Grand Renaud nord, combe du Grand Renaud

Les pentes du grand vallon qui s'ouvre au sud de Villard-Reymond

La montagne du Grand Renaud constitue le promontoire avancé vers le nord du chaînon du Rochail ; son versant septentrional tombe assez brutalement sur le large vallon du Grand Renaud qui héberge le village de Villard-Reymond. Ce vallon sépare une crête occidentale portant la Tête des Filons et la Tête de Louis XVI (voir aussi la page "Grand Renaud ouest") et une crête orientale, plus modeste, qui s'abaisse jusqu'à Villard-Reymond en passant par la Croix du Carrelet. Le torrent qui le draine s'échappe vers le NW par une gorge qui rejoint la Lignarre à la latitude d'Ornon, tandis que sa rive nord-orientale se surhausse en formant le sommet de Prégentil.

Le fait que, au sud de Villard-Reymond, la Combe du Grand Renaud ait été largement et profondément affouillée par l'érosion remontante permet d'analyser les complications structurales et sédimentaires assez remarquables qui affectent ce secteur occidental de l'ancien hémigraben de Bourg-d'Oisans.

image sensible au survol et au clic

Le versant nord du Grand Renaud (de Villard Reymond à la Combe du Grand Renaud) vu du nord, depuis l'échine au nord du col du Solude (suite du paysage vers la droite, plus bas dans cette page).
ØvND = chevauchement de Villard Notre-Dame ; ØPG = chevauchement de Pierre Grosse ; s.VR = synclinal de Villard-Reymond ; f.cBR =  faille de la Combe du Grand Renaud.
Les tirets roses correspondent à la base des couches condensées de la formation du Petit Renaud (désignées par la notation "c*"), qui reposent en discordance de onlap* sur les formations liasiques ou bajociennes.
L'interprétation de cette photo est donnée par la partie centrale de la coupe ci-dessous.
NB. La structure de ce secteur est dessinée conformément à des données plus récentes que la date de parution de la carte Vizille à 1/50.000°, dont les tracés sont ici partiellement erronés ou à retoucher.


(figure extraite de la publication n° 105, par J.C. Barféty et M. Gidon)

Coupe synthétique du massif du Grand Renaud
L'orientation de cette coupe correspond à la vue que l'on a depuis le secteur de Villard Reculaz, dans les basses pentes occidentales du massif des Grandes Rousses.
Ø1 = chevauchement de Pierre Grosse ; Ø2 = chevauchement de Villard-Notre-Dame : ces deux cassures, dont la surface est orientée NW-SE, ont sans doute fonctionné pendant le plissement qui a pincé le synclinal de Villard-Reymond. Elles se réunissent en un seul "chevauchement de Côte Belle" dans les abrupts de la rive occidentale du Vénéon, avant de traverser cette rivière peu en aval des Ougiers.
CPR = "calcaires du Petit Renaud" : noter qu'ils passent latéralement aux Terres Noires du cœur du synclinal de Villard Reymond par un dispositif d'indentations.


La structure complexe qui apparaît dans cette entaille naturelle ne peut se comprendre que si l'on y voit le résultat de l'interaction de plusieurs déformations, de nature et d'âge différents, qui y ont superposé leurs effets.

1- Lors de la sédimentation jurassique l'actuel emplacement de la Combe du Grand Renaud correspondait au fond d'un hémigraben secondaire, limité du côté ouest par le bloc de socle soulevé qui arme maintenant le substratum de la Crête de la Pâle, de la Tête des Filons, de la Tête de Louis XVI et de Prégentil.

2- Lors de la tectonique alpine de compression le serrage des blocs de socle a rapproché les deux bords de cet hémigraben et pincé son contenu, en déformant la couverture collée au socle cristallin en plis à plans axiaux presque verticaux : celà a créé le profond synclinal de Villard Reymond.

3 - L'arrivée des nappes de charriage d'origine plus interne (dans les domaines voisins plus orientaux) a occasionné un déplacement d'ensemble de la couverture sédimentaire par rapport au socle. Cela a déclenché la formation de failles de chevauchement qui ont affecté les parties hautes de la couverture (qui n'étaient pas abritées à l'intérieur de l'ancien hémigraben) et même certaines crêtes de blocs de socle. Telle est l'origine des chevauchements de Pierre Grosse et de Villard-Notre-Dame, qui prennent leur naissance dans le socle à l'est de la crête de la Croix du Carrelet et qui ont déterminé l'avancée d'une lame à semelle de Lias calcaire (portant la succession du sommet  du Grand Renaud) sur le Bajocien et l'Aalénien du coeur du synclinal de Villard Reymond.


Schéma interprétatif général de la déformation des hémigrabens des massifs cristallins externes
spécialement inspiré par les exemples des "synclinaux" de Bourg-d'Oisans, de la Muzelle, de la Vaurze et de Morges (l'orientation est celle de ces deux derniers exemples ; ici la coupe devrait être orientée W-E).


Le flanc oriental du synclinal de Villard Reymond (versant est de la Combe du Grand Renaud) est, de ce fait affecté de diverses complications dont les détails ne sont pas aisés à déméler :

image sensible au survol et au clic

La crête septentrionale du Grand Renaud, vue du NW depuis la Tête de Louis XVI.
ØvND = chevauchement de Villard Notre-Dame ; ØpG = chevauchement de Pierre Grosse ; f.cBR =  faille de la Combe du Grand Renaud.
Les tirets roses correspondent à la base des couches condensées de la formation du Petit Renaud (désignées par la notation "c*"), qui reposent en discordance de onlap* sur les formations liasiques ou bajociennes. "cE" = calcaires à encrines de la Tête de Louis XVI ; "Lol" = affleurements de calcaires liasiques au sein de couches plus récentes, interprétés comme des olistolites provenant des paléo-pentes du flanc est du synclinal de Villard Reymond.




