versant oriental du vallon de Navette, crête de Clapouse

la partie occidentale de la bande d'affleurements sédimentaires de Morges

Les rudes pentes de rive droite du vallon de Navette donnent accés aux alpages du Haut-Plan et de Lauplat. Ceux-ci sont installés sur les terrains argileux du "synclinal" de Morges et dominés du côté sud par les abrupts cristallins du Pic de Parières (marge septentrionale du massif de gneiss oeillés "de Crupillouse").

 Cette dépression structurale est en fait bien plus complexe qu'un simple synclinal ; mais surtout sa situation et sa structure suggèrent fortement qu'elle représente le prolongement sud-oriental de l'hémigraben du Désert-en-Valjouffrey et de la Vaurze. De fait on y observe la même structure fondamentale, avec une marge septentrionale où les couches sédimentaires reposent stratigraphiquement sur le socle cristallin et une marge méridionale où elles butent contre ce socle par une puissante faille sub-verticale, la faille de Clapouse, que son orientation met dans le prolongement de la faille du Désert-en-Valjouffrey. (voir la page "Valgaudemar")

image sensible au survol et au clic

Les vallons de Haut Plan et de Lauplat vus du nord-ouest, depuis la crête de Côte Grasse.
A la marge méridionale du "synclinal" de Morges le contact entre son contenu sédimentaire et le socle cristallin est très redressé. La base de la succession stratigraphique (Lias calcaire et Trias riche en spilites) y est présente mais elle y est biseautée et, par places, dilacérée par le jeu sénestre de la faille de coulissement du vallon de Clapouse. Sur le versant visible ici cette faille de Clapouse est partagée en deux branches :
f.Cs = branche principale, méridionale, à la limite cristallin - sédimentaire, qui s'amortit vers l'ouest (vers la droite) et f.Cn = branche annexe, septentrionale, qui redouble la base de la série sédimentaire, au col de Clapouse et jusqu'à un kilomètre à l'ouest (elle s'amortit alors dans les schistes du Domérien-Toarcien ou y passe à un accident chevauchant).
Plus au nord (gauche du cliché) le chevauchement de l'Aiguille de Morges (ØM), à vergence* sud-ouest (vers la droite) accidente le contenu du synclinal. L'épaisse série des schistes du Lias moyen-supérieur qui en forme le coeur semble également montrer des répétitions tectoniques mais elles y sont difficiles à repérer avec précision.
Le cirque des Pales que le torrent de Tempier saute en cascades est entaillé à l'extrémité occidentale de la cuvette synclinale, dont le contenu n'affleure plus au delà, même sur l'autre rive du vallon de Navette.


Le contenu de la cuvette synclinale s'atteint seulement en franchissant un puissant arc-boutant de cristallin, contre lequel les couches se redressent comme si elles butaient contre un mur N-S, presque orthogonal à la muraille cristalline qui limite la cuvette du côté sud. Cette disposition résulte certainement (mais d'une façon encore mal comprise) de l'entrecroisement de plusieurs directions de serrage.

image sensible au survol et au clic

La crête de Côte Grasse (fermant le cirque des Pales du côté nord) vue du sud, depuis les Prés de Lauplat
Cette crête est parallèle à la bordure septentrionale du "synclinal" de Morges. Pourtant on voit qu'elle coupe presque orthogonalement la succession des couches, que redouble en outre un chevauchement mineur (Ø).
Ceci est dû à ce que l'extrémité occidentale de la cuvette structurale à contenu sédimentaire subit ici un rebroussement assez violent, qui est d'ailleurs cause de ce qu'elle ne se poursuit pas dans les pentes de la rive ouest du vallon de Navette. Le redoublement de la succession s'avère correspondre, sur le revers septentrional de la crête, à une cassure subverticale dans le socle (il s'agit sans doute d'une paléocassure extensive jurassique déformée en chevauchement lors des compression ultérieures).

image sensible au survol et au clic

La crête occidentale de l'Aiguille de Morges vue de l'ouest, depuis l'échine du Grand Serre qui sépare les vallons du Verney Blanc (versant NW) et de la Parée (versant SW).
ØM : chevauchement de l'écaille de Morges ; ØcM = chevauchement du col de Morges.
Noter la monotonie d'aspect de ces schistes marno-calcaires, où les différents niveaux stratigraphiques ne se distinguent que par d'assez subtiles nuances : cela n'aide pas à suivre les surfaces tectoniques qui les redoublent ...


image sensible au survol et au clic

La crête de Clapouse et les ravins supérieurs du vallon de La Parée, vus depuis la crête du Grand Serre (à l'ouest de l'Aiguille de Morges).
ØcM = chevauchement du col de Morges ; ØcC =chevauchement du col de Clapouse ; f.Cl = faille de Clapouse.


image sensible au survol et au clic

Le versant oriental de la crête de Clapouse vu du rebord méridional des prairies du Vallon Plat (versant Champoléon).
ØM = chevauchement principal de l'Aiguille de Morges ; ØcM = chevauchement satellite, du col de Morges ; ØcC = chevauchement du col de Clapouse ; f.Cl = faille du vallon de Clapouse ; vers l'ouest (arrière gauche)qui redouble la base de la série sédimentaire au col de Clapouse.
Cette dernière cassure recoupe en biseau la précédente au débouché aval du Vallon Long, au creux duquel la barre du Lias calcaire de l'Aiguille de Clapouse se termine en sifflet (sur le cliché cet endroit est masqué par la crête herbeuse qui sépare le Vallon Long du Vallon Plat).

page encore en chantier !

voir l'aperçu général sur le Valgaudemar

cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Orcières

Vaurze

La Chapelle en Valgaudemar

Morges nord
Pétarel

LOCALITÉS VOISINES

Morges sud

Chaillol

Crupillouse

Haut Champoléon
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 14/11/16