Allos, Roche Grand

rive gauche (orientale) de la vallée supérieure du Verdon en aval de La Foux

La localité d'Allos se situe en rive gauche (orientale) de la vallée du Verdon, dans une zône déprimée relativement ouverte, à la convergence de plusieurs torrents, au pied sud de la Roche Grand, sommet secondaire qui constitue l'éperon le plus méridional de la montagne du Cheval de Bois. L'agglomération du village s'étend entre les débouchés des thalwegs de deux torrents affluents de rive gauche, celui de Bouchier et celui de Chadoulin.

image sensible au survol et au clic

La dépression d'Allos et les montagnes des sources du Verdon, vus du SE depuis le sommet des Graus (cliché original obligeamment communiqué par Mr. A. Dufour).
éc.3E = écaille des Trois-Évéchés ; ØPe = surface de chevauchement de la nappe du Pelat sur l'autochtone (à droite) et sur la partie occidentale de la nappe de l'Autapie (à gauche de Roche Grand) ; a.Cl = anticlinal de Clignon ; a.V = anticlinal des Villards ; Les tirets roses indiquent la surface de chevauchement de l'écaille par-autochtone de Bouchier.
cm = crétacé "moyen" (Aptien à Cénomanien) ; all. gl. = alluvions glaciaires ; ebt = éboulement de La Clapière de Bouchier.


Alors que la montagne du Cheval de Bois appartient à la nappe du Mont Pelat, les pentes de la vallée du Verdon, autour du village, sont entaillées dans les couches surtout marneuses du Crétacé "moyen" de la succession autochtone.
Les couches plus calcaires du Crétacé inférieur affleurent sur les deux rives en aval du village, à la faveur d'un anticlinal de Clignon dont le lit de la rivière perce la voûte à peu près selon son axe. Elles sont également mises à nu dans les deux boutonnières* anticlinales ouvertes plus à l'est par les torrents de Bouchier et de Chadoulin, dont les lits orientés NE-SW coupent un même anticlinal des Villards, d'axe orthogonal, NW-SE, ainsi que dans deux autres petites boutonnières ouvertes par le torrent de Bouchier, en amont de ce village.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Verdon, immédiatement en amont d'Allos, vue du SE depuis la vallée du Verdon en aval d'Allos.
ØPe = surface de chevauchement de la nappe du Pelat (digitation du Cimet) ; cs-fc = calcschistes (Néocrétacé-Éocène) et flysch calcaire (Priabonien) ; Øp = amortissement vraisemblable du chevauchement par-autochtone de La Foux.


Les plis qui affectent le Crétacé inférieur ne sont pas aigus et même assez largement ouverts. Par contre les niveaux marneux du Crétacé moyen sont affectés de plis couchés : on peut penser que ces derniers ont été créés par entraînement, lors du passage des nappes mais ils semblent plutôt associés aux chevauchements par-autochtones qui affectent à la fois les marnes de l'autochtone et les diverses couches des nappes (voir la page "Cheval de Bois").

image sensible au survol et au clic

Détail du versant sud du plateau de Montgros, vu du sud depuis les abords du Seignus.
Les couches, à prédominance marneuse, de la partie haute de la succession autochtone sont redoublées à la faveur de replis couchés (dans lesquels s'amortit sans doute le chevauchement parautochtone de La Foux).


Les pentes qui dominent l'agglomération d'Allos du côté oriental s'élèvent en direction la Tête de Prachastel. La ligne d'escarpements qui porte ce sommet est formée par les calcaires du Crétacé supérieur.
Ces derniers semblent à première vue constituer le simple couronnement normal de la succession autochtone, mais en fait plusieurs observations montrent que c'est là une vue beaucoup trop simplificatrice :

a) la succession est incomplète vers le haut car ces calcaires ne sont couronnés que par une mince bande de calcaires et de grès nummulitiques, qui s'effile et disparaît vers le nord. Plus haut les pentes de la Tête du Vallonnet sont formées par les couches néocrétacées et nummulitiques de la nappe du Pelat : on peut penser que c'est la mise en place de cette dernière qui a raboté la partie supérieur de la série autochtone ; mais cette interprétation n'est pas la seule envisageable car le charriage a pu se faire sur une série déjà amputée par le haut, ce qui est envisagé par l'hypothèse d'un collapse dénudant la partie haute de l'autochtone (voir la page "soubassement des nappes") ;

b) Les couches des pentes inférieures de Prachastel ne forment pas une série continue mais sont affectées à deux niveaux par des cassures à faible pendage pentées en direction du NE :
- la plus haute passe à peu près au sommet de la zone colonisée par la végétation ; elle fait affleurer une lame de calcaires du Crétacé inférieur qui y repose sur les marnes albiennes : c'est donc un chevauchement ;
- la plus basse passe à peu près au niveau des villages des Brecs ; elle correspond à une bande de marno-calcaires cénomaniens intercalée entre les marnes albiennes ; plus au nord, au niveau de Bouchier cette bande est bordée du côté SW par une bande de flysch noir qui se rattache à la base de la nappe du Pelat : cette dernière est donc pincée sous un chevauchement qui peut être qualifié de par-autochtone puisqu'il affecte à la fois nappe et autochtone ;

c) Enfin cette lame de crétacé inférieur n'est séparée du Sénonien des escarpements que par une apaisseur anormalement faible de marnes albiennes, ce qui suggère un étirement tectonique entre Sénonien et Albien.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Verdon à la latitude d'Allos, vue du SW depuis le sommet de l'Autapie (cliché original obligeamment communiqué par M. H. Widmer).
De haut en bas :
d.Ci = digitation du Cimet (nappe du Pelat) ; d.tR = digitation de Tête Ronde (nappe du Pelat) ; d.LA = digitation du Lac d'Allos (nappe du Pelat) ; ØPe = surface de chevauchement de la nappe du Pelat ; é.Pr = écaille parautochtone de Prachastel : é.B = écaille parautochtone de Bouchier.
csf = flysch néocrétacé du Bachelard ; fgc = flysch gréso-calcaire ; ci = Crétacé inférieur calcaréo-argileux.


Du côté sud du torrent de Chadoulin, les pentes de sa rive gauche s'élèvent jusqu'à la montagne des Graus, qui cache le cirque du Lac d'Allos (que draine ce torrent).
Comme en rive droite du torrent de Chadoulin, les escarpements du versant occidental de cette montagne des Graus mettent à nu une série de couches qui semblent à première vue être disposées parallélement et en succession normale mais qui est en réalité formée par un empilement assez complexe de lames d'épaisseur pluri-hectométrique, séparées par des surfaces tectoniques faiblement pentées vers l'est.

L'analyse de la structure complexe de cette montagne fait l'objet de la page "Roche Cline"

 


Carte géologique simplifiée des montagnes du Haut Verdon.
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Allos.

sources du Verdon

col d'Allos

Cheval de Bois
Autapie

LOCALITÉS VOISINES

Mont Pelat

Chalufy

Colmars

Roche Cline
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

accueil VERDON

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 15/07/17