les Grands Goulets

cours aval de la Vernaison

La vallée de la Vernaison, dont le cours amont descend depuis le col Rousset vers le nord, en suivant le synclinal médian du Vercors, s'échappe de ce val jurassien* 3 km au nord de La Chapelle-en-Vercors (à la latitude de Tourtre) par un coude brutal vers l'ouest. Au delà de ce changement de direction son cours lui fait trancher presque orthogonalement la succession des couches du flanc occidental de ce Synclinal médian.

image sensible au survol et au clic

La partie amont de la reculée de la Vernaison (Grands Goulets) vue de l'ouest, depuis la montagne de l'Arp (point coté1212 de la route forestière de Côte Belle)
La falaise urgonienne se partage ici en deux abrupts séparés par une forte vire. Cette dernière (Bam) ne correspond pas du tout à la vire à Orbitolines du Vercors septentrional mais à des marnes et calcaires lités plus ou moins dolomitiques d'âge Barrémien moyen. La falaise inférieure (Bai) est formée de calcaires bioclastiques (= à débris de coquilles) du Barrémien inférieur (= formation des calcaires de Glandasse). Les couches à Orbitolines ne forment qu'une mince vire boisée dans la falaise supérieure (Urg), où prédominent les faciès à rudistes.
L-A = vire boisée de la Lumachelle et des grès albiens.
s.V = synclinal de la haute Vernaison (= "synclinal médian") ; a.BS = anticlinal du But Sapiau (pli en genou bordant, du côté oriental, le synclinal de la haute Vernaison.


Pour commencer, elle franchit la barre urgonienne de ce flanc du pli en s'engageant, à partir du hameau des Baraques, dans de profondes gorges. La route D.518 est entaillée au flanc septentrional de ces dernières en un long encorbellement très spectaculaire, appelé les Grands Goulets.

 La coupe stratigraphique de l'Urgonien montre là, par rapport aux secteurs plus nord-occidentaux, un net épaississement de la série (qui dépasse ici 500 m) notamment au Barrémien inférieur ainsi que l'invasion de ce dernier étage par des niveaux de calcaires bioclastiques. Les couches à Orbitolines qui, plus au nord, séparent la masse supérieure de la masse inférieure, tendent par contre à disparaître et ne sont pratiquement plus repérables dans la partie haute des falaises.

Au delà de ces gorges la vallée inférieure de la Vernaison s'ouvre en une combe cernée de falaises qui est particulièrement large à l'endroit où elle franchit l'axe de la très ample voûte de l'anticlinal des Coulmes. La direction SE-NW du talweg lui fait couper l'anticlinal obliquement à son axe, ce qui contribue à augmenter la longueur de cette traversée et à atténuer le dessin de la voûte, déjà bien ouverte, du pli.

image sensible au survol et au clic

Les confins du Vercors et du Royans vus du nord, d'avion, depuis l'aplomb ouest de Presles.
a.Co = anticlinal des Coulmes ; a.Ch = anticlinal des Chartreux ; a.G = anticlinal des Garrides.
f.P = faille de Presles ; f.pR = faille du Pont Rouillard ; f.V = faille de Villeneuve ; ØCr = accident de la Croix (à rejet chevauchant et coulissant).


La barrière urgonienne de la rive gauche (sud-ouest) de cette typique boutonnière d'érosion ne subit aucune faiblesse jusqu'à sa retombée occidentale, immédiatement à l'est de Sainte-Eulalie.
Par contre en rive droite elle est crevée, à la faveur d'une ondulation anticlinale (anticlinal des Chartreux), de sorte que la dépression de la Vernaison communique avec celle de la Bourne par une combe anticlinale.

 La grande analogie d'aspect de la basse Vernaison avec la vallée plus méridionale de Combe Laval suggère qu'elle a d'abord dû être, comme cette dernière, une reculée*, c'est-à-dire un cirque fermé à l'amont par une falaise que n'a jamais franchi aucun cours d'eau et ouvert par effondrement de son plafond, sapé par les eaux souterraines. Les eaux provenant du cours supérieur de la Vernaison ont dû seulement être capturées à la faveur du recul plus important du fond de cette reculée : la Vernaison a dû approfondir ensuite ces gorges des Grands Goulets pour rejoindre le niveau du fond du cirque par lequel elle s'échappait ainsi hors du val N-S de la Haute Vernaison. Dans les deux cas c'est donc l'érosion karstique qui a joué un rôle premier dans leur creusement.

page non terminée !



Carte géologique très simplifiée des vallées aval de la Bourne et de la Vernaison
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074.
légende des couleurs


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Romans et Vif

Bourne aval

Balme de Rencurel
Royans LOCALITÉS VOISINES Saint-Martin

Combe Laval

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Vercors

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 14/10/18