Montagnes de la Glière et de l'Épéna
entre le Grand Bec et la Grande Casse : sources du Doron de Champagny

En rive gauche des sources du Doron de Champagny le prolongement oriental de la crête du Grand Bec prend un relief particulièrement déchiqueté à partir du col du Tougne : il s'y termine avec les arêtes aériennes de la Glière et de l'Épéna qui sont constituées par la couverture sédimentaire de la partie la plus orientale du socle cristallin de la Vanoise septentrionale.

La hardiesse de ces arêtes tient d'abord à ce qu'elles sont formées de couches qui sont proches de la verticale, du fait de leur situation le long de la retombée méridionale de la coupole de socle cristallin de la Vanoise septentrionale. En outre ces couches sont particulièrement massives et résistantes puisque formées soit par les quartzites triasiques (Grande Glière) soit par les marbres du Malm (Pointes de l'Épéna).

A/ Le versant méridional de ces crêtes (celui visible depuis Pralognan) montre, de fait, que la couverture "autochtone" du socle cristallin de la Vanoise septentrionale y plonge à la verticale, et même un peu au-delà, en formant le flanc nord du synclinorium de Pralognan (voir la page "Pralognan"). On y constate en outre l'amincissement, d'ouest en est, et même la disparition par places, des calcaires et dolomies triasiques. Ceci est attribuable aux effets d'une tectonique extensive locale d'âge jurassique, dont témoigne d'ailleurs une paléofaille des Glières, qui est cachetée par le Jurassique supérieur.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de la Glière,
vues du sud, depuis les pentes de La Réchasse.
Les couches antérieures au Malm sont décalées par la paléofaille des Glières (f.G : indiquée en rouge), qui ne décale pas les couches du Malm du pied de falaise (c'est-à-dire les plus hautes de la succession, puisque celle-ci est renversée). Les couches du Malm et du Crétacé supérieur y sont fortement reployées en plis très aplatis de sorte que les marbres chloriteux (cs) y affleurent en lanières étroites.
s.G = synclinal de La Glière et du col de la Grande Casse.
En avant-plan l'aiguille de la Vanoise est formée par le Malm de l'anticlinal du Moriond (repli anticlinal du coeur du synclinorium de Pralognan).
ØgM = tracé entièrement masqué sous les glaciers et/ou leurs moraines qui est en définitive le seul envisageable pour la surface de charriage de la nappe de la Grande Motte (voir la page "col de la Vanoise").


b/ Le versant septentrional de ces crêtes correspond aux escarpements de rive gauche de la vallée supérieure du Doron de Champagny. À l'ouest de la Grande Glière ils sont formés presque en totalité par le socle cristallin de la Vanoise septentrionale qui arment le chaînon du Grand Bec. Sur toute sa longueur le pendage des termes successifs de ce matériel siliceux paléozoïque se montre beaucoup plus fort que l'inclinaison de la pente topographique. Il en résulte que ses couches s'y succèdent depuis les plus récentes jusque aux plus anciennes lorsque l'on s'éloigne de la crête vers le bas du versant. Enfin le pied de ce versant correspond à la partie tout-à-fait amont de la vallée du Doron, laquelle suit sensiblement la limite nord-orientale de ces affleurements de socle.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la crête Grand-Bec - Glière
(rive gauche du haut Doron de Champagny), vu du nord depuis les ruines des Caves (peu en aval du refuge de Plaisance).
Le petit croquis noté "s0" symbolise la disposition des couches du socle cristallin et de leur couverture sédimentaire.
M = lame de marbres de La Mande (Malm probable, car associée à des calcschistes chloriteux) ; Pzs = micaschistes supérieurs du socle paléozoïque.

Deux faits marquants concernent cette limite nord-orientale du socle du Grand Bec dans la partie amont de la vallée du Doron de Champagny.

- Le premier est que la surface qui lui correspond sectionne en biais les termes successifs de l'épaisse lame rocheuse qui constitue le chaînon du Grand Bec, de sorte que cette dernière s'effile progressivement d'ouest en est. Cela la conduit à se terminer en sifflet à son extrémité orientale, où elle ne constitue plus que la Pointe de Rosolin.

- Le second est que, dans sa partie située en amont du hameau du Grand Chalet, cette surface met directement en contact les divers niveaux du socle cristallin (en succession renversée) avec le matériel (essentiellement liasique) de la nappe de la Grande Motte. Ce fait présente un caractère a priori paradoxal puisque les principaux affleurements de ce dernier domaine sédimentaire s'observent essentiellement du côté opposé du chaînon Grand Bec - Glière, où ils constituent le chaînon de la Grande Casse.

