Roches sédimentaires et volcaniques de la
couverture des massifs cristallins externes


On trouvera, dans cette page, des clichés de roches n'appartenant pas au socle cristallin des massifs cristallins externes des Alpes mais qui sont pourtant propres à ces massifs car elles affleurent sur leurs flancs ou en pincées dans leurs synclinaux : il s'agit des dépôts sédimentaires de la fin du cycle hercynien (houiller à Permien), du début du cycle alpin (Trias et Lias), ainsi que de produits volcaniques de ces époques et de la fin du cycle alpin (Nummulitique) dans le cas du massif du Pelvoux.

cliquer sur les imagettes ci-après pour voir les clichés à leur taille normale

1 / Roches sédimentaires de l'Ère tertiaire :
(existent seulement dans le pourtour oriental et méridional du massif des Écrins - Pelvoux)


Aspect typique d'un flysch "standard" : Flysch nummulitique autochtone (formation des grès du Champsaur).
Vallée inférieure de l'Ubaye en aval du Lauzet


Grès d'Annot : Crête des Barres, sur l'arête NE de la Tête de l'Estrop (entre vallées de la Bléone et du Laverq, au NW d'Allos).(cliché original obligeamment communiqué par Mr. A. Dufour)
Les bancs de grès forment des dalles structurales, garnies de débris, et il s'en détache de place en place un gros banc (le petit personnage rouge au pied du gros bancs, à droite, donne l'échelle)


Aspect de la formation des grès du Champsaur : Le sommet du Pic Queyrel, devant les crêtes de rive droite de la vallée de la Muande de Molines, vu d'avion, du sud, depuis l'aplomb de Chaillollet (Champsaur).
On distingue bien le litage très régulier des bancs de grès (les niveaux gréseux sont d'autant plus verdâtres qu'ils contiennent plus de débris volcaniques)


Gros bancs de grès du Champsaur, dans le versant ouest du sommet du Palastre, sur l'échine de rive droite de la Combe Roranche (le personnage sur la vire herbeuse donne l'échelle). On voit ici (en partie) trois gros bancs qui correspondent chacun à une séquence sédimentaire. Ils sont séparés par des surfaces de discontinuité de la sédimentation (indiquées par les deux traits blancs).

Chaque séquence débute par des apports de matériel grossier, en avalanche (turbidite). Puis la décantation progressive fait sédimenter les boues de plus en plus fines (jusqu'à former des schistes argileux dans une séquence complète). L'avalanche sous-marine suivante vient brutalement raboter le sommet de la séquence précédemment déposée, créant ainsi une nette surface de séparation entre les séquences. Ce mode de sédimentation est caractéristique des "flyschs" (ici sous une variante particulièrement riche en grès).


"Grès mouchetés", typiques de la formation des Grès du Champsaur (Nummulitique), au col de l'Escalier (est de Saint-Bonnet) .
Les mouchetures blanches sont des zones dépourvues de cinérites volcaniques


Aspects plus particuliers de la formation des Grès du Champsaur (Nummulitique) :
a) cliché supérieur
: un amas local de "Galets mous" inclus dans certains bancs des grès mouchetés. Les inclusions sombres sont des fragments de la vase du fond marin, détachés par le passage du courant turbide et intégrés dans ce dernier.
b) cliché inférieur : un galet mou entouré d'une gangue gréseuse de nature différente du grès l'hébergeant (sans doute acquise par roulement avant transport).
dans les couches de base du Tourond (versant sud du Vieux Chaillol, est de Saint-Bonnet)
(clichés originaux obligeamment communiqués par M. Christian PRETE)


Vue rapprochée du conglomérat basal du Nummulitique, à Barbeyroux (Champsaur)
La plupart des éléments sont formés de schistes cristallins et beaucoup sont roulés
(les zones blanches sont des efflorescences de salpêtre).

Un affleurement de conglomérat basal du Nummulitique,
à gauche : Vues rapprochées : les éléments sont formés soit de schistes cristallins, soit de spilites triasiques (lesquels affleurent sous le conglomérat).
à droite : Vue d'ensemble de l'affleurement : Pentes de rive gauche du vallon du Tourond (rive droite de la vallée du Champoléon) (clichés obligeamment communiqués par M. Daniel CAYRON).

