Quaix, Sarcenas
vallée moyenne de la Vence, vallons du Rivet et de Clémencière

Entre les gorges de l'Infernet du côté aval et celles de Vence du côté amont s'ouvre une large dépression creusée dans les affleurements de marnes de Narbonne. Elle est drainée au nord par le ruisseau du Rivet, qui prend source sous la barre des calcaires du Fontanil de la Pinéa à l'ouest de Sarcenas et au sud par celui du ruisseau des Groules, qui descend du col de Clémencières lequel la fait communiquer avec le vallon de Narbonne. Cet alignement de vallons réalise une grande combe monoclinale qui serait typique si l'érosion du cours de la Vence ne l'avait pas éventrée orthogonalement du côté ouest en perçant, entre Néron et Aiguille de Quaix, les calcaires du Fontanil de sa bordure occidentale.

image sensible au survol et au clic

La combe de Narbonne - Sarcenas (dépression orientale de Quaix), vue d'avion, du sud, depuis l'aplomb de Fontaine, à peu près selon l'azimut des couches.
s.N = synclinal du Néron ; a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; f.R = faille de chevauchement du Rachais ; s.sN (en bleu pâle) = trans-synclinal de Saint-Nizier.
L'azimut d'ensemble, presque N-S, de la large bande d'affleurements des marnes de Narbonne a dirigé le creusement des thalwegs, qui s'est principalement fait en suivant la marge ouest des niveaux de calcaires lités du Berriasien, plus résistants, de ce flanc de pli.

Les villages de l'agglomération de Quaix sont répartis en rive droite de la Vence sur un talus de prairies surélevé par rapport au lit de ce torrent. Ils sont dominés par les escarpements boisés de l'Aiguille de Quaix et de La Raviole qui sont armés par la barre des calcaires du Fontanil. À l'est du chef-lieu ce talus s'avère être constitué sur toute sa hauteur par les marnes de Narbonne qui passent stratigraphiquement vers le haut (au niveau des plus hauts habitats : hameau de la Jars) aux couches de la base des calcaires du Fontanil (dont le faciès de marnes alternées de bancs marno-calcaires rappelle d'ailleurs celui de l'Hauterivien au point de pouvoir être confondu avec lui).

image sensible au survol et au clic

La rive droite de la Vence au niveau de Quaix vue du sud, depuis le hameau de L'Autre-Côté de Vence.
f.pQ = faille des Prés de Quaix (voir la page "Pinéa").
Le lit de la Vence en contrebas du chef-lieu montre des ondulations affectant le sommet des marnes de Narbonne et les couches basales des calcaires du Fontanil (elles sont symbolisées mais non visibles sur le cliché).


Par contre la plupart des maisons inférieures et notamment celles du chef-lieu ont pour soubassement des calcaires du Fontanil (à faciès relativement massif ou avec des alternances marneuses qui évoquent la partie basse de la barre inférieure de cette formation).

Le lit de la Vence montre même des couches de base des calcaires du Fontanil reposant sur les marnes de Narbonne et reployées avec elles. Plus haut, au niveau du chef-lieu, les mêmes couches se rebroussent à la sortie orientale du village, ce qui suggère un repli synclinal. Mais dans l'ensemble la répartition des faciès et des pendages dans ces affleurements défie la construction d'un schéma d'interprétation tectonique cohérent. Enfin rien dans le contexte observable en rive opposée, sous le Néron, ne suggère de complications similaires à celle qui semblent affecter la rive droite de la Vence.

Cette situation assez incohérente porte même à envisager que ces buttes rocheuses soient des paquets tassés, glissés sur le substratum marneux depuis les escarpements méridionaux de l'Aiguille de Quaix (y compris peut-être ceux qui affleurent dans le lit du torrent, tels les affleurements sous le point 476).

Une telle origine est suggérée par le fait qu'elle ne ne fait aucun doute dans les hautes pentes occidentales du versant en ce qui concerne le soubassement du Mas de Leuilly. En effet il est constitué par un paquet de matériel disloqué qui présente en outre une morphologie très caractéristique : sa surface supérieure constitue un replat horizontal, immédiatement au pied des escarpements méridionaux de l'Aiguille de Quaix, dont il est séparé par une ceinture d'éboulis en croissant de lune : ces derniers ne colmatent d'ailleurs qu'incomplètement la crevasse qui cerne le replat sommital de ce paquet tassé.

