Savines-le-lac, Pontis, Prunières

les rives de la retenue de Serre Ponçon à l'est du confluent des branches Durance et Ubaye


L'actuel village de Savines a été créé ex nihilo, pour remplacer celui disparu sous les eaux du lac de retenue de Serre Ponçon, à l'extrémité orientale du grand viaduc qui traverse ce lac.

image sensible au survol et au clic

La vallée de la Durance vue de l'ouest depuis les environs de Pontis (les crêtes d'arrière-plan, qui se profilent sur le ciel, sont toutes situées en amont de la ville d'Embrun, laquelle est cachée derrière l'épaule de Puy Sanières).
Sé+cN = écaille "parautochtone" de Saint-Sauveur : elle est formée de couches provenant de la partie haute de la succession autochtone (Sénonien et calcaires nummulitiques) qui ont été décollées et entrainées dans la partie inférieure du flysch noir subbriançonnais.


Il est installé, en contrebas des abrupts du Morgon, sur le cône de déjections du torrent du Barnafret, au cœur des immenses affleurements de Terres Noires de la "demi-fenêtre d'Embrun".

image sensible au survol et au clic

La rive gauche de la retenue de Serre Ponçon entre Boscodon et Savines, vue du nord, depuis le Mont Guillaume. (cliché original obligeamment communiqué par M. B.Genre).
ØM = surface de chevauchement de l'unité subbriançonnaise du Morgon (SB) ; ØsBi = surface de chevauchement de l'unité subbriançonnaise basale ; ØpA = surface de chevauchement de l'"écaille parautochtone" de Pierre Arnoux (elle recoupe l'unité précédente) ; ØS = surface de chevauchement de l'"écaille parautochtone" de Savines ; f.M = faille de Montmirail (To = Toarcien calcaire autochtone des environs de Montmirail).


En rive opposée le versant septentrional de la vallée de la Durance, moins déclive, étale largement, autour de Prunières et jusqu'au pied des crêtes de Chabrières, ses monotones croupes "en dos d'éléphant", qui sont sculptées dans les Terres Noires.

image sensible au survol et au clic

La rive septentrionale de la retenue de Serre-Ponçon au nord-ouest de Savines, vue du SE depuis les abords de Pontis
Formidable contraste de paysage entre les "dos d'éléphants" incisés de ravines, dans les Terres Noires du flanc oriental du Dôme de Remollon, et la crête déchiquetée des nappes de l'Embrunais, qui les couronne.
Unités charriées superposées des nappes de l'Embrunais, de haut en bas :
n.P = nappe de flysch à Helminthoïdes du Parpaillon ; Br. = unités briançonnaises ; SB = unités subbriançonnaises ; n.A = nappe de flysch à Helminthoïdes de l'Autapie.
Ècailles parautochtones* affectant les Terres Noires, de haut en bas :
éc.sA = écaille de Saint-Apollinaire (= Pierre Arnoux ?) ; éc.Sa = écaille de Savines ; éc.Pr = écaille de Prunières-Pontis.


Au sein de ces Terres Noires on trouve cependant quelques témoins des niveaux supérieurs (Argovien et Séquanien, voire même conglomérats attribués au Crétacé supérieur) qui s'intercalent en lames pentées vers l'E-NE : ils témoignent de l'imbrication* d'écailles parautochtones*, ce qui augmente d'ailleurs l'épaisseur apparente de ces Terres Noires. La géométrie de ces lames chevauchantes indique qu'elles se sont avancées vers l'ouest, en recouvrement sur l'autochtone sensu stricto, ce qui résulte sans doute d'un effet d'entraînement induit par le charriage des nappes d'origine interne sous lesquelles elles s'enfoncent.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche de la retenue de Serre Ponçon en amont du confluent avec sa branche Ubaye, vue du nord depuis la Croix du Vallon (Montagne de Chabrières).
ØsB
= surface de chevauchement de l'unité subbriançonnaise basale ; ØpA = surface de chevauchement de l'écaille de Pierre Arnoux - Saint-Apollinaire (elle recoupe l'unité précédente) ; ØS = surface de chevauchement de l'écaille de Savines ; ØP = surface de chevauchement de l'écaille de Pontis - Prunières.
(voir le versant opposé à la page "Saint-Vincent")


D'autre part les couches marneuses des Terres Noires n'affleurent que là où l'érosion du quaternaire récent a déblayé l'épais colmatage d'alluvions morainiques qui tapisse les pentes, tout spécialement en rive méridionale. Ce dernier matériel est très hétérogène puisqu'il comporte des blocs parfois énormes, emballés dans une matrice argilo-sableuse contenant des cailleux de toutes tailles. C'est là une caractéristique éminemment favorable à la création, sous l'effet du ravinement, des pyramides coiffées ou "cheminées de fées". C'est notamment ce qui s'est produit dans les basses pentes du col de Pontis.


Les cheminées de fées de Pontis
Ravin "des cheminées de fées", 1,5 km au sud-ouest du village, vues de l'aval depuis la route D.954
Deux ravins parallèles rapprochés ménagent, entre eux, une crête sur laquelle se détachent plusieurs cheminées de fées. La plupart sont coiffées d'un gros bloc (initialement inclus dans la masse du matériel morainique), mais la plus haute (et la plus grosse) a son chapeau formé par un fragment de l'ancienne couverture boisée qui recouvrait précédemment tout le versant.


 


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Embrun et Chorges

Carte géologique simplifiée des abords de la retenue de Serre Ponçon
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


(Chorges)

Chabrières

Mt Saint-Guillaume
(Serre Ponçon)

LOCALITÉS VOISINES

Ubaye - Saint-Vincent

Morgon
Boscodon
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil EMBRUNAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16