Le versant nord de la pyramide sommitale du Grand Renaud (figure extraite de la publication n° 105, par J.C. Barféty et M. Gidon) :
Croquis de détail, d'après le cliché aérien ci-dessus (vu du nord), montrant les points de datation par récoltes paléontologiques ainsi que quelques complications structurales mineures.


Du côté ouest du synclinal de Villard-Reymond la crête de la Tête des Filons est globalement un relief conforme, apparenté à une mont* jurassien car elle correspond à un pli majeur, l'anticlinal de Pré Gentil, dont la voûte s'abaisse d'ailleurs doucement vers le nord. Un examen plus attentif y montre toutefois des complexités diverses :

- a) ce pli est accidenté, comme plus au nord dans la montagne éponyme de Pré Gentil, de replis parasites dysharmoniques, particulièrement spectaculaires, notamment au voisinage de sa voûte ; le prolongement méridional de ces plis s'observe également dans le versant occidental de la crête.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la Tête des Filons vu de l'ouest, depuis l'arête sud du Taillefer (crête des Mayes)
a.PG = anticlinal de Pré Gentil ; s.L = synclinal de la Lignarre (le coeur du synclinal, où affleurent des schistes domériens, détermine le replat du point 2058
On distingue assez nettement, à leur changement de teinte, les divers niveaux du Lias calcaire (cf. colonne stratigraphique)


- b) il est d'autre part reployé transversalement ("en selle") par un synclinal NW-SE dont le cœur de schistes aalénien correspond au col de Corbière. Ce pli de direction inhabituelle est sans doute associé aux autres structures d'axe également plutôt E-W que l'on observe dans le versant nord du Grand Renaud (voir ci-dessus, dans la présente page)

image sensible au survol et au clic

La crête séparant la vallée d'Ornon de la Combe du Grand Renaud vue du nord, depuis la chapelle Sainte-Philomène, au nord de Villard-Reymond (suite du paysage vers la gauche, plus haut dans cette page).
s.VR
= synclinal de Villard Reymond ; a.PG = anticlinal N-S de Prégentil ; s.C = synclinal NW-SE de Corbière ;
c.E = calcaires à encrines (repérés par une ligne de tirets pourpres).


- c) dans ces montagnes de la rive gauche des gorges du Grand Riou de Villard-Reymond (à la différence de celles de rive droite) le Lias calcaire est couronné par un niveau décamétrique de calcaires à encrines. Ce niveau supporte suivant les points les couches du Domérien, du Toarcien ou directement de l'Aalénien. Il est assez clair qu'il s'agit là d'un équivalent latéral des calcaires du Petit Renaud qui affleurent plus au sud (dès le versant est de la Tête des Filons). Les affleurements les plus septentrionaux de ces faciès sont ceux de la Tête de Louis XVI (ils en forment la corniche sommitale).


image sensible au survol et au clic

Le sommet des abrupts de face nord de la Tête de Louis XVI (détail du cliché précédent)
Les calcaires à encrines (repérés par une ligne de tirets pourpres) sont ici vraisemblablement d'âge carixien supérieur à domérien car ils sont recouverts sur le flanc ouest du sommet par des calcaires argileux gris toarciens.
noter la manière dysharmonique dont se développent les plis pluri-décamétriques qui accidentent la voûte de l'anticlinal majeur de Pré Gentil.


 

Légende des terrains:
1 = Cristallin;
2 = Trias (2a = dolomies et grès basaux; 2b = spilites);
3 = Lias calcaire (le double tireté correspond au niveau rouille du Lotharingien supérieur);
4 = Calcaires noduleux et encrinitiques du Petit Renaud;
5 = Dogger argilo-calcaire;
6 = Terres Noires (Bajocien supérieur à Oxfordien, "Argovien" inclus);
7 = Calcaires du Malm supérieur (Séquanien-Tithonique);
8 = Berriasien;
9 = Valanginien;
10 = Quaternaire.

 

Légende des notations tectoniques:

SVR = synclinal de Villard-Reymond; A = anticlinal du clot de la Selle; Fo = faille oxfordienne du versant NE du Grand Renaud; CPG = chevauchement de Pierre Grosse; CC = chevauchement de la Chave; CR = chevauchement du Rochail; FLV = failles du lac du Vallon.
figure agrandissable

Carte géologique de la montagne du Grand Renaud (figure extraite de la publication n° 105, par J.C. Barféty et M. Gidon)
Les faciès argilo-calcaires du Dogger qui affleurent dans la partie nord du synclinal de Villard-Reymond disparaissent de la colonne stratigraphique au sud-est de l'anticlinal du Clot de la selle (A). Au SE de la charnière liasique de ce pli on ne trouve plus, sous les Terres Noires, que des faciès nodulo-encrinitiques de la formation du Petit Renaud.
Noter que le tracé de la faille du lac du Vallon se perd vers le nord à la latitude du Petit Renaud : plus au nord elle s'amortit apparemment dans le flanc ouest du synclinal de Villard-Reymond, au niveau duquel elle est vraisemblablement cachetée par les calcaires du Petit Renaud.


Pour plus de détails consulter la publication105
Aperçu d'ensemble sur le chaînon du Rochail

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille La Mure.

accès aux cartes des secteurs voisins


Ornon

Lignarre ; La Paute

Villard Reymond
Grand Renaud W

LOCALITÉS VOISINES

Villard Notre-Dame

Chantelouve

Lac du Vallon

Grand Renaud E
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section OISANS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page de navigation du massif Pelvoux-Écrins
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/10/16