Saint-Étienne-de-Crossey

La vallée supérieure de la Morge


Le village de Saint-Étienne-de-Crossey est installé au coeur d'une dépression à fond plat qui est ouverte entre trois groupes de montagnettes : la Montagne de Ratz à l'est ; les collines de Vouise - Tolvon à l'ouest ; les collines des Bernades - Grand Vivier au nord. Elle est limitée, du côté sud-est, par la vallée morte de l'Étang Dauphin qui débouche des gorges du Crossey, tandis que le cours de la Morge la contourne par sa bordure opposée, côté nord-ouest.

image sensible au survol et au clic

La plaine de Saint-Étienne-de-Crossey, vue de l'est, depuis la Croix de la Garde
Le tracé fléché en blanc est celui de la vallée morte qui débouche des gorges du Crossey. Du côté SW la moraine de Croix Bayard cache la dépression de Coublevie : elle est contournée à son extrémité droite par la vallée actuelle de la Morge qui entaille ses gorges à l'aplomb de la flèche désignant Voiron.

Cette vaste zone plate est en quelque sorte "suspendue" au dessus de la dépression de Voiron et de Coublevie, comme l'est cette dernière par rapport à la plaine de l'Isère, mais un cran plus haut. Elle en est plus précisément séparée par un alignement de collines que la route D520 franchit au petit col de Croix-Bayard. Cette barrière naturelle est constituée par la moraine du 3° stade du retrait würmien dont le tracé ne dessine qu'une ébauche d'inflexion vers l'est (voir la page "Coublevie").

Par contre la moraine du 2° stade du retrait court à flanc de la montagne de Ratz et se suit jusqu'aux approches sud de Saint-Étienne-de-Crossey, au dessus du village des Didiers, où elle s'interrompt brutalement, 500 m au dessus du niveau de la plaine. Entre ce point et le versant sud de la montagne de Vouise un seul témoin morainique qui permette de reconstituer l'avancée de la marge du glacier de l'Isère dans la dépression de Saint-Étienne-de-Crossey. Il est constitué, au sud-ouest du village, par la butte du Crêt, dont l'allongement NW-SE indique que le front de la langue de glace iséroise diffluente qui s'engageait jusque là devait alors laisser libre de glace la partie de la dépression située plus au NE (où se trouve notamment le chef-lieu de Saint-Étienne-de-Crossey).

image sensible au survol et au clic

La dépression suspendue de Saint-Étienne-de-Crossey, vue du nord, depuis le hameau des Chambures (Grand Vivier)

La planéité du fond de la dépression de Saint-Étienne-de-Crossey traduit le fait qu'il est constitué par une terrasse alluviale. Cette dernière est entaillée sur ses deux marges, d'une part en contrebas sud-est du village par la vallée morte de l'Étang Dauphin, et d'autre part, du côté ouest, par le cours de la Morge, qui s'y encaisse entre Saint-Étienne-de-Crossey et les coteaux du Paris.
Ces entailles permettent de voir (notamment dans la carrière de rive gauche de la Morge) la constitution des alluvions de cette terrasse. Elles sont typiques de dépôts fluviatiles, car surtout constituées de sables et cailloutis pratiquement dépourvus d'argile (ce qui indique qu'ils ont été bien lavés lors de leur transport par un cours d'eau turbulent).
Le village lui-même était dominé par une autre terrasse, que l'exploitation, pour l'extraction de gravier, a réduit progressivement a cours des années de la fin du XX e siècle et qui a finalement été totalement arasée au cours de l'année 2005. La disposition des strates (voir la page "carrières") y montrait même, plus précisément, qu'il s'agissait de dépôts deltaïques. L'origine deltaïque de la terrasse inférieure, moins évidente faute de coupes aussi bonnes, est très vraisemblable.

image sensible au survol et au clic

La dépression de Saint-Étienne-de-Crossey vue de l'ouest, depuis le hameau du Paris.
La vue est prise d'une altitude qui correspond au niveau de l'eau du lac lors de l'épisode 2 du retrait des glaciers (c'est à cette époque que s'est formé le delta le plus élevé).
On distingue les deux terrasses étagées et le débouché des gorges du Crossey.
Cette vue a été prise en 1968 ; depuis cette date la totalité des matériaux du delta 2 a disparu, enlevée par l'exploitation de la carrière de sables. Par contre l'exploitaion de la carrière du deltat 3 a stoppé.

 

Les caractéristiques topographiques du delta supérieur amènent à la conclusion qu'il s'est formé sur la rive orientale d'un lac créé lorsque la vallée de la Morge était barrée vers l'aval par la moraine 2M (voici donc 10 à 20.000 ans. En effet :
- a) Le talus du bord occidental de ce delta dessinait un arc qui est centré sur le débouché ouest des gorges du Crossey (voir la carte). En outre la progradation des dépôts s'y faisait du sud-est vers le nord-ouest (le litage oblique des couches est en effet statistiquement incliné dans ce sens). Ces deux faits indiquent clairement que le torrent qui amenait dans le lac les matériaux du delta sortait de ces gorges.