A l'ouest de Quaix, la route D105a rejoint le village de Pétesset (situé à la marge orientale du synclinal de Proveysieux) en traversant le flanc de la partie basse de cette échine de Leuilly. On y fait d'est en ouest les observations suivantes :

Immédiatement à l'ouest du chef-lieu de Quaix la route entaille sur environ 200 m un affleurement de calcaires du Fontanil appartenant, d'après ses faciès, à la barre inférieure de cette formation et qui pend doucement vers l'est. Pendant les 200 m. suivants, de part et d'autre d'un grand tournant saillant, l'on n'observe plus que des brèches de pente et des blocs de calcaires du Fontanil de toutes tailles disposés en désordre. Il s'agit d'une zone éboulée qui correspond peut-être à un paquet distal de l'éboulement de Leuilly (son emplacement se situe d'ailleurs dans le prolongement méridional de la faille des Prés des Quaix et en masque donc sans doute le passage). Enfin la dernière cinquantaine de mètres du parcours en sous-bois, avant le tournant creux qui en fait sortir (point coté 528 à l'embranchement du chemin de Charrière), montre de nouveau des affleurements sains de roche véritablement en place. On y voit le contact tectonique des calcaires du Fontanil sur des bancs de Sénonien sub-verticaux : c'est là un des rares points où l'on peut observer dans le fin détail le chevauchement de la Chartreuse orientale.

A/ vue d'ensemble des affleurements
(le cadre délimite le cliché de détail ci-contre)
B/ vue rapprochée : s1 = feuilletage mylonitique ; f.R = failles secondaires, de Riedel*.

Le chevauchement de la Chartreuse orientale, dans l'entaille de la D105-a, 600 m à l'ouest du chef-lieu de Quaix. figure plus grande, muette, de la vue rapprochée


La lame de Sénonien qui jalonne la lèvre inférieure de ce chevauchement accroît son épaisseur vers le bas, pour aller former l'essentiel de la grosse barre rocheuse que la Vence franchit par le saut de l'Infernet. Il s'agit sans doute du flanc ouest de l'anticlinal du Fournel car la gorge du torrent montre effectivement que le Sénonien y est en contact pratiquement stratigraphique avec l'Oligocène du flanc oriental du synclinal de Proveysieux (en tous cas ce Sénonien n'appartient donc pas à une lame tectoniquement entraînée sous le chevauchement).
Cette bande de Sénonien représente donc à elle seule tout ce qui reste visible ici de la Chartreuse médiane.

image sensible au survol et au clic

L'Aiguille de Quaix et la Pinéa vues du sud-est, depuis Clémencières (La croix de Chores).
f.bR = faille NNE-SSW du Bois Ronzier ; f.pQ = faille N-S prolongeant vers le sud la faille des Prés de Quaix.
Toute la structure représentée ici correspond à l'intervalle séparant les charnières du synclinal du Néron et de l'anticlinal de l'Écoutoux : la succession simplement monoclinale de la combe de Clémencières fait place au nord de la Vence à une ondulation anticlinal-synclinal rompue par la faille rétroverse.
Pour ne pas surcharger la figure les deux décrochements transverses au chaînon qui s'intercalent antre Aiguille de Quaix et Pinéa n'ont pas été représentés.

A l'est de Quaix la route D105a traverse la Vence au Pont de Quaix. On profite là d'une entaille qui montre le bedrock sain du replat de Quaix. Les marnes de Narbonne qui y affleurent ont des pendages assez forts car elles appartiennent déjà au flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux (leur pendage est presque conforme à celui du Tithonique du flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux, qui affleure plus en amont dans le lit de la Vence).


La rive droite du torrent de la Vence juste en amont du Pont de Quaix vue du sud-est, depuis la rive droite.
Ø est une surface de chevauchement mineure dont le sens de rejet et indiqué par celui du dessin des crochons.
Noter son pendage vers l'ouest (voisin de celui des couches) qui paraît paradoxal : mais en basculant la figure vers la droite de 30°, pour remettre les couches à l'horizontale, on restitue vraisemblablement l'attitude originelle de cette faille, qui devait avoir originellement pendage faible vers la droite, conformément au schéma classique des failles compressives (aussi dites "inverses").

Ces marnes se montrent affectées par des accident mineurs de chevauchement qui ont joué au sein même de la formation marneuse et dont la présence témoigne de ce que un cisaillement "tangentiel" l'a affectée. Par le pendage "plongeant" vers l'ouest de leur surface, paradoxalement dans le même sens que celui de leur vergence* ces cassures sont très comparables aux chevauchements du Jalla et sont donc de la même famille : elles témoignent comme eux d'un cisaillement vers l'ouest qui a affecté les différents niveaux de la série stratigraphique avant la formation de l'anticlinal de l'Écoutoux.

En rive orientale du vallon de Sarcenas, donc sur le flanc ouest de la montagne de l'Écoutoux, le tracé de la route D.57 qui monte à Sarcenas depuis la gorge de la Vence ne s’élève que très peu dans la succession des couches car elle suit presque la dalle structurale du sommet du Tithonique de ce flanc du pli. Elle traverse à diverses reprises de bons affleurements de Berriasien (avec un pendage vers l'ouest qui décroît vers le nord, car l'on se rapproche de la charnière du pli).
A l'altitude de 950 m elle coupe les marnes, intercalées de petits bancs marno-calcaires, qui correspondent aux niveaux de passage entre les calcaires argileux berriasiens et les marnes de Narbonne.

