La Reyssole, Tournoux, La Condamine-Châtelard

les gorges de l'Ubaye moyenne, entre Saint-Paul-sur-Ubaye et Jausiers

En aval de Saint-Paul-sur-Ubaye la vallée de l'Ubaye présente un nouveau tronçon rétréci, entre le Pas de la Reyssole à l'amont et le Pas de Grégoire à l'aval. Cela correspond au fait que le cours de cette rivière quitte le Briançonnais pour traverser la large bande de flysch à Helminthoïdes de la nappe du Parpaillon (avant de déboucher dans la fenêtre autochtone de Barcelonnette). La rivière a dû s'y entailler une gorge parce que les séquences gréso-calcaires de ce flysch sont moins faciles à affouiller que les terrains qui encadrent cette bande (ceux, formés de Terres Noires, de leur substratum autochtone, du côté aval, et ceux de la bande de flyschs argileux de l'Unité de Serenne du côté amont).

image sensible au survol et au clic

La vallée de l'Ubaye en aval du confluent de l'Ubayette cliché aérien pris de l'aplomb de Jausiers, en direction du nord-est
La disposition, transverse à la vallée, des barres rocheuses du Flysch à Helminthoïdes (visibles dans les zones dénudées) masque une structure de plis aplatis serrés et multiples (cf, exemples plus loin dans la page).
ØE = chevauchement des nappes de l'Embrunais sur le Briançonnais (cette surface plonge vers l'observateur) ; u.S = unité de Serenne ; u.Pp = unité du Parpaillon proprement dite, reployée par le synclinal de Meyronnes (s.M), dont les replis ne sont pas représentés. ØC = chevauchement de la Condamine.

Cela ne signifie pas que la nappe du Parpaillon soit imbriquée sous les unités briançonnaises mais résulte de ce que l'ensemble des nappes, ployé en anticlinal plus en amont (dans les gorges de la Haute Ubaye), est ployé là par le large synclinal de nappes de La Condamine (voir la coupe synthétique, à la page "Basse Ubaye"), qui est lui même affecté de divers plis secondaires.


Coupe du synclinorium de La Condamine, le long du cours de l'Ubaye ; dessin de Cl. KERCKHOVE, 2002 (légende retouchée).
TN = Terres Noires autochtones (fenêtre de Barcelonnette) ;.n.A = flyschs de la nappe de l'Autapie ; B = unités briançonnaises et sub-briançonnaises à la base de la nappe du Parpaillon (n.P).
u.S = unité de Serenne ; u.Pp = unité du Parpaillon proprement dite, ployée par le synclinal de Meyronnes (s.M), dont les plis mineurs sont représentés de façon purement symbolique. ØC = chevauchement de la Condamine.
sv = schistes versicolores, à la base des flyschs à Helminthoïdes (fH, fHg) et des schistes de Serenne (sS).


Le pli le plus oriental de ce synclinorium de La Condamine est le synclinal de Meyronnes, dont le plan axial passe à peu près au confluent Ubaye-Ubayette, à flanc des escarpements de la Tête de l'Homme.

- Son flanc oriental forme plus au NW des gorges de l'Ubaye la crête de la Tête de Cassoun et de vallon Claous (voir la page "col de Vars"); il est également entaillé plus au SE par la gorge aval de l'Ubayette en aval de Meyronnes.

La charnière du synclinal de Meyronnes
en rive droite de l'Ubaye, dans le versant sud-est de l'arête orientale de la Tête de Vallon Claous au dessus de la gorge de la Reyssole (orientation inverse de celle du cliché précédent).

vue du sud-est, dans l'axe du pli, depuis le Fort Lacroix (vallée de l'Ubayette à la hauteur de Meyronnes)


Le Pas de la Reyssole, par lequel la vallée de l'Ubaye s'échappe de la zone de reliefs mous du col de Vars et de Saint-Paul est un étroit goulet entaillé dans le bord oriental des affleurements de flysch à Helminthoïdes du Parpaillon. Ces couches sont verticales car elles appartiennent au flanc oriental du synclinal de Meyronnes.
En rive droite de ce défilé on voyait aisément, avant les travaux de protection de la route, que les dalles structurales des couches subverticales portent des figures de base de bancs sur leur côté amont, c'est-à-dire nord-oriental.


Le débouché aval du Pas de la Reyssole, en rive droite de l'Ubaye, vu d'amont, du nord-est (photo antérieure à la construction de la galerie de protection ...)
Les dalles structurales de flysch à Helminthoïdes montrent la face inférieure de leurs bancs. Plusieurs sont marquées de "figures de base de bancs" (moulages des creux du banc stratigraphiquement inférieur).
On voit des figures de diverses sortes (surtout des flute casts) et de toutes tailles. Certains petits flute casts, et notamment celui cerclé, permettent ici de déterminer, outre la direction du courant, également son sens.



Détail d'une dalle structurale de flysch à Helminthoïdes au Pas de la Reyssole, en rive droite de l'Ubaye (photo antérieure à la construction de la galerie de protection ...).
le cercle en tirets rouges attire l'attention sur le marteau, posé sur la dalle, qui donne l'échelle.

