Faverges, Cons, Marlens

Entre Bauges et Aravis : la cuvette de Faverges

Au sud de l'extrémité méridionale du lac d'Annecy, le massif des Bornes est séparé de celui des Bauges par une plaine alluviale à fond plat qui est un élargissement affectant la partie sud-orientale de la "Trouée d'Annecy - Ugine" (voir la page "Lac d'Annecy"). Cette vallée n'est pourtant parcourue par aucune rivière importante. Elle est occupée par des marécages à l'ouest de Faverges et simplement drainée du côté oriental par le ruisseau de la Chaise qui se poursuit jusqu'à Ugine, où il rejoint le cours de l'Arly au débouché aval des gorges de cette dernière rivière. C'est donc une sorte de vallée morte dont la section abrupte des flancs trahit un évident modelage par le passage des langues glaciaires qui ont d'ailleurs surcreusé, plus au nord-ouest, l'emplacement occupé par le lac d'Annecy.

  image sensible au survol et au clic

La partie moyenne de la Trouée de Faverges - Ugine vue d'enfilade, de l'ouest, depuis la montagne du Charbon
f.A = faille de l'Arcalod

L'élargissement de la vallée, à ce niveau de son cours, a une cause structurale qui est le fait qu'elle coupe là, en biais, une structure majeure des massifs subalpins septentrionaux qui est le synclinal de Serraval. La cuvette de Faverges est limitée par deux rétrécissements qui correspondent l'un comme l'autre au franchissement de la barre ds calcaires urgoniens des flancs du pli, tandis que la zone élargie correspond au fait que l'érosion a affouillé les terrains moins résistants du cœur du pli, en grande partie constitués par les grès et schistes argileux du Nummulitique. Pour être complet il faut ajouter que ce cœur de pli héberge des terrains d'âge jurassique supérieur et crétacé inférieur qui y sont parvenus par charriage à partir d'un domaine plus oriental, dit "ultrahelvétique" (voir la page "ultrahelvétique").

image sensible au survol et au clic

La trouée de Faverges vue du sud-ouest, d'avion depuis l'aplomb de la Sambuy.
s.S = synclinal de Serraval ; f.A = faille d'Arcalod ; f.S = faille de Serraval ; d.sR = décrochement de Saint-Ruph ; d.B = décrochement de Bouchasse ; d.cB = décrochement de Crêt Brulé (voir page "Cons nord") ; d.M = décrochement de Marlens.
ØM = surface de chevauchement des nappes médianes ; ØuH = surface de chevauchement des unités ultrahelvétiques.
Cette perspective montre d'enfilade, dans son axe, le synclinal de Serraval, mais on n'a pas détaillé les complications variées de son contenu et de ses flancs (à ce sujet voir les pages Montmin, Arclosan, Serraval, Sulens, et Mont Charvin).

- Au nord de Faverges la trouée tranche l'extrémité méridionale du chaînon de la Tournette (Chauriande) en donnant une coupe assez spectaculaire des plis qui l'affectent (voir la page Forclaz -Montmin). Aux abords nord de Faverges même elle est plus précisément constituée par l'éperon rocheux du Solliet et du Roc de Viuz : celui-ci est armé par l'Urgonien du flanc occidental de Serraval, et surtout par les calcaires nummulitiques qui le garnissent du côté est, ces terrains étant là brutalement affaissés par rapport au Jurassique de Vésonne par le faisceau de cassures associé à la faille N-S de l'Arcalod.

- Entre Saint-Ferréol et Marlens, la trouée s'élargit passagèrement, en gagnant surtout sur sa rive sud. Cela est lié à ce qu'elle y traverse le cœur du synclinal de Serraval, où les couches essentiellement marneuses du flysch Nummulitique n'ont offert qu'une faible résistance à l'érosion : elle les y a affouillées au point que l'on n'en voit pratiquement plus d'affleurements, ceux-ci étant cachés sous les alluvions fluviatiles quaternaires.

