Crête des Sarrasins
l'extrémité septentrionale du chaînon du Thabor

La Crête des Sarrasins, extrémité septentrionale du chaînon du Thabor, est la plus orientale des crêtes N-S qui, en rive gauche de la Maurienne, sont découpées dans la puissante masse de grès, de schistes pélitiques et de conglomérats houillers de l'anticlinorium de la zone briançonnaise.

Elle est flanquée, du côté oriental, de crêtes secondaires (Roc Rouge, Roc Mounioz) qui doivent leur relief plus élancé à ce qu'elles sont sculptées dans les formations quartzitiques du Permien et du Trias inférieur, qui garnissent le revers oriental de cet anticlinorium.

image sensible au survol et au clic

La partie méridionale des crêtes des Sarrasins vue du sud, depuis le Lac Long de Sainte-Marguerite.
La crête des Sarrasins et l'arête du Roc Mounioz qui s'en détache du côté est, appartiennent au flanc oriental, renversé, de l'anticlinal de la Grande Montagne (a.GM) : la charnière de ce pli majeur, enlevée par l'érosion, se situait sans doute plus haut "dans le ciel".
f.S = faille du Séru.


La structure de ce secteur se caractérise par fait que les couches y sont globalement en situation renversée, du fait de leur appartenance au flanc oriental de l'anticlinal de la Grande Montagne (qui est le pli le plus oriental de l'anticlinorium de la zone houillère). Mais elles sont accidentées d'ondulations secondaires qui sont des replis de flanc inverse de ce vaste pli.
En outre on y observe une répétition de la succession stratigraphique post-houillère, ce qui est dû au jeu de failles subverticales ou à pendage ouest. Ces cassures sont interprétées par la plupart des auteurs comme d'anciens chevauchements à vergence ouest, basculés et tordus par le rétrodéversement plus tardif de l'"éventail briançonnais".

Cette interprétation est conforme à un schéma ( voir les coupes en fin de page) que l'on retrouve illustré tout au long de la bordure orientale du Briançonnais, où les surfaces de chevauchement des nappes à matériel mésozoïque sont enroulées par les plis rétrodéversés. Toutefois elle est combattue par R.CABY, pour qui les chevauchements vers l'est correspondraient aux mouvements les plus précoces dans la formation de la chaîne alpine (ce point de vue paraît bien difficilement soutenable aux yeux de l'auteur de ce site).

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-oriental du Roc Mounioz vu du nord-est, depuis le fond de vallon (chalet de la Losa).
Le dessin spectaculaire, en pli couché, qu'affecte ici l'anticlinal du Mounioz (a.M) est exagéré par rapport à à la réalité du fait de deux facteurs : la perspective en contre-plongée et le fait que la paroi de la montagne donne une section du pli qui n'est pas orthogonale mais oblique à son axe selon un angle aigu.

image sensible au survol et au clic

La partie septentrionale des crêtes des Sarrasins vue du sud, depuis le sentier du col de la Vallée Étroite (alt. 2400, au sud des chalets de la Replanette).
La Pointe des Sarrasins, comme le reste de l'arête E-W du Roc Rouge, appartient au flanc oriental de l'anticlinal de la Grande Montagne (a.GM) : la charnière de ce pli majeur, enlevée par l'érosion, se situait plus haut "dans le ciel".
a.M = anticlinal du Mounioz (ce froncement des couches affecte toutes les unités imbriquées de ce versant et semble donc postérieur à leur imbrication).
ØrR = chevauchement de l'unité du Roc Rouge (u.rR) ; ØC = chevauchement de l'unité du Clos (u.C) ; Le chevauchement de la Turra n'est pas visible : il passe à la limite du cliché du côté droit (voir cliché suivant).


À la latitude, relativement septentrionale de la crête du Roc Rouge, entre la Pointe septentrionale des Sarrasins et La Turra, on voit se succéder trois écailles imbriquées dont les surfaces de chevauchement sont sub-verticales mais tordues de façon sinueuse par un repli secondaire que l'on peu désigner du nom d'anticlinal du Mounioz car il prend naissance par décollement des calcaires triasiques au falnc est de ce sommet.

D'ouest en est on voit se succéder, reposant originellement sur l'unité pratiquement autochtone du Mounioz (qui est elle même le prolongement septentrional de l'unité de la Muratière de la Vallée Étroite) :
- l'unité du Roc Rouge, qui est lenticulaire, car elle s'effile vers le sud à peu près à la latitude de la Replanette ainsi que vers le nord au Rocher de Bonnenuit (voir dernier cliché) ;
- l'unité des Clos, dont les affleurements houillers se ferment vers le nord au cœur d'une voûte anticlinale de quartzites (formant le Rocher Gris d'Arplane);
- l'unité de la Turra, elle aussi ployée en un anticlinal sous les chalets de ce nom mais dont la voûte de quartzites n'affleure qu'au nord de ces chalets car elle est enlevée par l'érosion plus au nord dans les pentes d'Arplane.

image sensible au survol et au clic

Le versant est des crêtes septentrionales des Sarrasins vu de l'est, depuis le rocher 2599 à l'ouest du col d'Arrondaz (rive droite du vallon du Charmaix).
u.RR = unité du Roc Rouge (sa surface de chevauchement est masquée par la crête du Mont Cula) ; ØC = chevauchement de l'unité du Clos (u.C) ; ØTu = chevauchement de l'unité de la Turra (u.Tu).
a.gM = anticlinal de la Grande Montagne ; a.M = anticlinal du Mounioz ; a.Tu = anticlinal de la Turra (crochon frontal du chevauchement de la Turra).


