Mont du Fût, Valbuche


Le Mont du Fût (2824) est, après le Cheval Noir et au sud de celui-ci, le second groupe montagneux important qui se détache sur la crête de partage des eaux entre Maurienne et Tarentaise au sud du col de la Madeleine.
image sensible au survol et au clic

Le versant mauriennais (ouest) de la crête du Mont du Fût vu du sud-ouest, depuis la crête du Grand Jarnalet, en rive gauche de la vallée des Villards (suite du paysage vers la droite à la page "Montpascal").
En jaune la surface de transgression du Tertiaire.
ØF = chevauchement du Mont du Fût (voir remarques plus loin dans la page) ; ØUD = chevauchement de l'unité ultradauphinoise principale (des Aiguilles d'Arves); ØI = chevauchement de l'écaille intercalaire (entre autochtone et ultradauphinois) ; s.cC = synclinal de la Chal de Chaussy (voir la page "Montagne des Coins").
pour situer ce cliché dans un contexte plus large, voir le panorama de la rive droite de la Maurienne.


Le versant ouest de cette crête donne une coupe presque complète de la puissante succession des termes du Nummulitique de l'unité ultradauphinoise des Aiguilles d'Arves.

Ce sont ici, de bas en haut :
1- des conglomérats épais mais lités répartis en deux niveaux (Ncgi et Ncgs) séparés par une bande de flysch marneux (Nfli) ;
2- un flysch "marneux" (Nflm), où les marnes prédominent sur les grès ;
3- un flysch, "gréseux" (Nflg) où au contraire, prédominent les grès ;
4- un chapeau de conglomérats massifs (NcgF) formant la crête et le revers oriental du Mont du Fût.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du Mont du Fût vu du sud-ouest, depuis la crête occidentale du Crêt Lognan
Les niveaux inférieurs de conglomérats nummulitiques sont séparés du Permo-Houiller par une lame de brèches à olistolites en partie attribuables au Jurassique supérieur (JBr).
ØmF = chevauchement du Mont du Fût (voir remarques plus loin dans la page)


Les conglomérats de la partie inférieure du Nummulitique sont souvent riches en galets violacés (voir cliché) qui proviennent à l'évidence des pélites permiennes de leur substratum. Ils semblent bien contenir aussi, sur le versant est de la montagne, des olistolites de Permien, de Houiller et de Trias (c'est notamment cette interprétation qui a été proposée pour le gros affleurement du cirque de Valbuche).

Le versant occidental de la montagne montre, à flanc de pente, le substratum de cette série, qui est constitué par une puissante lame de grès pélitiques permiens, reposant sur une semelle discontinue de grès sombres houillers. Comme à la Montagne des Coins, ce Paléozoïque* repose sur le Jurassique de la zone dauphinoise, qui forme la partie basse des pentes, par l'intermédiaire d'un coussin, ici moins épais, de gypses et cargneules.

image sensible au survol et au clic

Le Mont du Fût et le col de Valbuche vus du sud, depuis la crête septentrionale du Crêt Lognan (point coté 2617 de la Montagne des Coins)
s.V = synclinal de Valbuche ; ØF = chevauchement du Mont du Fût ; s0 = disposition d'une surface de stratification dans les conglomérats du versant est du col.


Sur le versant oriental de la montagne, dans les pentes qui descendent vers les chalets de Valbuche, réapparaîssent des conglomérats qui ont un très fort pendage vers l'est, de sorte qu'ils s'enfoncent sous les affleurements paléozoïques du bas de versant.
On est tenté d'admettre que ces conglomérats sont la réapparition de ceux de la base de la série nummulitique et réapparaissent là à la faveur d'un "synclinal de Valbuche", déversé vers l'ouest. Ceci semble en effet corroboré par la présence, plus à l'est, autour des chalets de Valbuche, d'affleurements paléozoïques et triasiques analogues à ceux du substratum des conglomérats, dont ils représenteraient donc la réapparition, au flanc oriental du synclinal.

