Brévent, Aiguillette des Houches, gorge de l'Arve

extrémité sud du massif des Aiguilles Rouges, en rive gauche de la Diosaz

La vallée de Chamonix est séparée de celle de la Diosaz par le chaînon du Brévent, prolongement méridional de la chaîne des Aiguilles Rouges au sud-ouest du groupe de sommets qui culminent à l'Aiguille du Belvédère. La crête de ce chaînon est essentiellement le rebord oriental d'un glacis fortement incliné qui descend assez régulièrement vers la vallée de la Diosaz mais qui tombe par contre brutalement sur la vallée de l'Arve entre Chamonix et Les Houches. D'abord presque N-S, elle s'incurve vers l'ouest, au sud du col de Bel Lachat, pour courir presque horizontalement d'est en ouest depuis l'Aiguillette du Brévent jusqu'à l'Aiguillette des Houches.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité sud-occidentale du massif des Aiguilles Rouges vue du SW depuis le sommet du Mont Joly.
La vallée de l'Arve se coude à 90° pour franchir l'extrémité méridionale du massif en prenant la direction de la bande de terrains (principalement houillers) qui séparent les gneiss du Brévent et des Aiguillettes de ceux de Saint-Gervais (voir la page "Prarion").


Au sud du Brévent toute la lourde échine des Aiguillettes du Brévent et des Houches est formée de gneiss plaquetés plus ou moins migmatisés et de micaschistes ; ces derniers sont recouverts dans les pentes inférieures (au niveau du Plan de la Cry) par des grès et pélites du Houiller qui occupent là un fossé sédimentaire à peu près N-S qui détermine la vallon du Coupeau et se poursuit vers le nord jusqu'au débouché des gorges de la Diosaz.

Ces couches reposent plus à l'ouest sur les chlorito-schistes (attribués au carbonifère inférieur) de la gorge de l'Arve : elles masquent donc la surface de contact, anté-houillère, entre micaschistes et chlorito-schistes. Ce contact est cependant visible plus au nord, dans les gorges de la Diosaz, où il se montre vertical. La coïncidence de localisation entre cette limite dans les terrains anté-houillers et le fossé houiller du Coupeau porte à se demander si ce contact entre micaschistes et chlorito-schistes ne correspond pas à une faille qui aurait été active lors du dépôt des sédiments houillers, et aurait déterminé là un fossé d'effondrement.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Brévent, vu du sud depuis le Mont Corbeau (cliché original obligeamment communiqué par M. Matthieu Petetin).
hr = grès, schistes pélitiques et conglomérats du Houiller ; schl. = schistes chloriteux (carbonifère inférieur ?) ; mcs = micaschistes (gneiss à grain fin et débit en plaquettes) ; gneiss migm. = gneiss migmatisés (ayant subi un début de transformation en granite) ; gno = gneiss oeillés (granites écrasés ?) ; gr = granite de Servoz-Les Houches.
s.C = synclinal (ou graben ?) de Coupeau : il s'agit d'une structure hercynienne affectant le houiller qui reposait en discordance sur le contact N-S, sub-vertical, séparant les schistes chloriteux de Tête Noire des micaschistes des Aiguillettes.


Le relief du chaînon du Brévent et des Aiguillettes se révèle totalement indépendant de sa structure, comme en atteste le fait que les bandes de schistes cristallins de différentes natures y traversent obliquement crêtes et vallons sans en déterminer aucun. Ce glacis incliné vers le NW est clairement le résultat d'une érosion glaciaire due à la présence, vers la fin de la glaciation de Würm, d'une calotte glaciaire, inclinée vers l'ouest, qui devait surplomber le fleuve de glace occupant la vallée de Chamonix ...

