Rochers de l'Eissassa, Col Tronchet

partie tout-à-fait amont du vallon du Mélezet

Les Rochers de l'Eissassa (3048) sont, au nord de Maurin, le sommet majeur de la crête de partage des eaux entre Ubaye et Guil, mais leur arête est orthogonale à cette dernière, car orientée N-S conformément aux lignes structurales de la région.

image sensible au survol et au clic

Le col Albert et la crête de partage de eaux entre Ubaye et Guil, vus du sommet de la Tête du Rissace.
u.rN = unité (ligure) de Roche noire ; f.FrE, f.Fr = failles orientale et occidentale de Fromage ; u.Ch = unité (briançonnaise) de La Chapelue ; u.cC = unité ( briançonnaise) des calcschistes de Ceillac-Chiappera.
"sL" = schistes lustrés : sLcs = calcschistes du Crétacé supérieur ; sLs = schistes argilitiques du Crétacé moyen ; sLc = calcschistes et calcaires lités du Crétacé inférieur.


Du côté Ubaye leur crête rocheuse déchiquetée se poursuit assez loin vers le sud, en rive ouest du large vallon du Tiéouré, qui les sépare de la crête méridionale du Péouvou.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de rive droite de la vallée de l'Ubaye immédiatement en amont de Maurin.
u.P = unité piémontaise externe deu Péouvou ; u.rN = unité (ligure) de Roche noire ; f.FrE, f.Fr = failles orientale et occidentale de Fromage ; u.Ch = unité (briançonnaise) de La Chapelue ; u.cB = unité (ultra-briançonnaise) de Combe Brémond.
Øo = chevauchement des unités "océaniques" ligures qur les unités de la marge piémontaise ; f.Fr = faille du Col Fromage ; f.C = faille de Ceillac.
"sL" = schistes lustrés : sLcs = calcschistes du Crétacé supérieur ; sLs = schistes argilitiques du Crétacé moyen ; sLj = calcschistes et calcaires lités du Jurassique - Crétacé.


Du côté Cristillan leur arête se poursuit par celle, moins hargneuse, la Crête de La Riche, qui se termine à La Riaille : elle sépare, en amont (au sud) de ce point, le vallon d'Albert du vallon de Tronchet (= partie tout-à-fait amont de celui du Mélezet).

image sensible au survol et au clic

Les crêtes et vallons du versant nord de la crête de partage des eaux entre Ubaye et Cristillan vus du sommet de la Croix du Signal du Mélezet
f.C = faille de Ceillac ; f.Fr = faille du col Fromage.

En amont du confluent avec le vallon du col Albert le vallon supérieur du Mélezet est, comme sa partie aval, une combe monoclinale. Elle suit jusqu'au col Tronchet le tracé de la faille de Ceillac que jalonnent des affleurements de cargneules, entre l'unité de la Chapelue (en rive droite) et la bande des calcschistes de Ceillac - Chiappera (en rive gauche).


Le versant sud-ouest de la Crête de la Riche vu du sud, depuis l'arête ouest des Rochers de l'Eissassa (point coté 2661).
La succession des couches triasiques est tout à fait normale, sans terme manquant, mais renversée à environ 45°. La faille de Ceillac, plus inclinée, tranche cette succession en un biseau qui s'effile vers le bas à gauche.


La crête de la Riche se rattache indubitablement, par continuité depuis le nord (voir la page "Beaubardon") à l'unité de la Chapelue. Celle-ci conserve sa disposition en succession renversée mais sa dalle basale de roches siliceuses permo-triasiques (quartzites et Verrucano) n'affleure plus que dans la partie sud de la crête de la Riche : elle y prend l'aspect d'une dalle structurale à fort pendage ouest qui repose en chapeau sur les calcaires triasiques.


Coupe schématique des montagnes de rive droite du haut vallon du Mélezet
Dans ce schéma le contact entre unités briançonnais et piémontaises, noté ØSL sur les clichés, est interprété comme correspondant, sur une partie de son tracé, à une faille tardive (post-charriages), la faille du col de Fromage, parallèle à celle de Ceillac et appartenant comme elle au linéament briançonnais oriental.