L'explication de cette contradiction apparente repose sur l'analyse des abords de la Pointe de Rosolin. On y voit en effet que la surface de contact entre les deux ensembles rocheux y dessine une forte ondulation, que l'on peut appeler l'antiforme de Rosolin, raccordant deux flancs sub-verticaux passant l'un, au nord, aux Caves de la Plagne et l'autre, au sud, au col de la Grande Casse (voir la page "col de la Vanoise").
Le cœur paléozoïque de ce pli, d'orientation axiale E-W, disparaît en tunnel en s'enfonçant vers l'est, par plongement axial, sous le matériel de la Grande Motte des Rochers de Pramecou. Or cette surface ne correspond pas à un anticlinal affectant aussi le matériel du socle puisque elle tranche au contraire les strates de ce dernier selon un angle tel que le sédimentaire liasique qui garnit le flanc nord de cet antiforme de Rosolin y repose sur des micaschistes disposés à l'envers. Il s'agit donc d'une surface qui était oblique aux couches avant d'être tordue (l'origine de cette géométrie peut sans doute prêter à diverses interprétations : voir la page "tectonique de la Vanoise").

image sensible au survol et au clic

Le versant nord du chaînon de la Glière et de l'Épéna : vue de l'ouest depuis le col de la Becquetta (versant oriental du Grand Bec).
ØGM = surface de contact (par charriage ?) entre le matériel de la Grande Motte et celui du Grand Bec (qu'elle sectionne en biais) ; af.R = antiforme de Rosolin, dessiné par cette surface (son axe plonge fortement vers l'arrière-plan).
Pzs.s = partie supérieure (micaschistes noirs) du socle cristallin du Grand Bec.
s0 = surfaces de strates (leur disposition dans l'espace est symbolisée par un petit schéma)

A la faveur de l'antiforme de Rosolin les affleurements du Lias de la nappe de la Grande Motte (qui forment aussi la Grande Casse) contournent ainsi par l'est (en rive droite du vallon de Pramort) les crêtes de L'Épéna et la Pointe de Rosolin puis se poursuivent, par la crête herbeuse des Eysserandes, jusqu'au plan des Glières.

image sensible au survol et au clic

L'entaille de la vallée du Doron de Prémou (sources nord-orientales du Doron de Champagny) dans le versant septentrional de la Grande Motte, vue de l'ouest, depuis le chalet des Gardes (rebord sud-oriental du plateau des Barmés)
Les rapports des replis de Pramecou avec la masse liasique du cœur de l'unité de la Grande Motte sont schématisés par le dessin d'une charnière reployée : cela fait bien apparaître que ces replis sont ceux de la charnière anticlinale par laquelle l'unité de la Grande Motte se renverse sur le socle de sa bordure NW, par l'intermédiaire d'une charnière synclinale prolonge celle du col de la Grande Casse (voir la page "Grande Casse").
On a noté "all. gl." les alluvions récentes, datant du petit âge glaciaire (crêtes morainiques soulignées de bleu clair).


Plus au nord-ouest la surface du socle siliceux du Grand Bec se montre encore couverte par un dernier affleurement de matériel liasique. Situé au niveau du chalet de La Motte, il déborde en rive gauche du Doron de Champagny et y revêt l'aspect d'un chevron rocheux clairement plaqué sur les dalles de micaschistes des pentes inférieures des Plattières. Plus en aval, à partir du hameau du Grand Chalet, le talweg du Doron ne s'inscrit plus que dans les micaschistes du socle cristallin (cf. carte en fin de page).

image sensible au survol et au clic

Les pentes inférieures de la Roche du Tougne (versant oriental du Grand Bec) vues de l'est, depuis les abords des Caves (vallée du Doron de Champagny).
Pzs = partie supérieure du socle paléozoïque ; M = lame de Malm de La Mande ; LBr = brèches à ciment marbreux des Plattières (Lias inférieur ?), plaquées en chevron en bas de pente de rive gauche et déterminant en rive droite le petit verrou de La Motte (les glaciers anciens y ont laissé la trace de leur passage sous forme de belles roches moutonnées*).