Dans les pentes dominant ces deux localités le versant nord de la trouée donne une splendide coupe du contenu allochtone* du synclinal . Elle montre que les couches nummulitiques supportent là des terrains d'âge jurassique et crétacé inférieur, qui sont donc charriés : ils forment une klippe composite centrée sur le village de Serraval.

- Entre Marlens et les Rippes la trouée se resserre pour traverser en cluse la barre urgonienne, puis les raides pentes de l'Hauterivien du flanc oriental du synclinal de Serraval. En fait cette partie rétrécie est comprise entre deux cassures de caractère différent : à l'ouest le décrochement de Marlens prolonge le décrochement de Saint-Ruph qui débouche des Bauges à Seythenex ; il biseaute les terrains de l'une et l'autre de ses deux lèvres et il est bordé par deux lames étirées (crétacé ultrahelvétique au NW et flysch nummulitique au SE) ; à l'est la faille de La Goenne est une faille extensive d'importance régionale (voir la page "Charvin").

La vallée s'évase ensuite dans les couches du Jurassique moyen et inférieur, jusqu'à Ugine, où elle rejoint le sillon subalpin, réduit là à une combe monoclinale assez étroite, à l'ouest des reliefs cristallins dont la voûte arrondie est décapée en rive gauche de la basse vallée de l'Arly.

Le versant sud de la trouée de Faverges - Ugine ne montre pas la belle coupe naturelle de celle de son versant nord, car l'axe du synclinal de Serraval s'y relève vers sud, ce qui a pour résultat que son contenu allochtone ultrahelvétique est presque totalement enlevé par l'érosion. Les témoins de ces terrains ultrahelvétiques (les plus méridionaux des Alpes) se cantonnent aux buttes de marnes et calcaires jurassiques qui bordent la plaine alluviale, aux abords nord-est de Cons-Sainte-Colombe (voir la page "Cons - Marlens").

image sensible au survol et au clic

La partie orientale de la Trouée d'Ugine, au niveau de Marlens, vue du nord, depuis la route D.162, menant au col de L'Épine (hameau de Bessoudes, dominant Marlens)
f.A = faille de l'Alpettaz ; s.T = charnière principale du synclinal de Tamié (ici couché vers le NW) ; d.cB = décrochement du Crêt Brulé ; ØUH = chevauchement des unités ultrahelvétiques.
Les pentes de la montagne de la Dent de Cons appartiennent au flanc nord-est, modérément penté, du synclinal de Serraval (qui se prolonge en arrière-plan par les pentes de la Sambuy. Le coeur de nummulitique de ce pli supporte le matériel ultrahelvétique charrié (Jurassique supérieur et Crétacé inférieur) qui affleure à Ombre et dans les pentes du col de l'Épine (extrémité droite du cliché), où ses couches dessinent d'ailleurs un pli fortement déversé.


Ces collines sont essentiellement formées par des calcaires du Jurassique supérieur mais ces couches reposent en contact tectonique sur le Crétacé ou sur le Nummulitique dans les pentes occidentales de la crête de la Dent de Cons. En fait elles appartiennent aux unités ultrahelvétiques, qui occupent à partir de cette latitude le cœur du synclinal de Serraval et reposent par charriage sur les chaînons subalpins qui arment ses flancs. En rive sud de la trouée de Faverges ce n'est qu'ici qu'elles n'affleurent, mais elles se développent beaucoup plus largement en rive nord, autour de Serraval.

Les affleurements de flysch nummulitique autochtone du coeur du synclinal se poursuivent dans les basses pentes de la Dent de Cons jusqu'aux abords de Frontenex, mais ils disparaîssent plus au sud, enlevés par l'érosion qui a mis à nu la dalle, pentée vers le nord, des calcaires nummulitiques et qui entaille même leur soubassement de Sénonien, voire d'Urgonien, dans les thalwegs et dans les pentes dominant Seythenex (voir la page "Seythenex").

 



Carte géologique très simplifiée des montagnes au nord de la Trouée de Faverges
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
Carte géologique à consulter : feuille Annecy-Ugine

Montmin

Serraval

Charvin
(Entrevernes) LOCALITÉS VOISINES Ugine

(Mont Vélan)

(Sambuy)

(Dent de Cons)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 11/03/17