Lauzanier (vallon et lacs)

le vallon qui fait communiquer l'Ubayette avec la Tinée

consulter aussi l'aperçu structural général sur les montagnes de l'Ubayette

Le vallon du Lauzanier est celui où l'Ubayette prend sa source (dans le Lac du Lauzanier). Mais son tracé forme un angle droit avec celui, NW-SE, du cours plus aval de ce torrent dans la vallée de Larche. En amont de ce coude cette vallée se prolonge, sans changer de direction, par un sillon rectiligne qui se termine, deux kilomètres en amont, au col de Larche. Si la vallée de l'Ubayette est clairement dirigée par l'organisation structurale par contre aucune structure tectonique ne semble être à l'origine de ce coude .

image sensible au survol et au clic

Le vallon du Lauzanier vu d'aval, du nord, depuis le vallon inférieur de l'Orrenaye.
Les bancs supérieurs des grès d'Annot (Ng) forment de belles dalles structurales en bord gauche du cliché et toutes les couches de l'autochtone plongent vers le nord pour s'enfoncer sous la nappe du Parpaillon (n.P) par l'intermédiaire de ØE = surface de base des nappes de l'Embrunais.
Cette nappe repose seulement ici sur un olistostrome* (Nol.) constitué de couches déposées lors de l'avancée de cette nappe. Ces couches comportent des panneaux de flysch noir briançonnais inclus dans une matrice schisteuse à blocs décimétriques.
En avant-plan le vallonnement du col de Larche coupe en biais l'extrême marge orientale des affleurements de la nappe du Parpaillon. Elle y est affectée de plis mineurs qui sont des replis secondaires (plis parasites*) des grands plis couchés de cette nappe. Le tracé du plan axial de l'un de ces plis (a.tR = prolongement probable de l'anticlinal de Terre Rouge) est souligné par une bande de schistes noirs de la formation du col de Vars (sCV).
Noter, à gauche, l'extrémité inférieure (en forme de langue) du glissement de versant du versant ouest de l'Enclause et, à droite, le tassement en vastes panneaux du versant de rive gauche de l'Ubayette.

De ce fait, contrairement à la partie plus aval du cours de l'Ubayette, le tracé de ce vallon est orthogonal aux grandes lignes de la structure régionale ce qui lui permet de traverser en totalité la nappe du Parpaillon et d'atteindre son soubassement autochtone.

image sensible au survol et au clic

Détail de la rive orientale du vallon du Lauzanier, au niveau où il est traversé par la surface de chevauchement des flysch de l'Embrunais. (cliché original obligeamment communiqué par M. M. Delamette)
La nappe du Parpaillon repose là sur l'autochtone par l'intermédiaire d'un coussinet qui comporte plusieurs lames imbriquées : du Dogger et des calcschistes néocrétacés appartenant à une écaille subbriançonnaises repose sur du flysch à helminthoïdes sans litage conservé qui est séparé des grès d'Annot (hors du cliché, à droite) par des schistes à blocs de la formation olistolitique du sommet des grès d'Annot.

C'est d'ailleurs dans les couches nummulitiques constituant le couronnement de la succession de ce dernier que sont installés les différents lacs qu'héberge la partie haute, plus reserrée, du vallon. C'est plus précisément, en amont de l'escarpement déterminé par la partie supérieure des Grès d'Annot que se situe le premier (Lac du Lauzanier).

image sensible au survol et au clic

Le lac et le vallon du Lauzanier vus d'amont, du sud-ouest, depuis le replat des Lacs des Hommes
Cette vue, orientée orthogonalement aux lignes structurales, montre combien la nappe du Parpaillon (en fait ployée par le synclinal de Meyronnes) est coincée entre la zone briançonnaise et l'autochtone (grès d'Annot, nummulitiques, du premier plan) dont on voit bien le pendage, proche de 30°, vers le nord (ØE = chevauchement de base des nappes de l'Embrunais).
La bande des schistes de l'unité de Serenne (u.S), qui s'intercale entre nappe du Parpaillon et zone briançonnaise, est masquée par les crêtes d'avant-plan, sauf dans l'axe du vallon (voir à son sujet la page "Orrenaye").
On distingue bien les contours du glissement de terrain qui affecte presque sur toute sa hauteur le versant ouest de l'Enclause (son matériel, très désorganisé, est remanié par des glissement secondaires qui se manifestent par des cicatrices claires).

La présence des deux lacs qui se succèdent dans le vallon est due à l'action du glacier qui l'a occupé au Quaternaire. On le reconnaît bien à ce qu'ils sont séparés l'un de l'autre par un verrou rocheux, correspondant au niveau stratigraphique plus résistant des calcaires nummulitiques. Ici cette résistance a été d'autant plus efficace que le pendage des strates, vers l'aval, faisait de ce niveau un arc-boutant contre lequel la pression des glaces s'effectuait selon le plan des couches, avant que le flux glaciaire les surmonte puis glisse en aval sur son dos.

image sensible au survol et au clic

Le Lac du Lauzanier, vu du nord.(cliché original obligeamment communiqué par M. M. Delamette)
Les calcaires nummulitiques (Nc) forment des dalles inclinées vers l'aval (voir le petit croquis). Ils ont constitué un verrou vis à vis du glacier qui a occupé le vallon. Au contraire les niveaux argilo-schisteux (Ns), surtout importants à la base des grès d'Annot (Ng) ont favorisé un surcreusement, en amont du second verrou constitué par les grès moins riches en lits argileux du sommet de la formation.

 

image sensible au survol et au clic

La partie supérieure du vallon du Lauzanier, vue du nord, depuis la Tête de Parassac.
= calcaires lités sénoniens ; Nc = calcaires nummulitiques ; Ng = grès d'Annot ; Nol = "schistes à blocs" et olistostrome du sommet du Nummulitique ; ØE = surface de charriage des nappes de l'Embrunais ; f.H = flysch à Helminthoïdes.
voir le versant opposé du Pas de la Cavale à la page "Fourches-Cavale"


image sensible au survol et au clic

La partie supérieure du vallon du Lauzanier vue du sud, d'avion, depuis l'aplomb du col de Pouriac.
Sén = calcaires lités sénoniens ; Ncg = conglomérats de base des calcaires nummulitiques (Nc) ; Ng = grès d'Annot ; Nol = "schistes à blocs" et olistostrome du sommet du Nummulitique ; tk = cargneules injectées le long du contact tectonique ; ØE = surface de charriage des nappes de l'Embrunais ; f.H = flysch à Helminthoïdes.

 

consulter l'aperçu structural général sur les montagnes de l'Ubayette


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Barcelonnette et Larche.

Carte géologique simplifiée des alentours du col de Larche
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074

Siguret

Tête de Fer

Orrenaye
(Empeloutier)

LOCALITÉS VOISINES

Argentera

(Bousiéyas Bonette)

(Cavale Fourches)

(Puriac, Cima delle Lose)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

  accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/06/18