Plus à l'ouest de ce point et de la Roche du Tougne la surface supérieure du socle cristallin supporte plusieurs affleurements sédimentaires dans ses pentes déjà élevées du plateau suspendu de la Saulire (voir la page "Grand Bec"). Mais ils ne descendent pas vers le bas jusque à atteindre le lit du Doron et sont de nature différente puisque constitués de Malm et de Crétacé supérieur reposant à l'endroit sur le socle cristallin. Tout ceci plaide pour y voir le prolongement, en rive gauche du Doron, de la couverture, adhérente au socle, du soubassement du massif de Vallaisonnay. En particulier l'étroite bande de ces couches qui en descend dans les pentes de la Mande semble tout-à-fait comparable à celle qui descend verticalement le long du flanc sud-est de l'anticlinal de Vallaisonnay (voir la page "Vallaisonnay").

Il est donc remarquable que, depuis la Pointe de Rosolin jusqu'à la Sauvire (voir la page "Grand Bec"), des couches mésozoïques, disposées d'ailleurs à l'endroit, affleurent en placages sur le versant nord-oriental du chaînon du Grand Bec. Or les couches paléozoïques de ce dernier (sur lesquelles les premières reposent) sont subverticales ou renversées, mais disposées avec leur base vers le nord-est, c'est-à-dire en polarité stratigraphique absolument inverse. Cette géométrie cartographique, très intrigante, est simplement attribuée, sur la carte géologique au 1/50.000 Moûtiers, à la prolongation de la surface de charriage de la nappe de la Grande Motte, laquelle est explicitement tracée, plus à l'est (jusque à Rosolin) sur la feuille Tignes.

Pour rendre compte de la géométrie paradoxale de ce secteur des environs de La Glière on peut envisager une première explication : elle consisterait à y voir un chevauchement d'ouest en est qui serait maintenant renversé et dont le bord frontal correspondrait au biseau qui sectionne la lame de socle à Rosolin. Ce chevauchement pourrait se poursuivre plus au NW par le Collet de la Becquetta, puis par le Plan des Gouilles, pour se raccorder à celui de Mio en rive NE du Doron (voir la page "Champagny").

Mais il ne semble pas y avoir beaucoup d'arguments de terrain pour étayer la présence d'un tel accident compressif. En effet, autour du Plan de la Glière, ce contact peut tout aussi bien correspondre à un simple repos stratigraphique des couches du Lias sur celles du socle. Cette hypothèse est d'autant plus envisageable qu'en plusieurs points (notamment à La Motte) on trouve, entre les calcaires argileux du Lias et les schistes cristallins, une brèche marbreuse à éléments dolomitiques. Une autre explication paraît dès lors envisageable, savoir que ces couches jurassiques se seraient déposées en onlap sur une surface de paléofaille extensive sectionnant en biais la dalle de socle du Grand Bec avant qu'elle ait été basculée vers le SW (voir la page "Tectonique de la Vanoise").

En tous cas, force est donc de constater que l'interprétation des rapports entre la nappe de la Grande Motte et les autres unités paraît tout-à-fait incertaine dans ce secteur (comme dans d'autres d'ailleurs ...) et qu'elle mériterait d'être ré-envisagée à la lumière de nouvelles recherches ...

Du côté nord du vallon du Doron de Champagny (en rive droite à l'ouest du Grand Chalet) il est difficile de savoir jusque où exactement se poursuivent les affleurements de la nappe de la Grande Motte et ceux de la nappe des Gypses car ils y disparaissent sous une énorme masse d'alluvions glaciaires dont la crête forme le rebord du plateau des alpages de La Plagne et des Barmés. Le dessin cartographique de ce corps sédimentaire quaternaire, concave vers le sud-est autour des plans alluviaux de la Glière et de Pramort, montre qu'il s'agit d'une ancienne moraine latérale de rive droite du glacier de Prémou, d'âge sans doute fini-wurmien (ou remontant peut-être seulement au "Petit âge de glace" ?).

aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers

Carte géologique simplifiée des abords septentrionaux de la Grande Casse

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074

 N.B. : Sur cette coupure de la carte on n'a représenté la surface du charriage de la nappe de la Grande Motte par un trait gras que sur ses limites nord et est. En effet du côté ouest cette surface devrait théoriquement limiter le domaine où affleure du Lias se rattachant à la nappe de celui où les couches sédimentaires reposent sur le socle cristallin. Mais nulle par il ne semble possible de reconnaître, entre ces deux domaines, une limite qui corresponde à une surface de charriage avérée.


plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud

Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges

Grand Bec

Vallaisonnay

Pramecou
Mont Bochor

LOCALITÉS VOISINES

Grande Motte

Pralognan

Col de la Vanoise

Grande Casse
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 14/08/21