Le Chevalon de Voreppe

Carrière de Sautaret

Le village du Chevalon , au sud de Voreppe est installé sur le cône de déjections, très bien dessiné, du petit torrent de Malsouche, qui descend de Chalais dans une combe monoclinale qu'il a creusée dans les couches marneuses de la base du Crétacé (Berriasien basal).

image sensible au survol et au clic

La Chartreuse occidentale en rive droite de la trouée de l'Isère vue du sud-ouest, depuis le sommet de la Buffe (Vercors).
Seuls sont représentés les principaux éléments de l'organisation tectonique :
Ø1 = chevauchement de la Chartreuse occidentale ; f.V = faille de Voreppe proprement dite ; ØS = chevauchement (mineur) de Sautaret ; f.F = faille (décrochement) du Fontanil ; f.mSM = faille (décrochement) de Mont-Saint-Martin ; a.Ch = anticlinal de Charminelle ; s.apl. = ancienne surface d'aplanissement ; S0 = inclinaison des couches.

Il est dominé par les ruines d'une cimenterie qui traitait la pierre à ciment extraite d'une carrière (dont l'exploitation est maintenant abandonnée) ouverte, au lieu-dit Sautaret, dans les alternances de marnes et de marno-calcaires du Berriasien inférieur ("membre de Sautaret" de la formation du Chevalon) de la partie basse de cette combe.

image sensible au survol et au clic

Les pentes du Chevalon, en rive droite de la trouée de l'Isère, vues du sud-ouest, depuis Veurey, à l'époque du fonctionnement de la cimenterie (cheminée fumante).
La carrière de Sautaret ouvrait déjà, à cette époque, une plaie dans les bois du versant droit de la combe monoclinale* qui s'élève en direction de Chalais.
f.F = faille (extensive ou coulissante) du Fontanil ; f.S = faille (chevauchement) de Sautaret.
Le talus boisé de la formation du Chevalon (= Berriasien inférieur et moyen) est constitué, de bas en haut, par les 3 membres* suivants : couches inférieures, de Sautaret (cChi), les plus marneuses, couches moyennes, du Peuil (cChm), les plus calcaires, et couches supérieures, des Oullières (cChs) ici formées d'alternances marnes et de calcaires.



A/ Vue d'ensemble des affleurements de la carrière de Sautaret


Schéma cartographique d'accès aux points d'observation



version plus grande
Carrière de Sautaret : croquis panoramique du front de taille méridional (regardant vers la vallée)


Carrière de Sautaret : détail du front de taille méridional
(quart inférieur gauche du schéma ci-dessus)
aspect général de la partie inférieure (membre de Sautaret) de la formation du Chevalon : prédominance des marnes et intercalations de faisceaux, formés de 3 à 10 petits bancs (10 à 50 cm), de calcaires argileux.


Le front de taille principal est traversé à sa partie basse par le chevauchement de Sautaret. Cet accident, mineur à l'échelle régionale, se poursuit vers le nord où il traverse la combe de Chalais en biais dans le sens de sa longueur et finit plus au nord par se perdre dans le Tithonique au nord des gorges de la Roize.

Il s'agit d'un chevauchement satellite de la grande faille de Voreppe (voir la coupe de la cluse de l'Isère) car l'un comme l'autre ont une surface de cassure orientée à peu près selon le N45° et pentée d'environ de 45° vers le SE.

image sensible au survol et au clic

même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Panorama du front de taille principal de la carrière de Sautaret : partie de ce front regardant vers les pentes de l'Aiguille de Chalais (cliché pris d'assez loin pour atténuer fortement les déformations perspectives).
Les cadres de couleur correspondent à la localisation des clichés de détails ; la pousse de la végétation sur les pentes d'avant-plan ne permet plus de prendre ce cliché !).

même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Ø = chevauchement de Sautaret ; 1, 2 = chevauchements satellites (situés plus haut dans la succession des couches et s'y amortissant).
Pour analyser la structure on a repéré et dénommé par des lettres les différents faisceaux de couches successifs

image sensible au survol et au clic

La partie centrale du front de taille principal : état en 2014. (cliché original obligeamment communiqué par Mme. Anne Robert-Bejot).
Le ravinement par les eaux météoriques à quelque peu dégagé la partie basse de l'escarpement, montrant notamment une charnière anticlinale qui correspond au crochon sur le chevauchement 1 (localisation sur le cliché ci-dessus : cadre bleu).
Le détail de l'amortissement de ce chevauchement secondaire (cadre orange) est figuré ci-après.