Les affleurements de la D.57 à l'altitude de 950 m
La pente topographique est conforme à celle des bancs (vus par la tranche en arrière-plan) qui se dénudent en dalles structurales (angle inférieur droit du cliché). Ce pendage, beaucoup plus modeste qu'aux abords de la gorge de la Vence, indique que l'on est moins loin, ici, de la charnière anticlinale (elle passe tout de même presque1 km plus à l'est).
Outre le ravinement qui tend à combler les fossés de débris (où l'on observe les fossiles du cliché suivant) cette disposition favorise le glissement en masse du soubassement de la route (dont les murs de soutènement montrent de nets indices).


Fossiles du Berriasien supérieur de Sarcenas
Les blocs éboulés des dalles structurales portent assez souvent des empreintes externes de coquilles.
A = ammonite du genre Berriasella (genre qui est très prédominant dans ces niveaux). Elle a sa taille adulte car on distingue l"apophyse jugale" qui se développe alors sur la chambre d'habitation (son extrémité se situe à la pointe supérieure de la lettre A : dans l'angle supérieur droit de l'image on en a souligné le contour)
B = coquille incomplète (tours jeunes) d'une ammonite du genre Leptoceras. Cette forme, à tours peu élevés, non enveloppants est un exemple de ces ammonites que l'on dit "déroulées", qui sont apparues à diverse époques du Crétacé (et plus particulièrement à l'Hauterivien et au Barrémien)


Les hameaux de Sarcenas sont installés au nord du chef-lieu, sur un talus déboisé peu déclive qui est suspendu par un rebord brutal au dessus des ravines du haut vallon du Rivet (voir le premier cliché de la présente page). Les marnes de Narbonne qui affleurent au fond de ce vallon y sont presque totalement masquées par l'extrémité aval de la nappe d'éboulis anciens qui descend des pentes occidentales de Chamechaude, plus raides et boisées. Elles y sont cependant mises à jour par places, notamment le long du cours du torrent de Sarcenas et au pied des escarpement boisés du versant SE de la Pinéa.

image sensible au survol et au clic

Sarcenas et le vallon du Rivet vus du SE d'avion.
d.L = décrochement de Léra (cf. carte ci-après) ; d.S = décrochement des Salanches ; d.B? = décrochement du Bachasson ; f.pQ = faille des Prés de Quaix ; f.MW = faille de Montvernet occidentale ; f.ME = faille de Montvernet orientale.


Du côté oriental (sous le chef-lieu) ces couches pendent d'abord vers l'ouest conformément au fait qu'elles appartiennent au flanc occidental de l'anticlinal de l'Écoutoux. Mais plus à l'ouest, dans le thalwg en aval des Croz, elles dessinent une ondulation synclinale, que suit une ondulation anticlinale dans la ravine au NW ces Croz. Plus à l'ouest encore elles prennent un pendage presque horizontal qui se poursuit sur près de 1 km dans le versant qui domine la falaise des Roches au NW de Guilletière. sous les calcaires du Fontanil des basses pentes boisées de la Pinéa .
En fait il s'agit là d'ondulations de faible ampleur qui correspondent à un plissement dysharmonique* à plus courte longueur d'onde, entre les niveaux massifs épais du Tithonique et de l'Urgonien, générateurs au contraire de plis à grande longueur d'onde. On en observe le prolongement vers le nord dans les sous-bois de la crête orientale de La Pinéa et du versant septentrional de cette dernière (voir la page "Pinéa").

Quoi qu'il en soit du détail de cette structure, ces ondulations mineures déforment bien peu le panneau rocheux, en moyenne presque horizontal, qui se prolonge sur près de 2 km depuis les abords du Col de Porte jusque sous la Pinéa (il s'y rattache aussi la dalle des calcaires du Fontanil de La Raviole, qui domine Quaix). Dans cet espace l'on ne voit plus se creuser, au flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux, le profond synclinal qui devrait y prolonger celui du Néron, bien que ce creusement semble s'annoncer plus au SE, en rive gauche du torrent du Rivet par le pendage fort et prolongé des couches vers l'ouest.

Ce changement se produit donc le long d'une ligne SW-NE passant par Sarcenas, c'est-à-dire selon un tracé qui est précisément celui présumé (parallèle à l'axe de la chaîne de Belledonne) de l'axe du synclinal oblique de Saint-Nizier (voir la page "Néron"). C'est donc la prolongation nord-occidentale de ce pli qui semble attestée par ces observations.

 D'autre part ce que l'on sait de la géométrie du synclinal du Néron (voir la page "Néron") conduit à penser qu'au nord de la Vence son axe passe plus à l'ouest que l'Aiguille de Quaix (voir la page "Proveysieux") et qu'il donc y disparaître à l'affleurement car tranché en biseau par le front de la Chartreuse orientale.



légende des couleurs et des figurés
N.B. La charnière du synclinal du Néron, proprement dit, se situe à l'ouest du sommet de l'Aiguille de Quaix.
"sN" désigne l'ensemble des ondulations qui s'intercalent entre ce pli et l'anticlinal de l'Écoutoux.


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Grenoble
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Chalves

Pinéa

col de Porte
Proveysieux LOCALITÉS VOISINES L'Écoutoux

Saint-Égrève

Le Néron

Rachais
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 4/11/17