Grande Casse
versant oriental du col de la Vanoise

Cette splendide montagne, joyau de la Vanoise proprement dite, se présente sous des aspects assez différents, tantôt élégante, tantôt hargneuse, selon la face qu'elle offre au regard. Pour l'essentiel elle est constituée par une puissante et monotone succession de bancs de calcaires argileux du Lias "piémontais" caractéristiques de la nappe de la Grande Motte.

image sensible au survol et au clic

Le versant de Pralognan des pentes du col de la Vanoise vus du col de la Saulce (Petit Mont-Blanc)
Ce cliché montre la situation de l'ensemble rocheux de la nappe de la Grande Motte par rapport aux autres ensembles qui l'environnent (Vanoise septentrionale et Vanoise méridionale) et sa position, au coeur du synclinorium de Pralognan

ØGM = surface de charriage (présumée) de la nappe de la Grande Motte ; a.B = anticlinal du Bochor = flanc sud de l'anticlinal de Rossolin (voir page "Glières"); a.D = anticlinal du Dard (retombée nord-ouest de l'anticlinal du socle de la Vanoise méridionale).
Replis du synclinorium de Pralognan : s.G = synclinal de la Glière ; a.M = anticlinal du Moriond (et de l'Aiguille de la Vanoise) ; s.A = synclinal de l'Arcellin


Aux abords du col de la Vanoise cette épaisse succession de couches domine de toutes parts les couches plus récentes de la couverture du socle de la Vanoise méridionale et septentrionale dont la succession est très différente, puisque dépourvue de Lias et même, assez souvent, de Trias carbonaté. De ce fait elle semble constituer une puissante klippe* (épaisse de plus de 1000 m), posée, comme dans un berceau, au coeur du synclinorium de Pralognan - col de la Vanoise.

L'interprétation qui consiste à considérer que la Grande Casse est posée en klippe sur les couches du col de la Vanoise, bien qu'acceptée sans discussion d'une façon très générale, n'est pas sans poser cependant quelques questions. Telle est notamment celle relative au tracé de la surface de chevauchement de la nappe et donc de la base de la supposée klippe.
Cette question est abordée plus longuement, à propos du col de la Vanoise, à la page "Réchasse". Voir aussi la note accompagnat la carte en fin de page.

image sensible au survol et au clic

La face nord de la Grande Casse vue depuis le col de la Croix des Frettes.
Cette face de la montagne, dont la partie rocheuse est haute de 800 à 900 m, est entièrement entaillée dans les calcaires argileux du Lias de la nappe de la Grande Motte. On en distingue le litage régulier, recoupé orthogonalement par les multiples ravines verticales qui strient la face. La charnière de pli couché qui est indiquée est justifiée par la présence de Malm, renversé sous le Lias, en pied de falaise (affleurements masqués par la pointe des Vés) et la divergence d'inclinaison des traces des strates.
ØgM = tracé supposé du chevauchement de la nappe de la Grande Motte (entièrement masqué, soit sous le glacier soit derrière la crête de l'Épéna).
En premier plan affleurements "lunaires" de gypses et de cargneules, avec entonnoirs de dissolution encore remplis de neige, appartenant à la nappe des gypses.


Cette succession de couches, qui semble monoclinale dans la face nord, n'est cependant pas dénuée de replis, comme on le voit surtout dans la face sud-ouest de la montagne, à l'extrémité occidentale de ses abrupts, où la série se renverse même vers le sud-ouest dans leur partie basse et semble bien ainsi s'engager sous les replats garnis d'alluvions glaciaires du col de La Vanoise (voir la page "Réchasse").

image sensible au survol et au clic

La Grande Casse (versant ouest) vue depuis la Saulire
(téléphoto corrigeant toutes les déformations perspectives des vues trop rapprochées, notamment celles du chemin d'accès au col de la Vanoise).
comparer au croquis ci-après



croquis interprétatif (vu du Grand Marchet) d'après F. Ellenberger (1958)

On distingue également ces replis dans la face sud de la montagne. Mais on voit surtout, à l'entrée aval du vallon de la Leisse, que le socle de la Vanoise méridionale, garni de sa couverture (ici déjà très réduite), s'engage sous le matériel de la nappe. Le contraste est ici frappant entre la constitution de la nappe et celle de son autochtone relatif.

image sensible au survol et au clic

La face sud-est de la Grande Casse vue depuis la Pointe de Lanserlia.
Cette face de la montagne, haute de plus de 1500 m, permet d'apprécier l'énorme épaisseur des calcaires argileux du Lias de la nappe de la Grande Motte. Ils y affleurent en série continue, simplement ondulée, sans aucun redoublement tectonique, dans toute la moitié supérieure de la face, soit sur plus de 700 m. La tranche inférieure des abrupts est vraisemblablement en série renversée car tel est le cas sur l'autre versant de la montagne, mais la charnière de ce pli-couché (représentée avec des points d'interrogation) n'est pas clairement discernable.

L'autochtone relatif de la nappe de la Grande Motte est visible dans le bas du cliché, où il est mis au jour par l'entaille du vallon de la Leisse. Il est formé par les terrains siliceux du socle de la Vanoise méridionale, que ne recouvre qu'une mince pellicule de terrains sédimentaires.
N.B. : Concernant le contact tectonique "ØgM(?)", dessiné à la base des abrupts, on pourra en savoir plus en se reportant aux remarques formulées, à la page "Réchasse". Conformément à ces remarques on notera ici que, dans le vallon de la Leisse, la bande de marbres du Malm au dessus duquel il est sensé passer peut tout aussi bien représenter le flanc inverse étiré d'un pli-couché.

 

Plus en amont dans le vallon de la Leisse, les couches de la nappe de la Grande Motte forment toute la barrière d'abrupts de la rive droite, jusqu'au Plan des Nettes (voir la page "Leisse")

L'autochtone relatif, avec son socle cristallin, forme la rive gauche du vallon à l'ouest des Rochers de Pierre Brune, la crête de ces derniers appartenant aussi à la nappe de la Grande Motte.


 



Carte géologique simplifiée des abords de la Grande Casse

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

 N.B. La surface présumée du charriage de la nappe de la Grande Motte devrait théoriquement séparer les domaines où le Lias est absent de la série stratigraphique (au sud-ouest du col de la Vanoise) de ceux où il est présent (au nord-est du col de la Vanoise). Mais au nord-ouest du vallon de la Leisse il ne semble pas possible de localiser, entre ces deux domaines, un accident tectonique qui corresponde à une surface de charriage avérée (c'est par contre le cas plus au sud-est au "Rocher du col" = Pointe de Pierre Brune).


plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud

Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


aperçu général sur la Vanoise
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Moûtiers et Tignes

Grand Bec

Vallaisonnay

Pramecou
Pralognan

LOCALITÉS VOISINES

Grande Motte

Grand Marchet

Réchasse

Vallon de La Leisse
.

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/16