Cette dalle ne montre que de très fins "flute casts". Ils sont recoupés par un réseau de diaclases qui se répartissent, selon le schéma classique, en deux familles conjuguées (a et b), presque orthogonales.
Ces diaclases sont particulièrement visibles car elles sont remplies de filons de calcite : ceux-ci ont été mis en saillie par l'amincissement des bancs lors des étapes de déformation postérieures au remplissage de ces diaclases.
On remarque qu'elles affectent seulement un banc, sans doute particulièrement calcaire, et pas celui plaqué en avant : cela signifie que ce dernier, plus malléable, a dû s'aplatir sans se fragmenter.

Remarque complémentaire : La bissectrice de l'angle aigu d'intersection des deux familles de diaclases est une ligne inclinée à 25° vers la droite. Selon la théorie, elle correspond à la direction du raccourcissement, lors de la formation des diaclases. Compte tenu du fait que le banc a été basculé au flanc d'un pli d'axe N130 (évidemment postérieur à leur formation), cela permettrait de dire que le serrage qui a créé ces diaclases était à peu près E-W. Mais cela n'est vrai qu'en supposant que le transport de la nappe s'est fait sans pivotement. Or cette dernière hypothèse est improbable, d'autant plus que certains travaux tendent même à montrer que la direction de raccourcissement y a changé par pivotement en cours de déformation.

- Le flanc occidental du synclinal de Meyronnes est rompu par le chevauchement de la Condamine, accident secondaire qui individualise au sein du synclinorium une unité distincte, celle du Parpaillon proprement dite.

Cette surface de chevauchement, comme bien d'autres observables au sein de la nappe du Parpaillon, s'avère correspondre à un coeur d'anticlinal rompu et aplati. En effet elle est jalonnée de couches versicolores du sommet de la formation du col de Vars (celles-ci ne forment toutefois ici qu'un chapelet d'affleurements très discontinu, donc peu visible dans le paysage).

Enfin l'examen attentif des strates du flysch montre qu'elles sont affectées d'une multitude de plis plus mineurs, de tailles hectométriques à décamétriques et organisés de différentes façons : cette multiplicité des plis y est favorisée par la régulière alternance de niveaux argilo-schisteux et de bancs gréseux ou calcaires (voir à ce sujet la page mode de plissement).
Certains de ces plis sont des replis parasites de plis plus grands (ils sont souvent plus fréquents à la charnière de ces derniers) ; d'autres jalonnent des bandes plissées*, très peu obliques aux couches, qui traduisent le froissement de ces dernières le long de surfaces de cisaillement sans rupture : l'une de ces bandes de plissement traverse notamment la falaise qui domine le village de La Condamine.

image sensible au survol et au clic

Bande plissée par cisaillement sub-parallèle aux couches dans le flysch à Helminthoïdes de la falaise dominant La Condamine (entrée aval, rive gauche, du vallon du ruisseau de Parpaillon)
vue du sud, depuis la route de Sainte-Anne.
Ces plis sont vus ici à peu près dans leur axe, c'est-à-dire que ce sont des plis N-S, à déversement vers l'ouest.
Les tirets noirs correspondent aux limites ("épontes") de la bande ; deux charnières ont été dessinées en tirets rouges ; les demi-flèches indiquent le mouvement relatif des masses rocheuses séparées par la bande plissée : il s'agit d'un cisaillement sub-parallèle aux couches.

Détail agrandi de la vue précédente (partie centrale au sommet du cône d'éboulis qui descend dans les bois).

Cette vue montre le dessin exact des charnières, notamment aux limites supérieure et inférieure de la bande plissée. Il y apparaît que, de part et d'autre de cette bande, les bancs reprennent la même disposition, avec la même polarité haut-bas.

Cette bande plissée ne correspond donc pas aux replis d'un coeur anticlinal ou synclinal (ce qui serait le cas si la polarité des bancs était inversée d'une éponte à l'autre de la bande).
Elle résulte du froissement provoqué par un glissement relatif des deux compartiments extérieurs à ses épontes, selon un mouvement comparable à celui des deux compartiments d'une faille inverse.


Remarque complémentaire : Si l'on regarde l'affleurement dans son ensemble on en retire l'impression que les bancs sont plus épais dans la zone plissée que de part et d'autre. L'examen de l'agrandissement montre (notamment sur la charnière inférieure) que c'est l'épaisseur de chaque banc qui varie, entre ses parties où il est proche de la verticale (il y est épais) et celles où il se rapproche de l'horizontale (il s'y amincit).
Ce fait indique que, sans doute après la formation de ces plis, les strates de flysch ont été soumises à un aplatissement sub-vertical, aboutissant partout à un étirement selon le plan des couches, sauf à l'intérieur de la bande plissée, où l'écrasement était par contre orienté le plus souvent selon le plan des couches (redressées), provoquant leur épaississement.

image sensible au survol et au clic

un affleurement de flysch à Helminthoïdes calcaire, à petits bancs, au Pas de Grégoire, sur la D 900, 1,5 km en amont de Jausiers (le sud-ouest est à gauche).
L'examen attentif des couches, qui semblent de prime abord disposées parallèlement, révèle une charnière synclinale couchée (PA = plan axial du pli). On observe en outre la rupture du flanc supérieur (inverse) de ce pli par une surface de glissement (tirets cernés de noir), ce qui aboutit à une sorte de pli-faille* .



Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Barcelonnette et Embrun
consulter l'aperçu structural général sur lesmontagnes de la Basse Ubaye

(Crévoux)

col de Vars

Meyronnes
(Parpaillon)

LOCALITÉS VOISINES

Viraysse

(Barcelonnette)

(Jausiers, Lans)

Crête de Siguret
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

  accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 18/04/16