Cette interprétation n'est pas celle que suggèrent les carte géologiques au 1/50.000°, sur lesquelles le flysch marneux de la crête des Coins est indiqué comme se terminant en pointe vers le nord au col de Valbuche. Selon la carte "Saint-Jean de Maurienne" la limite entre ce flysch et les conglomérats du versant est du col correspondrait à une faille subverticale qui se prolongerait vers le nord par le chevauchement du Mont du Fût.
Il est de fait que l'incurvation synclinale des couches n'est pas clairement visible au col de Valbuche et surtout au sud de celui-ci (voir la page "montagne des Coins"). Mais il paraît tout aussi difficile d'y observer un contact par faille, alors que le passage entre faciès schisteux et conglomératiques ne montre que des intrications par alternances de type stratigraphique.

image sensible au survol et au clic

Le cirque de Valbuche (haut vallon du Nant Brun) vu d'enfilade, du sud, depuis le col du Bonnet du Prêtre.
ØF = chevauchement du Mont du Fût ; s.V? = synclinal de Valbuche. Nol = formation olistolitique du sommet de la série nummulitique.
Noter la présence, à l'est du Mollard des Boeufs d'une lame de quartzites triasiques, interstratifiée au sein des conglomérats de l'unité du Mont du Fût.
f.mT = faille de la Moyenne Tarentaise (en arrière-plan)


Il faut noter qu'une bonne partie du matériel anté-nummulitique de Valbuche affleure de façon chaotique et semble, pour cette raison entre autres, représenter des olistolites emballés dans un olistostrome nummulitique. Plus au nord les conglomérats du versant est du Mollard des Boeufs hébergent des lames de Trias, de Permien et de Houiller qui doivent vraisemblablement représenter aussi des olistolites, prolongeant ceux du fond du cirque de Valbuche. De ce fait il paraît satisfaisant de les rattacher à la formation terminale de la série nummulitique, qui présente communément de telles caractéristiques.

Cela porte à proposer une interprétation alternative selon laquelle les conglomérats du versant est du col seraient d'âge plus récent que ceux du versant ouest et représenteraient un faciès qui envahit, à partir d'ici et plus au nord, la partie haute de la succession nummulitique (par passage latéral aux dépens du flysch marneux).

Au nord de la Pointe de Valbuche ces conglomérats du versant est du col se poursuivent en formant le sommet et les crêtes orientales de la montagne du Mont du Fût. Ils sont censés reposer sur la succession du versant ouest de la montagne par un chevauchement du Mont du Fût délimitant une unité supérieure au sein de la zone ultradauphinoise.

En fait les remarques faites plus haut portent à mettre en doute l'existence même de ce chevauchement : l'"unité du Mont du Fût" pourrait bien correspondre, en fait, à un ensemble purement stratigraphique de conglomérats, envahissant ici le sommet de la succession nummulitique. En tous cas rien ne semble justifier de prolonger cet hypothétique accident, comme le faisait R.BARBIER (1948, fig.54, p.207) par la faille sub-verticale du Cheval Noir, qui traverse les crêtes sud-orientales de ce sommet : cette dernière ne montre pas de caractère chevauchant (voir la page "Cheval Noir") et son prolongement hypothétique, dans les pentes nord du Mont du Fût, ne présente aucune évidence sur le terrain.


image sensible au survol et au clic

Le groupe montagneux du Mont du Fût vu du nord depuis le sommet du Cheval Noir.
ØSB = chevauchement frontal de la zone subbriançonnaise ; ØF = chevauchement du Mont du Fût .
f.mT = faille de la moyenne Tarentaise : on ne voit ici que son extrémité méridionale, qui tranche le chevauchement du subbriançonnais. On a admis, assez hypothétiquement, qu'elle se connecte avec la terminaison septentrionale du chevauchement du Mont du Fût ; f.cN = faille du Cheval Noir (en premier plan) et son prolongement éventuel vers le sud ;
Replis mineurs de la série nummulitique au nord du Mont du Fût : a.pC = anticlinal de Plan Contaz ; s.C = synclinal de la Grande Combe.


 

 

Les affleurements du versant est du Mont du Fût et de Valbuche se situent dans la partie supérieure de la vallée du Nant Brun, qui a fait l'objet d'une plaquette (avec description de 3 itinéraires), réalisée par J.M. Bertrand et A-M. Boullier.
On peut la charger sur le site du comité scientifique de la FFCAM ou sur le site ISTerre de A-M. Boullier.

aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive droite de la Maurienne


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles "La Rochette" et "Saint-Jean de Maurienne"


Carte géologique simplifiée des environs

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud



col de la Madeleine

Cheval Noir

Niélard
Montaimont ; La Chambre

LOCALITÉS VOISINES

Gitamelon

Grand Châtelard

Montagne des Coins

Grande Moendaz
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 5/11/19