La Giettaz, vallons des sources de l'Arrondine

du revers SE du col des Aravis à la haute vallée de l'Arly

Le village de la Giettaz se situe au pied du col des Aravis, à la limite des pentes d'alpages installées sur le talus des Terres Noires qui longe le pied des crêtes du chaînon des Aravis et des bosses boisées installées sur les couches plus calcaires du Jurassique moyen (lesquelles occupent tout l'intervalle le séparant de la vallée de l'Arly).

La simplicité de cette disposition générale est toutefois altérée par des complications tectoniques de détail :

1/ À l'ouest de La Giettaz les abrupts de la longue crête qui mène, depuis le col des Aravis jusqu'au Mont Charvin, par les sommets de la Pointe de Merdassier et de L'Étale sont formés par la partie haute (Crétacé - Nummulitique) de la succession stratigraphique. Ils sont traversés en biais par un système de failles extensives à pendage vers le sud qui s'amortissent au niveau de la combe d'alpages des Terres Noires et n'affecte pas le Jurassique moyen qui arme les ressauts boisés qui supportent cette combe. Les couches de cet âge représentent le flanc normal de l'anticlinal de la Giettaz qui est un pli majeur couché vers l'ouest ; elle dessinent pratiquement à l'emplacement du village la charnière anticlinale de ce pli dont le plan axial est d'ailleurs penté faiblement mais gfranchement vers l'ouest (c'est ce que l'on désigne sous le nom de "tête anticlinale plongeante" et cela résulte d'un basculement du pli postérieurement à sa formation).

image sensible au survol et au clic

le versant est du chaînon des Aravis méridionales, en rive droite (occidentale) de l'Arrondine, vu du nord-est, depuis la Tête de Ramadieu (Croise Baulet), à l'est de la Giettaz
f.G = faille de la Goenne ; f.E = faille de l'Étale ; f.M = faille de Merdassier ; f.A = faille des Aravis ; a.G = anticlinal de la Giettaz.


2/ Au nord de la Giettaz l'affluent de l'Arrondine qui descend depuis le col des Aravis donne une coupe pratiquement orthogonale aux couches de la succession stratigraphique du rebord oriental du chaînon des Aravis. Ces couches sont presque uniformément pentées vers le nord-ouest, conformément au fait qu'elles appartiennent au flanc oriental du grand synclinal de Serraval.

On peut remarquer que dans cette portion du chaînon la succession stratigraphique des abrupts du crêt des Aravis est assez plus ou moins amputée vers le haut (le Sénonien et le Nummulitique ne forment nulle part l'arête, contrairement à ce qui a lieu que sud du col des Aravis). Du côté ouest les sommets les plus proches du col des Aravis (Aiguille de Borderan, Les Parrossaz) sont encore formés d'Urgonien. Plus au nord-est la dalle urgonienne est de plus en plus fortement ébréchée et la crête elle-même (Grande Balmaz, Roualle, Tête Pelouse) est alors sculptée dans les calcaires argilo-siliceux de l'Hauterivien.

image sensible au survol et au clic

Le vallon amont de l'Arrondine, au nord du col des Aravis vu du sud-ouest, depuis le sommet de la Croix Cartier (rive droite du cours inférieur de l'Arrondine).
s.cB = synclinal de Croise Baulet ; a.G = anticlinal de la Giettaz ; s.T = synclinal du Torraz (voir explications complémentaires en fin de page). 

Les seuls accidents tectoniques qui affectent ce monoclinal sont des cassures extensives orientées NW-SE et pentées d'environ 45° vers le sud - sud-ouest. Bien que leur rejet soit très modeste (environ 100 m pour la plus importante, la faille du vallon des Torchères), ce sont elles qui ont visiblement guidé le travail de l'érosion lors de l'ouverture des combes du versant nord-ouest (voir la page "Paccaly" et voisines) car elles s'y inscrivent en suivant sensiblement le tracé de ces failles.


Le revers oriental de la crête des Aravis à la latitude de la Grande Balmaz, vue de l'est, depuis le sommet du Mont de Vorès (Beaufortain septentrional), par dessus les reliefs mous des collines jurassiques de rive droite de l'Arly.
f.T = faille extensive du vallon des Torchères.