On trouvera par ailleurs une abondance de détails sur l'occupation de la région de Chamonix par les glaciers quaternaires dans les sites Glaciers et climats et Géologie-Mont-Blanc

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la crête nord du Brévent
, vu du NW depuis les pentes du col d'Anterne.
noter l'étendue des surfaces aplanies par le rabotage glaciaire en aval du Lac Cornu.
f.A = faille (?) d'Arlevé (voir légende du cliché suivant)


image sensible au survol et au clic

Les pentes de la rive orientale de la vallée de la Diosaz, au droit de son coude, vues du sud-ouest, depuis l'Aiguillette du Brévent.
s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique : la surface du socle cristallin plonge régulièrement vers l'observateur et l'érosion n'a qu'égratigné la voûte du massif cristallin en ne la sculptant que d'entailles d'une profondeur modérée, de l'ordre de quelques centaines de mètres.
La grande dalle de gneiss qui porte les lacs noirs et Cornu et descend vers la vallée de la Diosaz est une forme de relief typique de l'érosion par les glaciers, qui ont lissé la surface qu'ils recouvraient en respectant les crêtes qui en émergeaient.
f.A = faille d'Arlevé (?) : cet accident, qui se manifeste dans le relief de façon très évidente, n'est indiquée sur aucune carte et dans aucun article et son tracé ne correspond à aucune bande de terrains particulière qui ait été répertoriée ...
Elle a une orientation N160 et apparemment un très fort pendage vers l'est. Elle franchit la crête du Brévent en déterminant le col du Brévent puis le couloir qui en descend sur Planpraz.


Au nord du Brévent le glacis des pentes descendant vers la Diosaz passe à un relief de courtes vallées en U, séparées par des arêtes rocheuses orientées presque E-W, qui ont dû être occupées par des glaciers de cirque lors de la fin du retrait wurmien. ...

Le site du Lac Cornu en est un excellent exemple, le lac occupant une cuvette de surcreusement glaciaire affectant un fond d'auge qui avait été creusé par un ancien glacier de cirque qui descendait au flanc ouest de l'Aiguille Pourrie. Le verrou qui retient le lac est armé par une bande d'amphibolites, incluse verticalement dans les gneiss migmatisés, qui affleure notamment en formant l'échine, orientée N-S, qui borde à l'ouest le diverticule septentrional du lac.

image sensible au survol et au clic

Le lac Cornu vu de l'E, selon l'axe de l'auge glaciaire (cliché original obligeamment communiqué par M. M. Petetin).
f.e et f.w sont les deux branches paralléles (et de même sens de rejet) de la faille que traverse le vallon


Les roches moutonnées situées plus en amont se montrent traversées, transversalement au vallon, par deux lignes parallèles d'escarpement, de hauteur métrique, ressemblant donc chacune à un muret, qui sont visiblement des miroirs de faille (cette cassure est bien figurée sur la carte géologique au 1/50.000°, mais ses particularités n'étaient pas indiquées : elles m'ont été signalées par Mr M. Petetin).

image sensible au survol et au clic

Détails de la double faille du lac Cornu, vue du nord
Le sillon qui longe le pied du miroir commence à se combler par une petit frange d'éboulis appuyée sur le miroir : cette dernière résulte visiblement de l'effritement de la crête de la lèvre droite, qui résulte de sa mise en saillie.


La surface du miroir de ces failles est très fraîche et la hauteur selon laquelle elle est dénudée varie assez peu sur toute leur longueur, ce qui témoigne d'une très faible attaque de l'érosion ; leur lèvre abaissée, située du côté amont, bute contre le miroir en déterminant un sillon : celui-ci ne résulte pas d'un dégagement par l'érosion d'un matériau qui aurait été plus "tendre", mais de ce que la surface topographique y a été abaissée. Ces deux caractères indiquent que ces cassures ont décalé la surface topographique quaternaire (préalablement rabotée par le glacier qui a occupé le vallon). Il s'agit donc de failles quaternaires (d'âge post-glaciaire) bien caractérisées.

 




Carte géologique simplifiée
(état provisoire)
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Cluses, Saint-Gervais et Chamonix

(Fiz ; Servoz)

Pormenaz ; Diosaz

Belvédère
(Platé) LOCALITÉS VOISINES Chamonix

Prarion

Contamines

Mont Blanc
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 30/10/16