Bœufs Rouges, Malamort

crêtes du vallon des Bans et du versant sud de celui d'Ailefroide

Le chaînon des Bœufs Rouges sépare le haut vallon d'Ailefroide (torrent de Celse Nière) de celui des Bans (source de la Gérendoine). Le premier d'épanouit du côté amont par le large cirque glaciaire du Sélé tandis que le premier constitue, jusqu'au refuge des Bans, au pied de la muraille SE de ce sommet, un simple couloir rocheux entre la crête des Bœufs Rouges et celle de Malamort.

A/ La crête des Bœufs Rouges, orientée presque E-W, se prolonge vers l'est, par la Pointe Guyard, jusqu'aux vallons tranverses (orientés NE-SW) de Clapouse et du Rascrouset, où elle est tranchée par l'accident alpin d'Ailefroide (faille du Rif du Fraysse). Elle coupe des bandes successives de roches cristallines grossièrement orientées N-S dont la succession est sectionnée presque verticalement dans ses abrupts septentrionaux.

image sensible au survol et au clic

La crête des Bœufs Rouges et le cirque du Sélé vus du nord-est, depuis le sommet du Pic du Coup de Sabre.
f.Si = faille de Sialouze ; "gr.alb" = granite (albitique) "du Riéou Blanc" ; "M.o" = migmatites oeillées ; "gnLm" = gneiss "Lavey" migmatisés.


Sur ce versant, à la différence de la vallée du glacier Noir ou de la vallée de La Bérarde le cirque du Sélé n'entaille pas assez profondément la chape gneissique du massif pour mettre à nu le pluton* granitique qui prolonge vers le sud celui de La Bérarde autrement que par une petite ouverture, entre la Pointe du Sélé et les Pics d'Ailefroide et par celle du glacier du Coup de Sabre.

image sensible au survol et au clic

La rive droite du vallon du Sélé (Pointe Guyard) vue depuis l'épaule sud du Pic du Coup de Sabre.
f.Ag
= faille de l'Agulier; f.Si = faille de Sialouze ; "gr.alb" = granite (albitique) "du Riéou Blanc" ; "M.o" = migmatites oeillées ; "gnLm" = gneiss "Lavey" migmatisés.


 

Sur la crête des Bœufs Rouges ce granite parvient à affleurer en une bande relativement étroite à la crête du Riéou Blanc, qui s'épanouit dans son versant sud jusqu'au fond du vallon des Bans, dont l'entaille le dénude largement.

image sensible au survol et au clic

Le revers sud-est de l'extrémité orientale du chaînon des bœuf Rouges, vu des pentes inférieures du Vallon de la Selle.
f.rF = faille du Rif du Fraisse ; f.gH = faille du glacier de l'Homme ; "gnLm" = gneiss "Lavey" migmatisés.


B/ Le Vallon des Bans converge avec celui de la Selle à Entre-les-Aigues, à peu de distance de crêtes de La Blanche au NE et de L'Aiglière au SE, où le socle cristallin disparaît sous la couverture transgressive du Nummulitique autochtone.

Au niveau du refuge des Bans le tracé du vallon emprunte celui de la faille occidentale des Bans qui s'infléchit là vers le SE en se courbant progressivement mais s'en écarte en entaillant l'extrémité méridionale du pluton du Riéou Blanc avant d'atteindre Entre-les-Aigues.

image sensible au survol et au clic

Le versant méridional du vallon des Bans, vu du NW depuis l'éperon sud des Bans.
f.Cb = faille de Chabournéou (E-W) ; f.wB = faille occidentale des Bans(NW-SE) ; f.Ct = faille de Chanteloube (NNE-SSW); "Dn" = surface de discordance des couches nummulitiques sur le socle cristallin (gneiss Lavey migmatisés) ; "gr.rB" = granite (albitique) du Riéou Blanc (sans rapport avec celui des Bans, qui forme l'éperon rocheux du premier plan).


Le versant de rive droite ne montre, de l'autre côté de celle faille, que des gneiss Lavey", et aucune des bandes de gneiss plus spéciaux qui affleurent en rive gauche : ceci suggère un très important rejet, plus probablement coulissant.

