Saint-Agnan, col de Rousset

le cours supérieur, N-S, de la Vernaison

Le cours amont de la Vernaison, en amont des Barraques, en passant par Saint-Agnan mais à l'est de La Chapelle, parcourt un typique val* jurassien, en forme de sillon nord-sud relativement étroit, évidé par la rivière dans le coeur sénonien du synclinal de la haute Vernaison. À son extrémité méridionale le col de Rousset fait passer (par un tunnel, pour ce qui est des voitures) du bassin hydrographique de l'Isère (Vercors) à celui de la Drôme (dépression de Die).

image sensible au survol et au clic

Le col de Rousset et le Vercors médian vus d'enfilade du sud, d'avion (cliché obligeamment communiqué par Jacques Debelmas)

La gouttière (val* typique) du synclinal médian (s.M) du Vercors est vue dans son axe. Elle est encadrée par les deux bourrelets anticlinaux (en genou) de Nève (a.N) et du But Sapiau (a.BS), dont le relief est celui de monts* également typiques. De part et d'autre s'étendent les plateaux occidentaux de (Vassieux) et orientaux dont le relief est également conforme à la structure.
L'astérisque rouge attire l'attention sur le passage latéral, par indentations, entre la partie haute des calcaires alternés de lits marno-calcaires du Barrémien inférieur et les calcaires à débris massifs qui se rattachent, à l'est du col de Rousset à la partie inférieure de l'Urgonien.
f.A = faille de l'Aiglette (ou de Chironne) ; f.N = faille de Nève (noter le dessin sigmoïde de la dalle urgonienne des Rochers de Chironne)

Ce synclinal, également qualifié de "synclinal médian" du Vercors, représente grossièrement le prolongement très méridional du synclinal de Voreppe (dans le massif de la Chartreuse) et, par conséquent du sillon molassique de l'avant-pays savoyard.
Les dépôts tertiaires n'y sont cependant représentés que dans sa partie la plus septentrionale, au nord de La Chapelle-en-Vercors, car la remontée vers le sud de l'axe de ce pli fait que son coeur synclinal est évidé de plus en plus profondément, jusqu'à l'Urgonien lorsque l'on atteint le col de Rousset.


Coupe simplifiée (d'après H. ARNAUD, 1976)
1. Marnes valanginiennes ; 2. Calcaires argileux et marnes de l'Hauterivien ; 3. Calcaires argileux du Barrémien tout-à-fait inférieur ;
4-7 = Barrémien inférieur calcaire, formant falaise : 4. Calcaires lités à petits débris ou à silex ; 5. Calcaires bioclastiques lités ; 6. Calcaires dolomitiques ; 7. Calcaires à Rudistes .


Au col de Rousset ce val est brutalement tranché par le rebord d'érosion qui tombe sur la dépression de Die. L'entaille du versant sud du col offre ainsi une belle coupe naturelle du Vercors médian. Elle montre, entre autres, l'épaisseur extrêmement forte des couches du Barrémien inférieur à cette latitude.

image sensible au survol et au clic

Le col de Rousset, vu du sud-est (d'avion), l'hiver.
Ce cliché donne une vue oblique à la précédente, orientée presque dans l'enfilade du rebord d'érosion (sinueux) qui tombe sur la dépression de Die (d'où monte la route, en lacets, qui mène au tunnel du col de Rousset).

a.N = anticlinal de Nève ; a.BS = anticlinal de But Sapiau ; f.A = faille de l'Aiglette (ou de Chironne) ; f.N = faille de Nève ; s.V = synclinal de Vassieux (en arrière-plan).
(les petites flèches indiquent le sens du rejet vertical des failles du faisceau de Chironne)

Le synclinal médian du Vercors est encadré par deux plateaux constitués par la partie supérieure de la dalle urgonienne, faiblement ondulée, tant à l'ouest (Vassieux) qu'à l'est (plateau du Vercors oriental). Il en est séparé par deux bourrelets anticlinaux, d'ailleurs peu saillants, les anticlinaux de Nève et du But Sapiau.

Le flanc ouest de l'anticlinal de Nève est parcouru longitudinalement par deux failles subverticales (la faille de l'Aiglette, ou de Chironne, et la faille de Nève) qui encadrent les rochers de Chironne.

De par leurs rejets opposés ces failles délimitent un compartiment effondré, le graben de Chironne, dont le contenu est tordu de façon sigmoïde (mais en majeure partie en synclinal). Il est probable que cette géométrie résulte de ce que ce graben a subi, postérieurement à son effondrement, un serrage transversal qui a créé ces plis. Ceci veut dire que les failles existaient avant le plissement et que la torsion du graben de Chironne relève du mécanisme dit des "plis d'ancrage sur failles".

Coupe simplifiée (d'après H. ARNAUD, 1976)

2. Calcaires argileux et marnes de l'Hauterivien ; 3. Calcaires argileux du Barrémien tout-à-fait inférieur ;
4-7 = Barrémien inférieur calcaire, formant falaise : 4. Calcaires lités à petits débris ou à silex ; 5. Calcaires bioclastiques lités ; 6. Calcaires dolomitiques ; 7. Calcaires à Rudistes

L'existence du rebord d'érosion que franchit le col Rousset est largement due au fait que l'on est là à une latitude où la succession des couches du Barrémien et du Bédoulien devient rapidement moins riche en faciès massifs. Les faciès très massifs de l'Urgonien y font déjà largement place à des calcarénites à débris de coquilles et ces derniers faciès passent ici vers le sud à des calcaires moins massifs, alternant de plus en plus avec des lits argilo-calcaires.


Carte géologique très simplifiée des environs du col de Rousset
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Mens et La Chapelle en Vercors

La Chapelle, Vassieux

Saint Martin

Grand Veymont
(Saint-Julien en Quint)

LOCALITÉS VOISINES

Rochers du Parquet

(Die)

Glandasse
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil VERCORS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil générale du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/08/18