 

 Schéma cartographique de la morphologie quaternaire de la Montagne de Ratz et de ses alentours

figure plus grande

 

pour un contexte plus large voir la carte schématique des glaciations du Voironnais

- b) La surface de colmatage du sommet du delta atteignait à l'altitude de 500 m. Cette altitude est inférieure à celle où la glace s'appuyait au stade 2 sur les pentes occidentales de la dépression, tant du côté sud (Montagne de Ratz) que du côté nord où la moraine 2 est conservée à près de 600 m d'altitude au dessus du village de Vouise et à 550 m au Petit col de La Cou (sur le côté nord de la montagne).
Par contre, plus au nord encore, c'est l'altitude (501 m actuellement) du seuil de La Pensière, par lequel la dépression de Saint-Étienne de Crossey s'ouvre, au nord de Saint-Nicolas de Macherin en direction de Chirens (
voir la page "Saint-Nicolas de Macherin").
Cette identité d'altitude s'ajoute au fait que cette dépression débouche là sur la vallée morte du Rousset qui a fonctionné au stade 2 (elle contourne par son extérieur, c'est-à-dire du côté nord, la moraine 2M du Verdin et en reçoit les chenaux d'évacuation des aux de fonte). Ceci conduit à la conclusion inéluctable que c'est par là que devaient s'échapper les eaux du lac : le niveau de ses eaux et celui des deltas qui tentaient de le combler était donc déterminé par l'altitude de ce seuil de La Pensière.

En définitive ce lac de Saint-Étienne de Crossey était rempli par des eaux de trois origines : celles de la Morge provenant des ruissellements sur les pentes septentrionales, celles provenant de la langue glaciaire iséroise (directement, ainsi que par la vallée morte de La Cou, via le delta du Paris (voir la page "Vouise") et enfin celles de la langue glaciaire rhodanienne de Saint-Laurent-du-Pont et le la langue iséroise de La Placette, qui arrivaient depuis l'autre versant de la montagne du Ratz par les gorges du Crossey.

image sensible au survol et au clic

Le site de Saint-Étienne de Crossey dans son contexte régional, vue depuis le sommet de la Grande Sure (cliché original obligeamment communiqué par M.Pierre Gidon).


Les eaux, certainement très abondantes, ainsi rassemblées s'échappaient alors par le nord-ouest, par dessus le seuil de Saint-Nicolas-de-Macherin et rejoignaient le front de la langue glaciaire rhodanienne de Chirens (voir la page "Chirens").


Carte de la région située au nord-est de Voiron au Quaternaire récent
Les numéros indiquent les épisodes de retrait du front de la langue glaciaire iséroise qui occupait la dépression de Voiron. À l'angle nord-ouest de la carte est représentée l'extrémité méridionale de la langue de glacier rhodanienne de l'Ainan (voir la carte d'ensemble de la région voironnaise)
L'épisode de retrait 3 se subdivise assez visiblement en deux sous-stades, chacun avec sa crête morainique (M3' et M3"). Durant les épisodes de retrait 3 les eaux de la Morge s'échappent en passant à flanc des buttes de Tolvon et de Vouise, où elles s'enfoncent en créant les gorges (qui se sont encaissées plus profondément par la suite), pour aller alimenter le lac de la dépression des Blanchisseries, au nord de Voiron.


Le delta inférieur s'est formé au stade 3, alors que la vallée de la Morge était barrée par la moraine M3 (de Croix Bayard) Son niveau (450 m) est celui de la crête de moraine de part et d'autre de la brèche de Croix Bayard, par laquelle arrivaient dans le lac les eaux de fonte du glacier isérois. Les eaux provenant de la vallée de Saint-Laurent-du-Pont par les gorges du Crossey ont continué à se déverser vers Saint-Étienne de Crossey jusqu'au stade 4 inclus : en témoigne la vallée morte de l'Étang-Dauphin qui entaille la terrasse 3 et où les pièces d'eau actuelles, qui résultent de barrages construits de main d'homme, ne sont alimentées que par des sources locales.

Plus de détails au sujet des gorges du Crossey

Plus de détails au sujet des carrières des environs de St Étienne-de-Crossey


 Cartes des dépôts quaternaires des environs de Voiron Le quaternaire des environs de Voiron

 Aperçus généraux sur le quaternaire du Bas Dauphiné
Concernant les dépôts morainiques et fluviatiles des environs de Voiron et du seuil de Rives, voir la publication n° 163


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille "Voiron"

Saint- Nicolas de Macherin

Saint- Sixte

Mille-Martyrs Miribel
Voiron NE LOCALITÉS VOISINES carrières du Crossey

Coublevie

Ratz

gorges du Crossey
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section AVANT-PAYS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil générale du
site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/09/17