La coupe naturelle de ce chaînon des Sarrasins que fournit l'entaille de la vallée de l'Arc (Maurienne en aval de Modane) montre que ces écailles, imbriquées puis renversées, s'y "enracinent" par effilement de leurs terrains mésozoïques au sein de la masse des terrains houillers.

Pour comprendre la disposition initiale des unités imbriquées il faut, par la pensée, faire pivoter le paysage ci-dessous de 180°, pour remettre à l'endroit le flanc inverse de l'anticlinal de la Grande Montagne : le sens du mouvement de charriage des imbrications est alors de la gauche (est) vers la droite (ouest).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale de la Crête des Sarrasins, vue du nord depuis le plan de la Partie, sous le col de Chavière (rive droite de la Maurienne).
Structures de la zone houillère proprement dite : a.gM = anticlinal de la Grande Montagne ; f.S = faille du Séru (extrémité tout-à-fait septentrionale) ; ac.D = accident des Drayères et son prolongement hypothétique (ac.D?) dans les pentes de rive gauche de l'Arc (voir la page "Bissorte").
Imbrications affectant le flanc oriental, renversé, de l'anticlinorium de la zone houillère : ØTu = chevauchement de la Turra ; u.C = unité des Clos et son chevauchement (ØC) ; ØrR = chevauchement de l'unité du Roc Rouge ; u.M = unité de la Muratière et du Mounioz. Les seules couches disposées à l'endroit sont celles des quartzites de la voûte de l'anticlinal de l'unité des Clos (cf. cliché précédent).



version plus grande de cette image
Coupes schématiques du massif du Thabor - Crête des Sarrasins
L'Étape (1) est celle de la formation des imbrications et l'étape (2) montre leur torsion sous l'effet du "rétrodéversement" ; on a omis délibérément de représenter le découpage par les grandes fractures N-S telle la faille du Séru (et celle de la Clarée)
Légende des couleurs conforme à la carte géologique de la Maurienne : gris = houiller ; brun = permo-Trias (quartzites et Verrucano) ; jaune d'or = carbonates triasiques

ØTh = chevauchement du Thabor ; ØRR = chevauchement du Roc Rouge ; ØC = chevauchement du Clos ; ØTu = chevauchement de la Turra.
a.GM = anticlinal de la Grande montagne (charnière principale de rétrodéversement ; a.M = anticlinal du Mounioz (il affecte toutes les unités imbriquées de ce versant) ; a.Tu = anticlinal de la Turra : ce pli semble correspondre au crochon frontal du chevauchement de la Turra (et doit donc être de formation antérieure à celle de l'anticlinal du Mounioz).

NB. L'anticlinal du Mounioz doit être considéré comme un repli de flanc inverse de l'anticlinal de la Grande montagne, créé postérieurement aux chevauchements. On pourrait envisager de l'interpréter comme un pli d'entraînement, dû originellement à l'avancée de l'unité de la Turra sur l'unité du Roc Rouge, par l'intermédiaire du chevauchement du Clos ; mais cela n'est pas possible, car on voit que ce dernier chevauchement est lui même tordu par le pli (qui est donc plus tardif).

Pour être tout-à-fait exact il faut ajouter que le schéma ci-dessus ne rend pas compte de tous les détails de la structure.
En particulier on trouve, coincés le long des chevauchements ØTu, ØC, ØRR, des lambeaux ("blocs-klippes"*) de terrains exotiques constitués par des "gneiss du Sappey" et même des schistes lustrés. Ceci témoigne de ce que le charriage de la nappe des schistes lustrés s'était déjà produit avant l'étape 1 du schéma ci-dessus et de ce que ce charriage avait entrainé, à sa base, des lambeaux arrachés au domaine de la Vanoise occidentale (où, seulement, les gneiss du Sappey sont présents dans la succession du soubassement anté-triasique briançonnais).

(C'est à J.C.Barféty que je dois ces informations inédites, qui découlaient de ses études concernant cette question)

Carte géologique très simplifiée de la vallée du Charmaix, en amont de la station de Val Fréjus, et de la partie septentrionale de la Vallée Étroite.

Le chaînon des Sarrasins appartient encore à la zone houillère briançonnaise mais en constitue la marge orientale où toutes les couches sont renversées avec le flanc oriental d'un anticlinal de la Grande Montagne (a.gM). Cette marge briançonnaise orientale est tranchée en biais par le couloir tectonique d'Arrondaz, que limite du côté ouest la faille de La Clarée (f.Cl) et à l'estla faille des Acles (f.A), toutes deux presque verticales. Ce couloir forme la frontière tectonique avec le domaine des nappes piémontaises et ligures (en vert)

Les unités que l'on peut distinguer, à l'ouest du couloir d'Arrondaz et entre ses limites, sont des fragments des nappes qui avaient été empilées, puis qui furent plissées et renversées, avant d'être sectionnées par ces failles verticales.

version plus grande


aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache

Pas du Roc

Mont Brequin ; Orelle

Val Fréjus
Valmeinier

LOCALITÉS VOISINES

Grand Argentier

Neuvache ; Thabor ouest

versant N du Thabor

Haut Charmaix
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/11/16