Au sud de la crête de la Riche ce sont les calcaires triasiques qui forment en totalité la crête de l'Eissassa : ils y montrent une disposition en synclinal couché ouvert vers le nord-est, qui est surtout visible à la faveur de la coupe plus transversale qu'en donne le versant Ubaye. La semelle siliceuse de l'unité de la Chapelue n'est plus représentée jusqu'au col de Tronchet que par des affleurements discontinus de quartzites, les uns en fond de vallon, les autre plaqués en contact stratigraphique sur les calcaires triasiques, formant un éperon saillant au pied des abrupts occidentaux de la montagne. Ils forment enfin un dernier piton sur l'arête orientale du col Tronchet avant de disparaître définitivement sur le versant de l'Ubaye : l'érosion, plus profonde, y montre qu'ils se terminent tranchés en sifflet vers le bas par la faille de Ceillac, du fait que le pendage de cette dernière est plus fort que celui des couches des deux compartiments qu'elle juxtapose (voir la page "Maurin").

image sensible au survol et au clic

Le versant nord du col Tronchet : vue rapprochée, depuis l'arête ouest des Rochers de l'Eissassa (point coté 2661)
Les affleurements triasico-jurassiques du côté droit (occidental) du col ne représentent pas le soubassement de la succession de la bande de Ceillac - Chiappera mais une écaille intercalée dans cette succession, comme on le voit sur le versant sud du col. L'accident qui les fait buter contre permo-werfénien de l'unité du Roure (la faille de Ceillac) n'est donc pas un chevauchement renversé, mais une cassure qui tranche en biseau toutes les unités de l'une et l'autre de ses lèvres.
Dans le compartiment gauche la succession des couches est bien dans l'ordre stratigraphique inversé mais des déplacements tectoniques s'y manifestent par le sectionnement en biais du contact Verrucano-quartzites par la lame de cargneules séparant normalement ces derniers des calcaires triasiques inférieurs.
L'astérisque rouge correspond à un lambeau de dolomies blondes isolé là par l'érosion, alors qu'il devait originellement appartenir au compartiment droit de la faille de Ceillac ... (sa situation est donc plutôt énigmatique !)



 En définitive la géométrie de l'unité de La Chapelue, telle qu'elle résulte de l'observation sur toute sa longueur, comporte un enchaînement de deux gros plis superposés, l'un comme l'autre déversés à l'est : l'anticlinal de la Chapelue, surtout dessiné à l'affleurement par le matériel siliceux au nord et le synclinal de l'Eissassa surtout dessiné par le matériel calcaire au sud ; ces deux plis plongent axialement vers le nord, ce qui a pour résultat que l'anticlinal supérieur est de plus profondément arasé par l'érosion du nord vers le sud : en effet au nord de Ceillac et dans la coupe du Guil l'érosion laisse voir le flanc normal de l'anticlinal à cœur de Verrucano qui surmonte le flanc inverse. Sur toute sa longueur cet enchaînement de plis est tranché du côté ouest par la faille de Ceillac, de sorte que le matériel siliceux se biseaute contre elle et disparaît "en l'air" en allant vers le sud.

La rive gauche du vallon de Tronchet appartient entièrement à la bande des calcschistes de Ceillac, laquelle s'étend vers l'ouest jusqu'au lac Sainte-Anne et au col de Girardin.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de Tronchet (haut vallon du Mélezet), vues du NW depuis la Tête de Coste Belle.
f.C = faille de Ceillac ; csi = marbres en plaquettes inférieurs (plus marneux) : mss = marbres en plaquettes supérieurs (plus calcaires).


L'épaisseur de sa succession de marbres en plaquettes a certainement une origine stratigraphique car on peut y distinguer des niveaux inférieurs plus marneux et des niveaux supérieurs plus calcaires ; mais elle est également accrue par le fait que ces couches sont affectées de replis et d'écaillages, comme en témoignent les lames de terrains triasiques et jurassiques qui y affleurent en lanières à flanc de versant et dont on peut voir, pour certaines, qu'elles sont affectées de charnières déversées vers l'est.

image sensible au survol et au clic

Un affleurement des basses pentes de la Tête de Girardin, en bordure des Prés de Tronchet, vu du nord-est, depuis les pentes de rive droite du vallon de Tronchet.
Cet affleurement montre l'une des têtes anticlinales qui percent dans l'épaisse succession des marbres en plaquettes de la bande Ceillac - Chiappera. L'axe du pli anticlinal rentre de droite à gauche dans le versant, ce qui correspond à une direction presque N-S et à un déversement vers l'est.
La manière dont les calcaires du Dogger s'interrompent vers le nord (droite de la photo) suggère qu'ils reposent ici, par onlap*, sur les brèches carniennes (à gros éléments) du coeur du pli.


aperçu d'ensemble sur le massif d'Escreins
approfondir les vues générales sur la zone briançonnaise méridionale 

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée du cours amont de l'Ubaye
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Prés Sébeyrands

Beaubardon

Rissace
Lac Ste Anne

LOCALITÉS VOISINES

Péouvou

Maurin, Girardin

Miéjour, Alpet)

Pointes de Mary
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

accueil HAUTE-UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 5/11/16