
Ce cliché montre bien le contraste de relief entre les deux rives de l'Arvan :
La gorge de l'Arvan est entaillée dans le Lias calcaire ultradauphinois, dont les couches plongent vers l'observateur, sous le large replat des Albiez, en rive droite. Ce dernier représente une ancienne combe monoclinale* ouverte dans les marnes du Lias supérieur et dans les schistes argileux de l'Aalénien, remplie par un fort colmatage de dépôts glaciaires (entaillés dans le ravin du coin inférieur droit du cliché), qui y masque largement les couches de son bedrock.
Plis E-W successifs visibles en rive gauche et dans les gorges de l'Arvan, du sud au nord : a.F = anticlinal du Mont Falcon ; s.C = synclinal du Chalmieu ; a.M = anticlinal de Montrond ; s.R = synclinal des Rieux ; a.cG = anticlinal de Combe Génin ; s.A = synclinal d'Albiez-le-Vieux.



Carte géologique simplifiée des environs

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud
aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Saint-Jean-de-Maurienne

Ouillon ; La Toussuire

Grand Châtelard

Hermillon ; Échaillon
Saint-Sorlin

LOCALITÉS VOISINES

Casse Massion

Cime des Torches

Mont Falcon

Grande Chible
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 31/10/16