2 / Roches sédimentaires (et volcaniques) de l'Ère secondaire :

affleurements de calcaires liasiques du sommet de la formation du "Lias calcaire" dauphinois.

route D.529, 2 km au sud-est de "La Ville" de Monteynard, à l'est de l'embranchement de la route de La Motte-les-Bains


affleurements de calcaires spathiques "de Laffrey", du Lias du "Dôme de La Mure".

route N.85 à l'entrée nord du village de Laffrey.


Un bloc de cargneules

On distingue les cavités anguleuses dues à la dissolution des fragments de brèche, ainsi que quelques fragments ayant résisté à la dissolution

Vues de reliefs cargneuliques :
piton ruiniforme dans la Combe de Bellard (Maurienne)
piton en arche au lac de la Muzelle (Oisans)

affleurement de spilites triasiques, dans la vallée du Champoléon.

Une strate, épaisse de près de 10 m., correspondant à une coulée basaltique en milieu plus ou moins aquatique.
Elle repose en accordance sur les dolomies triasiques et elle est recouverte par le premier banc des calcaires liasiques (avec micro-conglomérats à sa base).
Pentes de rive gauche du vallon du Tourond (rive droite de la vallée du Champoléon) (cliché obligeamment communiqué par M. Daniel CAYRON).

affleurements de dolomies triasiques

Massif des Grandes Rousses, plateau des lacs, ruisseau de la Cochette, au sud du col du Couard. (cliché obligeamment communiqué par M. Michel CAPLAIN)
alternances de bancs de dolomies blanches et ocre-rouge : en premier plan les bancs sont disloqués par l'érosion ; en arrière-plan on distingue le litage (s0).


Affleurement de dolomies triasiques

Versant sud du Puy des Pourroys (rive droite de la vallée du Champoléon). (cliché obligeamment communiqué par M. Daniel CAYRON)
bancs de dolomies ocre-rouge bien stratifiées ; en arrière-plan on distingue les premiers bancs de calcaires liasiques qui les recouvrent en stratification normale (Hettangien).


Grès basaux de la succession triasique 

L'alpe d'Huez : coupe du ravin qui descend du Lac Blanc, vue depuis le côté sud (longueur de l'affleurement : environ 3 m)
Les grès reposent ici directement sur le socle cristallin, représenté plus précisément par des leptynites.


3 / Roches sédimentaires et volcaniques paléozoïques :

Affleurement de Grès d'Allevard à faciès clair
terminus de la route forestière de la Forêt des Ramiettes
Les bancs alternants de grès gris et pourpres pendent de plus de 45° vers l'ouest (s0) et sont recoupés par une schistosité (s1) presque N-S, à fort pendage vers l'est, qui matérialise l'attitude du plan axial de la voûte du socle cristallin du rameau externe de Belledonne

Affleurement de pélites rouge-violacées de la formation des Grès d'Allevard
chemin du Grand Rocher, 300 m au sud du col 1774 du Crêt Luisard
Les bancs pourpres (non discernables sur cet affleurement) pendent très faiblement vers l'ouest. Ils sont recoupés par une schistosité (s1) presque N-S, à fort pendage vers l'est. 

échantillons d'orthophyres du Houiller
dans les Grandes Rousses, sur la crête de Sarenne, près du col de Pié Froid
Il s'agit là d'anciens produits d'un volcanisme explosif (tufs), produit par des laves acides, peu fluides. Cela se reconnaît à leur texture détritique, qui est celle des "tufs".
L'échantillon de gauche a l'aspect d'un grès grossier, celui de droite d'un conglomérat dont les éléments sont de morceaux de laves (projetés par les explosions). 


 

page en projet d'enrichissement !



clichés de Roches cristallines des massifs cristallins externes
clichés de Roches sédimentaires de la Chartreuse et des chaînes subalpines
clichés de Roches sédimentaires des zones internes

glossaire des roches cristallines

glossaire des roches sédimentaires
FIN DE LA PAGE :
retour au début de la page
aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/06/16