massif du Parpaillon

crêtes de partage des eaux entre Ubaye et Durance à l'ouest du col de Vars

Le groupe montagneux du Grand Parpaillon et du Grand Bérard se situe au point de rencontre de quatre crêtes qui séparent des vallons qui rayonnent dans les différentes directions de l'espace : vers le nord en direction de Crévoux, vers l'ouest en direction des Orres et vers le sud en direction de la Condamine-Chatelard. Ses deux principaux sommets, bien qu'atteignant respectivement 2990 et 3046 m, sont presque invisibles depuis les vallées avoisinantes car ils sont masqués par des cimes plus extérieures au cœur du massif, en dépit du fait qu'elles soient moins élevées.
Il est entièrement sculpté dans le flysch à Helminthoïdes de la nappe "du Parpaillon" (qui en tire évidemment son nom).

image sensible au survol et au clic

Le massif du Parpaillon vu de l'est depuis le sommet de la Viraysse (rive droite de l'Ubayette)


Du côté oriental les arêtes du Grand Parpaillon sont drainées vers l'Ubaye par le Riou Mounal, qui descend du col de Vars.

image sensible au survol et au clic

La dépression de Saint-Paul/Ubaye vue de l'est, depuis le sentier montant de Fouillouse aux lacs de Chambeyron.
Du côté ouest (arrière-plan) la dépression est fermée par les nappes de flyschs de l'Embrunais (nappe du Parpaillon) : SM = synclinal de Meyronnes ; ØpC = chevauchement secondaire de la digitation du Pic Crévoux ; f.P = faille du Peyron (prolongement septentrional présumé de la faille du Ruburent).


La marge orientale des affleurements de flysch à Helminthoïdes de la nappe du Parpaillon est affectée par un pli majeur, le synclinal de Meyronnes. Ce pli s'observe particulièrement bien depuis les abords du col de Vars (dans le revers nord de la crête de Miéjour), ainsi que dans les abrupts méridionaux de la Tête de Cassoun (arête est de la Tête de Vallon Claous) qui tombent sur la gorge de la Reyssole.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional du col de Vars, vu des crêtes du col de Mirandol (au sud-est de Saint-Paul-sur-Ubaye).
SM = synclinal de Meyronnes ; ØpC = chevauchement secondaire de la digitation du Pic Crévoux.
Les affleurements de l'unité du Pic Crévoux sont isolés par l'érosion en une assez vaste klippe qui est posée à l'endroit sur le flanc oriental, renversé, du synclinal de Meyronnes (voir aussi la page "col de Vars").


La charnière du synclinal de Meyronnes
en rive droite de l'Ubaye, dans le versant sud-est de l'arête orientale de la Tête de Vallon Claous au dessus de la gorge de la Reyssole (orientation inverse de celle du cliché précédent).

vue du sud-est, dans l'axe du pli, depuis le Fort Lacroix (vallée de l'Ubayette à la hauteur de Meyronnes)



image sensible au survol et au clic

Le col de Vars et les crêtes du Parpaillon vus du nord depuis les pentes de la Pointe de Chatelret
s.M = synclinal de Meyronnes (les abrupts de la Tête de Vallon Claous montrent des plis parasites de son flanc normal et la Tête de Cassoun appartient à son flanc inverse).

Au NE du synclinal de Meyronnes les reliefs mous de rive droite de la vallée de l'Ubaye (au nord de Saint-Paul-sur-Ubaye) correspondent aux affleurements de la large bande de flyschs argileux de l'Unité de Serenne**, dont le matériel rocheux, rattachable aux nappes de l'Embrunais, s'intercale là entre la base de la nappe du Parpaillon et les unités briançonnaises qui surgissent, plus en amont du cours de l'Ubaye, à la faveur d'un ample mouvement anticlinal (voir la page "Saint-Paul, Serennes").

 **N.B. Il semble parfaitement envisageable que l'unité de Serenne ne représente pas une entité tectonique indépendante mais soit seulement le soubassement stratigraphique de la nappe du Parpaillon. En effet il a été reconnu plus au nord (au col de Jaffueil, entre Eyssina et Pic de Chabrières) que des schistes de Serenne sont stratigraphiquement intercalés dans la succession de cette nappe, entre le flysch à Helminthoïdes et les schistes du col de Vars (voir la page "Vars ouest").


image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du massif du Parpaillon (extrémité nord de la crête de Miéjour) et la dépression de Saint-Paul-sur-Ubaye, vus de l'ouest, depuis le col du Crachet.
On se trouve là dans le flanc oriental, inverse, du synclinal de Meyronnes : de fait la disposition du flanc court qui sépare les deux charnières du pli mineur, en S, que dessine le flysch à Helminthoïdes est celle d'un repli "de flanc inverse" associé à une grande charnière synclinale ouverte du côté droit (SW) (voir le schéma des systèmes de plis en feuille de chêne*).


À la latitude du col de Vars le flysch à Helminthoïdes affecté par le synclinal de Meyronnes disparaît sous les schistes noir de l'unité de Serenne ; mais les molles pentes du col sont dominées du côté ouest par des abrupts de flysch à Helminthoïdes qui forment la Crête de l'Eyssina (dénommée par erreur "Pic Crévoux" sur les anciennes cartes).

image sensible au survol et au clic

La Pointe de l'Eyssina ("Crévoux Pic" des anciennes cartes) vue du sud-est, depuis le col de Vars.
Noter en premier plan les bourrelets du glacier rocheux (actuellement stabilisé et garnie de prairies), dont le plus frontal atteint le col de Vars même.
ØpC = surface de chevauchement de la digitation du Pic Crévoux : elle est constituée par le flysch à Helminthoïdes gréseux (fhg) de la klippe de l'Eyssina et repose sur les autres nappes de flysch de l'Embrunais (ici, sur les schistes noirs du col de Vars sCV, qui appartiennent à l'unité de Serenne).


Les escarpements de flysch à Helminthoïdes de la Crête de l'Eyssina, disposés à l'endroit, représentent l'extrémité nord-orientale du massif du Parpaillon.
Mais, bien que ce flysch à Helminthoïdes repose sur les schistes noirs qui affleurent au col de Vars, il s'avère ne pas en être la simple couverture stratigraphique, car il s'avance vers l'ouest en chevauchement sur les couches rompues et sectionnées du flanc inverse du synclinal de Meyronnes : il constitue en fait un lambeau flottant, isolé par l'érosion (une klippe*), d'une unité supérieure, la "digitation du Pic Crévoux", qu'il faut sans doute rattacher à la nappe du Parpaillon comme subdivision secondaire de cette dernière.


Coupe passant peu au nord du col de Vars (par C. Kerckhove, légèrement retouché)
ØE = surface de charriage des nappe de l'Embrunais ; s.M = synclinal de Meyronnes ; f.P = faille du Paneyron (prolongement de l'accident de Saint-Ours) ; ØpC = chevauchement de l'unité du Pic Crévoux.
"sVg" = niveaux gréseux de la pointe de Chatelret, intercalés dans les schistes du col de Vars.



Carte géologique simplifiée des crêtes entre Ubaye et Embrunais
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Embrun
consulter l'aperçu général sur l'Embrunais - Ubaye

Crévoux

Mayt, Vars-les-Claux

(col de Vars)
Les Orres

LOCALITÉS VOISINES

(Saint- Paul)

Boussolenc

Jausiers

(Condamine)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16