La Rouite, Chaumette, vallon de la Pierre

Sources du Drac Blanc (de Champoléon)

Le cours supérieur du Drac Blanc (de Champoléon) est entaillé, jusqu'au fond de la vallée, au pied du Pas de la Cavale, dans les gneiss oeillés de Crupillouse qui forment les deux montagnes du Puy de la Chaumette - Puy Rivarol (voir la page "Sirac") et de La Rouite (du moins son soubassement) : ces deux crêtes secondaires, parallèles au thalweg, l'encadrent respectivement en rive droite et en rive gauche. Il se bifurque au Pré de la Chaumette (refuge du CAF) en deux vallons, celui de La Pierre au nord et celui des Rougnoux au sud (voir la page "Cavale").

image sensible au survol et au clic

La vallée supérieure du Drac de Champoléon, vue d'amont depuis le col de la Cavale (cliché original obligeamment communiqué par Mr. Daniel Cayron).
Concernant les rapports entre la faille de Clapouse (f.Cl) et la faille de Méollion (voir cliché suivant) on se reportera au dernier pragraphe de la présente page.


La montagne de La Rouite doit sa forme massive à ce que les gneiss oeillés y sont coiffés par un épais chapeau d'anciennes laves basaltiques (spilites*) d'âge triasique, formé de plusieurs coulées superposées. La succession stratigraphique s'y termine brièvement, par quelques témoins des couches de base du Nummulitique qui se raccordent, en continuité vers le sud, avec la succession plus complète de l'Aiguille de Cédéra.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de Prelles, vu du nord depuis le Puy de la Chaumette.
f.M = faille de Méollion ; ØP = chevauchement de Prelles.
Tirets rouges = interface cristallin-sédimentaire (surface de la pénéplaine anté-triasique) ; tirets jaunes = surface de transgression du Nummulitique. Ncg = couches de base (calcaires et conglomérats) de la succession nummulitique ; gn.L = gneiss de type Lavey migmatisés.


Le revers oriental de la montagne de la Rouite est marqué par une dislocation à pendage très redressé qui n'est autre que le prolongement septentrional de la faille de Méollion. Elle a pour effet de trancher les couches de la Rouite (y compris le Nummulitique) et de leur juxtaposer une succession de nature et de géométrie bien différente. En effet, du côté oriental de la faille, le cristallin qui supporte la série nummulitique de la Pointe des Estaris est formé de gneiss migmatitiques du type Lavey, analogues à ceux du Sirac.

Ces derniers reposent, sur le versant méridional du col du Cheval-de-bois, sur l'épaisse série jurassique du synclinal de Méollion par un contact tectonique qui correspond à la surface de cassure du chevauchement de Prelles, lequel s'avère être un accident anté-nummulitique (voir la page "Méollion").

image sensible au survol et au clic

La Rouite vue du sud-ouest, depuis le col de Méollion
Des lits d'argilites et de cinérites rouges séparent les coulées de spilites, qui sont disposées parallèlement à la surface de la pénéplaine anté-triasique. Noter le repos discordant des couches de base (conglomérats et calcaires) du Nummulitique, à cheval sur les spilites et sur leur substratum cristallin.
f.C = faille de Clapouse ; f.R = faille de la Rouite (sans doute jurassique ou même triasique) ; f.M = faille de Méollion ; ØP = chevauchement de Prelles.
Tirets rouges = interface cristallin-sédimentaire (surface de la pénéplaine anté-triasique) ; tirets jaunes = surface de transgression du Nummulitique. Nc = couches de base (calcaires et conglomérats) de la succession nummulitique.


Au col du Cheval de Bois le tracé de la faille de Méollion rejoint celui du chevauchement de Prelles (cf. page "Méollion") ; puis il se poursuit, toujours selon la direction du NE, jusqu'au fond du vallon de Méollion.

image sensible au survol et au clic

La Rouite vue du nord, depuis le Pas de la Cavale.
f.M = faille de Méollion ; f.s = faille satellite de la faille de Méollion ;
Tirets rouges = interface cristallin-sédimentaire (surface de la pénéplaine anté-triasique) ; tirets jaunes = surface de transgression du Nummulitique. Numm. inf. = couches de base (calcaires et conglomérats) de la succession nummulitique.