Par leur orientation et leur sens de rejet ces failles apparaissent à l'évidence comme les représentants les plus septentrionaux du système de cassures extensives du Charvin et de l'Étale. Sur l'ensemble de ce faisceau de cassures le rejet décroît régulièrement d'importance depuis la faille de la Goenne (qui a le plus fort rejet) jusqu'à celle de Tête Pelouse, où le rejet n'est que pluri-décamétrique. Il est clair que cela traduit un amortissement progressif des effets de cette extension, du sud-ouest vers le nord-est, à partir de l'accident majeur du système qui est la faille de la Goenne.

  image sensible au survol et au clic

Le chaînon des Aravis à l'est de la Giettaz (rive droite de l'Arrondine), vu du nord-est, depuis l'épaule 2194 sur l'arête sud-ouest de Croise Baulet.
f.R = faille de la Roualle ; f.P = faille de Pelouse ; ØM = chevauchement de la Mias.

Le cours supérieur de l'Arrondine, en amont de la Giettaz, occupe une combe monoclinale orientée SW-NE, déterminée par les Terres Noires ; le cours du torrent s'encaisse toutefois quelque peu dans les couches supérieures du Bajocien.

À l'extrémité septentrionale de la Combe de l'Arrondine, à l'aplomb du Col de Niard intervient une complication qui se manifeste par le redoublement de la barre tithonique de La Miaz. Ce petit sommet accessoire, situé en contrebas de la crête principale des Aravis, fait précisément saillie en liaison évidente avec ce redoublement qui résulte d'une cassure de chevauchement qui pend modérément vers le sud-est, le chevauchement de la Miaz. Une construction géométrique simple montre que ce dernier doit se prolonger, à l'est du col du Niard, dans le soubassement de la montagne de Croise Baulet (en contrebas du chevauchement de Croise Baulet).

Cette disposition est très similaire à celle qui s'observe plus au nord-est, aux Quatre Têtes, mais il n'est cependant pas due à la même cassure. En effet le chevauchement de la Miaz est bien une faille analogue à celle du chevauchement d'Areu mais elle passe un peu plus haut dans l'édifice rocheux et elle est dotée d'un moindre rejet (il s'agit donc sans doute d'un accident satellite de ce chevauchement majeur).

On peut se demander pourquoi la barre tithonique n'est pas redoublée dans les vallons situés plus au sud-ouest et plus au nord-est : c'est que l'érosion qui les a creusé, en faisant reculer la ligne de falaises vers l'ouest, y a enlevé tout le Tithonique du compartiment chevauchant, qui n'est conservé , en une véritable petite klippe*, que sur la crête plus saillante joignant les sommets de l'Ambrevette et de Croise Baulet en passant par le col de Niard.

image sensible au survol et au clic

Les abrupts nord-orientaux de La Miaz vus de l'est, depuis le plateau des Bénés (pentes de Cordon)
ØM = chevauchement de La Miaz. Le terme "Tith. inf." désigne l'ensemble inférieur de la barre tithonique (= Kimméridgien - Séquanien).
On a souligné certaines des charnières des crochons de chevauchement (synclinales dans le compartiment chevauché et anticlinales dans le compartiment chevauchant).


Sur le versant nord du piton rocheux de la Miaz l'entaille du ravin qui descend du Passage de la Grande Forclaz donne une coupe presque E-W qui montre bien la géométrie de cet accident tectonique : elle met notamment en évidence les crochons* de chevauchement qui affectent le Tithonique aussi bien dessus que dessous la surface du chevauchement.

3/ A l'est de La Giettaz cette combe est séparée de la vallée de l'Arly par un système de grosses bosses boisées qui culmine à la Tête du Torraz (voir le premier cliché de la présente page) : elles constituent le prolongement structural de celles de la Croix Cartier et du Treu, en rive occidentale de l'Arrondine).

Dans ces reliefs n'affleurent que des couches du Jurassique moyen, ce qui s'explique par le fait que leur succession y est répétée plusieurs fois par un dispositif en plis couchés déversé vers l'ouest, qui prolonge d'ailleurs celui qui s'observe sur la rive opposée (à l'ouest) de la vallée de l'Arrondine (page "Flumet").

image sensible au survol et au clic

Les hauts vallons des environs de la Giettaz, vus du nord-est, depuis le Petit Croise Baulet.
a.G = anticlinal de la Giettaz ; s.T = synclinal du Torraz ; a.E = anticlinal de l'Essert. On peut présumer que la charnière du synclinal de Flumet affecte les couches du fond du ravin du torrent de Jaillet.
autres commentaires tectoniques plus bas dans la page.



