Le Glacier Blanc

chaînons orientaux des Écrins (Barre Noire et Neige-Cordier)
l'essentiel concernant le sommet des Écrins est décrit à la page du versant occidental de la montagne (côté Vénéon)

Le magnifique amphithéatre montagneux du glacier Blanc est un des hauts lieux du massif des Écrins, dans lequel il occupe une place touristique comparable à celle de la Mer de Glace dans le massif du Mont-Blanc, avec cette supériorité que son accès n'a pas été "facilité" par des moyens mécaniques.

image sensible au survol et au clic

Le cirque du Glacier Blanc vu de l'est, depuis l'arête sud des Pics des Agneaux
La perspective ne permet pas de repérer les cassures qui traversent transversalement le bassin supérieur du glacier en séparant les bandes de gneiss de nature variable. On a indiqué approximativement le tracé du faisceau de fractures du Pic de Neige-Cordier (f.NC), qui a guidé lecreusement par la langue du glacier (et occasionné par conséquent le coude que ce dernier décrit entre les refuges du Glacier Blanc et des Écrins).


Sa structure géologique est caractérisée par le fait que la vallée glaciaire et les chaînons qui l'encadrent, les uns et les autres orientés E-W, recoupent orthogonalement plusieurs bandes de gneiss de diverses natures. L'entaille de la vallée n'est pas assez profonde pour mettre à nu le toît du pluton* granitique qui forme, plus au sud, le soubassement du Pelvoux.

image sensible au survol et au clic

La face sud du chaînon oriental de la Barre des Écrins et le débouché de la vallée du glacier Blanc vus du sud, depuis le sommet du Mont Pelvoux (Pointe Puiseux).
gran. = granite à grain fin du Pic Coolidge ; f.NC = faisceau de fractures N-S du Pic de Neige-Cordier ; f. = failles mineures à peu près N-S.
Il est difficile de reconnaître un thème structural quelque peu cohérent dans cette juxtaposition de compartiments assez dissemblables. Tout au plus peut-on voir s'ébaucher une disposition grossièrement anticlinale dont la voûte se situerait à la Barre Blanche.


La longue vallée qu'occupe le cours amont du Glacier Blanc est bordée du côté nord-ouest par une longue arête (la "crête du Glacier Blanc"), accidentée de sommets peu marquants, qui court, depuis le col des Écrins par la Roche Faurio jusqu'au Pic de Neige Cordier en tombant, du côté nord, sur le glacier de la Plate des Agneaux par des abrupts quasi-continus.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de la rive nord du Glacier Blanc
, vues de l'est depuis le sommet des Agneaux.
gn.L = gneiss de type Lavey (migmatisés) ; anat. = anatexites ; gn.amph. = gneiss amphiboliques.


On est là sur le flanc oriental de la voûte du pluton* granitique de la Bérarde, qui affleure dans les rochers du versant ouest du col des Écrins. Mais cette interface granite-gneiss s'abaisse assez rapidement vers l'est pour que l'érosion n'y soit pas parvenue à atteindre le granite en perçant la chape des gneiss (du moins pour ce que l'on en voit, car la glace qui occupe la vallée pourrait cacher des affleurements de granite...). L'essentiel de cette crête est donc constitué en prédominance de gneiss du type Lavey plus ou moins migmatisés ; en outre on y trouve, de ci de là, des zones plus granitisées (anatexites) et des passées amphiboliques, témoins probables de la partie haute de la couverture gneissique, qui sont en général délimitées par des failles orientées N-S.

À la Roche Faurio le petit appareil glaciaire qui couvre le versant sud de la crête est installé sur un panneau d'anatexites, allongé N-S et de largeur kilométrique, que limitent, du côté ouest, les gneiss de type Lavey de la Roche d'Alvau (c'est dans cette même bande rocheuse que, dans les abrupts nord de la montagne, se loge aussi le glacier de Tombe Murée).

Le Pic de Neige Cordier lui-même est également formé par un tel panneau d'anatexites qui se poursuit sur son arête nord jusqu'à la brèche de la Plate des Agneaux mais ne déborde guère à l'ouest du col Emile Pic et du glacier des Agneaux, qui en descend vers le nord : cette ligne de faiblesse, dans les abrupts qui tombent sur le vallon de la Plate des Agneaux, est déterminée par le passage d'un faisceau de failles qui prolonge vers le nord celui que suit le cours aval du Glacier Blanc.
L'on retrouve enfin plusieurs bandes de ces roches, toujours orientées N-S, sur la crête qui court jusqu'à la montagne des Agneaux
(voir le cliché du versant sud-ouest de cette montagne).

image sensible au survol et au clic

Le versant nord- occidental du Pic de Neige-Cordier, vu du NW, depuis le vallon des Cavales.
f.E ; f.W = faille orientale et faille occidentale du couloir de cassures de Neige Cordier (voir aussi la page "Agneaux")

Le Pic du Glacier Blanc et le Pic de Neige Cordier

vus de l'est - nord-est, depuis la Roche Chevalière (rive gauche de la Guisane en amont du Monêtier)
On voit ici leur face nord, qui domine le glacier dArsine : à droite l'arête nord du Pic de Neige Cordier ; en avant plan la Tête du Riéou d'Arsine. 



carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Saint-Christophe en Oisans

Soreiller

Grande Ruine

col d'Arsine
La Bérarde

LOCALITÉS VOISINES

Les Agneaux

Ecrins (versant Vénéon)

Glacier Noir

Clouzis
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16