Le tracé de la faille de Méollion devrait alors, conservant son azimut N-NE, s'élever dans les pentes de la Crête des Bouchiers. Mais il n'y en a pas trace (voir la page "Cavale"). En fait c'est plus à l'ouest et en contrebas, dans les pentes des Goudemards de la rive gauche du vallon de La Pierre, que l'on observe la seule trace d'une surface de cassure ; elle y est jalonnée, selon un azimut NNW-SSE, par un alignement de petits affleurements triasiques (surtout des spilites) qui sont collés au cristallin de leur toît et reposent, à l'envers, sur le cristallin de leur "mur" : cette disposition ressemble tout à fait à celle du "chevauchement de Prelles" (ainsi d'ailleurs qu'à celle du "chevauchement" du Sirac) : on peut donc penser qu'il s'agit là du prolongement de ce dernier, décalé dans le sens dextre par la faille de Méollion (c'est d'ailleurs bien son sens de rejet).

Compte tenu de l'ampleur de son rejet et de sa longue continuité méridionale il est invraisemblable que la faille de Méollion s'amortisse subitement là. Cela oblige donc à considérer que, à la latitude du refuge de la Chaumette, l'unique tracé de faille observable réunit les deux tracés de la faille post-nummulitique de Méollion et du chevauchement anté-nummulitique de Prelles, ce qui suppose simplement que la première a fait rejouer le second.

On aboutit ainsi, plus haut dans le vallon de la Pierre, en un point où se rencontrent 3 failles de directions différentes (voir la carte géologique à 1/50.000°, feuille Orcières) : celle de Prelles (chevauchante vers le SE), celle de Clapouse, décrochante sénestre et celle de Chanteloube (qui rejoint la crête de ce sommet au col du Loup en Champoléon). Le fait qu'aucune ne recoupe les autres suggère qu'elles aient, dans un stade ultime, joué en corrélation, chacune avec se caractéristiques propres.

image sensible au survol et au clic

Le refuge de Chaumette, vu du sud, au débouché du vallon de La Pierre .
f.CL = faille de Clapouse (tracé caché derrière la crête) ; f.Ch = faille de Chanteloube (prolongement de la faille de Méollion) ; ØP = "chevauchement" de Prelles - Sirac.


1- La faille de Chanteloube présente justement la même orientation NNE-SSW que la faille de Méollion et se présente donc comme le candidat quasi évident au prolongement de cette dernière après son décalage en baïonnette par le tronçon chevauchant du vallon de La Pierre.

Au sujet de cette faille de Chanteloube, la carte géologique montre en outre qu'elle se poursuit, au nord du col du Loup, dans le versant oriental de la montagne, avec un pendage est assez marqué et un azimut SW-NE qui est toujours celui de la faille de Méollion. Son tracé atteint ainsi la faille de la Brèche de l'Amirée Bruyère, à l'ouest du piton 2908 de la Crête orientale de Malamort.
Au delà il rejoint le vallon des Bans 1,5 km à l'ouest d'Entre-les-Aigues et, à cet endroit, il est recoupé par l'extrémité sud-occidentale de la faille des Grésourières. Compte tenu du rejet dextre de cette dernière, cela en fait le prolongement de la faille de la Collette du Rascrouset, qui constitue sur la rive opposée, septentrionale, du vallon des Bans l'aboutissement méridional de la cassure majeure de l'accident d'Ailefroide (voir les pages "Vallon de la Selle", "Blanche-Rouya" et "Ailefroide").