Le pli le plus occidental est l'anticlinal de La Giettaz, qui s'avère être le plus élevé de cet empilement. Son coeur (assez aplati) de schistes argileux aaléniens est largement mis à jour dans les pentes supérieures drainées par les ravins affluents des deux rives de l'Arrondine, entre La Giettaz et Flumet. Par contre son flanc normal est ici largement enlevé par l'érosion : il n'est partiellement conservé que dans la haute combe de l'Arrondine, en amont de la Giettaz notamment à Croise Baulet (par contre il est assez largement conservé à l'ouest des gorges de l'Arrondine depuis le Treu, par la Croix Cartier, jusqu'à Praz Véchin). Son flanc inverse est percé par le lit du torrent, jusqu'aux Terres Noires du cœur du synclinal de Flumet.

  image sensible au survol et au clic

La rive orientale de la vallée inférieure de l'Arrondine, vue de l'ouest, depuis la Croix Cartier (suite vers la droite du paysage du premier cliché de la présente page).
a.G = anticlinal de la Giettaz ; s.T = synclinal du Torraz ; a.E = anticlinal de l'Essert ; s.F = synclinal de Flumet.
Noter les charnières de replis secondaires qui affectent ces deux derniers plis.
Les cœurs liasiques des anticlinaux de la Giettaz et de l'Essert correspondent certainement aux bandes de calcaires de cet âge (non représentées sur le cliché) qui affleurent à mi-hauteur des pentes qui descendent vers l'Arly depuis le Mont de Vorès (voir la page "Vorès").

L'observation d'ensemble des détails de cette structure montre que ce pli est en définitive l'élément central d'un système de plis multiples reployés "en feuille de chêne"* ; les autres éléments, plus mineurs, de ce système "anticlinorial" sont le synclinal de Croise Baulet sur le flanc normal (supérieur) et l'enchaînement du synclinal de la Torraz et de l'anticlinal de l'Essert sur son flanc inverse (c'est à la faveur de l'existence de ces deux replis que les Terres Noires sont mises au jour, en fait, à deux reprises dans le fond des gorges de l'Arrondine).

Les plans axiaux de ces plis parasites de tous ordre de dimension sont, tout comme celui du pli principal, pentés fortement vers le nord-ouest, ce qui aboutit à donner l'impression de plis déversés vers le sud-est, ce qui est fallacieux puisque la succession est renversée. Cette disposition résulte certainement de ce que ces plis, qui avaient originellement des plans axiaux modérément pentés vers le sud-est, ont été basculés sous l'effet du bombement anticlinal du socle de la chaîne de Belledonne, lequel est intervenu bien après le plissement de sa couverture.


Coupe simplifiée du revers oriental de la chaîne des Aravis en rive gauche (nord-est) de la vallée de l'Arrondine.
CB = chevauchement de Croise Baulet, affectant le synclinal de Croise Baulet, lui-même affecté de replis de second ordre.
Les demi flèches indiquent le déplacement relatif (cisaillement) de la couverture par rapport au socle cristallin.
Les plans axiaux des plis "en feuille de chêne"* résultant sont en outre basculés vers l'ouest, ce qui résulte du bombement anticlinal dessiné par la surface du socle de la chaîne de Belledonne (marge sud-est de la coupe).
Le profil de Croise Baulet, situé nettement plus au nord-est, a été surajouté pour faire comprendre les relations entre les structures de ces deux transversales : l'anticlinal de la Giettaz apparaît ainsi comme le prolongement vraisemblable, vers le sud-ouest de l'anticlinal d'Arpenaz de la coupe de l'Arve (voir la page "Croise Baulet").


  On trouvera à la page "val Montjoie" des commentaires et un schéma concernant les rapports entre les structures du chaînon du Mont Joly et celles du revers oriental des Aravis.
 Aperçu d'ensemble sur le chaînon méridional des Aravis


Carte géologique très simplifiée des alentours de La Giettaz
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
Carte géologique à consulter
: feuilles Annecy-Ugine et Saint-Gervais


La Clusaz

Paccaly

Croise Baulet
L'Étale LOCALITÉS VOISINES (Megève)

Mandallaz

Flumet, Arly

Praz sur Arly
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/04/17