Le haut de ce versant est parcouru d'ouest en est, peu en contrebas de la Crête de Malamort, par une importante Faille de Malamort, jalonnée de témoins de couverture triasique ; elle prolonge à l'évidence, à l'est de la brèche des Bruyères, la faille de Chabournéou. Cette grande cassure aboutit ainsi dans le vallon des Bans, à Entre-les-Aygues, point au delà duquel elle se prolonge, très vraisemblablement (sous les alluvions du fond vallée), par le décrochement des Grésourières (voir la page "La Blanche").

image sensible au survol et au clic

L'extrémité orientale de la Crête de Malamort, vue de l'est depuis la rive gauche de la Gérendoine.
f.Cb = faille de Chabournéou ; f.wB = faille ouest des Bans (elle se connecte à la précédente au revers du piton 2471) ; f.P = faille de La Pilatte ; "gr-B" = granite des Bans ; gr-rB" = granite du Riéou Blanc.


La localité d'Entre-les-Aygues se trouve en fait au confluent de trois vallons : ceux des Bancs à l'ouest, du Rascrouset au nord et de la Selle au sud. Au point de vue structural elle correspond à un véritable "nœud de fractures". En effet c'est là qu'aboutit d'abord la faille du Rascrouset, prolongement méridional de celle du Rif du Fraysse (voir la page "Ailefroide"), laquelle ne se prolonge pas directement plus au sud, mais trouve son équivalent, décalé de 2 km vers l'ouest, dans la faille de Chanteloube qui détermine la brèche de l'Amirée Bruyère (à l'ouest du piton 2908 de la crête de Malamort), du côté sud du vallon des Bans (voir plus haut , ainsi que la page "Rouite").

image sensible au survol et au clic

Le débouché aval du vallon de la Selle et la rive gauche de la Gérendoine vus du sud, depuis le col de Bouchiers.
f.RF = faille du Rif du Fraysse (cassure majeure de l'accident d'Ailefroide) ; les tirets jaunes soulignent la surface de base du Nummulitique (décrochée dans le sens dextre par la faille des Grésourières, qui court dans le versant de rive gauche de la vallée de l'Onde)
Le tracé de la faille des Grésourières (indiqué très approximativement) s'abaisse à flanc de versant pour rejoindre le fond du vallon de la Gérendoine en amont de Béassac.


En outre c'est là qu'aboutit, en se connectant à angle aigu avec la faille de Malamort, la faille occidentale des Bans ; cette dernière suit, plus en amont, le vallon des Bans en tranchant toutes les bandes d'affleurements, orientées presque N-S, de la rive gauche (septentrionale) de ce haut vallon, notamment celle des gneiss de Peyre Arguet et le pluton* granitique du Riéou Blanc (qui forme la Pointe Guyard) : comme des bandes ne se poursuivent nulle part au sud du vallon le décalage de cette faille ne peut guère être que sénestre et/ou comporter un très fort rejet de soulèvement de sa lèvre nord.

Le dispositif de fracture ainsi généré s'intègre dans un système de déformation par le jeu d'une mosaïque de blocs de socle qui ont coulissé les uns par rapport à aux autres. Ce système, qui caractérise la partie sud du massif cristallin du Pelvoux, est examiné, dans son ensemble et dans ses rapports avec son environnement, à la page "Tectonique du Massif du Pelvoux".

image sensible au survol et au clic

Le chaînon des Bœuf-Rouges - Pointe Guyard, dans son environnement, vu du SE (vue pseudo-aérienne obtenue au moyen du logiciel Apple "Plans").
f.Cb = faille de Chabournéou ; f.Ct = faille de Chanteloube ; f.wB = faille ouest des Bans ; f.gL = faille du Glacier Long ; f.Si = faille de Sialouze ; f.rF = faille du Rif du Fraisse ;
"gr.mz" = granite (monzonitique) "des Bans" ; "gr.alb" = granite (albitique) "du Riéou Blanc" ; "M.o" = migmatites oeillées ; "gn.a" = gneiss amphiboliques ; "gnLm" = gneiss "Lavey" migmatisés.
Pour mieux faire apparaître la situation de ces masses rocheuses on a placé une surcharge de couleur sur les granites et sur les gneiss amphiboliques : les granites monzonitiques de la Pilatte et d'Ailefroide sont distingués, par une teinte orangée, du pluton albitique de La Bérarde - Riéou Blanc (en rose)



carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Saint-Christophe en Oisans


Rouies ; Chardon

Pics d' Ailefroide

Pelvoux
Bans-Pilatte

LOCALITÉS VOISINES

La Blanche

Bonvoisin

Vallon de La Selle

Aiglière ; Fournel
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 22/10/16