B/ Vues agrandies de certains détails de la carrière de Sautaret.

La carrière de Sautaret constitue en définitive un véritable musée de structures tectoniques, où sont remarquablement bien visibles des plis, des failles normales (parfois un peu complexes à interpréter) et des failles inverses : on en trouvera ci-après des images plus détaillées.

  détails de failles normales

  détails de failles inverses

vue "en coupe transversale" (presque selon l'azimut de la surface de cassure) du chevauchement de Sautaret et de son cortège d'accidents annexes.
amortissement du chevauchement secondaire 1 (localisation : cadre rouge du cliché de la partie centrale, ci-dessus)
déformation en extension par un système de "mini blocs-basculés".



Le chevauchement de Sautaret et son cortège d'accidents annexes : cliché depuis la rive nord du ravin bordant le front de taille (il est à noter que la pousse de la végétation sur le talus d'avant-plan ne permet plus de prendre ce cliché !).


figure agrandissable
Vue rapprochée de l'extrémité nord-est de la carrière (localisation = cadre rouge), prise du NW, selon la direction azimutale de la surface de chevauchement.
La photo (en haut) et le schéma (en bas) montrent le détail du chevauchement de Sautaret (Ø) et de son chevauchement satellite (1), selon une coupe sensiblement perpendiculaire aux lignes structurales.
Noter les crochons* et les navettes*. Dans la zone broyée on distingue sur la photo le feuilletage schisteux, fortement incliné vers la gauche, qui témoigne aussi du glissement vers la droite du compartiment supérieur.



image sensible au survol et au clic

Failles inverses avec paliers et rampes (localisation = cadre vert vif)
extrémité droite de l'affleurement du schéma précédent, vu selon une autre orientation, plus W-E (la coupe naturelle, en biseau déforme la structure dans le sens d'un étirement horizontal).
Fi1 = Ø ; Fi2 = j1 ; le banc du haut, portant le mot "crochon" est celui noté "c" ; celui qu'il chevauche par un palier (et qui porte ce mot) est noté "d" dans la figure précédente.


image sensible au survol et au clic

Amortissement par crochons au sein de lits particulièrement marneux (cliché original obligeamment communiqué par Mme. Anne Robert-Bejot).
(noter que les axes de plis ne sont pas perpendiculaires au front de taille mais s'enfoncent en oblique, vers la droite, dans la masse rocheuse).
(localisation sur le cliché d'ensemble = cadre orange)



image sensible au survol et au clic

Plusieurs failles "normales" synsédimentaires (d'âge Berriasien inférieur) (localisation = cadre vert émeraude).
Ces cassures se sont formées pendant la sédimentation des alternances de marnes et de calcaires argileux du Berriasien. En effet on constate que les niveaux marneux varient d'épaisseur d'un compartiment à l'autre, de part et d'autre des cassures (au centre du cliché un niveau marneux aminci est souligne d'une ligne de tirets).
Les compartiments abaissés compris d'une part entre 2a et 2b et d'autre part entre 1a et 1b constituent des exemples de "graben"*



Vue rapprochée d'une portion du faisceau h située à l'extrême droite du front de taille principal (localisation sur le cliché d'ensemble = astérisque rouge).
Ce faisceau montre une déformation en extension par un système de "mini blocs-basculés". La demi flèche montre le mouvement relatif des blocs, qui glissaient donc vers le N-NW.
Noter qu'il s'agit d'une extension synsédimentaire car les faisceaux supérieur et inférieur ne sont aucunement disloqués.


analyse plus détaillée du système de blocs basculés affectant le faisceau "h".
s0 = surface de stratification du sommet du faisceau "h" ; f1, f2, f3, f4, = failles extensives parallèles ; sC (demi-flèches) = sens du cisaillement tardif, parallèle aux faisceaux de bancs : il a provoqué, au sein des niveaux de marnes, le rabattement vers la droite (vers le sud-ouest) de l'inclinaison des anciennes surfaces de failles.



La carrière de Sautaret est étudiée dans la publication n°164


 

Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Grenoble

(Veurey) Vercors

Voreppe

Chalais
("cluse" de l'Isère) Vercors LOCALITÉS VOISINES Mont-Saint-Martin

(Noyarey) Vercors

(Sassenage) Vercors

Le Fontanil
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Dernière mise à jour de cette page le 9/08/18
Aller à la page d'accueil du site