Roc de la Pêche, Aiguille des Corneillets
crêtes de rive gauche du Doron de Chavière entre les Prioux et Ritord

Le Roc de la Pêche est le nom global d'une longue arête rocheuse qui court, au sud du Petit Mont-Blanc, depuis le col du Mône jusqu'à l'Aiguille des Corneillets ; il a été rendu célèbre par le déchiffrement exemplaire de la succession stratigraphique qu'y a effectué F.Ellenberger dans les années 1950.

Cette crête est sculptée presque entièrement dans des calcaires et des dolomies triasiques dont les niveaux successifs ont été analysés et beaucoup datés. Ses falaises orientales (qui dominent le vallon du Doron de Chavière) montrent que ces couches sont disposées selon une belle succession stratigraphique simple, régulière et même très facile à lire à distance.
image sensible au survol et au clic
Les abrupts orientaux de la crête du Roc de la Pêche vus de l'E-NE, depuis le col de La Valette.
f.wC = faille occidentale de la cicatrice de Chavière ; f.EC = faille orientale de la cicatrice de Chavière.
"DM" = barre calcaire du Dogger et du Malm (non différenciés).


croquis interprétatif, montrant la succession stratigraphique de l'unité du Roc de la Pêche dans les abrupts du Roc de la Pêche, d'après F. Ellenberger (1958), simplifié.
An = calcaires anisiens ; Ld = calcaires et dolomies ladiniennes ; JBr = brèches du Jurassique ; Jm = Jurassique moyen ("Dogger") ; Js = Jurassique supérieur ("Malm") ; c = marbres chloriteux (Néo-Crétacé) ; Gy = gypses du Trias supérieur.

Ces couches appartiennent structuralement à une "unité du Roc de la Pêche" dont la succession stratigraphique se complète par du Jurassique et même des marbres chloriteux néo-crétacés qui affleurent au pied des abrupts, ce qui en fait une succession briançonnaise de type "classique".

En fait la disposition de ses couches passe d'un pendage vertical, au plus haut de la crête, à des pendages vers l'ouest plus faibles, ce qui lui fait décrire un pli synforme* aux dépens de couches globalement renversées. Cette géométrie s'explique en considérant que cette unité a subi, comme celle plus méridionale du Lac Blanc (qu'elle recouvrait initialement par imbrication tectonique), un enroulement (déversé vers l'est) par l'anticlinal des Eaux Noires (voir la page "Lac Blanc") : sa partie qui nous a été conservée par l'érosion correspond en fait au seul flanc inverse de ce pli.

image sensible au survol et au clic
Les abrupts orientaux de l'Aiguille de Chanrossa vus de l'est, depuis le point coté 2395 sur la crête d'Ariande (sud du cirque du Génépy).
a.EN = anticlinal des Eaux Noires (il affecte également l'unité du Roc de la Pêche) ; u.lB = unité du Lac Blanc ; ØcR = chevauchement du Col Rouge ; a.C = anticlinal transversal (basculé vers l'est) des Corneillets ; s.C = synclinal transversal (basculé vers l'est) des Corneillets ; c.Ch. = compartiment intercalaire de la "cicatrice de Chavière", compris entre les deux failles f.wC (= faille occidentale) et f.EC (= faille orientale).
"DM" = barre calcaire du Dogger et du Malm (non différenciés).

Du côté oriental l'unité du Roc de la Pêche est juxtaposée au bombement de socle de la Vanoise orientale par l'intermédiaire d'une bande de terrains sédimentaires, coincée le long de la cicatrice de Chavière, qui court dans le bas versant de rive gauche du Doron. Cet accident tectonique majeur, de largeur seulement hectométrique dans ce tronçon de son tracé, s'y limite le plus souvent à des pointements discontinus de cargneules, qui le jalonnent en émergeant des formations superficielles quaternaires ; plus au nord la bande d'affleurements que l'on peut lui rapporter se dilate, au contraire, pour englober la masse des gypses du Petit Mont Blanc.

À l'extrémité méridionale de ce chaînon (entre la Motte et Ritord) les couches du versant oriental de l'Aiguille de Chanrossa sont en outre affectés par le repli en S des Corneillets. Son synclinal et son anticlinal, plutôt déversés vers le NW, ont des axes presque W-E, donc très obliques à la ligne de crête du chaînon et à la vallée du Doron de Chavière, et plongent fortement vers le NE : ils sont .

image sensible au survol et au clic

L'Aiguille des Corneillets et le col Rouge, vus du sud-ouest depuis le Pas des Eaux Noires.
ØcR = chevauchement du col Rouge ; a.C = anticlinal des Corneillets ; s.C = synclinal des Corneillets (ces deux plis sont transverses à la crête et leurs axes, NE-SW, pendent fortement vers l'est).

L'unité du Roc de la Pêche se termine immédiatement au sud de l'Aiguille des Corneillets, où elle est tranchée transversalement par le ravin descendant du Col Rouge : ce dernier suit la bande de cargneules qui jalonne la surface de chevauchement du Col Rouge par laquelle l'unité du Roc de la Pêche recouvre tectoniquement celle du Lac Blanc.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive gauche du Doron de Chavière, vues du col de Chavière (cliché original obligeamment communiqué par M. Pierre GIDON).
a.EN = anticlinal des Eaux Noires ; ØcR = chevauchement du Col Rouge ; c.Ch = accident principal de la cicatrice de Chavière.
L'unité du Roc de la Pêche dessine un repli anticlinal-synclinal des Corneillets (a.C/ sC) qui est vu ici presque perpendiculairement à son axe (orienté NE-SW).

Le versant occidental de la crête du Roc de la Pêche est drainé par la partie supérieure du vallon de la Grande Val (voir la page "Petit Mont Blanc"), lequel culmine au col de Chanrouge, mais il en est séparé par un contrefort latéral constitué par l'Aiguille du Rateau.

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du Roc de la Pêche, vu du NW depuis le col de la Platta (au nord du refuge de Merlet)
(cliché original obligeamment communiqué par M. H. Widmer).
ØRt = chevauchement du Rateau ; ØcR = chevauchement du Col Rouge


Les calcaires triasiques de ce petit sommet sont ployés en un synclinal du Rateau, plongeant vers le nord (avec un cœur de marbres chloriteux et de flysch noir affleurant dans le haut de la Combe du Rateau). Les couches de son flanc oriental sont coupées en biseau et séparées des calcaires triasiques inférieurs de la crête de la Pêche par une faille injectée de cargneules, le chevauchement du Rateau, qui court parallélement au pied de ces derniers jusqu'à rejoindre, au sud de l'Aiguille des Corneillets la bande de cargneules du chevauchement du Col Rouge.


image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la crête sud du Roc de la Pêche, vu du NW depuis les pentes orientales du Roc Merlet.
ØRt = chevauchement du Rateau ; ØcR = chevauchement du Col Rouge ; s.Rt = synclinal du Rateau ; a.C = anticlinal des Corneillets ; s.C = synclinal des Corneillets (ces deux plis sont transverses à la crête et leurs axes, NE-SW, pendent fortement vers l'arrière gauche).

 

aperçu général sur la Vanoise


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Modane


Carte géologique simplifiée des montagnes
entre l'Aiguille du Fruit et le Doron de Chavière
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus au nord-est
plus au sud-est
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


Aig. du Fruit

Petit Mont-Blanc

Vallette
Méribel, Vallon des Allues

LOCALITÉS VOISINES

Génépy

Mont Coua

Eaux Noires

Fond d'Aussois
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant

 accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 6/06/20