En définitive divers auteurs avaient admis que le vallon de la Selle suivait le tracé d'une "faille du vallon de la Selle", d'ordre majeur (que la carte géologique "Orcières" trace d'ailleurs à la limite socle - couverture et qu'elle fait passer au col de Bouchiers).
En réalité l'examen du prolongement vers le nord de la faille de Méollion qui vient d'être fait ici conduit bien à considérer que cette dernière constitue le prolongement de l'accident d'Ailefroide. Mais le tracé de ce prolongement semble bien passer non pas au fond du vallon de la Selle mais 1,5 km à l'ouest (le bloc qui, par le jeu de ce décrochement, a coulissé vers le sud englobe le versant ouest de ce vallon avec les crêtes des Bouchiers, de Chanteloube et de Malamort oriental).

2 - La faille de Clapouse voit son tracé aboutir sous les éboulis du vallon de La Pierre avec une orientation presque E-W. Or il ne se prolonge pas vers l'est où il rencontre le chevauchement de Prelles, presque N-S (par lequel se prolonge ici la faille de Méollion). Compte tenu du caractère chevauchant de ce dernier on peut envisager que la faille de Clapouse y disparaisse en passant "en tunnel" sous ce chevauchement.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes fermant le Haut Champoléon, au nord de La Rouite, vues du nord-ouest, depuis le bas vallon de la Vallette.
Les tirets jaunes représentent la surface de discordance* de la base des couches nummulitiques (concernant l'astérisque rouge se reporter à la page "Cavale").
a.R = anticlinal du Rougnoux ; a.M = anticlinal du Martinet.
Les grosses demi-flèches blanches indiquent le mouvement de cisaillement qui affecte les abords de l'interface socle-couverture. Ce cisaillement est sans doute à l'origine du plissement du flysch nummulitique du fond du vallon de Rougnoux (les charnières de ce dernier ne sont pas représentées de façon symbolique mais avec leur dessin réel : voir aussi le détail de la crête du Martinet à la page "Estaris")..
ØP = "chevauchement" de Prelles : tronçon de cet accident décalé vers le nord par la faille de Méollion.

3 - Mais on peut aussi envisager que cette faille de Clapouse se branche là, en même temps, sur la faille de Chanteloube (prolongement de celle Méollion) en définissant avec elle un couple de cassures conjuguées* : en effet leurs rejets sont symétriques (respectivement sénestre et dextre) et elles délimitent le saillant vers le nord-est que dessinent, sur la carte, les limites du bloc des gneiss oeillés de Crupillouse (entre la Rouite et le Puy de la Chaumette) : on peut donc voir dans ce dernier un poinçon résistant, autour duquel s'est moulé, dans son avancée vers l'ouest, le compartiment des gneiss du Sirac. C'est ce dispositif que j'avais appelé, dans une note de 1979, le "coin" du Haut Champoléon (voir aussi la carte ci-après et la vue zénitale de page "Champoléon").

Ces deux failles sont sans doute connectées en outre à leur point de rencontre avec le tronçon des Goudemards du chevauchement de Prelles puisque la pointe de ce poinçon s'engage dessous dans le vallon de la Pierre : on peut donc penser que le jeu de ce tronçon chevauchant des Goudemards s'est associé à ceux des deux autres failles pour délimiter cette pointe, de sorte que les trois failles qui se rencontrent là semblent donc bien correspondre chacune à l'une des facettes de ce poinçon tectonique (on peut noter en outre que cette disposition indique que la pointe du poinçon avait tendance à s'enfoncer sous le cristallin affleurant de part et d'autre, plutôt qu'à s'avancer vers le NE à la façon d'une étrave, en cherchant à le chevaucher ou à le fragmenter en deux).

Voir les aperçus généraux sur la bordure orientale du Massif du Pelvoux et sur le Champoléon .

cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières

Morges

Le Sirac

vallon de La Selle
Crupillouse

LOCALITÉS VOISINES

Cavale ; Rougnoux

Cédéra

Méollion

(Estaris )
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 27/05/17